Accueil Alpine 24 heures du Mans 2017 : Phillipe Sinault (Alpine) une gestion de...

24 heures du Mans 2017 : Phillipe Sinault (Alpine) une gestion de course nécessaire

185
0
PARTAGER

Pour la première fois depuis pas mal d’éditions, les 24 heures du Mans pourraient tourner à une course de gestion. Rencontre avec le patron de l’écurie Alpine, Philippe Sinault, à l’issue du warm-up.

Philippe Sinault, le discret, Philippe Sinault, le stratège, est en train de dresser le bilan du warm-up avec son homme de confiance, qui gère tous les paramètres logistiques.

Nous sommes dans le PC course d’Alpine, nous attendons quelques minutes et le boss souriant, se tourne vers notre micro.

Responsable d’écurie au Mans  pour la neuvième fois, Philippe Sinault confesse connaître toujours le même stress dans ces moments d’avant-course.

le blog auto : A la fin du warm-up, qu’est ce qu’un patron a dans la tête et qu’est ce qu’il à faire?

Philippe Sinault : « Déjà, je fais le point avec tout le monde pour savoir si tout est bien en ordre de marche.  Cela est d’autant plus nécessaire que les équipes ont terminé particulièrement tard hier. Je me dois de vérifier que tout ce qui est secours et pièces susceptibles d’être montées sur la voiture, sont bien opérationnelles. C’est le cas, je viens de le faire.

Ensuite, on va faire le briefing pilotes, ça va durer un quart d’heure, pas plus car c’est la redite de tout ce qui a été dit dans la semaine, mais juste un petit rappel. J’enchainerai avec le briefing de équipes, là aussi 10 minutes, puis avec quelques obligations avec les partenaires. Vous voyez, là aussi ça va vite, dans deux heures nous sommes sur la grille de départ. »

Alors pour la course ce sera à fond pour les deux autos ou y aura-t-il une stratégie de course pour les Alpine?

« Avec la nouvelle réglementation en LMP2, on le savait, le niveau de performances est élevé. On se trouve là, où l’on pensait être en termes de chronos, par contre la course va être différente de celles des autres années parce qu’à ce rythme là on ne tiendra pas 24 heures. En plus, avec la chaleur, les mécaniques et les hommes ne tiendront pas 24 heures, non plus. Donc, la notion de gestion va être un peu plus présente que les autres années. »

A côté de nous, dans le stand , Romain Dumas et Pierre Ragues font le point avec les mécaniciens. Tout le monde semble un peu préoccupé quant à la résistance à la chaleur de l’électronique,  des pneus, voire du moteur.

Tout se met en place avec méthode et maîtrise. Au Mans, les points marqués au championnat comptent double, et il y a un titre à défendre, alors dans la plus grande concentration on se prépare pour une course difficile et terriblement excitante.

Alain Monnot

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz