Accueil Essais Essai Toyota Yaris Hybrid 100 ch 2017

Essai Toyota Yaris Hybrid 100 ch 2017

819
31
PARTAGER

La Toyota Yaris de 3ème génération a droit à un second restylage. Elle en profite pour améliorer deux trois petites choses sur sa version hybride, qui devrait ainsi continuer à assurer son succès.

Extérieur et Intérieur

La Toyota Yaris est assemblée en France, sur le site de Valenciennes, et il est toujours bon de le rappeler. Ce sont ainsi près de 240 000 unités qui sont sorties de cette chaine en 2016, un chiffre impressionnant. La success story devrait continuer avec cette troisième génération revisitée. Nous nous sommes attardés sur la version hybride, celle qui s’écoule le mieux dans nos contrées. En termes de look, évidemment il y a peu à dire. La face avant évolue à la marge, mais il faut être initié pour le voir, tout comme à l’arrière. Elle s’immisce parfaitement dans le paysage citadin d’aujourd’hui sans se faire remarquer. Son gabarit plutôt compact de 3,95 m lui permet ainsi de vivre en ville sans problème.

A l’intérieur, l’instrumentation s’avère complète, sans trop en faire. Les compteurs indiquent évidemment l’essentiel, mais dévoilent aussi un système de couleurs à la place du compte tours qui aide à rouler à l’économie, en mettant l’aiguille dans le vert. Elle se situe en termes d’assemblage et de finition dans la moyenne des citadines du segment, c’est à dire bien sans plus. Pour faciliter la vie, il y a un écran couleurs central qui gère toutes les fonctions de divertissement, mais aussi les informations de l’ordinateur de bord, notamment les historiques des parcours recensant la performance de consommation. On est plutôt bien assis, un peu verticalement à l’avant, mais c’est aussi idéal pour mieux dominer ce qui se passe dehors. Les batteries n’empiètent pas sur le coffre, qui garde la même capacité.

Au volant

Parlons d’abord de ce qui dérange le plus au volant. Evidemment, quand on décide de conduire la Yaris hybride comme on mène sa voiture à moteur thermique habituelle, on ne comprend pas trop ce qui se passe. On appuie, le moteur s’emballe à un régime constant élevé, et on attend que le rapport suivant passe pour ramener un peu de silence à bord. Sauf qu’un véhicule du genre n’a pas le même mode d’emploi. On effleure la pédale et notre Yaris s’élance en silence jusqu’à sa petite vitesse de croisière urbaine. Le petit bloc essence 4 cylindres 1.5 de 75 ch va bien sur prendre le relais au-delà de 30 km/h environ ou un peu moins suivant le pourcentage d’accélération, mais de façon imperceptible. Il faut regarder la position de l’aiguille sur le compteur pour vérifier en effet s’il fonctionne ou non. Quand Toyota nous a annoncé avant de partir que nous allions rouler sans doute au moins 50% du temps sur la simple propulsion du moteur électrique, on avait un peu de peine à le croire.

Le parcours mixait une dizaine de kilomètres d’autoroute, puis de la route de campagne entrecoupée de quelques traversées de villages et d’agglomérations. Une fois qu’on intègre la bonne façon de la conduire, sans jamais s’énerver, on évolue dans un cocon de douceur. Pour aider à la recharge, on enclenche le mode B sur le sélecteur de la boite automatique dans les phases de décélérations. Pour autant, qu’on se rassure, quand il faut aller chercher la puissance pour s’insérer sur une voie rapide par exemple, elle sait aussi le faire. La fausse sensation de patinage donne l’impression de faire du surplace, et pourtant elle prend de la vitesse, en témoigne les 100 km/h depuis l’arrêt atteint en un honorable chrono de 12 secondes. En termes de chassis la Yaris est sans histoire, avec un amortissement qui assure un bon confort, et une direction plutôt consistante. Sur notre parcours d’une cinquantaine de kilomètres, selon le boitier embarqué pour mesurer notre performance, nous avons roulé 53% du temps en électrique, ce qui témoigne de la qualité de la chaine hybride. Notre moyenne s’est alors établie à à peine 5 litres. Une performance qu’on peut aisément améliorer si on joue encore mieux le jeu de l’éco-conduite, ce que nous n’avons pas vraiment fait.

Conclusion

On comprend mieux le succès de la Yaris hybride, qui ne devrait pas se démentir. Il faut bien admettre que pour une utilisation urbaine, elle coche pas mal de bonnes cases. On ne va pas forcément la recommander aux habitants des zones montagneuses, mais c’est certainement une des citadines les moins consommatrices de carburant. En passant, Toyota bannit sa version Diesel pour les particuliers, et ne la propose plus qu’aux professionnels. Sinon, une déclinaison sportive « GRMN » arrivera un peu plus tard. La gamme de tarifs de l’hybride s’étale de 19 450 € à 21 850 €, avec déjà largement l’essentiel sur la première finition. Pour peu qu’on soit prêt à y mettre le prix, elle n’a pas vraiment de concurrence. Elle a ses défauts, et notamment sa transmission CVT qu’on aimerait voir disparaître, ou au moins s’améliorer. Et pourtant, elle demeure la plus vendue des citadines hybrides, et la 5ème meilleure vente du segment en France toutes versions confondues.

+ Consommation
 Douceur de conduite
 Equipements
 Boite CVT
 Conduite dynamique limitée

 

Toyota Yaris Hybrid
Moteur
Type et implantation 4 cylindres + électrique
Cylindrée (cm3) 1 497
Puissance (kW/ch)75 + 61
Couple (Nm)111
Transmission
Roues motrices avant
Boîte de vitesses CVT
Châssis
Suspension avant –
Suspension arrière –
Freins –
Jantes et pneus –
Performances
Vitesse maximale (km/h) 165
0 à 100 km/h (s)11,8
Consommation
Cycle urbain (l/100 km) –
Cycle extra-urbain (l/100 km) –
Cycle mixte (l/100 km) 3,3
CO2 (g/km)75
Dimensions
Longueur (m)3,95
Largeur (m)1,70
Hauteur (m)1,51
Empattement (m)2,51
Volume de coffre (l)286
Réservoir (l) 36
Masse à vide (kg)1 165

 

 

Poster un Commentaire

31 Commentaires sur "Essai Toyota Yaris Hybrid 100 ch 2017"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité

Un detail mais le mode B n’aide pas à l’economie. Il s’agit du mode frein (b pour brake) moteur, à utiliser dans les descentes.
Pour le reste, il vous reste à vous desintoxiquer de l’accelerateur et de la boite pour mieux comprendre 😛

xpech
Invité

Le problème c’est que les commerciaux de Toy racontent ça !!

Christophe
Invité

Elle est équipée d’un FAP maintenant ? Parce que si non, les valeurs trouvées par l’ADAC doivent toujours être bonnes :
https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/detail.aspx?IDMess=3939&info=Toyota+Yaris+Hybrid+Style
HC: 5 mg/km
CO: 76 mg/km
NOx: 2 mg/km
Partikelmasse: 0,3 mg/km
Partikelanzahl: 1,45907 10¹¹/km
Et en nombre de particules on est largement au-dessus d’un diesel Euro 5 ou Euro 6 avec FAP qui plus est bien petites.

sylver
Invité

Tout le monde n’a pas en tete les emissions typiques d’une citadine donc je me permet de rajouter quelques valeurs:

Renault Clio 1.2 Tce:
HC: 13 mg/km
CO: 2261 mg/km
NOx: 41 mg/km
Partikelmasse: 2,0 mg/km
Partikelanzahl: 58,03081 10¹¹/km

Peugeot 208 BlueHDi 100
HC: 2 mg/km
CO: 27 mg/km
NOx: 432 mg/km
Partikelmasse: 0,9 mg/km
Partikelanzahl: 0,0052 10¹¹/km

Moi je vois que la Yaris émet 3 fois moins de particules que la 208 et 200x moins de NOx. Et respectivement 6x et 20x moins qu’une Clio essence (toutes deux Euro6).
Et on sait ce qu’il advient des filtres a particules dans la vie réelle…

Christophe
Invité
@sylver « Moi je vois que la Yaris émet 3 fois moins de particules que la 208 » : oui en masse 0,9 / 0,3 = 3 mais en nombre on a 1,45907 10¹¹/km / 0,0052 10¹¹/km = 280 fois plus. Au passage cela ne vous interpelle pas qu’en envoyant 3 fois moins en masse elle en envoie 280 fois plus en nombre. Vous devriez vous pencher sur le diamètre de ces particules alors. Qu’est-ce qui est donc le plus dangereux : envoyer une masse importante de grosses particules ou envoyer une masse faible de très nombreuses et petites particules. Donc que… Lire la suite >>
rrico
Invité

Je commence à douter de ta bonemne fois!!! Merde tu postes ce genre de commentaire dans tous le forums auto !!! Tu fais du lobbying pro diesel ? J’avoue je ne comprends pas. Retourner chez Caradisiac!!

amiral_sub
Invité

@Christophe: tu nous referas un point dans 10 ans, je serais heureux d’apprendre que les diesels soient dans le même état qu’au premier jour avec leur vanne egr et leur FAP. Au fait l’adac mesure sur banc ou sur route? il parait que pour certains moteurs y aurait de grandes différences

Christophe
Invité
@rrico Tu as le droit de douter de ma bonne foi, tu as même le droit d’exprimer tes doutes. Où ai-je parlé diesel ? C’est sylver qui a voulu comparer à une diesel en omettant de dire que bien qu’envoyant plus de particules en masse elle en envoie beaucoup moins en nombre. Il me parait nécessaire de contrecarrer les inexactitudes véhiculées par certains. @amiral_sub Tu aurais cherché un peu tu aurais la réponse à ta question. Regarde du côté des bus, les systèmes doivent être prévu pour maintenir leur efficacité pendant 700 000 km. Et les systèmes sur les bus,… Lire la suite >>
poulet
Invité

Non c’est juste pas une injection directe.

Christophe
Invité

@poulet
Oui ce n’est pas une injection directe mais ce n’est pas pour cela qu’elle n’envoie pas de particules.
Je trouve aberrant que l’on ne recherche pas les particules sur les moteurs essence à injection indirecte et que l’on ne mette pas une limite (il y en a qui dépassent allégrement les limites imposées aux diesel et aux allumage commandé à injection directe).

Toph92
Invité

Dingue, c’est la première fois que le blog auto à presque aimé une Toyota hybride. Tout peut arriver.
Pour la pseudo boîte cvt (y a pas de boîte en fait), c’est juste une question d’habitude.
Il faut effectivement oublier la conduite sportive avec ce genre de motorisation.

amiral_sub
Invité

on peut très bien conduire nerveusement une toy hsd, la conso ne grimpe pas , c’est là un des moultes avantages de cette technologie. Et quand on accélère fort, en entend le moteur. Ça alors! (A part dans un voiture electrique faudra me trouver une voiture où ce n’est pas le cas)

lol
Invité

Mais bon dieu CE N’EST PAS UNE CVT SUR LES HYBRIDES TOYOTA. Changez de boulot au lieu de dire n’importe quoi

greg
Invité

Mais c´est bien une CVT pourtant, il y a marqué en gros « e-cvt » dans les données techniques.
Tout la EGS sur hybrid4, elle utilise l´électrification pour gommer ses défauts, et comme sur l´EGS cela ne marche pas tout à fait.
http://media.toyota.co.uk/wp-content/files_mf/1331114076120301MTOYOTAAURISHYBRIDTECHNICALSPECIFICATIONS.pdf

Invité

Non ce n’est pas une CVT mais un train épicycloïdale ou train planétaire, voir sur wiki, pour le B je ne l’utilise qu’en montagne donc jamais.

Thibaut Emme
Admin

Le train épicycloïdal n’est qu’un élément de la CVT.

La CVT c’est un principe…Celui d’une variation continue de la transmission (merci cap’tain obvious).
Pour cela, il y a grosso modo deux technos utilisées, celle avec deux poulies à diamètre variable et celle avec un train épicycloïdal (en fait 3 car pour les poulies on a aussi la technique à rouleaux toroïdaux qui est une variante des poulies).

Bref une CVT à train épicycloïdal est bien…une CVT 🙂 une e-CVT même selon Toyota (e pour Electronically-controlled).
Ne soyons donc pas plus royaliste que le roi (et que le constructeur en l’occurrence).

SGL
Invité

Dans le genre, difficile de trouver mieux… en plus, elle est de fabrication française… alors… 🙂

ART
Invité

Tout dépend de ses critères…

SGL
Invité
Les critères d’un gars qui prend les transports en commun en ville et qui trouve aberrant que des flots de véhicules roulent royalement à 16 km/h de moyenne sur Paris, ainsi de voir des taxis calibrés pour du 250 km/h, ainsi que l’inquiétude de voir de moins en moins d’usine française qui tourne, ainsi de voir des niveaux de pollutions extrêmement élevés au quotidien sur l’IDF. Cette Yaris Hybrid est donc un moindre mal, certainement pas grisant à la conduite, mais un bon véhicule pour les zones urbaines et mille fois mieux qu’un vieux diesel en ville ! Le progrès… Lire la suite >>
Christophe
Invité
@SGL Moi aussi je prends les TC quand mes pieds ou mon vélo ne conviennent pas. Moi aussi je trouve aberrant de prendre une voiture pour rouler à moins de 20 km/h de moyenne en ville. Moi aussi je suis préoccupé par les niveaux de pollution. Moi aussi je suis préoccupé par l’emploi en France. Par contre personnellement je n’ai pas pris cette voiture pour les bonnes raisons suivantes : – je suis loin d’être certain qu’elle est moins polluante que d’autres, – la batterie de traction ne supporterait pas le traitement que je fais subir à ma voiture personnelle… Lire la suite >>
SGL
Invité

Je ne suis qu’un écolo « modéré » @Christophe.
Par contre, je suis étonné… Voir choqué que les gens semblent se contrefouter de la pollution, des emplois, sans pour que cela profite, en contrepartie, à la qualité de la vie.
@Christophe, pour une voiture utilisée tous les jours, cette Yaris Hybrid est un moindre mal.

amiral_sub
Invité

merci SGL pour ce bon résumé. J’ajouterais que les hybrides toyota sont très nerveuses, il faut les essayer pour s’en rendre compte. Bizare ces critiques de montées en régimes qui font du bruit, c’est le cas dans toutes les voitures

wpDiscuz