Accueil Chevrolet Dieselgate : GM a son tour visé par une plainte

Dieselgate : GM a son tour visé par une plainte

153
8
PARTAGER

General Motors est pris à son tour dans la tourmente du dieselgate. En effet, GM vient de voir une plainte engagée contre lui aux Etats-Unis, plainte lancée au civil par des particuliers mais aussi des professionnels.

Pour ce qui concerne la nouvelle du jour, ce n’est pas une plainte au pénal. Mais, elle peut faire beaucoup de mal financièrement, ainsi qu’en terme d’image. C’est une nouvelle fois le cabinet Hagens Berman (1) qui engage une action de classe contre un constructeur. Les propriétaires ou loueurs de plus de 705 000 pickup Chevrolet Silverado ou GMC Sierra (de 2011 à 2016) sont appelés à se joindre à la plainte.

Cette dernière accuse le groupe GM d’avoir, sciemment, installé des logiciels truqueurs dans les moteurs de leurs voitures. Ces dernières se retrouvent donc théoriquement non conformes pour circuler. La plainte indique que les moteurs émettent « jusqu’à 5 fois les limites légales de NOx durant une conduite normale en utilisant des dispositifs de triche pour conserver les émissions légales dans un environnement de test ». Selon la plainte, même si le constructeur corrige le tir pour respecter la norme, la consommation et la puissance en seront affectés.

Une spécificité technique pourtant mise en avant par GM

C’est la spécificité du Duramax qui est au coeur de la plainte. En effet, ce dernier inverse les positions du filtre à particules et du SCR (Selective Catalytic Reduction). Ce faisant, le moteur peut sortir plus de puissance tout en respectant les normes. Mais, cela n’est pas sans poser problème. Il faut en effet soit utiliser beaucoup d’urée pour rendre le SCR très performant, soit utiliser moins d’urée mais à ce moment là, le filtre à particules demande plus de phases de régénération très gourmandes en puissance.

Ainsi, pour ménager la chèvre et le chou, GM aurait implémenter des dispositifs de triche pour éviter de perdre trop de puissance ou de consommer trop d’urée. Mais, les émissions de NOx s’envolent.

Bosch est cité aussi

Une nouvelle fois, l’équipementier Robert Bosch est cité dans une plainte contre un constructeur. En effet, Hagens Berman estime que « GM n’a pas agi seul ». Ils ajoutent : « Bosch a développé, fabriqué, et testé l’unité de contrôle électronique des diesel qui ont permis à GM d’implémenter les dispositifs de triche. Et les ECU Bosch sont présentes dans presque tous les véhicules qui, de façon avérée ou supposée, manipulent les émissions, y compris Mercedes, Fiat Chrysler et Chevrolet ».

On pourra aussi arguer que les ECU Bosch sont aussi vraisemblablement dans des voitures qui n’utilisent pas de dispositifs de triche.

Du côté de General Motors, on se défend évidemment. « Ces affirmations sont sans fondement et nous allons nous défendre vigoureusement » répond le constructeur américain. GM ajoute que « les diesel Duramax des Chevrolet Silverado et GMC Sierra sont conformes avec toutes les règles américaines de l’EPA et du CARB (2) ».

Tout comme Volkswagen, GM pourrait être tenté de régler ce différent à l’amiable contre le paiement de plusieurs milliards de dollars.

(1) Hagens Berman est le cabinet qui avait lancé les recours collectifs contre Volkswagen, mais aussi Fiat Chrysler.
(2) Agence de Protection de l’Environnement, Bureau Californien de l’Air

Source : Hagens Berman, illustration : GM

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Dieselgate : GM a son tour visé par une plainte"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
francois
Invité

« GM pourrait être tenté de régler ce différent à l’amiable contre le paiement de plusieurs milliards de dollars. »
Cela ne dépendra que d’une chose, si l’EPA et le CARB découvrent un logiciel tricheur alors GM est mal, dans le cas contraire, il ne versera pas un sou et d’autant moins que s’il le faisait, il reconnaîtrait de facto sa culpabilité.

wizz
Membre

Ce serait intéressant de voir comment est le protocole utilisé pour dénicher un comportement suspect de la gestion du moteur. Chez FCA, le timer est de 1600 secondes. Chez Audi, il fut de 1370 secondes. Un délai minimum nécessaire pour couvrir l’homologation. Et chez GM, ce serait à peine 500 secondes!!!
https://www.hbsslaw.com/cases/chevy-silverado-emissions/pressrelease/chevy-silverado-duramax-diesel-2500-and-3500-emissions-consumers-sue-general-motors-for-allegedly-installing-multiple-emissions-cheating-defeat-devices-in-over-705000-duramax-diesel-trucks

en tout cas, si la triche s’avère vraie, alors…..
du goudron et des plumes…
du goudron et des plumes…
du goudron et des plumes…
du goudron et des plumes…
du goudron et des plumes…
du goudron et des plumes…
(et des sous aussi)

Denis
Invité

Bosch est le pt commun de tous les constructeurs impliqués. Ça ne m’étonnerais pas que bosch à convaincu tous le monde d’utiliser ça camelote, genre « t’inquiète pas tous le monde fait pareil ».

wpDiscuz