Essai Skoda Kodiaq TDI 150 4X2

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone


La tendance est parfaitement claire, les monospaces font figure de véhicules du passé. Aujourd’hui, les SUV prennent clairement le pouvoir et le Skoda Kodiaq en est une nouvelle illustration. Direction les Alpes suisses pour découvrir l’un des challengers du Peugeot 5008.


Extérieur et intérieur

Le Skoda Kodiaq se fait d’abord remarquer par ses grandes cotes. Avec ses 4,70 m de long, il autorise la présence de 7 passagers à bord. L’avant reprend presque trait pour trait le concept car qui annonçait son arrivée. Le profil pour le moins classique, nous fait penser à ce qui existe dans le groupe Volkswagen sur ce type de véhicules, et notamment le cousin Seat Ateca. Cela se remarque encore plus à l’arrière ntù il relève du défi de le différencier de l’Espagnol. Cela étant, il diffère largement par sa longueur, qui le rend plus imposant dans la rue.

A l’intérieur, une fois de plus Skoda démontre ses efforts en termes de présentation, et de qualité de finition. Cependant, le Peugeot 3008 et également le 5008 le concurrent désigné, fait clairement mieux en la matière. Au chapitre des équipements, le Tchèque fait le plein, en reprenant les plus modernes dont disposent d’autres voitures du groupe. Une tablette hyper connectée, des aides à la conduite perfectionnées font partie du lot quand on y met le prix. On aime bien les petits trucs comme le parapluie dans la porte avant, et les protections de portières rétractables pour ne pas abimer la voiture voisine quand on les ouvre. Mais le point fort, c’est l’habitabilité gigantesque, comme on l’attend d’une Skoda. Il y a aussi les espaces de rangements, mais sans même parler de chiffres, la place à disposition sur la banquette arrière est relative à celle des plus grandes berlines. Le coffre, suivant les assises déployées est respectivement de 270 l (7 places), 720 l (5 places) et 2065 l (2 places).

Sur la route

Nous avons fait le choix du 2.0 TDi 150 ch avec 2 roues motrices, qui devrait représenter une grosse part du mix des ventes. Il ne se fait pas trop entendre, et fait plutôt bien son travail, mais sans plus. Il s’avère plutôt agréable à mener, surtout associé à la boite DSG qui sied toujours aussi bien aux moteurs diesel Volkswagen. Avec seulement deux passagers à bord et même pas le poids de celui d’un troisième en matériel, évidemment tout va bien. Cela étant on s’interroge sur l’énergie de ce moteur avec beaucoup plus de monde à bord ou avec bien plus de fret. On ne peut pas dire cependant qu’il a un comportement poussif, mais on espère simplement que la force de son couple sera suffisante pour ne pas être inquiété.

En termes de confort, le Skodia Kodiaq obtient une bonne note, assurément. Il avale les imperfections de l’asphalte sans faire subir des remontées sèches qui dérangeraient les occupants. Cela étant il fait preuve d’une rigueur de comportement largement inférieure à ce qui se fait de mieux parmi ces petits camarades de jeu, quand il s’agit de le bousculer. On ne pourra donc pas jouer les Fangio en redescendant de la montagne après avoir déposé les enfants au cours de ski. Et justement, parlons de ce qui se passe quand la chaussée se retrouve enneigée. Car ce fut en effet le cas sur notre parcours, quand les flocons se sont mis à blanchir soudainement la route. Avec notre simple transmission 4X2, on s’en remettait donc à nos pneus adaptés pour ces conditions. Et on ne rappellera jamais assez l’importance d’avoir la bonne monte pour ce type de météo, qui nous a permis d’évoluer sans rencontrer véritablement de problème. Cependant, on se serait senti malgré tout plus à l’aise avec une transmission intégrale, c’est certain, surtout après l’avoir testée sur circuit lors d’un atelier spécifique convaincant.

Conclusion

Le nouveau Skoda Kodiaq semble donc cocher pas mal de cases pour convaincre les grandes familles et autres professionnels qui ont besoin de place. Même s’il s’avère être le 7 places le plus abordable du marché, hors low cost, peu de clients le choisiront en finition d’accès, pourtant pas mal équipée. Notre version milieu de gamme avec quelques options s’échangent contre près de 40 000 euros. Et à ce niveau, la concurrence s’avère assez rude.

Photos: Skoda France

+  Habitabilité
 Confort
 Equipements
 Rigueur de comportement
 Moteur un peu juste

 

Skoda Kodiaq TDi 150 4X2
Moteur
Type et implantation 4 cyl. Turbo Diesel
Cylindrée (cm3) 1 968
Puissance (kW/ch) 150
Couple (Nm) 340
Transmission
Roues motrices Avant
Boîte de vitesses  Auto. 7 rapports
Châssis
Suspension avant
Suspension arrière
Freins
Jantes et pneus  –
Performances
Vitesse maximale (km/h)  198
0 à 100 km/h (s)  10,3
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)  –
Cycle extra-urbain (l/100 km)  –
Cycle mixte (l/100 km) 5,0
CO2 (g/km) 131
Dimensions
Longueur (mm) 4 700
Largeur (mm) 1 880
Hauteur (mm)  1 660
Empattement (mm) 2 790
Volume de coffre (l)  765
Réservoir (l)  58
Masse à vide (kg) 1639

 

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Essai Skoda Kodiaq TDI 150 4X2"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
beniot9888
Invité

J’ai du mal à imaginer mettre 40000 € dans cette Skoda. Pour moi, c’est une tâcheronne honnête et capable. Sans éclat, mais adaptée à ce qu’on va lui demander.

Et du coup, je la trouve un peu chère. Après, les sièges cuir/Alcantara (par exemple) ne sont pas indispensables pour une tâchetonne, ce qui devrait permettre de faire baisser la note.

Nos emplettes sont nos emplois
Invité
Nos emplettes sont nos emplois

Absolument, c’est le bazar chez Vag avec trois marques qui voudraient bien être différentes mais qui propose des lignes identiques, les mêmes moteurs (avec les mêmes problèmes), les mêmes transmissions pour des prix comparables.
Pourquoi acheter plus l’une que l’autre ?

Malco
Invité

C’est dans les mêmes prix qu’un grand monospace, genre sharan et compagnie, non? Et pour la même cible, AMHA.
Donc, pourquoi pas…

TolP
Invité

Sauf que les grands monospaces ont 3 vraies places en 2ème rangée et des coffres conséquents. Aujourd’hui aucun SUV (et surtout pas le Kodiaq) ne rivalise (à mon grand regret).

panama
Invité

A ce niveau de prix, on investi dans sa sécurité, donc dans les 4 roues motrices. Cet essai le démontre aisément.
Skoda a bien meilleure réputation dans l’Europe de l’Est, où son slogan de « smart buy » est amplement justifié.

Pat
Invité

À 40k€, smart buy ? Vraiment ?

J’aimerais bien savoir combien elle coûte vraiment à la production.

On doit être loin des 40k€ quand on connait le prix d’un Duster un peu plus petit qui doit être 70% moins cher (à vu de nez).
On doit plus être loin d’un Espace produit en France et disposant de 4RD.

Panama
Invité

C’est qu’un Duster est construit sur une vieille plateforme de Clio (arrêtez-moi si je dis une bêtise).
La techno ça coûte cher. Les prestations modernes ont un prix.
Après pour l’usage bien sûr s’il s’agit uniquement de se d’eplacer d’un point à l’autre… mais tout le monde sait qu’une automobile ce n’est pas vraiment que ça

pcur
Invité

Cet essai démontre exactement le contraire mais il faut le lire… « Avec notre simple transmission 4X2, on s’en remettait donc à nos pneus adaptés pour ces conditions. Et on ne rappellera jamais assez l’importance d’avoir la bonne monte pour ce type de météo, qui nous a permis d’évoluer sans rencontrer véritablement de problème »

wizz
Membre

« Nous avons fait le choix du 2.0 TDi 150 ch avec 2 roues motrices, qui devrait représenter une grosse part du mix des ventes…. »

attention pierrick…..
selon greg, dans la catégorie, ça se vend à 70% en 4 roues motrices
et selon sam, dans sa région, c’est 100%

greg
Invité

Ce n’est pas « selon greg », mais selon Jato 🙂
Je rappelle juste le contexte : je répète cet état de fait pour tous les « experts » sur ce blog qui soutiennent mordicus que les 4 RM sont inutiles dans le segment.
Moi je dis qu’il y a pourtant une demande.
Maintenant, jusqu’ici le segment était dominé par les premiums. Ce sera intéressant de voir comment cela va évoluer. Cependant les Santa Fe et X-Trail se vendent également majoritairement en 4×4.

wizz
Membre
oui mais bien sûr greg exemple ici http://www.dailymotion.com/video/x160btl VW a un avantage par rapport à ce qui se faisait en face: le premier, le seul tdi 110ch qui donnait de la patate à son conducteur, permettait de doubler sans problème idem aussi pour cette marque de cosmétique américaine, qui essaie de s’implanter en Europe face aux marques déjà bien installées. Pour convaincre la ménagère de moins de 50 ans, la pub disait « gemey maybelline, number one aux usa…. » bref, à chaque fois qu’une marque a un avantage, une qualité que n’ont pas les autres, elle ne se gêne pas pour… Lire la suite >>
koko
Invité

Si si…
En fait 70% des suv se vendent en 4rm en Suisse dans le canton du Valais 😉

Invité

Bon le kodiaq c’est sympa, mais c’est juste un tiguan rallongé , et ca reste cher pour une skoda.
Il n’y a pas 3 vraies places à l’arrière et les +2 dans le coffres ca ira si vous faites moins de 1m50 , donc ?
Quoi pour remplacer mon grand monospace avec 7 vraies places , il n’y a rien à part un Classe V ou un Citroën tourer ?
Qui fera la voiture dont j’ai besoin, peut etre les corréens ?

greg
Invité

Bah il y a toujours le Sharan, l’Alhambra, le S-Max ou le Galaxy 😉

wpDiscuz