Accueil Smart Essai Smart Brabus Tailor Made

Essai Smart Brabus Tailor Made

347
14
PARTAGER

Une fois n’est pas coutume, on va commencer par la fin. La nouvelle Smart Brabus est chère, voire très chère. La grille de tarifs d’entrée de gamme correspond à peu près à celle de la Classe A, soit environ 23 000 €. Et en ajoutant les options, on dépasse allègrement les 30 000 €, ce qui rend élevé le prix du centimètre et du cheval pour cette mini citadine de 2,74 m.

Sauf que les clients de cette voiture se moquent plus ou moins du montant du chèque qu’on leur réclame. Ils veulent surtout s’assurer d’avoir coché la bonne case pour avoir le truc en plus que celle du voisin. Et pour ça, justement Smart fait bien les choses. Au-delà des finitions classiques, chez le constructeur dont l’usine est basée à Hambach dans l’est de la France existe désormais le programme sur mesure baptisé tailor made. Il permet ainsi d’avoir un choix plus étoffé pour les teintes extérieures, les revêtements intérieurs, la couleur des accessoires et on en passe. Dans cette déclinaison Brabus, il en ressort un sentiment d’ambiance plus cossue. L’effet recherché apparaît donc obtenu. Si on peut repérer quelques points communs avec la Twingo, et notamment quelques commandes, la présentation n’a rien à voir.

Style

On remarquera au premier regard cette Smart pas comme les autres. Il y a d’abord les grandes roues au design unique, qui la rendent encore mieux assise sur la route. Bien entendu les boucliers font partie de la panoplie qui la différencie du reste de la gamme. En plus d’être plus proéminent, celui à l’avant voit deux petites moustaches renforcer son aérodynamique agressive en la rapprochant encore plus du sol. A l’arrière, apparaissent deux sorties d’échappement intégrées dans un diffuseur qui lève le doute sur la version de Smart que vous suivez. En termes de look, ça en jette, et avec le programme tailor made, il est par définition possible de se concocter une auto vraiment unique.

Châssis et motorisation

Sous le plancher du coffre arrière se situe donc un 3 cylindres turbo de tout juste 109 chevaux. Sur le papier, cela pourrait paraître un peu juste quand on porte le badge Brabus. On ne peut pas donner totalement tort aux observateurs qui le pensent, vu les performances qui la gratifient tout de même d’un 0 à 100 km/h un peu en dessous des 10 secondes. La sonorité plutôt légère accompagne d’ailleurs ce manque de brutalité au volant, et c’est tant mieux.

On pestait contre les Brabus bruyantes, posées sur une planche de bois, avec une boîte automatique légendaire, et pas dans le bon sens du terme, qui ne rendait pas forcément la vie facile. Avec la transmission à double embrayage twinamic de série, l’agrément se voit transfiguré sur cette nouvelle mouture. Les à-coups disparaissent, dès lors ils ne se conjuguent plus avec les tressautements verticaux qui caractérisaient l’ancienne.

Sur la route

En effet, le compromis confort/dynamisme renvoie celui de celle qui la précède deux siècles en arrière. La ville et les hypers centres demeurent bien évidemment son terrain de prédilection. C’est le moins qu’on pouvait attendre d’une mini-citadine. Le codéveloppement avec Renault a abouti à une structure qui libère l’essieu avant, avec à la clé un rayon de braquage qui lui permet de se faufiler encore plus facilement partout. Malgré l’abaissement de la hauteur de caisse, vous ne verrez plus votre gobelet de café répandre son contenu à chaque feu vert et sur les passages pavés.

Surtout, elle peut se permettre de sortir hors des villes, peu ou prou de la même façon qu’une citadine aux dimensions plus généreuses. C’est à dire sans faire mal aux oreilles, sans agacer avec un amortissement qui ne serait pas fait pour les grands espaces. Même si elle s’appelle Brabus, elle ne se transforme pas en bête de circuit, et ce n’est pas l’idée. Car elle ne saurait pas faire les deux, être confortable au quotidien tout en se montrant redoutable sur une piste. Il s’agit clairement de la plus homogène des voitures de moins de 3 mètres. Et étrangement, on adore passer du temps à son volant, tant elle est amusante.

Conclusion

Justement, quand il s’agit de parler de concurrence, on a du mal à la nommer. Une Mini par exemple, affiche bien sur des dimensions largement supérieures, deux places supplémentaires, et logiquement de meilleures prestations. Il reste peut-être les Abarth 595, mais là aussi, dur de leur trouver des points communs. Surtout qu’au chapitre du confort, il est clairement de moins bon niveau dans l’italienne. Mais ces compétitrices n’auront de toute manière jamais l’argument de poids de la Smart, ses courtes cotes qui changent complètement la perception des villes depuis son poste de conduite.

Crédit photos : le blog auto

+Polyvalence du comportement
Rayon de braquage
Ambiance intérieure à la carte
Chère !

 

Smart Brabus
fortwofortwo cabrioforfour
Moteur
Type et implantation3 cylindres en ligne turbo essence
Cylindrée (cm3)898
Puissance (kW/ch)80/109 à 5750
Couple (Nm)170 à 2000
Transmission
Roues motricesArrière
Boîte de vitessesDouble embrayage Twinamic à 6 rapports
Châssis
Suspension avantNCNCNC
Suspension arrièreNCNCNC
Freinsdisques ventilés AV/disques ARdisques ventilés AV/disques ARdisques ventilés AV/disques AR
Jantes et pneus185/50R16 AV 205/40R17 AR185/50R16 AV 205/40R17 AR185/45R17 Av 205/40R17 AR
Performances
Vitesse maximale (km/h)165165180
0 à 100 km/h (s)9,59,510,5
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)5,25,25,4
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,14,34,2
Cycle mixte (l/100 km)4,54,64,6
CO2 (g/km)102102104
Dimensions
Longueur (mm)274027403520
Largeur (mm)166016601660
Hauteur (mm)154015401540
Empattement (mm)187018702490
Volume de coffre (l)260->350185->975
Réservoir (l)3535NC
Masse à vide (kg)99510951040

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Essai Smart Brabus Tailor Made"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
beniot9888
Invité

Quelle misère ! Passer chez Taylor Made pour finir avec une Smart grise, cuir noir. Ca ne valait pas l’effort.

Panama
Invité

C’est dans les détails que le luxe se reconnaît. Les goûts et les couleurs …

beniot9888
Invité

A bas les détails, pour le prix, je prends une Mini Cooper S.

ART
Invité

Si des gogo sont prêts à lâcher 30k dans un 3cyl. et 100ch, il auraient bien tort de se priver de la raffle…

Panama
Invité

Ça garde une cote d’enfer

Panama
Invité

C’est que ce n’est pas du tout le même usage. Jamais conduit de smart dans une grande cité ?
Je me souviens avoir loué deux ou trois fois des smart Cab pour me déplacer à Paris et ça a été le pied absolu

mum1989
Invité

30 000€ c’est n’importe quoi en version haut de gamme, ils auraient pu remplacer au moins tout les plastiques par du cuir ou un matériau noble …

lym
Invité

Eux au moins ont mis un compte tour sur une déclinaison pêchue… Par comme Renault et sa Twingo GT…
Le tarif… Bin Smart reste Smart. Et surtout sur la 2 place il faut bien rentabiliser un marché limité qui n’intéresse visiblement personne d’autre.

CDA
Membre

L’argument inverse fonctionne aussi concernant la Twingo : il y a pas de compte-tours mais elle est moins chère.

Labradaauto
Invité
Sans l’avoir essayée, je ne dirai que du bien de ce genre de produit raisons: enciombrement, propulsion, une aptitude au sport et même au slalom, 109 cv: c’est peu !(la 5 gt était sortie à 110) Après faut réellement mesurer les 2 pour comparer l’auto plaît aux dames: c’est un atout la vitesse élevée n’est plus de ce monde dans le trafic à présent et surtout la répression qui compte pour le législateur plus que le terrorisme (on laisse en liberté 15 ou 16000 radicalisés, mais on mobilise au quotidien combien de force publique pour empêcher que le quidam ne… Lire la suite >>
ART
Invité

Dans un cas la mobilisation coûte, dans l’autre il rapporte….

Samuel
Invité

Le design extérieur est vraiment superbe !
A l’intérieur, certains détails sont très impressionnant: le volant et l’environnement intérieur sont juste parfait.

wpDiscuz