Accueil Constructeurs chinois Proton pour PSA, Lotus pour Geely ?

Proton pour PSA, Lotus pour Geely ?

117
16
PARTAGER

Une solution à deux constructeurs pour le rachat de Proton pourrait être finalement annoncée courant juin selon les dernières informations en provenance de Malaisie.

Un temps favori dans la reprise de Proton, PSA s’était fait doubler récemment par Geely selon des sources proches du dossier. Des équipes des deux constructeurs se sont déplacées au siège de Proton pour éplucher les comptes du constructeur malaisien et les deux candidats ont remis leurs dossiers de reprise avant la date butoir du 16 février fixée par Proton.

Aux dernières nouvelles, chacun des constructeurs a marqué sa préférence et une solution bénéfique pour les deux constructeurs semblerait se dessiner. PSA rachèterait Proton tandis que Lotus tomberait dans l’escarcelle de Geely.

Le groupe français a de grands projets pour Proton. PSA souhaite ni plus ni moins faire du constructeur malaisien, sa tête de pont au sein de l’Asean, organisation politique, économique et culturelle regroupant dix pays d’Asie du Sud-Est et 620 millions d’habitants.

Le géant français aurait pour projet de transférer la production de l’usine historique de Proton à Shah Alam (banlieue de Kuala Lumpur) à celle plus moderne de Tanjung Malim (au nord de Kuala Lumpur) également appelée Proton City. Les deux usines ont une capacité de production de 350 000 véhicules par an aujourd’hui sous-utilisées puisque Proton n’a produit l’an passé qu’environ 150 000 voitures.

Le plan de PSA prévoirait de faire passer la production de Proton de cent cinquante milles à un million rapidement puis à deux millions à long terme. Cette hausse de la production passerait par la construction d’une nouvelle usine dans la même province que Proton City. La construction de cette nouvelle usine aurait pour objectif de concentrer les forces de Proton en un même endroit et faire de Proton City, la plaque tournante de l’automobile malaisienne. PSA projetterait d’y créer à terme 10 000 emplois.

Avec un tel plan ambitieux, on peut comprendre pourquoi le groupe français ne veut pas s’encombrer d’un boulet financier que représente Lotus. Quant au savoir-faire technologie de Lotus, PSA n’a pas à rougir du sien et n’a pas vraiment d’intérêt à acquérir celui de Lotus. Ça tombe bien ! Geely ne souhaiterait pas s’encombrer de Proton et ne serait intéressé que par la technologie de Lotus.

Le rachat de Proton déboucherait sur dépeçage amical de Proton avec les usines pour PSA et Lotus pour Geely. Si ces rumeurs s’avéraient confirmées, les bagnolards que nous sommes, serions, bien entendu, tristes de ne pas voir se profiler une future lutte entre Renaut/Alpine d’un côté et PSA/Lotus de l’autre.

 

Source : The Star

Source photo : Proton

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Proton pour PSA, Lotus pour Geely ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zeboss
Invité

Tavares a mangé du lion… 😀

oshe
Invité

Ambassador, Opel, Vauxhall, Proton.
C’est plus le lion calme mais c’est le lion enragé !

On remarquera que Vauxhall, c’est la marque au griffon, Proton, la marque au tigre, avec Peugeot la marque au lion

Anonyme
Invité

le problème est plutôt de se demander si Tavares a les moyens de ses ambitions, non ?

oshe
Invité
Ambassador, ca n’a pas couté bien cher et en plus PSA compte devellopper la marque grace à un partenaire local. Donc, pas grand chose de couteux vu que les frais seront partagés. pour Opel et Vauxhall, le cout d’achat, on parle de 2 milliards de dollars sera amorti avec la production en serie des berlines et autres véhicules des 5 marques à moyen terme (Peugeot, Citroen, Opel, Vauxhall, DS) pour Proton, l’entreprise est en liquidation, je pense pas que PSA va payer bien cher pour racheter la marque avec ses usines. Si Opel vaut 2 milliards pour 1,3 millions de… Lire la suite >>
All
Invité

Déchainé le Tavares…

oshe
Invité

Lotus ?
Je comprends qu’en Chine, le nom de la marque fasse rever. En Europe, cette marque pour la relancer, il faudrait des milliards d’euros pour , faire une berline, un SUV, refaire une sportive.
Trop couteux.
Le probleme de Lotus a toujours été qu’ils se sont bornés à faire des coupés et on l’a vu avec Porsche ou Jaguar, sans SUV ou Berline, une marque sportive premium ne peut pas tenir.
Je comprend à 100% PSA qui ne veut que Proton. Proton sera la Holden malaysienne, des Opel rebadgées.

SGL
Invité

Pourtant, ce qui manque le plus à PSA est une marque de sportives bien établies.
Un pendant d’Alpine ou de Porsche pour PSA.
Lotus à une belle histoire, intéressant à développer, notamment dans les SUV.

4aplat
Invité

Quel intérêt de reprendre Lotus? Nom prestigieux mais petite production …Dettes a gogo .

Raymond Boncoin
Invité
Ne noircissons pas le tableau de Lotus à outrance : Jean-Marc Gales a hérité d’un artisan (à défaut d’un constructeur) qui périclitait depuis plusieurs années. À force de processus de rationalisation, il est arrivé à redresser la barre avec sérieux et abnégation. Certes, le ciel n’est pas totalement bleu à Hethel mais il s’est singulièrement éclairci ces derniers mois. Ce qui autorise même l’avènement d’un SUV badgé Lotus (Genève 2017 devrait lever un voile sur le sujet). Lotus chez Peugeot n’aurait pas été incongru vu que son actuel directeur provient justement de la firme sochalienne où il a oeuvré pendant… Lire la suite >>
Ddd
Invité

Volvo-Lotus

wpDiscuz