Accueil 24h du Nürburgring Programme sportif 2017 Toyota 

Programme sportif 2017 Toyota 

169
0
PARTAGER

Avec le retour en WRC, le programme de Toyota pour l’année 2017 est particulièrement copieux. Du désert à la piste, de l’Asie aux Etats-Unis en passant par l’Europe, le géant japonais est présent à peu près partout. Revue de détail pour les principaux engagements.

Toyota a présenté comme chaque année à Tokyo son programme ce jeudi, regroupé désormais entièrement sous la houlette d’une seule entité, Toyota Gazoo Racing. Cela simplifie les choses.

Dakar et WRC

On ne reviendra pas en détail sur l’engagement de Toyota au Dakar et en WRC puisqu’on en connaît déjà l’essentiel et que la saison est entamée  avec une belle seconde place au Monte Carlo pour l’écurie  à la tonalité très finlandaise dirigée par Tommi Makinen.

WEC

Alors que les rivaux allemands sont réduits à la portion congrue avec les deux Porsche 919 Hybrid pour seuls, mais redoutables, adversaires, Toyota sent que c’est « son » année cette fois, après avoir touché du doigt la victoire aux 24 heures du Mans 2016, la perdant dans le dernier tour dans le coup de théâtre du siècle. En conséquence, les Japonais déploient une armada avec (enfin) une troisième voiture au Mans et en préparation aux 6 heures de Spa-Francorchamps.

Les équipages des TS050 sont ajustés en conséquence : si l’équipage  Buemi-Davidson-Nakajima ne bouge pas, ayant largement démontré son efficacité, il y a du changement dans la seconde voiture puisque l’ex-empereur du WTCC et désormais pilote en Formule E José Maria Lopez rejoint Mike Conway et Kamui Kobayashi pour l’ensemble de la saison.  Stéphane Sarrazin devient quant à lui le leader de l’équipage de la troisième  voiture, et ses deux équipiers ne sont pas encore officiellement annoncés. Il y a de bonnes chances que l’un des deux soit Ryo Hirakawa, qui a ajouté en 2016 à ses bonnes performances déjà  connues en Super GT de belles prestations et une certaine aisance dans le  milieu de l’ELMS.

Super GT

La Lexus RC F GT500 laisse la place à la LC 500 mais la structure de l’engagement Lexus ne change pas avec toujours six voitures pour cinq écuries : les champions 2016 SARD sur la no1, WAKO’S Team Le Mans sur la no6, WedsSport Bandoh et la no19, TOM’S avec la no36 AU et la no37 Keepers et Zent Cerumo avec la Zent no38. Pour ce qui est des pilotes, pas de révolution mais quelques ajustements intéressants. Chez TOM’S Kazuki Nakajima revient pour la saison entière, en parallèle de son engagement en WEC, et reconstitue son très efficace binôme avec James Rossiter sur la no36 alors que Nick Cassidy rejoint Ryo Hirakawa sur la no37. Daisuke Itoh pose le casque et rejoint le bord de piste en tant que team manager. Il reprendra seulement du service lors de la course de Fuji en mai, puisque Kazuki Nakajima sera a Spa pour le WEC.

A noter l’arrivée attendue de Red Bull sur les flancs de la no37, puisque Ryo Hirakawa est désormais soutenu par Red Bull Japan. Mine de rien c’est un petit évènement puisque jusqu’alors, et contrairement au reste du monde, Red Bull ne s’était pas encore impliqué en sports mécaniques au pays du Soleil Levant.

En GT300, Lexus engage deux nouvelles RC F GT3 via le team LM Corsa, avec la no60 pour Akira Iida et Hiroki Yoshimoto qui devraient enfin recueillir cette année les fruits de leur abnégation des deux dernières saisons à développer une auto peu performante et la no51 pour deux jeunes de la filière pilotes Toyota, Yuichi Nakayama et Sho Tsuboi. Les deux Toyota Prius GT engagées par le team apr seront là également, elles aussi soutenues officiellement contrairement aux Toyota 86 MC et à la Toyota Mark X MC qui n’ont il est vrai de Toyota que le badge.

Super Formula

Contrairement au Super GT, il y a pas mal de changement dans l’effectif motorisé par Toyota en Super Formula. Du côté de ceux qui ne bougent pas on retrouve Hiroaki Ishiura et le champion 2016 Yuji Kunimoto chez Cerumo Inging, tout comme Kazuki Nakajima et André Lotterer chez TOM’S. Kondo Racing devient la « carte jeunes » Toyota avec Nick Cassidy et Kenta Yamashita, les deux derniers champions de F3 japonaise. Kazuya Oshima revient pour sa première saison depuis 2013 dans le team Le Mans, où son équipier n’est pas annoncé officiellement mais pourrait bien être Narain Karthikeyan comme la saison dernière. Kamui Kobayashi, après une bien terne saison 2016 dans le team Le Mans, trouve refuge chez KCMG, oû il aura toute l’équipe à sa disposition. Enfin chez Impul c’est Jann Mardenborough qui rejoint Yuhi Sekiguchi, la révélation 2016, pour constituer un duo qui a fière allure. Il faudra toute l’autorité de Kazuyoshi Hoshino pour canaliser toute l’energie de ces deux fringants jeunes gens.

24 Heures du Nürburgring

Le Gazoo Racing est fidèle à sa participation à l’épreuve mais réduit la voilure puisque cette année il n’y aura qu’une voiture officielle, une Lexus RC F proche de la série qui sert surtout de support a la formation de jeunes employés de la marque en charge de la préparation et de l’exploitation en course.

Nascar

Apres l’historique titre constructeurs en Sprint Cup en 2016, Toyota a définitivement gagné ses galons de good ol’ boy et continue son engagement avec le Joe Gibbs Racing et le Furniture Row Racing et cinq voitures emmenées par Denny Hamlin et Kyle Busch.

Crédit images : Toyota

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz