Accueil Kia Essai Kia Rio 1.0 T-DGI 100 Premium

Essai Kia Rio 1.0 T-DGI 100 Premium

389
16
PARTAGER

En 2016, l’actuelle génération de la Kia Rio pointait à la 18ème place des polyvalentes vendues en France. Loin donc d’être une menace pour ses meilleures rivales, européennes ou asiatiques. Avec cette toute nouvelle mouture, le constructeur coréen compte vient venir chatouiller les ténors du segment sur leur propre territoire. Est-elle suffisamment armée pour cela ? C’est ce que nous sommes allés vérifier sur les routes du Portugal.

Style extérieur

Au premier coup d’œil, cette nouvelle Kia Rio semble s’être fortement inspirée de la précédente mouture. Pourtant, cette polyvalente a beaucoup plus évolué qu’il n’y paraît. Toutes les proportions de la voiture ont été modifiées pour lui procurer un look plus sportif. Rallongée de 15 mm (4,07m, une des plus grande la catégorie), elle est également plus large, plus basse avec un capot nettement plus long et un arrière raboté. L’identité des dernière Kia est bien évidement retranscrite ici avec un regard agressif dont les blocs optiques sont reliés par une nouvelle interprétation de la fameuse calandre ‘‘Tiger Nose’’. Les flancs plus sculptés et la poupe râblée soulignée par un bouclier bi-ton suggérant la présence d’un diffuseur parachève un dessin qui se veut donc dynamique. Un bon point pour cette coréenne qui dégage également un bon sentiment de robustesse.

Style intérieur et équipement

Un sentiment de qualité perçue qui aurait malheureusement tendance à s’estomper une fois à bord. Si le dessin, très épuré et plutôt moderne correspond bien à l’esprit de la petit coréenne, en revanche, l’omniprésence de noir rend le tout un rien tristoune. Il suffit de monter dans une Citroën C3 ou dans une Nissan Micra pour se rendre compte que les couleurs flashy et les choix de personnalisation ont envahi l’habitacle de nos petites voitures. Dommage. Surtout que la qualité des matériaux ne viendra pas compenser cette ambiance un peu sombre. Heureusement que le volant offre une agréable prise en main, car seuls les plastiques durs et sonnants creux ont réussi à se frayer un chemin à bord. La finition haute Premium profite bien d’un bandeau de plastique moussé courant le long de la planche de bord, mais l’impression générale reste nettement en deçà des références du segment.

En revanche, il y a bien un chapitre de la vie à bord où la nouvelle Rio se place d’emblée au niveau des meilleures : l’habitabilité. Avec son empattement rallongé (d’un petit cm, certes) et ses larges entournures, la coréenne offre l’un des meilleurs espaces à bord. Il y a de la place pour les jambes, les coudes et la tête. Et en cas de virée à cinq, le tunnel de servitude peu volumineux trouvera grâce auprès du passager central. Un excellemment bilan confirmé par le volume de chargement du coffre : 325 litres. Tout simplement le meilleur de la catégorie.

Côté équipement, la Rio quatrième du nom fait le plein de technologie, notamment en ce qui concerne la sécurité active. En plus de se doter de l’alerte de franchissement involontaire de ligne, elle embarque également, et c’est la seule du segment, un freinage automatique d’urgence avec détection des piétons. Pour la partie infotainment, l’écran tactile de 7 pouces gérant toutes les fonctions à bord peut également recevoir les fonctions Apple Car Play et Android Auto.

Châssis et motorisation

Sous le capot, la coréenne proposera quatre motorisations. Laissons de côté le seul diesel disponible (1.4 CRDi de 90 ch) qui ne devrait pas séduire grand monde chez nous pour nous intéresser aux motorisations essence. Le 1.2 de 84 ch conviendra à ceux qui rouleront essentiellement en ville, et les amateurs de boîte automatique (une antique transmission à quatre rapports…) n’auront d’autre choix que le 1.4 de 100 ch. La vraie nouveauté côté mécanique, c’est le trois-cylindre 1.0 T-GDI développant 100 ch également pour un couple de 170 nm. C’est ce moteur qui équipait notre version d’essai.

Cette quatrième génération de Kia Rio repose sur la même plateforme technique que la précédente version. Ce qui n’a pas empêché les ingénieurs maison de profondément remanier le châssis de la petite nouvelle. Il faut dire que la coréenne n’avait jusqu’à présent jamais su séduire les amateurs de conduite enjouée… Mais avec une rigidité de caisse accrue, de nouveaux trains roulants et amortisseurs et une direction entièrement repensée, la nouvelle Kia Rio espère faire de l’agrément de conduite un de ses nouveaux points forts

Sur la route

Alors, est-elle vraiment plus fun à conduire ? La réponse est oui, sans conteste. La nouvelle Kia Rio a énormément progressé sur ce point et offre aujourd’hui un comportement routier nettement plus dynamique qu’auparavant. Elle n’offre pas encore l’agilité de ses meilleures rivales sur ce point, françaises notamment, mais les progrès sont bien réels. Des efforts à saluer d’autant plus qu’elle a réussi à préserver un excellent niveau de confort. La Citroën C3 se montre encore plus douillette, mais la Kia Rio peut se vanter de faire partie des meilleures sur ce point également.

Le 1.0 T-GDI et ses 100 ch ne révolutionnera pas le marché, mais sa bonne santé et sa relative discrétion en font un bon compagnon de route. On pourra toujours pester contre les vilaines vibrations dans le pédalier ou son anémie sous les 2.200 trs/min, mais de toute façon, aucun bloc ne fait beaucoup mieux sur le marché, normes anti-pollution et donc rapports de boîte interminables oblige.

Tarif et conclusion

L’époque des Kia bon marché semble révolue. Affichée à 13.490€ en version Motion (1.2 84 ch), cette version n’est là que pour proposer un prix d’appel. L’essentiel des ventes sera assuré par les finitions Active (15.290 €, régulateur/limiteur, clim’, Bluetooth, volant cuir) et Lauch Edition (16.590 €, jantes 15 pouces radar et caméra de recul, GPS). Un positionnement qui la place à 800/900 € moins chère que ses rivales françaises pour un équipement équivalent, mais directement face aux Skoda Fabia et Nissan Micra. Enfin la Kia Rio garde pour elle sa rassurante garantie de 7 ans, accompagnée ici de 7 ans de mises à jour gratuites du système de navigation Tom-Tom.

La nouvelle Kia Rio n’aurait donc plus de complexe. Il faut dire que la petite coréenne a nettement relevé son niveau de jeu pour venir batailler avec les références européennes, notamment sur la route. Dommage que la qualité de finition déçoive encore un peu, car l’habitacle offre beaucoup d’espace et un équipement bien fourni. Kia espère écouler la nouvelle Rio à 9000 exemplaires dès sa première année de commercialisation. Année qui verra notamment arriver les nouvelles Micra, C3, Fiesta, Ibiza… Sacré challenge.

Crédit photos : WB/le blog auto

+Habitabilité
Comportement routier sain et confort
1.0 T-GDI performant…
… mais creux à bas régime
Qualité des matériaux quelconque
Tarifs presque au niveau des références européennes

 

Kia Rio 1.0 T-DGI
Moteur
Type et implantation3 cylindres en ligne turbo essence
Cylindrée (cm3)998
Puissance (kW/ch)100 à 4500
Couple (Nm)171 entre 1500 et 4000
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesManuelle à 5 rapports
Châssis
Suspension avantNC
Suspension arrièreNC
FreinsNC
Jantes et pneus195/55R16
Performances
Vitesse maximale (km/h)188
0 à 100 km/h (s)10,7
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)5,2
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,1
Cycle mixte (l/100 km)4,5
CO2 (g/km)102
Dimensions
Longueur (mm)4065
Largeur (mm)1725
Hauteur (mm)1450
Empattement (mm)2580
Volume de coffre (l)325
Réservoir (l)45
Masse à vide (kg)1155

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Essai Kia Rio 1.0 T-DGI 100 Premium"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité
« On pourra toujours pester contre les vilaines vibrations dans le pédalier ou son anémie sous les 2.200 trs/min, mais de toute façon, aucun bloc ne fait beaucoup mieux sur le marché » ….vite Walid! Allez essayer les moteurs équivalents de la concurrence, Ecoboost en tête (mais les autres ne sont pas en reste): pas d’anémie en dessous de 2200 tr, mais bien une poussée franche même en dessous de 1500 tr, pas de vibration (sauf en sous régime bien entendu). Le seul point sur lequel nous sommes vraiment d’accord, ce sont les rapports de boite très longs qui brident les envolées… Lire la suite >>
billou
Invité

les boites 6 souvent

Panama
Invité

le plus dur sera de convaincre les acheteurs de penser à elle. Franchement, à part vouloir se démarquer à tout prix, pourquoi acheter cette Kia ?
Ce n’est pas une bonne affaire financièrement parlant, si on prend en compte l’entretien obligatoire chez Kia pour garder la garantie, une valeur de revente très médiocre et des pièces détachées pas données.
A prendre en LOA ou LDD. Ou aller faire un tour chez Peugeot, Renault, Citroën ou Ford

Litlfred
Invité
Si ce n’est probablement pas une mauvaise auto ( ce qui devient quasi inexistant de nos jours ), il est clair que dans notre paysage européen pas evident de faire son trou car il y a pas mal d’icones et de challengers bien établies qui drainent quasi toute l’attention. Ceci dit, hors de notre zone de passionnés, il y a une partie importante des acheteurs ( genre en expansion… Misère…) pour qui la voiture, sa possession et son acte d’achat n’ont absolument rien d’emotionnels et encore moins attractifs. Ce sont plutot des corvées et un gouffre à fric dont il… Lire la suite >>
billou
Invité

On pourra toujours pester contre les vilaines vibrations dans le pédalier ou son anémie sous les 2.200 trs/min, mais de toute façon, aucun bloc ne fait beaucoup mieux sur le marché, normes anti-pollution et donc rapports de boîte interminables oblige.

ou la en 3 cylindre chez certain , en tsi 4 absolument pas !!!!!!!!

greg
Invité

« Un excellemment bilan confirmé par le volume de chargement du coffre : 325 litres. Tout simplement le meilleur de la catégorie. »
Heu niet, la Fabia fait 330 litres, et la nouvelle Ibiza fait 355 litres (je demande à voir pour cette dernière cela dit).
Et la i20 fait aussi bien 😉

CDA
Membre

Bon courage aux vendeurs pour leur discours commercial ^^

wpDiscuz