Accueil BMW Dakar 2017 : et les autres ?

Dakar 2017 : et les autres ?

74
1
PARTAGER

Le Dakar, ce n’est pas que le top 5. Comme chaque année, on prend des nouvelles des « autres ». Habitués du Dakar -mais boudés par les grandes équipes- ou débutant en quête de challenge, ils forcent le respect. Ils ne sont pas là pour jouer la gagne et beaucoup courent avec leurs propres deniers. Alors, que sont devenus les pilotes « à suivre » ?

Christian Lavieille, Toyota Land Cruiser, 23e et premier T2

52 ans et 14 Dakar pour le Français. Un pilote chevronné, connu des seuls amateurs de rallye-raid. Pour la première fois depuis 2012, il termine au-delà du top 20. Au moins, il se console avec sa première victoire de classe. Dans le baquet de droite, Jean-Pierre Garcin savoure son deuxième succès consécutif : en effet, il avait remporté le T1 en 2016. Gagnera-t-il le T3 en 2018 ?

Facundo Ardusso, Renault Duster, 22e
Emiliano Spataro, Renault Duster, abandon

A l’origine, Spataro devait piloter l’unique Duster de l’épreuve. In extremis, Renault Argentina doubla la mise avec le novice Ardusso. Ca tombe bien car son chef de file se fait piéger -comme tant d’autres- dans cette fameuse quatrième journée. Ardusso, lui, arrive jusqu’à Buenos Aires. Renault nous avait habitué au top 20, mais pour un premier Dakar, l’Argentin pouvait difficilement faire mieux.

Yazeed Al Rahji, MINI, 27e
Bryce Menzies, MINI, non-partant

Pour préparer l’avenir, X-Raid a misé sur deux jeunes. Le richissime Saoudien Al Rahji se verrait bien en successeur de Nasser Al Attiyah et il découvre les joies d’une voiture « usine ». Après trois jours aux portes du Top 5, il perd tout le quatrième jour (son abandon est même annoncé.) Il repart loin et l’annulation de deux journées l’empêche de remonter. La vitesse est là, reste à trouver la fiabilité…

Quant à Menzies, il ne s’est même pas rendu à Asunciòn. En août dernier, le pilote US avait effectué un record de saut avec un Protruck. L’atterrissage fut violent et son épaule y a pris un coup. Quatre mois plus tard, juste avant de monter dans l’avion, la douleur se réveille et il doit renoncer.

Xavier Foj, Toyota Land Cruiser, 30e

L’Espagnol est un fidèle du T2. Il compte d’ailleurs trois victoires consécutives de catégorie (de 2011 à 2013.) Paradoxalement, il termine mieux que l’an dernier, au général, mais le podium du T2 lui échappe.

He Zhitao, Toyota Hilux, 34e

Deuxième Dakar pour le protégé de Zhou Yong. 65e en 2016, l’unique Chinois du plateau profite d’un peloton plus clairsemé pour progresser. Il va falloir qu’il muscle son pied droit pour rattraper son maître…

Tim Coronel, buggy Suzuki, 43e
Tom Coronel, buggy Suzuki, 54e

Les jumeaux Coronel, rois du spam sur Twitter, voient enfin l’arrivée ensemble. Une sacrée performance, alors qu’ils pilotent des buggys monoplaces qu’ils préparent eux-mêmes.

Philippe Croizon, BMW X6, 49e

Il y a quelques années, les mutilés de guerre de Race2recovery forçaient le respect. Cette année, c’est le quadriplégique Croizon qui tente un exploit. Malgré son handicap, il parvient au but. On ne peut être qu’admiratif.

Ariel Jaton, Acciona, 58e et dernier

Un 4×4 électrique et un équipier débutant, Jaton s’est compliqué la tâche. Il termine bon dernier, mais il termine. Et c’est déjà un bel exploit.

Martin van den Brink, Renault Trucks, 35e

Pour terminer, signalons que le Renault Trucks officiel a tenu le coup pour ses débuts. Pascal de Baar, sur un autre camion français -mais privé- termine 20e des camions.

Crédit photos : DDPI/Dakar

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Dakar 2017 : et les autres ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
georges
Invité

Et puisque l’article parle des places aprés la cinquième, il y a aussi deux Peugeot dans le top 5-10.
Cad 50% de Peugeot dans le top 10 !

wpDiscuz