Accueil Audi Essai Audi A5 TDi 190 ch : Mieux partout !

Essai Audi A5 TDi 190 ch : Mieux partout !

497
12
PARTAGER

La première génération d’Audi A5 coupé (cabriolet et Sportback exclus) se résume à plus de 300 000 exemplaires écoulés en près de 10 ans. La nouvelle mouture entend bien améliorer ses prestations, en s’appuyant sur les qualités de l’A4 avec qui elle partage sa plateforme.

Style extérieur

Quand l’Audi A5 est apparue sur nos routes en 2007, pour beaucoup d’observateurs elle rassemblait le concentré du design maison, c’est à dire plutôt simple, voire fade. Peu de courbes, et des feux trapézoïdaux entourant une banale calandre Single Frame. La découpe des vitres ne s’embarrassait pas d’un dessin supposé dynamiser le profil ou lui apporter une forme remarquable. Mais avec le recul, il faut reconnaître qu’à cause de ce style classique, l’A5 a plutôt bien vieilli. De ce point de vue, elle incarne bien les deux faces de la médaille propre à la philosophie stylistique de la marque.

Logiquement celle qui lui succède ne chamboule surtout pas cette approche qui a plu à beaucoup, bien au contraire. Et pourtant, elle se muscle à l’image de son capot avant bombé et ses hanches légèrement plus proéminentes, ce qui dynamise sensiblement son aspect général. Ajoutez à cela des phares full led pour lui donner un regard futuriste, et la voilà repartie pour 10 ans.

Style intérieur et équipement

A bord, on retrouve logiquement l’environnement de l’Audi A4 à la finition exemplaire, avec quelques particularités propres à l’A5 sur certains détails. On est particulièrement bien assis, assez bas, ce qu’on apprécie dans ce genre de coupé dynamique. A l’arrière, cela en surprendra certains, mais la place n’apparaît pas aussi comptée qu’on pourrait le croire. Une fois posé sur une des deux assises, l’espace aux jambes suffit pour une personne au gabarit que nous qualifierons de normal. Simplement les plus grands, disons au-delà du mètre soixante quinze, devront faire attention à leur tête. En outre, il faudra faire un peu de gymnastique pour s’y insérer.

Le coffre, affichant plus de 460 litres de contenance, suffit largement pour les bagages des passagers. Mais c’est surtout au niveau de la technologie que l’A5 progresse le plus. Virtual cockpit, écran de navigation assistée par Google Maps, connexion internet complète, chargeur à induction pour smartphones, toutes les assistances dont la conduite semi-automatique et le stationnement sans intervention de l’usager font entre autres partie de la dotation… Pour peu qu’on coche les bonnes options.

Motorisation

Sous le capot de notre exemplaire, on retrouve un 2.0 TDi de 190 chevaux, associé à une boîte automatique S-Tronic à 7 rapports. Notons toutefois que nous ne disposions pas de la transmission Quattro. On aimerait pouvoir se plaindre de cette mécanique en termes de prestations, mais il se trouve qu’Audi n’a pas mal travaillé.

Tout d’abord, les assoiffés de puissance peuvent sélectionner des blocs avec une cavalerie plus conséquente ou/et une architecture plus noble. Mais en ce qui nous concerne, notre 4 cylindres turbo, coupleux et silencieux nous assure des performances déjà très honorables, à commencer par un chrono de moins de 8 secondes pour atteindre les 100 km/h, et une vitesse de pointe qui suffit à faire perdre deux fois son permis sur autoroute.

Sur la route

Sans la transmission intégrale, les Audi sont des tractions. Et cela rend la conduite plutôt facile et sécurisante. La motricité ne peut être prise en défaut, et même sur le mouillé comme le  jour de notre essai. On se demande d’ailleurs bien ce qu’aurait pu apporter de plus un Quattro dans ces conditions, compte tenu du confort au volant de notre configuration. Les modes de conduite nous permettent de rendre la vie plus ludique, notamment quand le « Dynamic » est activé.

L’assistance de la direction et sa démultiplication changent avec la vitesse, avec à la clé du plaisir sur les petites routes et une réactivité exacerbée. Elle ne prend pas vraiment de roulis, et se montre plutôt bien équilibrée avec un sous-virage bien contenu, tout comme les mouvements de caisse. Néanmoins, à faible allure, la relative fermeté du châssis filtre mal les aspérités d’un mauvais bitume, comme nous avons pu le rencontrer sur les routes italiennes de notre parcours.

Tarif et conclusion

On reste sur une gamme moins chère que celle du concurrent direct Mercedes. Toutefois, il s’agit d’une Audi, et par définition ça ne signifie pas bon marché. Notre version très bien équipée dépassait allègrement les 50 000 euros, soit au moins 5 000 de plus que l’entrée de gamme avec ce moteur. L’amélioration des prestations et l’évolution du style en douceur va au moins pousser les actuels clients au renouvellement, et peut-être même conquérir certains qui trouvaient que l’ancienne manquait de saveur.

Crédit photos : Audi (essai)

+Design plus musclé
Intérieur irréprochable
Homogénéité de l’ensemble moteur/boîte
Confort sur mauvaises routes
Ecran non tactile

 

Audi A5 TDi 2.0 S-Tronic
Moteur
Type et implantation4 cylindres Diesel Turbo
Cylindrée (cm3)1984
Puissance (kW/ch)140/190 à 4200
Couple (Nm)320 à 1450
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesAutomatique S-Tronic à 7 rapports
Châssis
Suspension avantMulti-lien
Suspension arrièreMulti-lien
FreinsDisques ventilés AV/AR
Jantes et pneus225/50 R17
Performances
Vitesse maximale (km/h)240
0 à 100 km/h (s)7,2
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)7,3
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,7
Cycle mixte (l/100 km)5,7
CO2 (g/km)130
Dimensions
Longueur (mm)4673
Largeur (mm)1846
Hauteur (mm)1371
Empattement (mm)2764
Volume de coffre (l)460
Réservoir (l)54
Masse à vide (kg)1465

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Essai Audi A5 TDi 190 ch : Mieux partout !"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité

Walter Da Silva designer de la première mouture considéré que la première A5 était une de ses plus belles réussite spécialement la ligne de profil ….

Letinono
Invité

Paradoxalement je préférais le design de l’actuelle. On se rapproche beaucoup du design des nouvelles Skoda octavia et superb meme dans la signature lumineuse… les lignes tres tendus me donnent l’impression de véhicules bas de gamme qui veut se faire haute!

Sunseeker
Invité

Aura t-on le droit a un essai d’un modele essence quattro tel que les photos presentees?

beniot9888
Invité

Je n’aime vraiment pas le capot « gaufré » de cette nouvelle A5. Je ne peux m’empêcher de penser à celui d’une 2cv quand je le voit.

Certes, la 2cv a un gros capital sympathie, mais un capital « prémieumme » assez limité.

jjj
Invité

Oui. Moi j’y vois toujours la Dyane, dans cet avant !

Famij54
Invité

Je me demande si la valeur de couple est correcte …320Nm, seulement ?

2JZ\"AIDE
Invité

je me suis dit la même chose , c’est plus 400nm à mon avis

wpDiscuz