Accueil Bridgestone Galop d’essai: Bridgestone DriveGuard

Galop d’essai: Bridgestone DriveGuard

108
1
PARTAGER

Dans le cadre du Mondial de l’Automobile, et comme pourront le faire les visiteurs du salon, nous avons réalisé un galop d’essai à bord d’un véhicule avec un pneu…crevé. Une Toyota Auris en l’occurrence, équipée de pneus Bridgestone DriveGuard.

Qui n’a pas souhaité avoir l' »Increvable » dans son jeu, un soir pluvieux. Plus concrètement, crever reste problématique. Les roues de secours tendent à disparaître. Les belles roues en 18 pouces flirtent avec les 25 kilos. Et les kits de réparation sont dignes d’un centre auto. Il y a bien sur la technologie « Run Flat », qui permet de rouler 80 kilomètres à 80km/h.  Mais ces enveloppes sont développées spécifiquement et ne s’adressent qu’aux quelques véhicules qui en sont équipés d’origine. Une contrainte qui n’est pas sans rappeler celle des TRX Michelin. Le Drive Guard répond au même cahier des charges, 80 kms à 80 km/h, mais s’adresse à tous les véhicules. Y compris en deuxième monte, pour remplacer les gommes d’origine, dépourvues de toute aptitude au roulage à plat. C’est là tout l’attrait de ce pneu.bridgestone-drive-guard-2

Sur la route
Pour faire cet essai, quoi de mieux que de rouler sans air! Pour ce faire, l’obus est enlevé, déclenchant ce sifflement strident qui ne s’arrête qu’une fois le pneu dégonflé. A bord d’un véhicule hybride, au démarrage silencieux, le DriveGuard se manifeste dès les premiers mètres. Non par un bruit saccadé, évoquant un roulage à plat, mais par un chant semblable à celui d’un roulement. Impossible de ne pas entendre la crevaison. Le pneu présente l’apparence d’un sous gonflage, mais, derrière le volant la majorité des conducteurs n’en verront rien. Notre Toyota n’à que légèrement tendance à se déporter vers le côté ou le pneu est crevé, sans que cela ne gène, ni n’inquiète, pour autant. Surtout, et c’est là l’important, les assistance électroniques continuent à faire leur travail. Anti-patinage ou anti-blocage de freins sont au rendez vous. Après quelques kilomètres, le pneu, bien qu’aidé par des ailettes de refroidissement, a sensiblement chauffé. Mais il n’est pas déformé. Les techniciens nous ont d’ailleurs assuré qu’il restait réparable, en respectant les 80kms à 80km/h, sauf en cas de marbrure.bridgestone-drive-guard-3

Verdict
Destiné au plus grand nombre, et disponible dans plusieurs dimensions, ce pneu présente l’intérêt majeur de se monter sur une grande partie de la production automobile contemporaine. L’argument sécurité est réel. Rassurant, il apporte un confort d’esprit non négligeable. Si le sportif et le toujours prévoyant jetteront un œil furtif  au DriveGuard, les autres conducteurs, et ils sont nombreux, verront là une alternative ou, si on peut utiliser le mot, un « upgrade » de choix!

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Galop d’essai: Bridgestone DriveGuard"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
billou
Invité

interessant

en plus ya une version hivers !!!!!!!!!!!!!!!!!

wpDiscuz