Accueil Essai vidéo Essai Ford Focus RS

Essai Ford Focus RS

547
9
PARTAGER

Depuis 1968, les lettres RS désignent les modèles les plus méchants de la gamme européenne de Ford. Débutée avec l’Escort RS 2000 de 1968, qui développait royalement 100 ch, cette lignée vient d’accueillir un nouveau membre, sous la forme de la troisième génération de Focus. Une berline explosive qui n’a pas peur de montrer qu’elle a du caractère.

Style extérieur

Une Ford RS doit avoir la gueule de l’emploi. Dit comme ça, cela n’a rien de rien mais donner du caractère à la Focus, aux lignes si sages, n’a pas du être une sinécure. Les designers s’en sont donc donnés à coeur joie, mais ont réussi à limiter les investissements à des éléments « rajoutés ». Le bouclier avant est très largement ajouré pour refroidir la mécanique, tandis que son homologue postérieur se pare d’un pseudo extracteur d’air dans lequel est sertie une paire de sorties d’échappement au format XXL. De profil, on remarque de nouveaux bas de caisse, tandis que l’aileron rappelle les « pelles à tarte » des Escort et Sierra RS Cosworth des années 1980. Le résultat est probant mais rebutera les amateurs de sportives discrètes.

Essai_Ford_Focus_RS_LBA-5

Style intérieur

A bord aussi, la Focus RS en met plein les yeux. Ce n’est pas grâce à la planche de bord qui ne se distingue de celle de la ST que par quelques inserts et sur-coutures et paraît presque trop banale pour une auto de cette trempe. Les sièges Recaro Sport, livrés de série, sont, en revanche, digne d’un coupé de grande lignée. Associant le cuir et le tissu, ils sont, au choix, uniformément noirs ou noirs et bleus. Bien sûr, leur maintien est irréprochable, mais ils sont malheureusement implantés trop haut et un conducteur de plus d’1m75 risque de sentir peu à l’aise, y compris lorsque l’assise est réglée au plus bas.

Essai_Ford_Focus_RS_LBA-13

Châssis et motorisation

C’est, bien sûr, à ce chapitre que la Focus RS est la plus attendue. Et Ford n’a pas fait les choses à moitié pour satisfaire ses fans. La RS est la seule Focus de cette génération à proposer une transmission intégrale. Celle-ci, qui n’a rien à voir avec celle que l’ont trouve sur le trio Mondeo/S-Max/Galaxy, est capable de renvoyer jusqu’à 70% du couple vers l’arrière, quitte à ce qu’une seule des deux roues soit alors chargée de le passer au sol. Un dispositif qui permet d’améliorer l’agilité de l’auto en virage. Naturellement, les amortisseurs, du type bi-mode, sont spécifiques à cette version. La Focus RS est également équipée de 235/35 R19 Michelin qui lui sont spécialement adaptés. En série, il s’agit de Pilot Super Sport, tandis qu’en option (1 900 € avec des jantes forgées), il est possible de se procurer des Pilot Sport Cup 2. Tous ces éléments se retrouvent au service du 2.3 EcoBoost de 350 ch, très proche cousin du quatre cylindres que l’on trouve déjà à bord de la Mustang. Il développe ici 440 Nm (de 2 000 à 4 500 tr/mn) avec un overboost lui permettant d’atteindre, durant une poignée de secondes, 475 Nm. La Focus RS s’aligne donc sur les chiffres affichés par les Audi RS3 Sportback (465 Nm) et Mercedes-AMG A 45 4Matic (475 Nm). Une seule boîte de vitesses, manuelle et à six rapports, est inscrite au tarif.

Essai_Ford_Focus_RS_LBA-12

Sur la route

Ne faisons pas durer le suspense plus longtemps, la nouvelle Focus RS est à la hauteur des espoirs placés en elle. Loin d’être une sportive policée capable d’engranger les kilomètres sans fatiguer exagérément son conducteur, c’est un véritable dragster. Chaque pression sur l’accélérateur se traduit par un placage immédiat contre le siège. Cervicales fragiles s’abstenir, d’autant que l’amortissement favorise l’efficacité plus que le confort. Et elle est sacrément efficace, la diablesse. Le meilleur terrain pour jouer avec elle, c’est une route sinueuse, chaque session de rétrogradage/virage serré/accélération mettant en avant son agilité, son accroche au sol et sa motricité. Enfin, tout ça, c’est sur le sec, car dès que la route est un peu grasse ou humide, il faudra doser avec beaucoup plus de parcimonie les accélérations. Autre motif de jouissance, la musicalité du moteur. Ce n’est certes qu’un quatre cylindres, mais les ingénieurs ont particulièrement travaillé leur sujet. Mention spéciale pour le crépitement offert à chaque lever de pied. Aux trop optimistes, la Focus RS ne pardonnera toutefois pas grand chose. D’une part parce qu’elle atteint beaucoup plus rapidement que ce que l’on imagine des vitesses inavouables, d’autre part parce que la moindre déformation du bitume « aspire » immédiatement les larges enveloppes. Sur longs trajets les mauvais traitements qu’elle infligera à vos vertèbres et à votre carte bleue (en la chatouillant un peu, elle avale 15 l/100 km, et en profitant à fond de ses possibilités, elle dépasse les 25 l/100 km) devraient rapidement vous convaincre d’acquérir une seconde auto pour vos trajets quotidiens.

Essai_Ford_Focus_RS_LBA-24

Tarif et conclusion

Presque 40 000 € dans une Focus, c’est une somme. Mais replacée dans son marché, la Ford redevient très compétitive. Là où elle réclame donc 39 600 €, les premium Audi RS3 Sportback et Mercedes-AMG 45 4Matic s’affichent à 57 900 € et 55 530 €. Même une plus roturière VW Golf R 5p exige un minimum de 43 620 €, et la Subaru WRX STI démarre elle à 44 490 €. Plus brutale, et sans doute un peu plus « rustique », que les trois modèles précités, la Focus RS est en quelque sorte seule sur son marché. A ce tarif, elle se permet quelques mesquineries en matière d’équipement (le radar de recul est en option à 260 €, le régulateur/limiteur de vitesse est à 230 €) mais, au final, son rapport prix/sensation est inégalé.

+Moteur
Comportement
Prix
Présentation intérieure décevante
Position de conduite

 

Principaux équipements et options
Allumage automatique des phares et des essuie-glacesS
Système audio Ford SYNC IIS
Climatisation automatique bizoneS
Quatre modes de conduite paramétrablesS
Rétroviseur intérieur électrochromeS
Sellerie cuir/tissuS
Sièges avant RecaroS
Jantes alliage 19″S
Projecteurs bi-xénon dynamiquesS
Contrôle vectoriel de couple TVCS
Suspensions sport RSS
Transmission intégrale i-AWD Ford PerformanceS
Radar de recul260 €
Toit ouvrant électrique600 €
Ouverture/démarrage mains libres300 €
Régulateur/limiteur de vitesse230 €
Sièges avant spécifiques Recaro RS avec sellerie cuir/Suédine1 700 €
Vitres arrière surteintées130 €
Premium Sound Sony Nav Plus600 €
Peinture métallisée600 €
Peinture Signature Gris Stealth900 €
Peinture Signature Bleu Nitrous1 200 €
Pack City (1)450 €
Pack Confort RS (2)600 €
Pack Style RS (3)2 000 €
Jantes alliage 19″ specifiques RS400 €
Jantes alliage 19″ forgées1 000 €
Jantes alliahe 19″ forgées avec pneus Michelin Pilot Sport Cup1 900 €
(1) Active City Stop, radar de recul et rétroviseurs rabattables électriquement
(2) Régulateur/limiteur de vitesse, Ouverture/démarrage mains libres et caméra de recul
(3) Sièges avant spécifiques Recaro RS avec sellerie cuir/suédine, jantes 19″ spécifiques RS, étriers de freins peints en bleu RS et Premium Sound Sony Nav Plus

 

Caractéristiques
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne
Transversal avant
Cylindrée2 261 cm3
Puissance350 ch à 6 000 tr/mn
Couple445 Nm de 2 000 à 4 500 tr/mn
Transmission
Roues motricesavant et arrière
Boîte de vitessesmanuelle à 6 rapports
Châssis
Suspension avantJambes de forces MacPherson
Suspension arrièreEssiau arrière indépendant
FreinsDisques, ventilés à l’avant
Jantes et pneus235/35 R19
Performances
Vitesse maximale266 km/h
0 à 100 km/h4,7 sec.
Consommation
Cycle urbain10 l/100 km
Cycle extra-urbain6,3 l/100 km
Cycle mixte7,7 l/100 km
CO2175 g/km
Dimensions
Longueur4 390 mm
Largeur1 823 mm
Hauteur1 472 mm
Empattement2 647 mm
Volume de coffre260 à 1 045 litres
Réservoir51 litres
Poids en ordre de marche avec chauffeurnc

 

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Essai Ford Focus RS"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Maître 90
Invité

Mettre le régulateur/limiteur et les radars en option sur une voiture à 40k€, faut le faire ! Sur une Dacia, OK mais là, c’est rat.

Invité

Mettre un régulateur sur une caisse de 350ch en même temps…

Yop
Invité

Justement, je trouve que le régulateur est d’autant plus utile que la voiture est puissante.
Rouler « au pied » avec ce genre de voiture très puissante, c’est l’assurance de se retrouver à 160 km/h sans s’en rendre compte (ou presque) et de recevoir une gentille lettre de la maréchaussée assez rapidement.

Invité

Quand on est capable de maîtriser la bête, on est capable de faire un créneau sans le bip-bip à son pépère…et le régulateur à plus de 180 c’est dangereux…mais il fallait bien dire quelque chose! 😀

Pat
Invité

Le régulateur a plus de 180….

N’importe quoi. Tu aurais dû écrire à 280 tant que tu étais ! C’est vrai, quand tu roules en Focus, les points sur ton permis ça sert à rien.
Mais fallait bien écrire quelque chose, n’est ce pas ?

Rowhider
Invité

J’ai pu lire que le système 4 roues motrices était géré sur le pont arrière par 2 embrayages. Certainement plus économique qu’un différentiel piloté à défaut d’être aussi efficace, mais je me demande ce que va donner la fiabilité de la machine à long terme sous conduite sportive répétée?

double-d
Invité

c’est marrant que les gens voient que le mauvais côté, mais cette Focus RS permet grâce a un bouton appuyé pendant 5 secondes de faire du drift ,oui sa sert a rien mais dans ce monde policé une voiture plaisir ça fait du bien, ou encore ce bouton marqué Launch contrôl, qui permet de caler le compte tours a 5000 tr/mn et lâcher l’embrayage ,pourquoi tout cela n’est pas noté dans cette essai achetez les essais de cette RS dans les journaux spécialisées, merci Mr Ford pour cette voiture plaisir que les marques Française sont incapable de nous fournir,

labradaauto
Invité

Rien qu’à lire en diagonale, on voit qu’il s’agit de la meilleure sportive du moment. ça fait plaisir avant d’entrer dans les détails.

Exhaust Sound
Invité

Ford a vraiment fait fort sur ce coup ! Une vrais sportive, avec une vrais assise ! Coup de coeur pour le bouton ‘mode drift’

wpDiscuz