Accueil Egocentrisme exacerbé Salaire de Carlos Ghosn, Emmanuel Macron menace de légiférer

Salaire de Carlos Ghosn, Emmanuel Macron menace de légiférer

84
14
PARTAGER

La guerre entre l’Etat actionnaire (par la voix de son Ministre de l’Economie Emmanuel Macron) et le PDG du groupe Renault Carlos Ghosn a débuté il y a un peu plus d’un an autour des droits de vote doubles (loi Florange). La voilà qui reprend de plus belle après la validation du salaire du PDG par le Conseil d’Administration.

Lors de l’Assemblée Générale, les actionnaires avaient voté à 54% (dont 26% de l’Etat) contre le maintien de la rémunération de Carlos Ghosn malgré les bonnes performances du groupe. Peine perdue puisque ce vote n’était que consultatif et que le Comité des Rémunération puis le Conseil d’Administration avait avalisé le maintien de la rémunération du PDG à plus de 7 millions d’euros tout compris. Aujourd’hui, lors des questions au Gouvernement à l’Assemblée Nationale, le Ministre a menacé.

Suite à ce vote de l’assemblée générale de Renault, il y a un dysfonctionnement en matière de gouvernance. Et donc ce que nous demandons très clairement, c’est d’une part que M. Ghosn prenne ses responsabilités dès à présent, pour que sur sa rémunération de 2016, les conséquences soient tirées de ce vote. C’est que le conseil d’administration de Renault se réunisse à nouveau pour tirer les conséquences de ce vote de l’AG.
Lors du dernier conseil, seuls les représentants des salariés et de l’Etat se sont prononcés contre. Nous devons en tirer les conséquences dans les prochaines semaines sans quoi nous serions conduits, en effet, à légiférer.

La menace, si elle peut faire sourire Carlos Ghosn, est en fait un coup de billard à plusieurs bandes. En effet, la menace de légiférer est clairement destinée au « patron des patrons » Pierre Gattaz pour que ce dernier mette la pression sur le Conseil d’Administration de Renault et sur Ghosn pour qu’ils reviennent sur leur décision. « Je suis un peu choqué que l’on ait entériné aussi vite des conditions de rémunération » avait déclaré P. Gattaz après le vote du Conseil d’Administration. Le MEDEF possède en effet un « code de bonne conduite » Afep-Medef (qui n’est en rien contraignant) mis en place fin 2013 pour calmer les velléités gouvernementales de (déjà) légiférer sur les rémunérations des patrons des entreprises.

Le Haut Comité de Gouvernement d’Entreprise (HCGE), chargé du suivi de l’application du code, n’a pas encore réagi officiellement mais il devrait désapprouver la validation par le Conseil d’Administration malgré le vote contre des actionnaires. De son côté, le groupe Renault indiquait le jour de l’Assemblée Générale que le Comité des Rémunération regarderait « les évolutions utiles de la structure de rémunération pour les années 2016 et suivantes ».

Mise à jour 04/05/2016 : A noter que selon plusieurs spécialistes, la menace serait assez vaine car l’Etat ne peut se mêler des rémunérations des sociétés privées au titre de la liberté d’entreprendre. Une directive européenne pourrait être votée concernant un encadrement volontaire des rémunération mais ce dernier ne saurait être contraignant.

Source : Assemblée Nationale via BFM-TV, Renault, illustration : Ministère/Renault (modifiée par lba)

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Salaire de Carlos Ghosn, Emmanuel Macron menace de légiférer"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
aurel
Invité

Je serai à la place de Carlos, je prends mon fric et je pose ma démission. Et rien à foutre de Renault !

gigi4lm
Invité

Nul n’est irremplacable

Tartine
Invité

actuellement , un PDG comme Ghosn est irremplaçable faute de remplaçant maitrisant le secteur aussi bien que lui.

d’autres exemples: Premier trimestre 2016
Peugeot : le chiffre d’affaires recule de 1,4%
Hyundai : Hyundai Motor: baisse du bénéfice net au T1 pour le neuvième trimestre d’affilée ( plus de deux ans donc )….

http://www.zonebourse.com/KIA-MOTORS-CORPORATION-6492386/actualite/Hyundai-Motor-baisse-du-benefice-net-au-T1-pour-le-neuvieme-trimestre-d-affilee-22237122/

Fred21
Invité

@gigi4lm
NUL est un problème car NUL est rien mais rien n’existe pas (la nature ayant horreur du vide). Si je fais rien, je me repose. Si ton ami est rien, il mange quand même. Le petit rien peut couter cher donc il n’est pas rien. Si il n’y a rien dans ce trou, il y a au moins du noir, de l’air frais ou un bar d’ouvert, etc …
Même en étant nul, un président n’est pas rien puisque le chômage a augmenté 🙂

seb
Invité

A sa place je partirais plus sur un rachat de Renault par Nissan, ou un truc du genre. L’État français n’aurait plus la main sur rien puisque ça deviendrait une entreprise japonaise.

Pat
Invité

Scenario déjà evoqué maintes fois et toujours aussi impossible.

SGL
Invité

Macron menace de légiférer sur le principe… histoire de faire « plus » ministre de gauche…
Il risque de se présenter à l’élection présidentielle en 2017 avec l’étiquette PS, alors faut bien faire croire… 😉

Carlos Ghost
Invité

Tout à fait !

Et le sourire goguenard de SuperCarlos dit exactement comment ça va finir : en eau de boudin.

alfa155
Invité

Mais quelle bande de connards à vouloir manipuler les français à un an de l’élection!
Et leurs salaires avec cumul des mandats et maintenus en partie après leurs fonctions, on en parle ?

SAM
Invité

« Diriger c’est servir les autres ». Le cabinet financier Proxinvest a publié une note dans laquelle il rappelle que le patron de Nissan et de Renault réalise un mi-temps chez Renault et un mi-temps chez Nissan et va être payé à plein temps chez les deux marques. Le Medef a aussi condamné cette décision de la double rémunération. Donc avant de tirer à boulets rouges, renseignez-vous!

Lacomete
Invité

Je rajouterai que le DG de Toyota gagne moins……et son groupe est premier.

GTO
Invité

Ce qui est choquant, le futur combat de coq entre messieurs Ghosn et Macron se terminera comme lors du précédent conflit, c’est le beau bras d’honneur envoyé par le CA aux actionnaires qui je le rappelle sont les propriétaires de la marque. Sans les actionnaires, pas d’investissement, donc pas de plan produit, de R&D etc…Qui aurait envie d’investir dans une entreprise où on méprise les propriétaires (quand bien même ce vote est consultatif) ?

labradaauto
Invité

là, un ministre parle pour sauver la face. Affaire sans suite.

Carlos Ghost
Invité
Ci-dessus on peut voir un montage photographique assassin : à gauche (sic) un Macron sans son éternel sourire blairien qui trépigne, à droite (sa vraie place) un Goshn rigolard et tête haute, qui sait très bien que ce projet de loi patronicide n’est que du pipeau pré-électoral, et qu’en 2017 la vraie droite revenue au pouvoir, si par impossible ladite loi était votée, en ferait du mou pour son chat. Logiquement, dès que MiniManu mettra le nez à la fenêtre d’un média (et il le fait plus que souvent), le premier journaliste venu le titillera sur ce gouffre entre ses déclarations… Lire la suite >>
wpDiscuz