Accueil 4x4 Essai Jaguar F-Pace : réussite collatérale

Essai Jaguar F-Pace : réussite collatérale

139
5
PARTAGER

Le premier SUV de Jaguar ne respecte pas sa promesse initiale, en laissant le titre de « roi des SUV dynamiques » au Porsche Macan. Ce qui n’empêche pas ce nouveau challenger anglais de séduire sur toute la ligne, ou presque.

Comme la présence sur le segment des SUV devient vitale pour toutes les marques premium, Jaguar se positionne enfin sur ce marché jusqu’ici chasse gardée de Land Rover au sein du groupe anglo-indien. Pour attirer l’attention sur le premier SUV de son histoire, la marque de Coventry nous promettait il y a quelques années le modèle « le plus dynamique du marché ». Un postulat ambitieux à l’époque alors que Porsche venait de lancer son Macan, unanimement reconnu comme un engin absolument sidérant d’efficacité en conduite sportive. A partir de là, les choses se sont un peu compliquées chez Jaguar. Après avoir testé le SUV allemand en interne, l’équipe de développement du projet F-Pace décidait de se garder plus de temps pour affiner le cahier des charges. Un prototype expérimental, conçu pour donner du fil à retordre au Macan en conduite sportive, fut d’abord évalué par Jaguar mais jugé trop radical en suspension pour convenir à une large clientèle. Décision a donc été prise de renoncer à la promesse initiale et d’adoucir le comportement dynamique du F-Pace, histoire de proposer un engin plus confortable. Lors de la présentation officielle, les ingénieurs nous ont confié eux-mêmes leurs doutes quant à cette annonce plus que risquée du département marketing de la marque, diffusée trop en amont de son développement. Une authentique erreur de communication, désormais assumée par les Anglais. Chronique d’un ratage annoncé ? Pas tout à fait.

Essai-Jaguar-F-Pace-3

L’invocation F-Type

Sur le plan du style déjà, la promesse initiale nous semble plus qu’honorée. Le F-Pace final reprend virtuellement tous les éléments du concept-car C-X17 dévoilé en 2013. Comme son nom le souligne, l’engin évoque la GT F-Type avec une poupe presque aussi radicale. Avec de telles proportions et des lignes aussi intéressantes, le F-Pace peut viser sans problème le titre du plus beau SUV du marché. Moins époustouflant, le dessin intérieur apporte quelques améliorations bienvenues par rapport à ce que nous avions pu voir dans la XE essayée l’année dernière. Non seulement la planche de bord offre un peu plus de chaleur dans son agencement, mais la qualité assemblage progresse aussi sur certains points décevants de la berline. En finition haut de gamme l’intérieur flatte par sa finition et ses associations de couleur, et l’espace à bord ne posera de problème à aucun gabarit à l’avant comme à l’arrière. Côté technologie embarquée, Jaguar se remet à niveau de la concurrence (connectivité, aides à la conduite, ergonomie) sans aller aussi loin qu’Audi, BMW ou Mercedes au registre des gadgets les plus hi-tech. Mention spéciale pour le système de navigation tactile, finalement très intuitif dans son fonctionnement.

Essai-Jaguar-F-Pace-7

Un bel outsider dynamique

La gamme du F-Pace s’articule pour l’instant autour de trois moteurs principaux. Un petit diesel de 2,0 litres et 180 chevaux, un V6 diesel de 300 chevaux et un V6 essence compressé de 340 ou 380 chevaux. Parlons d’abord de la version la plus faiblement motorisée, disponible en simple propulsion et en boîte manuelle dans sa configuration la plus basique. Avec les quatre roues motrices et la boîte ZF de notre modèle d’essai en finition haute, le groupe motopropulseur développe un agrément similaire à celui de ses concurrents principaux. La transmission automatique 8 rapports bénéficie d’un calibrage réussi et l’insonorisation moteur n’a rien à envier à celle d’un Q5. Les performances suffisent largement dans la vie de tous les jours même si compte tenu du poids de l’engin (1775 kg à vide malgré son châssis aluminium), le bloc sort de sa zone de confort en conduite sportive. Comme chez ses rivaux directs, il faudra opter pour une motorisation plus généreuse si vous souhaitez un raffinement mécanique au niveau de son standing.

Essai-Jaguar-F-Pace-8

La logique voudrait donc que les amateurs de conduite sportive se tournent vers le V6 essence, un bloc compressé déjà bien connu chez Jaguar, développant 380 chevaux dans la version V6S que nous avons pu longuement essayer. Dès les premiers mètres, sa sonorité surprend avec un intensité à peine atténuée par rapport à une F-Type. Au point de faire vibrer vos tympans sous un tunnel vitres ouvertes. Superbe. Malheureusement, les capacités d’accélération ne suivent qu’à moitié avec des performances en ligne droite pas si défrisantes au regard de sa fiche technique. La boîte ZF 8 ne souffre d’aucune critique en mode automatique comme en manuel, mais on aurait voulu un moteur encore plus musclé pour aller avec ses vocalises débridées. Equipé de suspensions et d’un groupe motopropulseur paramétrable selon plusieurs modes, le F-Pace V6S reste également en retrait d’un Macan Turbo en matière de précision de direction et de maîtrise du roulis. Même en mode sport, la direction offre une consistance trop légère et la comportement reste parasité par de nombreux mouvements de caisse en enchainements rapides. Pourtant l’équilibre général impressionne lorsque vous le violentez sur une route de montagne. Le F-Pace se montre très progressif dans les virages, avec un train avant dont on jauge précisément la limite de grip. Mieux, le train arrière (verrouillé avec l’ESP normal ou sport) développe une mobilité appréciable lorsque vous déconnectez toutes les aides à la conduite. Le comportement devient alors réellement intéressant, et tellement rassurant qu’on se demande pourquoi Jaguar a choisi un paramétrage aussi restrictif des béquilles électroniques. Au registre des excellentes surprises, la transmission intégrale utilise généreusement son train arrière et le torque vectoring (via les freins) pour vous servir une poupe résolument enjouée. Vous pouvez même sauter sur les gaz pour l’aider à pivoter dans une courbe serrée ! Si le Porsche Macan n’existait pas, ce F-Pace serait bien le SUV le plus sympa du marché à conduire.

Essai-Jaguar-F-Pace-4

Et pour profiter de ce bel agrément et de ce tempérament plus qu’intéressant, pas besoin d’aller jusqu’au V6 essence dont la consommation explose littéralement en utilisation réelle. Le V6 3,0 litres diesel constitue en effet la meilleure surprise de la gamme, avec une insonorisation bluffante à bord, une souplesse moteur remarquable et un comportement dynamique qui nous a curieusement paru meilleur que sur la variante au sans plomb : la direction paraît plus consistante et les mouvements de caisse, mieux tenus. Une curiosité que ne contestent pas les ingénieurs anglais, possiblement expliquée par des réglages différents en V6 diesel S mais pas plus conservateurs que sur l’essence. Sans compter que lorsque vous reprenez une conduite plus raisonnable pour profiter tranquillement de son amortissement confortable, la consommation ne dépasse pas les 7 litres aux 100.

Un SUV aussi excitant que le Porsche Macan ?

Avec une gamme démarrant à 42 740€ en diesel 2,0 litres et grimpant jusqu’à 88 010€ sur le V6S essence, le F-Pace s’aligne à peu près sur les BMW X3, Mercedes GLC et Audi Q5 en 4 cylindres tout en attaquant les variantes hautes du Macan avec ses V6. Malgré des aptitudes dynamiques remarquables, il n’égale pas le niveau d’excellence de l’extraterrestre Macan sur ce plan. Mais il se montre un peu plus logeable tout en offrant d’excellents moteurs diesel et une bonne dotation en équipement. Outre ces qualités objectives, je pense que son physique contribue largement à cette excellente impression générale en descendant du F-Pace. Il sera vraiment facile de craquer dans cette catégorie largement dominée par la frilosité stylistique. Et peut-être qu’avec un V8 et une suspension au réglage plus agressif (comme annoncé par la rumeur), le Macan Turbo trouverait réellement à qui parler.

Essai-Jaguar-F-Pace-9

+Style imparable
Comportement intéressant
Moteur V6 essence décevant

 

Jaguar F-PACE V6 300
Moteur
Type et implantationV6 Diesel Turbo
Cylindrée (cm3)2993
Puissance (kW/ch) à tr/mn221/300 à 4000
Couple (Nm) à tr/mn700 à 2000
Transmission
Roues motricesQuatre roues motrices
Boîte de vitessesAutomatique à 8 rapports
Châssis
Suspension avantDouble triangulation
Suspension arrièreIntegral Link
FreinsDisques ventilés AV AR
Jantes et pneus265/40/22 AV/AR
Performances
Vitesse maximale (km/h)241
0 à 100 km/h (s)6,2
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)6,9
Cycle extra-urbain (l/100 km)5,6
Cycle mixte (l/100 km)6
CO2 (g/km)159
Dimensions
Longueur (mm)4731
Largeur (mm)2070
Hauteur (mm)1652
Empattement (mm)2874
Volume de coffre (l)650->1740
Réservoir (l)66
Masse à vide (kg)1884

Crédit photos : Jaguar

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Essai Jaguar F-Pace : réussite collatérale"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
grez
Invité

Petite boulette sur la fiche technique en fin d’article. Vitesse maxi 6,2 et 0 à 100 en 241…;)

Thibaut Emme
Admin

Merci de votre vigilance. 241 secondes pour un 0 à 100 km/h c’était en effet bcp trop 🙂

ART
Invité

Bonjour, quelles ont été vos consommations réelles finalement ? Vous l’évoquez dans l’article sans donner de valeurs chiffrés, ce qui me semble dommage à la vue des valeurs théoriques farfelues.

panama
Invité

Joli bon gros bébé ! Les Macan ont une cote d’enfer auprès de la clientèle qui ne jurait que par les Evoque. Ce Jaguar a l’air d’être un outsider de taille, avec une présentation vraiment très sympa.
Est-ce que le badge vaut celui de Porsche ? Eh bien… ça dépend. La clientèle n’est pas tout à fait la même, ce Jaguar attirera plus ceux qui cherchent un côté « arty » à leur voiture. Les sportifs se jetteront sans remord sur le Porsche.

Moose
Invité

Le Macan est le plus sportif, ok mais selon quels critères ? Pas dans les manoeuvres d’urgence en tous cas : https://www.youtube.com/watch?v=HgVue72wqnI.
Porsche a répondu que c’était une béquille électronique d’urgence qui entrait en action mais de la part de cette marque et avec tous les compliments reçus par le Macan de la part des journalistes, on pouvait attendre mieux.
Peut-être est-il le plus sympa à emmener en conduite dynamique mais à la limite (là où le potentiel du châssis se révèle), bof on dirait

wpDiscuz