Accueil Berlines Essai BMW Série 3 Active Hybrid 330e

Essai BMW Série 3 Active Hybrid 330e

241
19
PARTAGER


Définitivement, berline allemande ne rime plus depuis longtemps avec chevaux et pollution. Et au cas où on ne l’aurait pas compris, l’hybride se démocratise et se veut de plus en plus accessible. C’est le cas de cette nouvelle BMW 330e (prononcer « i »), qui avec sa propulsion electro-essence, allie le meilleur du premium, sans rogner sur la puissance et en limitant ses émissions.

Style extérieur

Pas de traits bleus ou de logos verts, on ne distinguera pas une 330e d’une Série 3 classique. En fait, personne ou presque ne peut se douter que derrière ces feux à leds, ce bouclier sportif ou cette double sortie d’échappements se cache une motorisation hybride. A vrai dire, il faut regarder à l’avant gauche pour repérer une trappe pas comme les autres ! Vous pourrez toujours essayer d’y brancher le pistolet vert, cela ne fonctionnera pas. Blague à part, celle-ci cache la prise où l’on viendra brancher le fil pour recharger la batterie, et ainsi jouir de la confortable autonomie en mode électrique.

Style intérieur et équipement

A l’intérieur, c’est la même chose, il n’y a rien qui diffère. Pas de logo, ni même de diagramme sur les compteurs qui compte les arbres. Nous sommes ni plus ni moins dans une Série 3 parfaitement classique. On se sent bien à bord de cet écrin, assis dans nos sièges en cuir, faisant face à une planche de bord aux matériaux respirant la qualité. Si certains préféreront le dessin de planche de bord d’une Classe C ou d’une A4, la finition de cette BMW s’avère remarquable. Les meilleurs observateurs auront remarqué le bouton « edrive » au bas du sélecteur de la boîte automatique, pour forcer la marche électrique.

BMW330e_lba_5_

Châssis et motorisation

Une fois la clé tournée, on tend l’oreille, mais le 4 cylindres turbo de 184 ch reste endormi. On démarre alors sur un filet de gaz, dans un silence complet et en douceur. Dans l’environnement de ce grand domaine près de Massignac qui nous sert de décor, où la circulation des engins à moteurs est bannie, on ne fait pas tâche. En mode zéro emission, on peut accélérer franchement, sans craindre de voir le thermique se réveiller et perturber le sommeil de la faune locale. Ce bonheur, on peut le vivre pendant une trentaine de km dans notre réalité, et ce jusqu’à 120 km/h. Réellement bluffant ! Largement de quoi faire son trajet domicile travail pour la plupart d’entre nous. Il suffit de 3 heures de charge à l’arrivée et le manège recommence.

Sur la route

Le reste du temps, il suffit de laisser la voiture travailler, qui gère parfaitement toute seul le meilleur moment pour gérer les phases où elle fait intervenir le moteur thermique. On ressent certes à l’oreille quand celui-ci se voit sollicité, mais en revanche cela s’avère imperceptible en termes de sensations quand elle passe de l’un à l’autre. Pas de vibrations parasites particulières, ou d’à-coups pénibles. On la conduit de manière parfaitement conventionnelle, sans se soucier de quoique ce soit. On constate alors, que peu importe finalement le style de conduite adopté, il nous apparaît difficile d’atteindre un chiffre de consommation au-delà des 7 litres, sur 100 vrais kilomètres. Sauf si on utilise le mode Save, qui préserve la charge, et fait gagner aussi un peu en autonomie électrique.

BMW330e_lba_3_

Evidemment cela à un revers, avec notamment un coffre sensiblement réduit à cause du pack de batteries dans le coffre. On pouvait aussi s’inquiéter de son comportement sur la route, mais en vérité il n’en est rien. La Série 3 garde son agilité. Sa direction demeure un modèle de précision, et son caractère de propulsion continue d’en faire une voiture plaisante à conduire. Dans le mode le plus extrême qui marie la puissance du moteur thermique aux 88 ch de l’électrique, elle gagne même en dynamisme. Sa boite automatique à 8 rapports, fait parfaitement son job. Encore une fois on conduit normalement même en haussant le rythme, et on ne sent pas l’influence de l’électrique mais juste une voiture puissante. Elle s’avère d’une polyvalence redoutable, tout en maitrisant sa consommation, sans spécialement adopter une conduite verte.

Tarif et conclusion

En outre, les tarifs n’ont rien de rédhibitoire, puisqu’il faut compter bonus déduit, quelque 46 000 euros pour se l’offrir. A ce prix là, on a même déjà droit à quelques équipements qui n’en font pas une voiture dépouillée. La fiscalité avantageuse peut la rendre aussi très attirante pour les professionnels. Voilà qui pourrait nous aider à progressivement nous éloigner du tout diesel, sans perdre quelque chose en passant.

Crédit photos : le blog auto

+Ecologie non voyante
Qualité de la chaîne hybride
Conduite conventionnelle
Capacité du coffre réduite

 

BMW Série 3 Active Hybrid 330e
Moteur
Type et implantationquatre cylindres turbo essence + moteur électrique
Cylindrée (cm3)1998
Puissance (kW/ch) à tr/mnCombinée 185/252
Couple (Nm) à tr/mnCombiné 420
Transmission
Roues motricesArrière
Boîte de vitessesAutomatique à 8 rapports
Châssis
Suspension avantMcPherson
Suspension arrièreMulti-lien
FreinsDisques ventilés AV AR
Jantes et pneus205/60 R16
Performances
Vitesse maximale (km/h)225
0 à 100 km/h (s)6
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)
Cycle extra-urbain (l/100 km)
Cycle mixte (l/100 km)1,9
CO2 (g/km)44
Dimensions
Longueur (mm)4633
Largeur (mm)1810
Hauteur (mm)1429
Empattement (mm)2810
Volume de coffre (l)370
Réservoir (l)41
Masse à vide (kg)1660

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "Essai BMW Série 3 Active Hybrid 330e"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
alfa155
Invité

J’ai arrêté de lire à la lecture du moteur de Mini, pathétique d’appeler ça 330, la bonne époque des 6 en ligne s’éloigne doucement…?

Alex87f
Invité

Alors que tout le monde sait que la 155 était la plus pure des Alfas, et méritait totalement son blason

toph92
Invité

Toujours la même rigueur des essais du blog auto. Avec la Prius 4 la consommation avoisinait les 10l/100 et avec la bmw on a du mal à atteindre 7l/100.
La Prius 4 n’est financièrement pas rentable (selon le blog auto), mais avec la bmw a plus de 45000 € on n’aborde même pas le sujet finances.

Yop
Invité

Décidément je ne comprendrais jamais votre logique…

« Capacité du coffre réduite » mais aucune photo pour montrer ce que ça donne.

Vos articles sont souvent sous-photographiés (pour inventer un mot).
A quand un article parlant d’un restylage de la face avant d’une voiture ne comportant que des photos prises de derrière ?

amiral_sub
Invité

j’aurais remplacé  » Voilà qui pourrait nous aider à progressivement nous éloigner du tout diesel, sans perdre quelque chose en passant. » par  » Voilà qui pourrait nous aider à progressivement nous éloigner du tout diesel, tout en gagnant sur tous les tableaux en passant. »

zz1
Invité

46000 euros rien de rédhibitoire… On doit pas vivre dans le même monde.

amiral_sub
Invité

ça reste une BMW avec l’option bluetooth à 1.200€. Ca existe et ça plait. On ne va pas refaire le monde

panama
Invité

MDR!

beniot9888
Invité

Rien de rédhibitoire dans sa catégorie ? Celle des berlines dites « premium » de 250 CV ?

Litlfred
Invité

Et pourtant, dans ce meme monde, chez les generalistes, une compacte dans son deuxieme niveau de finition avec un moteur mazout de 110cv est affichée à plus de 25000 euros et les gens s’arrachent des SUV Roumains « low-cost » à pres de 20000 euros…

wpDiscuz