Accueil Breaks Essai Opel Astra Sports Tourer Biturbo CDTi 160 ch

Essai Opel Astra Sports Tourer Biturbo CDTi 160 ch

177
10
PARTAGER

La voiture de l’année, l’Opel Astra, se décline en break et devient Sports Tourer. En plus de cotes supérieures et donc d’un coffre plus accueillant, elle gagne sous capot un puissant moteur diesel biturbo de 160 ch ! De quoi emporter une bonne charge utile sans difficulté. Voici en tout cas ce qu’elle promet sur le papier, et nous l’avons vérifié sur les tortueuses routes de la vallée du Douro, au Portugal. Verdict !

Style extérieur

En devenant break, l’Opel Astra s’allonge de plus de 30 centimètres et atteint ainsi les 470 cm. Il a donc fallu que les designers usent de tout leur talent pour réussir à intégrer le mieux possible la rallonge de carrosserie tout en gardant certains codes initiés par la berline compacte star. Jusqu’au montant B, comme pour beaucoup de véhicules du genre, strictement rien ne change. Ensuite, la vitre de custode garde dans son style la même découpe, mais pas dans les mêmes proportions. La partie arrière n’a pas grand chose à voir, avec des feux spécifiques, plus conventionnels. Pour ouvrir le coffre on peut utiliser le pied, ce qui facilitera la vie dans certaines situations, quand on a notamment les mains prises.

032_ASTRA_ST_2016_

Style intérieur

A l’intérieur, c’est le statu quo. On se retrouve ainsi dans cet habitacle moderne faisant oublier l’ancienne Astra qui semble prendre 15 ans d’un coup d’un seul. Au-delà des efforts en termes de matériaux et d’ergonomie, l’Astra Sports Tourer fait le plein d’équipements technologiques. Et cela commence à devenir la norme sur ce segment, même si parfois il faut recourir à la liste des options. Le choix de la puissante motorisation Diesel impose une finition haute, qui inclut des équipements de sécurité et de confort, comme le lecteur de panneaux bien sûr, mais aussi un maintien de file actif, des sièges massants, une tablette tactile évidemment connectée et plein d’autres petites attentions bien appréciées par les voyageurs.

Châssis et motorisation

L’un des éléments les plus intéressants de cette Astra Sports Tourer est donc son moteur de 160 ch, gavé par deux turbos. Un premier pour les bas régimes, et un second pour le reste de la plage. Théoriquement, cela doit combler la faiblesse d’un manque de couple en dessous des 1 500 tours. Et c’est en effet le cas, mais la différence reste toutefois marquée entre les deux moments de suralimentation. Sur les trois premiers rapports, le couple est tel qu’il faut parfois rouler sur la vitesse supérieure pour éviter du patinage. Un problème de riche d’une certaine façon. Il faut donc s’y habituer, mais la conduite sur les routes vallonnées de la région du Douro se réduit du coup à une simple formalité au moment de les gravir. Et cela quelque soit la charge embarquée, il se montre à l’aise dans toutes les situations. En outre, la consommation dépasse tout juste les 6 litres malgré un contexte naturel défavorable. Que demande le peuple ?

027_ASTRA_ST_2016_

Le peuple, il demande d’abord une boîte automatique, même si on s’accommode très bien de cette manuelle. Il demande aussi un châssis un peu plus dynamique, pour profiter encore mieux de ce très bon bloc. En effet, dans sa recherche du compromis confort/dynamisme, Opel a visiblement privilégié le premier. Ce qui est préférable pour les longues liaisons et globalement la vie quotidienne. Qu’on se rassure, son comportement s’avère plutôt sain et équilibré, avec une tenue de route de bon aloi. Simplement, il faut composer avec certains mouvements de caisse. On reste en retrait des françaises ou d’une Golf au chapitre du plaisir de conduite, mais l’Astra joue parmi les meilleures derrièreAmmorti. Et puisqu’il faut bien en parler, en termes de modularité, sont à disposition 540 litres de capacité de chargement. La banquette rabattable en deux ou trois parties offre un plancher plat. De ce point de vue elle reste moins logeable qu’une 308 par exemple, et ses rivales du groupe VW.

Tarif et conclusion

Au final, l’Astra Sports Tourer est devancée par ses concurrentes dans un certain nombre de domaine. Ce serait à son désavantage, sauf qu’en termes de tarifs, à gamme de puissance à peu près équivalente, elle offre,pour moins de 28 000 euros, plus d’équipements dont certains n’existent d’ailleurs même pas chez la concurrence. L’Opel Astra Sports Tourer se montre donc comme une championne du compromis en n’étant ni la plus chère, ni la meilleure, mais certainement pas la moins bonne affaire de son segment.

Crédit photos : le blog auto

+Moteur vigoureux
Equipement généreux
Tarif
Capacité de chargement quelconque
Amortissement un peu souple

 

Opel Astra Sports Tourer
Moteur
Type et implantation4 cylindres Diesel bi-turbo
Cylindrée (cm3)1598
Puissance (kW/ch) à tr/mn118/160 à 4000
Couple (Nm) à tr/mn350 à 1500
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesManuelle à 6 rapports
Châssis
Suspension avantMcPherson
Suspension arrièreBarre de torsion
FreinsDisques ventilés AV/ Disques arrière
Jantes et pneus225/45 R17
Performances
Vitesse maximale (km/h)220
0 à 100 km/h (s)8,6
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)5,2
Cycle extra-urbain (l/100 km)3,7
Cycle mixte (l/100 km)4,2
CO2 (g/km)112
Dimensions
Longueur (mm)4702
Largeur (mm)1809
Hauteur (mm)1499
Empattement (mm)2662
Volume de coffre (l)540 -> 1630
Réservoir (l)48
Masse à vide (kg)1410

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Essai Opel Astra Sports Tourer Biturbo CDTi 160 ch"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
panama
Invité

En gros une bonne routière pas trop faite pour la ville (de toute façon 4m70 c’est déjà beaucoup pour trouver une place dans vos villes engorgées).
Dommage pour l’absence de BVA – ça va peut-être venir ?
La partie arrière – pilier C – fait référence à l’Adam et cette fois je trouve que c’est pas mal.

greg
Invité

On dirait que vous êtes devenus allergiques aux photos de planche de bord. Dans les derniers essais, seule la Mégane y a eut droit…
C’est pourtant l’élément qu’on voit le plus souvent quand on est conducteur.

Membre

nouveaux spyshots du 3008 II qui se découvre de plus en plus : http://sacerdocearonger.blogspot.fr/2016/04/comment-la-r-de-psa-appris-se-serrer-la.html

Faut suivre l’actualité un peu vous dormez chez blog auto ou quoi ?

lym
Invité

Un SUV de plus pour gros tas ou petit kiki (cumul possible), franchement je m’en bats les couilles avec une patte d’aligator.

Autant acheter une Kia, dont le style s’explique par les mensurations locales!

beniot9888
Invité

Le style Kia s’explique par les mensurations locales ???

greg
Invité

Tu as besoin de polluer des sujets sans rapport pour cela?
Sans compter qu’on ne voit pas beaucoup plus que sur les précédentes photos dévoilées la semaine dernière….

Membre

Si on en voit largement plus vas t’acheter des lunettes aveugle que tu es !

Thibaut Emme
Admin

On se calme sur les attaques ad hominem. Merci.

Lean management
Invité

Il manque à Opel un véhicule-étendard, qui fasse qu’on parle de la marque. Une auto façon Calibra, Manta ou Kadett GSI.

xavier
Invité

l’Astra est surement motorisée par le R9M Twin qui manque crucialement à la Mégane 4,Scénic 4 et Kadjar meme en 120/140 ch din ,le R9M TGV manquant de souffle à bas régime ,et vivement l’EDC sur R9M +Twin sur tous modèles Renault + l’Astra !

wpDiscuz