Accueil Essai vidéo Essai : Renault Mégane GT – TCe 205 EDC 7

Essai : Renault Mégane GT – TCe 205 EDC 7

415
68
PARTAGER

La Renault Mégane connaît sa quatrième génération et va tenter de reconquérir des parts de marché sur le segment des compacts. Pour cela elle pourra compter sur cette très bonne version GT forte de ses 205 chevaux et de son système 4-Control.

Style extérieur : Fer de lance du style van den Acker

Extérieurement cette nouvelle Mégane succède à la Mégane 3 qui avait subit un restylage pour s’intégrer un peu plus dans la gamme Renault. Elle reprend tous les codes initiés par Laurens van den Acker mais y ajoute les dernières évolutions déjà découvertes sur Renault Talisman. Les feux avant sont relativement étirés et la signature lumineuse sort du bloc optique pour déchirer le pare-choc.

Megane_GT_rear

Le logo verticalisé est toujours bien en évidence au milieu d’une calandre qui ici est en nid d’abeille (la Mégane classique possède des barrettes horizontales chromées). Le capot est bombé avec quatre plis bien marqués et rejoint des ailes avant larges. Le profil est finalement assez simple avec une ligne de caisse droite qui remonte à partir des 2/3 de la portière arrière pour dynamiser la silhouette.

L’arrière est large visuellement comme d’habitude chez van den Acker. Les ailes sont rebondies et les passages de roues marqués. Les feux arrières sont semblables à ceux de la Talisman mais en symétrie verticale. Très étirés sur les ailes, ils sont poursuivis par une ligne lumineuse horizontale qui rejoint le logo central. Ce n’est pas sans rappeler la Renault R.S. 01.

Esthétiquement, la nouvelle Mégane est « consensuelle ». Elle n’a pas d’aspects clivants mais possède tout de même une ligne moderne et conforme à l’identité Renault. Vu le succès des autres dessins, celui-ci ne devrait pas avoir de mal à convaincre. Il est à noter que la Mégane sera, comme la Clio 4, uniquement disponible en cinq portes. Pas de coupé pour les versions sportives, dommage pour le style mais c’est un gros plus pour l’accessibilité à l’arrière.

Style intérieur : une Talisman bis

Le style intérieur de la Mégane GT est également similaire aux dernières productions du losange. Comme dans la Talisman on retrouve un grand écran tactile vertical encadré par les deux aérateurs. Très peu de boutons sur la console centrale, tout ou presque se pilote par l’écran tactile. Les commandes de température de la climatisation bi-zone restent tout de même à molette, accessibles immédiatement.

Les lignes sont là aussi sobres mais bien dessinées. Les compteurs sont affichés par des écrans ce qui permet d’avoir différents fonds de compteurs selon le programme du Multi-Sense choisi (confort, neutre, eco, personnalisé ou sport). C’est le même système que sur le Renault Espace ou la Talisman.

Les fauteuils de cette version GT sont des semi-baquets recouverts d’Alcantara. Le tout est surpiqué de bleu, couleur que l’on retrouve sur différents inserts. Les assemblages sont bons et les matériaux supérieurs ne sont pas sonores. Certains détails dans le bas pourraient être améliorés mais rien de rédhibitoire.

A l’arrière, le confort est bon et l’espace aux jambes très correct. Le passager du milieu sera un peu défavorisé quand les deux autres ont une assise creusée au maintien supérieur. Par contre, côté visibilité, les fauteuils d’un seul bloc avec les appuie-têtes dans la continuité du dossier (habituel chez Daimler par exemple) ne gâteront pas les passagers.

Sur la route : maniabilité en ville

Le gros point fort de cette Mégane GT c’est son système 4-Control qui permet d’avoir avec ses quatre roues directrices une manoeuvrabilité de citadine. Avec 10,4 m de rayon de braquage, la Mégane GT tourne 80 cm plus court que les versions non GT (dépourvues du 4-Control). 10,4 m c’est également le diamètre de braquage de sa principale concurrente, la Peugeot 308. Le coffre est volumineux – dans la moyenne de la gamme – mais en dessous de la 308 (420 norme VDA contre 384).

L’autre point fort en ville de cette Mégane GT c’est sa boîte automatique à double embrayage EDC 7. Fini les changements de vitesse intempestifs et les à-coups. Côté réactivité, les 205 chevaux et les 280 Nm de couple permettent de s’extraire ou s’insérer facilement dans le trafic. Petit point noir, la visibilité arrière, surtout 3/4, est limitée par la largeur du montant. Là encore rien de rédhibitoire car la Mégane GT possède un radar de recul et une caméra de recul.

En option on notera le détecteur d’angle mort (couplé au système Easy-Park) ou l’affichage tête haute très pratique (400 euros). Par contre de série, la Mégane GT dispose des radars avant/arrière, de l’alerte de franchissement de ligne, de la reconnaissance des panneaux, carte mains libres, climatisation automatique bi-zone et passage phares/codes automatique. Il y a aussi l’alerte de distance de sécurité avec freinage d’urgence automatique, les phares Full LED et le rétroviseur intérieur électrochrome.

Châssis et comportement : Efficacité diabolique dans les virages

Mais c’est surtout en dehors de la ville que cette Mégane GT TCe 205 EDC 7 se consomme. Le châssis rigide, les suspensions Renault Sport Technologie, le Multi-Sense qui laisse le moteur s’exprimer et rend plus réactive la pédale d’accélérateur, mais surtout le 4-Control donne une voiture très jouissive à conduire dans les virages sur petite route. En mode Sport, le 4-Control fait tourner les roues arrières d’un angle opposé à celles de l’avant ce jusqu’à 80 km/h (50 sinon) qui donne une maniabilité accrue.

A partir de 80 km/h, les roues arrières tournent dans le même sens que celles de devant et la voiture gagne alors en stabilité dans les grands virages en appui. La direction est très directe (2,3 tours entre butée contre 2,9 pour les autres modèles) ce qui, couplé au 4-Control donne une efficacité redoutable dans les enchaînements. De plus le train avant est précis et il faut forcer l’allure pour commencer à sentir un sous-virage.

Le moteur est très volontaire et son couple permet des relances sympathiques. La boîte EDC7 n’a pas les défauts de la EDC6 (de la Clio 4) mais il faut tout de même un léger temps d’adaptation en conduite rapide. Les temps de passage sont très rapide, mais il peut y avoir un temps de latence entre l’appui de l’accélérateur et le rétrogradage par exemple. Mais on peut jouer de la palette pour anticiper une relance ou une sortie de virage.

Au freinage la voiture est saine. Les sièges semi-baquets maintiennent bien latéralement et au final on se surprend à en vouloir un peu plus. La Mégane GT possède un launch control qui permet de faire des départs arrêtés canon. Amusant une fois ou deux. Après avoir conduit cette Mégane GT, on ne dit plus qu’une chose : vivement la Mégane RS !

Tarif et conclusion

A partir de 31 900 euros, cette Mégane GT est en concurrence directe avec la Peugeot 308 GT (31 050 euros). Performances identiques, châssis Peugeot vs. 4-Control, le choix entre les deux voitures se fera par le look bien sûr mais aussi par la boîte de vitesses, manuelle chez Peugeot, automatique à double embrayage chez Renault mais aussi peut-être par le Multi-Sense qui change le comportement de la Mégane GT.

+Agilité grâce au 4-Control
Performances
Look
On en voudrait plus
Visibilité 3/4 arrière

 

Renault Mégane GT
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne
Cylindrée (cm3)1 616
Puissance (kW/ch)151/205
Couple (Nm)280
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesAutomatique EDC à double embrayage
et 7 rapports
Châssis
DirectionMécanique et crémaillère assistée
Diamètre de braquage (m)10,4
Nombre de tours de volant2,3
Jantes et pneus (avant – arrière)225/40 R18 – 225/40 R18
Jantes aluminium Magny-Cours
Performances
Vitesse maximale (km/h)233
0 à 100 km/h (s)7,1
1000m DA (s)27,8
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)7,8
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,9
Cycle mixte (l/100 km)6
CO2 (g/km)134
Dimensions
Longueur (mm)4359
Largeur (mm)1814
Hauteur (mm)1447
Empattement (mm)2669
Volume de coffre (l)434 (384 VDA)
Réservoir (l)50
Masse en ordre de marche (kg)1 392

Illustration : T. Emme/le blog auto – Prises de vue au Logis d’Equilly

Poster un Commentaire

68 Commentaires sur "Essai : Renault Mégane GT – TCe 205 EDC 7"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Alan Each
Invité

En plus d’avoir un design consensuel qui donc manque de caractère, surtout sur le côté qui, contrairement aux boucliers, est difficile à remodeler, je n’adhère pas du tout à cette exubérance, presque « bling-bling », de DEL sous les phares et au milieu du hayon (« vous en voulez, je vais vous en donner ! »). Sans ça les feux arrière rappelant un tout petit peu ceux de la R16 II m’auraient fait de l’œil… 🙂

wizz
Membre
Membre

en effet wizz, là on peut parler de consensualité 😉

Hector
Invité

Merci Wizz d’avoir placé ta Volkswagen, bien vu et bien joué comme toujours.

beniot9888
Invité

Consensuel, qui manque de caractère ET bling bling exubérant ?

Hector
Invité

Style surchargé, outrancier, inélégant, vulgaire et tapageux.
Ça devrait bien ce vendre.

Maître 90
Invité

Outrancier, inélégant, blingbling…

Lâché de trolls sur le blog auto de la part de la concurrence.
Vu le niveau de cette Mégane, il est normal qu’elle s’affole. Il n’y a qu’à voir le succès des autres productions du Losange (Kadjar, Kwid, Clio, Espace, Capture, Twingo et même la Zoé) et l’ambition affichée pour comprendre la teneur des messages ci-avant.

BZZZ
Invité

Hâte d’avoir l’offre du commercial, je la trouve magnifique et en vraie, elle est bien plus jolie !! Les sièges avant qui, (et je n’y avait pas pensé !) cache un peu la vue des passagers, sont par contre vraiment sublimes et confortables !!
j’ai actuellement une Mégane 3 cc 2.00 180 gt et celle-ci risque vraiment de me la faire vendre ! 😉

Rowhider
Invité
Thibault, tu peux nous en dire plus sur cette EDC7? En théorie c’est la boîte qui équipera la future Alpine: j’ai très envie de savoir ce qu’elle vaut face à une EDC6. L’EDC6 en mode semi-auto était excellente à la montée des rapports mais il se passait bien une bonnne seconde entre la pression et le verrouillage des rapports au retro-gradage. Elle est équipée de palettes ou bien le classique manche? Personnellement je regrettais aussi le manque de sensations face à une boîte manuelle: sans regarder l’indicateur de rapport, on a parfois du mal à savoir si la modification du… Lire la suite >>
Pedro91
Invité

he ben c’est show off a fond on se demande comment ca va viellir… A 150.000 bornes je veux des photos 🙂
Je trouve le logo trop petit devant.

Maître 90
Invité

Vu la fiabilité affichée par les Renault, il n’y a pas de souci de ce côté là. Pour les lignes très réussies de cette nouvelle Renault, aucune raison qu’elles vieillissent mal.

Une Facel vieillie t-elle mal ?

SGL
Invité

Je pense que la nouvelle Mégane a enfin les critères pour figurer sur le podium des compactes en Europe.
Le système 4-Control sur les versions haut de gamme est une attaque pour les compacts premiums qui font avoir un peu plus de mal à justifier leurs tarifs.

wpDiscuz