Accueil Hybrides Essai Volvo XC90 T8 Twin Engine

Essai Volvo XC90 T8 Twin Engine

194
17
PARTAGER

Le Volvo XC90, représente à ce jour ce qui se fait de mieux au sein de la marque d’origine suédoise depuis longtemps. En attendant la grande berline S90, qui arrivera sur nos routes d’ici l’année prochaine, nous avons pris le volant de la version la plus véloce du SUV maison, la T8. Sous le capot, un 4 cylindres turbo essence associé à deux moteurs électriques, pour une puissance cumulée de 407 ch.

Style extérieur

Cela semble bien évidemment très subjectif, mais le Volvo XC90 apparaît aujourd’hui comme l’un des plus beaux SUV premiums du moment. Malgré ses mensurations de break surdimensionné et surélevé, son style simple lui donne une élégance qui devrait lui faire traverser sans difficultés les années. Nonobstant ses bandes de LED dans les phares, il s’éloigne largement de l’Audi Q7 en termes de lignes, et encore plus à l’arrière. En effet, c’est en l’observant depuis cet angle qu’on détecte le lien avec l’ancien modèle, et plus simplement avec la tendance des lignes aujourd’hui en vogue à Göteborg. On remarque en effet les feux verticaux, commun à tous les breaks Volvo. Il ne se différencie pas du tout du reste de la gamme, à un détail près. En se penchant sur l’aile avant gauche, une trappe attire l’attention. Elle dissimule la prise, sur laquelle on branche le fil pour recharger la batterie de cette voiture hybride plug-in.

Volvo_XC90_R_Design_Essai_LBA-16

Style intérieur

A l’intérieur, on entre dans un cocon au design à la fois épuré et très moderne, avec peu de boutons sur la console centrale. La vie à bord s’articule autour d’un large écran en mode portrait, baptisée Sensus. Un petit sélecteur sert à choisir le programme de la boîte automatique et une petite molette est dédiée aux modes de conduite. Les matériaux sont choisis avec soin, notamment les bois, et l’assemblage ne souffre pas la critique. Bien installé dans les assises de la superbe sellerie cuir, on se sent déjà bien, avant même de démarrer. On note également l’absence de compteurs analogiques, remplacés par un écran couleur, suppléé par un lecteur tête haute projetant les informations relatives à la conduite directement sur le pare-brise. En outre, touche suédoise, on peut se servir de la tablette avec des gants pour les plus frileux. La plateforme du XC90 a été conçue pour accueillir la batterie pour les moteurs électriques directement au centre du châssis, au bénéfice du centre de gravité et donc de l’agilité, mais aussi pour préserver le coffre. Dès lors, il s’agit pour l’instant du seul SUV hybride rechargeable 7 places sur le marché.

Volvo_XC90_R_Design_Essai_LBA-7

Châssis et motorisation

Pure, Save, AWD et power composent les différents plans que l’on peut sélectionner en plus du mode « hybrid » que nous qualifierons de « normal ». En Pure, on roule exclusivement sur le mode électrique, sauf si l’on sollicite soudainement la puissance. Mais on peut rouler tranquillement jusqu’à 125 km/h sans faire appel aux 4 cylindres à double suralimentation. Avec une batterie pleine, sur le papier l’autonomie peut théoriquement dépasser les 40 kilomètres. La vérité du terrain, après 10 km sur une voie express, 5 km en ville puis à nouveau 10 km sur une départementale de montagne nous a amené à arriver au bout de notre réserve. Finalement, notre itinéraire pas très favorable nous a permis d’évoluer pendant une vingtaine de bornes sans faire tousser les oiseaux. On peut imaginer que par beau temps, sur des routes sans trop de reliefs et sans trop d’autoroute, on peut atteindre assez facilement la trentaine. En tout cas, dans ces conditions, on apprécie la douceur et le confort du roulage en silence sous le regard hébété des passants, au volant de cet énorme paquebot.

Le mode « Save » préserve la batterie, mais malgré les phases de recharge au freinage, on n’augmente guère l’autonomie. Evidemment, dès lors la consommation s’envole et dépasse les 10 litres sur les voies rapides par exemple. En AWD (All wheel drive), le moteur électrique à l’arrière sert à la traction. Le moteur thermique sert aussi de générateur pour avoir suffisamment de puissance pour alimenter le bloc entraînant les roues arrière. Notre essai s’étant déroulé en partie sur des chemins enneigés, il suffit largement pour se sortir de toutes les situations, pour tirer sans peine même sur la glace les 2,3 tonnes de notre XC90 lors d’un démarrage en côte. D’ailleurs, quelque soit le mode, l’électronique cherchera de toute façon à optimiser la motricité. Justement avec l’aide du programme « Power », on dispose de toute la puissance pour s’amuser et s’offrir de belles glissades. Malheureusement, l’électronique, pas entièrement débrayable, limite les figures. Sur route sèche, il fait merveille, et les 407 chevaux sont bel et bien présents ! Le chrono de 5,6 secondes pour atteindre les 100 km/h ne ment pas, et on oublie alors très largement le poids conséquent. Il n’empêche qu’en courbe, avec l’amortissement raffermi et l’assiette abaissée, les mouvements de caisse sont remarquablement contenus. Le feeling à la pédale de frein déroute un peu, et il surprend lors des premiers freinages. Rien de bien méchant, on intègre cela assez rapidement. En descente d’ailleurs, une fonction « B » de la boite automatique (au passage d’une douceur notoire) renforce le frein moteur et maximise la recharge à la décélération.

Volvo_XC90_R_Design_Essai_LBA-13

Il est difficile de conclure sur une donnée classique d’autonomie. Un bilan hebdomadaire serait plus parlant, compte tenu de la possibilité de faire presque 30 km par jour en se rechargeant la nuit ou au bureau, en 3 heures maxi suivant l’ampérage. Il serait intéressant d’ailleurs de comparer les consommations entre une citadine et ce XC90 T8 Twin Engine, sur une semaine banalisée aux trajets de type domicile travail du lundi au vendredi, avec un weekend assez loin. Sur notre trajet de retour de deux heures, mêlant quelques dizaines de kilomètres de route de montage, et une bonne centaine d’autoroute, elle s’est établit entre 10 et 11 l aux 100 km. Ce qui reste un chiffre remarquable, au regard de la puissance et du poids.

Conclusion

A 79 500 euros, le XC90 T8 Twin Engine s’affiche un tout petit peu moins cher qu’un Q7 e-tron et plus onéreux qu’un BMW X5 40e hybride moins puissant. Pour autant, cela apparaît en dessous d’un Mercedes GLE e500, qui compte  sensiblement plus de chevaux sous le capot, soit 446 ch, contre 407 pour le Volvo. Il y a donc meilleur et moins bon sur ce segment. Même s’il fait le même job que ses concurrents, le Volvo XC90 a pour lui un charme que ne possèdent pas les autres. En outre, le modèle et la marque véhiculent malgré tout une image plus amicale, un peu moins « m’as-tu vu? » que ses confrères allemands, en offrant au moins les mêmes prestations. De quoi ne plus devoir choisir entre le coeur et la raison!

Crédit photos essai : Volvo

+Style
7 places
Technologie
Poids élevé
Un peu cher

 

Volvo XC90 T8 Twin Engine
Moteur
Type et implantation4 cylindres turbo + moteur électrique
Cylindrée (cm3)1969
Puissance (kW/ch) à tr/mnCumulée 299/407 à 5700
Couple (Nm) à tr/mn400 à 2200
Transmission
Roues motricesintégrale
Boîte de vitessesAutomatique à 8 rapports
Châssis
Suspension avantNC
Suspension arrièreNC
FreinsDisques AV / AR
Jantes et pneus275/45R20
Performances
Vitesse maximale (km/h)230
0 à 100 km/h (s)5,6
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)NC
Cycle extra-urbain (l/100 km)NC
Cycle mixte (l/100 km)2,1
CO2 (g/km)49
Dimensions
Longueur (mm)4950
Largeur (mm)2008
Hauteur (mm)1775
Empattement (mm)2984
Volume de coffre (l)314 -> 1816
Réservoir (l)50
Masse à vide (kg)2343

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Essai Volvo XC90 T8 Twin Engine"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité
Formidable démonstration de Volvo dans le Haut de gamme ! C’est aussi une belle démonstration que l’on peut parfaitement réussir dans le premium avec de bons 4 cylindres, à la condition, bien sûr, d’être adossée par la technologie électrique ! C’est aussi une très bonne nouvelle pour la montée possible dans le haut de gamme pour nos constructeurs Français. Plus facile dans ces conditions, d’imaginer des Talisman et Espace premium avec un renfort de puissance électrique, soit pour les performances pures ou par souci d’économie et d’écologie. Encourageant aussi pour la commercialisation de la Peugeot 308 R Hybrid ainsi que… Lire la suite >>
Bobby
Invité

@SGL : C’est ce que je me disais aussi, je connais mal les motorisations de volvo mais je trouve l’offre intéressante, je n’ai rien contre les motorisations >4cyl mais je pense que les constructeurs Français qui n’ont que du 3 et 4 cylindres dans les cartons on tout intérêt à s’inspirer de volvo et son usage de l’hybridation, et donc l’utiliser dans un premier temps comme vecteur de montée en gamme.

beniot9888
Invité

Et la consommation électrique, vous l’avez mesurée ? Parce que quand on ne roule pas à l’essence, on ne roule pas non plus au miracle. Il serait donc intéressant de mesurer AUSSI la consommation électrique quand on essaie un hybride rechargeable, plutôt de se contenter de dire qu’on utilise peu de carburant.
Chez moi, l’électricité n’est pas gratuite.

Le réservoir est tout de même un peu petit, non ? 50 litres sachant qu’il consommera plus de 10 litres au 100 sur autoroute, ça n’en fait pas un voyageur au long cours.

Hormis ça, c’est un assez beau SUV, tout de même.

SGL
Invité
Faut peut-être aussi voir sur le plus long terme. Demain, après 2020, tout le monde (enfin presque) aura au minimum 6m² de panneaux photovoltaïque sur le toit de sa maison pour produire en partie l’électricité pour des besoins de chauffages ou tout autres appareille électriques. Le véhicule hybride rechargeable ou électrique pourra servir de tampon soit pour la maison, soit, sur grande échelle, pour le réseau électrique. L’électrique, à terme, restera toujours moins cher que les carburants fossiles, et elle pourrait même considérer comme être gratuite avec une installation déjà amortie (théoriquement). Le micro éolien pour particulier se développe aussi… Lire la suite >>
beniot9888
Invité

Après 2020 ? Ca a le mérite d’être vague et de ne pas s’engager. En attendant l’électricité n’est pas gratuite et donc on la paye. Donc j’aimerais savoir quelle quantité d’électricité est consommée par cette voiture.

totoro
Invité

Pour te répondre, vu le gabarit, compte une moyenne de 20kWh/100 minimum en pure élec, ça fait 2.8 €/100 ou en équivalent Diez, 2.8litres aux cent en pure élec de conso.
tu sais tout.
j’ai un XC60, en ultra éco impossible j’arrive à 5.8 l/100, en normal « lent » 7.6l, en brutal 9l /100.
2.8 pour du volvo, c’est pas une zoé, mais c’est quand même excellent

Olivier
Invité

Les panneaux photovoltaïques financés par des crédits d’impôt et un rachat 6x le tarif? Pourvu qu’ils ne se généralisent pas sinon on va avoir des hausses d’impôt et de tarif d’électricité.

SGL
Invité
Ok, c’est vrai, je m’engage pas vraiment. @beniot9888 Je n’ai pas de réponse précise, j’avoue, je bute en touche ! Mais c’est une tendance lourde, l’électricité revient moins cher que du carburant fossile, surtout en France. Et si l’électricité augmente fortement, ce qui est très probable dans l’avenir à cause de : soit le renouvellement du parc nucléaire, soit le démantèlement d’un tiers des réacteurs, soit le passage massif aux énergies renouvelables, etc. @Olivier Les installations photovoltaïques financées par des crédits d’impôt de plus de 10 ans, sont rentables aujourd’hui ! Avec de la technologie d’avant 2005 ! En 10… Lire la suite >>
psam
Invité
Comment peut on justifier cette débauche de technologie pour permettre à un monstre de 2,3 T de transporter 80 kg maxi la plupart du temps, et 7 personnes quelques jours par an ? Qu’est ce qui peut bien justifier que des gens continuent à dépenser de de l’argent dans des voitures de + 400 CV ? (je ne parle pas des sportives type ferrari, mac laren, qui ne sont pas faites pour rouler, mais pour rêver). Avec cet investissement technologique, il doit être possible de proposer des voitures beaucoup plus efficaces (moins de poids, moins de puissance), et arrêter de… Lire la suite >>
SGL
Invité

Je ne saisis pas tout là !
Le Volvo XC90 ne fait pas rêver ?
Le Volvo XC90 n’est pas pratique et fonctionnel ?
Le Volvo XC90 est économique en carburant (du moins théoriquement) !
Et donc le Volvo XC90 pollue pas trop, et surtout moins que les « vieux » SUV de plus de 5ans !
Franchement, quand on a les moyens, Le Volvo XC90 n’est pas une mauvaise auto, surtout pour un père tranquille (riche), Surtout quand les routes vont être limitées à 80 km/h 😉

miké
Invité

Désolant !

Lean management
Invité

Peut-être parce que ce genre de motorisation offre un velouté et un confort de marche tout simplement au-dessus du lot… Il n’y a heureusement pas que des 107, Clio ou Up sur la route.

alfa155
Invité

Un 4 pattes quoi, comme sur une vulgaire Clio, ça donne pas envie l’avenir de l’automobile.

SGL
Invité

Faut vivre avec son temps, certain que les 5, 6, 8 ont une sonorité plus envoutante, m’enfin là, le silence de fonctionnement et de mise, et le couple moteur est plus importante que les envolées lyriques.
Sans parler des considérations économiques (carburant) et pollutions.

carlito
Invité

Les consommations annoncées en cycle mixte 2.1litres/100kms ont de quoi faire sourire, quel enfumage!!!

SGL
Invité

Bah, même zéro si on ne dépasse pas les 40 km théoriquement et 25 km dans la pratique, apparemment. 🙂

wpDiscuz