Accueil Historique Essai rétro : Volkswagen 1300 « Coccinelle » 1971 : le roller enceinte

Essai rétro : Volkswagen 1300 « Coccinelle » 1971 : le roller enceinte

569
5
PARTAGER

Gravid rulleskøjte, le roller enceinte. C’est le surnom danois de la Coccinelle. C’est dire la réputation de sa tenue de route. Nous l’avons essayée sous la pluie mais non, on n’a pas fini sur le toit !

<<< LIRE LE DEBUT
Il était une fois
Bourreau des coeurs
Clap !

Katrapla

Comme tout le monde le sait, la Coccinelle possède un moteur quatre cylindres à plat, refroidi par air et situé en porte-à-faux arrière. Pendant plusieurs décennies, il a propulsé toutes les VW : Combi, Typ 3, Karmann-Ghia, Formula Vee… Et Porsche 356. Les prototypes de 1938 ont des moteurs 1 litre 30ch et ils atteignent péniblement 100km/h. Au fil des années, Volkswagen choisit d’augmenter la cylindrée, afin que la puissance aille crescendo. En 1971, on en est à 1,3 litre et 44ch. Une version 1,6l 50ch, la 1302 S, est également commercialisée.

La conséquence directe de l’augmentation de cylindrée, c’est la consommation. Le 1 litre revendiquait 6,7 l/100km en mixte, ce qui n’était pas si mal. Avec le 1300 cm3, on atteint les 8,5 l/1ookm. Et encore, on atteint les 10l aux 100km avec le 1600 ! On n’a plus vraiment affaire à une voiture économique…

VW-Coccinelle-big-14

Première particularité : le bruit. On vous entendra venir à des kilomètres… Même en plein trafic ! Dans les années 60-70, on juge la Cox lourde et poussive. Vu de 2016, 44ch pour 820kg, ce n’est pas trop mal. Deuxième particularité : le pédalier sort du plancher, avec un frein très décalé vers le conducteur (donc talon-pointe impossible.) La boîte a quatre rapports.

Comme sur une GT moderne, la clef ne sert que de coupe-circuit et il y a un bouton de démarrage. Au feu vert, l’insecte de Wolfsburg laisse tout le monde sur place ! Mais la 2 est introuvable. Va pour la 3. Le katrapla pète deux fois avant d’accepter la décision. Merci le couple du 1300. Nouveau feu rouge. Feu vert. 1 et… Toujours rien. Au troisième feu, le moteur est chaud et la 2 apparait comme par magie : un petit caprice d’anciennes.

VW-Coccinelle-big-9

Malgré les gros pneus, cette 1300 est assez bien manœuvrable. Et la tenue de cap, plutôt correcte pour l’époque. Idem pour le freinage : la pédale est dure, mais ça freine. Bien sûr, sur une plaque de verglas, les lois de la physique sont inviolables et l’arrière de vouloir passer devant. Voir le dessous, dessus…

Rien n’est prévu pour désembuer le pare-brise. A trois, en hiver, sous la pluie, il faut se contenter d’ouvrir les vitres de custodes et frotter sa manche sur le pare-brise. Quant aux essuie-glaces, comme souvent à l’époque, ils servent surtout à bien étaler l’eau…

VW-Coccinelle-int-2

Conclusion

Pour beaucoup, la Coccinelle se limite à une bonne bouille. C’est négliger la qualité de construction (finition et fiabilité), qui a beaucoup fait pour sa réputation. Néanmoins, après 1971, elle doit faire face aux citadines. Elles sont plus modernes, consomment moins, ont un meilleur rapport habitabilité/encombrement et en tant que tractions avant, elles sont plus faciles à conduire par mauvais temps. La Cox est ringardisée. Dans les films, c’est la voiture du loser, exactement comme la 2cv, durant les années 80-90. Volkswagen ne sent pas le vent tourner et il réagit in extremis avec la Golf, en 1974. Ensuite, la Coccinelle est quasiment reniée par son créateur. Dans les années 80, les Coccinelles n’étaient plus prises en charge par le réseau Volkswagen-Audi. En revanche, on retrouvera l’humour à froid de DDB jusqu’à la fin des années 90 et la campagne pour le Sharan TDI. Pendant ce temps, la Cox a continué de tenir le haut du pavé du trafic brésilien et mexicain. Les taxis ne juraient que par elle ! Quelques exemplaires continuaient à traverser le Rio Grande, munis de vieux numéro de châssis. En 2003, au Mexique, l’ultime Coccinelle sort de chaîne.

Et si vous en vouliez une ?

Les Coccinelles ont connu des destins contrastés en occasion. Les versions pré-1965 et les cabriolets ont d’emblée été collector, les plus prisées étant les rares exemplaires pré-1945 et les cabriolets biplaces d’Hebmüller. Les modèles post-1965 ont eux longtemps été mal-aimés, d’où une propension au tuning sauvage. En France, la Coccinelle a longtemps souffert face à la 2cv et à la R4 et de toute façon, Volkswagen exportait presque exclusivement aux Etats-Unis. Les kits pour donner un look « pré-1965 » sont légion. Et de très, très nombreux vendeurs n’hésitent pas à prendre les gens pour des imbéciles. En général, c’est la large lunette arrière qui les trahit.

Aujourd’hui, on redécouvre les charmes des modèles les plus récents. Comptez de 3 000€ à 10 000€ pour un modèle post-65. Même si elle a une réputation d’indestructibilité, au-delà d’un certain âge, une bonne révision s’impose. Globalement, ça reste un modèle très diffusé et il y en a pas mal à vendre, en permanence. Donc, en cas de doute, vous pouvez passer votre chemin. Celle du jour appartenait à Occasion privée. Ce vendeur de voitures d’occasions songe à se diversifier dans les anciennes. Ramenée de Belgique, elle était à vendre pour 7 900€. « Était », car elle a trouvé preneur en moins d’une semaine !

VW-Coccinelle-big-3

Crédit photos : Joest Jonathan Ouaknine/Le Blog Auto

+Ligne craquante
Collector en devenir
Performances correctes
Très diffusé, pièces relativement faciles à trouver
Rare en état d’origine
Consommation
Attention aux caches-misères

 

Volkswagen 1300
Moteur
Type et implantation4 cylindres à plat, en porte-à-faux arrière
Cylindrée (cm3)1285
Puissance (ch) à tr/min44 à 4100
Transmission
Roues motricesArrière
Boite de vitessemanuelle à 4 apports
Châssis
Suspension AVBarres de torsion
Suspension ARDouble triangulation
DirectionA galet
FreinsDisques à l’avant, tambours à l’arrière
Performances
Vitesse maximale (km/h)125
Dimensions
Longueur4030 mm
Largeur1550 cm
Hauteur1500 mm
Empattement2400 mm
Masse à vide (kg)820

 

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Essai rétro : Volkswagen 1300 « Coccinelle » 1971 : le roller enceinte"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
greg
Invité

Essai très intéressant et sympathique, mais je suis sûr qu’il aurait mérité une page de plus 😉
D’autant que si j’adore la voiture, elle était assez instable en lacets, et je vous super-succint sur l’aspect conduite mon cher JJO 🙁
Question sinon : je ne suis pas un expert du véhicule, mais vous indiquez que rien n’est prévu pour désembuer le pare-brise, pourtant je vois des buses d’aération dirigées vers le pare-brise?

4aplat
Invité

Pour avoir une 1303 depuis 25 ans, Le chauffage fonctionne mais le soucis est que la chaleur passe par les longerons qui ont tendance à rouiller se l intérieur … mais les petites fenêtres sont très utiles pour des embués !!

greg
Invité

Ok merci 🙂

Membre
Article intéressant qui a le mérite d’attirer l’attention du lecteur par son titre: la 1302s. Ce modèle est très très peu connu à l’instar de ce qui est dit dans l’article. Ce modèle a été peu produit , car seulement sur deux ans, avec des évolutions entre la première et deuxième année (ex capot moteur qui passe de deux grands grilles à quatre grilles.) Dommage qu’il y est autant de coquille, le système de chauffage est performant et permet d’évacuer la buée rapidement une fois que le moteur est lui même chaud… Bref dommage … Je pense qu’il y a… Lire la suite >>
4aplat
Invité

C’est quand meme bizarre, mon cher JJO, une 1302 a les Mc Pherson à l’AV et donc un capot bombé, comme les 1303, mais pas celle de l’article …
Et sur le moteur, le filtre a air n’est pas d’origine …

wpDiscuz