Accueil 4x4 Essai Kia Sportage CRDi 4X4 185 ch

Essai Kia Sportage CRDi 4X4 185 ch

323
22
PARTAGER

Kia renouvelle son Sportage. Puisqu’il s’agit de son véhicule le plus vendu dans notre coin du monde, le constructeur coréen n’a pas le droit de se tromper. Il fallait rajeunir son design et ajuster ses prestations pour continuer de convaincre. Surtout, le Sportage doit s’armer pour se battre avec des épouvantails comme le Qashqai ou le récent Kadjar, qui témoignent de la grande forme de ce segment.

Style extérieur

Il se vend plus de Sportage que de Cee’d ou de Rio, les trois modèles Kia qui fonctionnent le mieux en Europe. On pense au casse-tête au moment d’imaginer le design de la cette nouvelle génération. L’équipe de Peter Schreyer, à qui on a confié la mission de rendre les Kia plus désirables, a une fois de plus relevé le défi, avec l’espoir du même succès à la clé. Sur les photos, certains observateurs voyaient dans son regard des faux airs de SUV Porsche. On a vu pire comme référence… La vérité, c’est que le nouveau Sportage adopte un style bien à lui, avec une face avant où l’identité de la marque se manifeste par la calandre dite « Tiger Nose », comme toutes les dernières Kia. Clairement, le style tranche avec l’ancien modèle plus carré dans ses lignes. Désormais, la star coréenne affiche un dessin tout en rondeurs, plus moderne et teinté d’une certaine élégance. En outre, notre finition GT Line dynamise légèrement son style, avec des canons à LEDs dans le bouclier, comme la Cee’d GT, et une double sortie d’échappement. Quelque soit l’angle depuis lequel on observe le Sportage, on loue ses traits adoucis, et son look assurément moderne, qui fait oublier son prédécesseur… D’ailleurs, ce dernier prend un sacré coup de vieux quand on les voit côte à côte. En termes de dimensions, ses 448 cm de longueur font de lui l’un des plus grands du segment, le Qashqai par exemple lui rendant 10 cm.

Kia_Sportage_Essai_LBA-2

Style intérieur et équipement

A l’intérieur, compte tenu de la massive planche de bord et de la ceinture de caisse haute, on se sent dans un environnement plus confiné, façon berline. Le dessin apparaît plus heureux, plus simple avec une ergonomie meilleure. Malgré le large écran tactile, il demeure beaucoup de boutons sur la console centrale. En termes de qualité perçue, Kia progresse sur ce nouveau Sportage, et l’assemblage apparaît plus rigoureux. Les adeptes des plastiques moussés seront probablement un peu déçus, mais la présentation tient la route. Les rangements s’avèrent plus grands et plus profonds, ce qui permettra d’y perdre tout le contenu de vos sacs et poches. En plus de cela, si vous avez le smartphone idéal, il peut se recharger par induction dans le logement devant le levier de vitesses. Pour les autres, il faudra recourir au cable classique, sauf qu’au lieu de deux prises 12V, on aurait préféré deux USB (il n’y en a qu’une), pour éviter la bagarre au moment de recharger son appareil à l’avant. On apprécie beaucoup l’habitabilité à l’arrière, avec notamment la possibilité d’incliner largement son dossier, pour un confort accru. Concernant la modularité, le coffre de capacité moyenne peut s’ouvrir avec le pied (détecteur sous le bouclier), et la banquette est évidemment rabattable, mais la manœuvre de peut pas s’exécuter depuis l’arrière.

Kia_Sportage_Essai_LBA-3

On se retrouve plutôt bien assis au volant de ce nouveau Sportage. Dès les premiers kilomètres, on se rend compte que Kia n’a pas été chiche au chapitre des équipements. En s’engageant sur l’autoroute, c’est Star Trek ! Le détecteur d’angle mort s’allume et bippe, le radar de distance sonne à cause de la proximité imminente d’un véhicule devant et la courbe que dessine la voie d’insertion fait travailler le correcteur de trajectoire pour nous faire suivre le virage. Avec toutes ces informations, on réfléchit à l’idée de voir ce que l’on veut désactiver ou non. Après tout, l’idée étant de tester tous les gadgets, on essaie d’apprendre à vivre avec. On garde tout, mais le plus perturbant reste le maintien de file actif qui prend un peu le pas sur votre façon de conduire. La bonne nouvelle, c’est qu’il s’avère plus vigilant et prévient les écarts intempestifs. Il n’empêche que cela en déroutera certains, quand ils sentiront le volant tourner seul entre leurs mains. Pour peu qu’on ne soit pas allergique aux geekeries, on finit par s’y faire, mais nous l’avons tout de même désactivé en sortant du réseau express pour rendre notre conduite plus fluide.

Sur la route

Notre Sportage équipé du Diesel de 185 ch ne manque pas de souffle, mais il se voit en partie handicapé par sa boîte automatique, qui étrangement donne quelques à-coups sans même sélectionner le mode séquentiel. Conscient assez rapidement de ce grief, on l’anticipe pour l’éviter en jouant avec la pédale ou en changeant manuellement un rapport via les palettes. Compte tenu du poids, on sent que la forte cavalerie n’apparaît pas superflue. Que ce soit en mode confort ou sport, on constate que le SUV coréen n’a pas la rigueur de ses meilleurs concurrents, malgré des mouvements de caisse qui semblent mieux contenus. Quand on choisit donc le programme le plus dynamique, le moteur donne le maximum de sa puissance, et le passage à la vitesse supérieure intervient plus part. Et finalement, ce choix convient mieux à la voiture, même pour une conduite normale, et on se surprend à le garder en permanence car plus commode, hors autoroute. Disposant de la transmission intégrale, nous nous sommes échappés volontairement du bitume, pour s’égarer sur des chemins mi-stabilisés mi-rocailleux. En activant les quatre roues motrices, le Sportage s’en sort sereinement et rassure. Toutefois, vu la nature du terrain, en faisant un peu attention à ce qu’on fait, cela aurait très bien fonctionné en traction simple. En revanche l’aide électronique à la descente n’a rien de superflu. Cet équipement remarquable tient un véritable rôle d’élément de sécurité indispensable quand il s’agit de redescendre un pan de massif hostile.

Kia_Sportage_Essai_LBA-4

Tarif et conclusion

En termes de tarifs, le nouveau Kia Sportage avec en entrée en matière à 25 000 € en Diesel, se place en dessous de ses concurrents français. La marche est ensuite un peu grande pour passer au niveau supérieur avec un peu moins de 2 000 € d’écart. Sauf que le coréen propose beaucoup d’équipements, et aucun des incontournables ne peut tenir la comparaison sans exploser la note. Ils seront peu à rouler dans notre version d’essai à 37 700 €, mais pour 28 000 € on peut déjà avoir des tas de choses (GPS, maintien de file, caméra de recul etc…) que la concurrence offre pour bien plus cher. Avec un look encore plus avenant et un rapport prix/équipements toujours aussi avantageux, les usines slovaques de Kia ne sont pas près de revoir leur cadence à la baisse…

 

+Rapport prix/équipement
7 ans de garantie
Poids pesant sur le comportement
Insonorisation en accélération
Boîte lente

 

Kia Sportage 2.0 CRDi 4×4
Moteur
Type et implantation4 cylindres Diesel Turbo
Cylindrée (cm3)1995
Puissance (kW/ch) à tr/mn136/185 à 4000
Couple (Nm) à tr/mn400 à 1750
Transmission
Roues motricesQuatre roues motrices
Boîte de vitessesAutomatique à 6 rapports
Suspension avantMcPherson
Suspension arrièreMultibras
FreinsDisques AV / AR
Jantes et pneus245/45R19
Performances
Vitesse maximale (km/h)201
0 à 100 km/h (s)9,5
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)7,9
Cycle extra-urbain (l/100 km)5,3
Cycle mixte (l/100 km)6,3
CO2 (g/km)166
Dimensions
Longueur (mm)4480
Largeur (mm)1860
Hauteur (mm)1640
Empattement (mm)2670
Volume de coffre (l)503 → 1432
Réservoir (l)62
Masse à vide (kg)1690

Crédit photos : le blog auto – Kia

 

 

 

 

 

 

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Essai Kia Sportage CRDi 4X4 185 ch"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
smileu0041
Invité

C’est tellement laid…

Rod
Invité

Donnez nous vos référence (en suv…), qu’on puisse comparer.

Membre

Le nouveau 3008 va mettre tout le monde d’accord.

SGL
Invité

@ Rod
Kadjar, 3008 (actuel), Qashqai, Tiguan, X1, Q3, CX5, C4 Aircross, etc. enfin tous les autres SUV du monde !
Et même un bon vieux Duster haut de gamme full-option :-D, avec en prime un Sandero offerte pour madame !

Rod
Invité

Kadjar = Qashqai sans le 4×4…avec pas mal de ratés (voir les forums)… Tiguan comme Q3, ce n’est plus le même budget… 3008, pour le coup, je connais très très bien, ca commence un peu à dater (suffit de voir le gps…)
Duster, c’est robuste..et on en a pour son argent…mais bon, pour le reste, faut pas être trop exigeant. (en option, c’est la clim?)

SGL
Invité

Le Mazda CX 5 est extrêmement abouti !
Poids maitrisé, mécaniques efficientes, des prestations proches d’un premium pour le prix du généraliste.
Plus tard, le nouveau Peugeot 3008 pourrait aussi devenir une référence dans le segment.

SGL
Invité

« …pourrait entraîner un départ d’incendie dans le pire des cas. »
Oui enfin là, c’est certain que prend une auto est plus dangereux que d’être chez soi devant sa TV.

Rod
Invité

C’est vrai qu’ils sont un peu chafouins les américains…pas sur qu’elles brûlent mieux qu’une Tesla…

Pas fort en conso
Invité

Et comme toutes les kia & hyundai, le passage à la pompe coûte un bras…

Gilles
Invité

Ils annoncent 6,3 l/100 en cycle mixte. Vous pouvez rajouter 2 à 3 bons litres de plus !

François
Invité

L’avant est discutable au niveau du style. L’arrière est plutôt réussi. En fait, il faudrait prendre l’avant du tucson et l’arrière du Sportage pour faire un très beau SUV Hyundai-Kia.

SGL
Invité

Il en faut pour tous les goûts, 😯
Look « M’as-tu-vu » d’un style douteux, le Porsche du pauvre.
4.48 m pour 1.7 tonnes pour faire le boulot d’un Scenic, Accélération et consommation réels ?
D’après moi, il souffre même déjà de la comparaison du 3008 actuel, sauf s’il faut absolument un 4×4.
Le Tucson est bien plus sympa !

Rod
Invité

Cela m’étonnerait qu’un acheteur d’une Kia pense acheter un erzatz de Porsche.
Pour le coup, c’est plutôt un porsche Cayenne qui a un look « M’as tu vu »…
La 3008 reste un très bon modèle (tenu de route etc…) , on espère de même pour la phase II.
Pour le design, il en faut pour tout les goûts… Vous semblez préférer le look « cube » , et ligne carrée…c’est votre choix. Certaines personnes préféreront un aspect tout en rondeur. C’est leur choix.

SGL
Invité

Personnellement avoir un look « M’as-tu-vu » avec une Porsche Cayenne m’est plus envisageable.
Mais venant d’un SUV familial compact destiné à replacer la flotte de monospace compacte, parce que c’est la mode ! 🙁
En dehors du look et de la mode, d’une façon pragmatique, un « vieux » Scenic dCi 160 doit lui mettre une leçon sur le rapport performances- consommations, comportement routier, habitabilité, et même le prix !
Mais, … mais il n’est plus dans la mode, alors…

Rod
Invité

Oui, c’est la mode…que le Qashqai avec le 3008 à démarrer…
C’est le principe des modes.ça vient, et ça passe.
D’ailleurs, le scenic est un phénomène de mode à l’époque aussi (qui dure quand même…puisque Renault va continuer).
Perso, j’aime pas les mazouts…. (ça vibre, bruit de tracteur…et aucun plaisir à conduire…en plus, ils deviennent de plus en plus difficile à maintenir en sav), donc, un DCI 160 vieux ou neuf…

Panama
Invité

je trouve l’avant beaucoup moins réussi ( le profil n’a absolument pas changé ) mais bon les goûts et les couleurs…
Reste que le prix n’a rien d’ami, et que tous ces équipements ne sont absolument pas indispensables. A 40 000€ on peut se tourner vers du Premium certes plus petit, moins bien équipé mais autrement plus abouti en qualité de construction et en technologie.
Les coûts d’entretien de ces coréennes sont dignes de BMW, sachez-le. Quant à la revente…
La solution serait d’attendre quelques mois pour avoir une grosse ristourne et de prendre ce véhicule en LOA ou en location.

Panama
Invité

Un BMW X1 118d 150cv auto est à 38750 €. Un gps, et radar de recul et on est au prix de ce gros Coréen. Question de philosophie n’est-ce pas ?

Rod
Invité

La philosophie BM ne plait pas à tout le monde, et heureusement… vous connaissez la blague? 🙂

wpDiscuz