Accueil BMW Essai BMW Série 7 730d : La voiture du 22ème siècle

Essai BMW Série 7 730d : La voiture du 22ème siècle

194
8
PARTAGER

Dans le milieu si particulier des grandes berlines de luxe, aujourd’hui il y a la Mercedes Classe S et les autres. La limousine de Stuttgart représente à elle seule plus de la moitié des ventes de son segment. Pourtant, ses deux principales concurrentes d’Outre-Rhin, l’Audi A8 et la BMW Série 7 n’apparaissent pas de moins bonne qualité. Au contraire, la munichoise enfonce le clou en termes de technologies embarquées. Au point de faire trembler l’éternelle ennemie ?

Style extérieur

Le classicisme s’avère de mise sur ce marché, et la Série 7 ne fait pas exception. Sa face avant arbore une calandre typique de la maison, en version XXL. Ainsi, nul ne pourra éviter les armoiries du constructeur à l’hélice dans ses rétroviseurs, dont le regard se voit renforcé par une signature lumineuse spécifique. De nuit, les feux perfectionnés et automatisés s’adaptent à l’environnement avec le meilleur éclairage possible, sans éblouir les usagers que l’on croise, ou ceux que l’on suit. Et les yeux de chouette que sont les diverses caméras permettent également d’attirer l’attention sur les piétons ou autres animaux presque invisibles dans la pénombre. Le profil n’évolue guère, si ce n’est ce liseré de chrome courant sous les portes. Rien de spécial non plus à l’arrière, avec là aussi des feux technologiques et une barrette chromée sur le couvercle de malle. Concernant le look, la Série 7 ne passe pas à côté de son sujet en ne se faisant pas remarquer, avec tout de même une présence statutaire ne laissant pas de doute sur son standing.

Style intérieur

On peut bien entendu garder la clé dans la poche pour déverrouiller la Série 7 juste en s’en approchant. Mais ce serait passer à côté de quelques fonctions bien sympathiques. On parle certes de clé, mais il s’agit en fait d’un mini smartphone. Avant même d’ouvrir la porte, on peut donc d’ores et déjà accéder à certaines choses, comme la climatisation bien entendu, et globalement le statut de la voiture. Ce petit accessoire permettra aussi dès l’an prochain de terminer un stationnement difficile sans être au volant, c’est à dire dehors, ou de la rentrer dans le garage. Précisons que cela se fait seulement sur un déplacement de moins de deux mètres. Il ne s’agit donc pas encore de la téléguider depuis l’autre bout d’un parking.

BMW_7-8

Equipement

A la question de savoir si la BMW Série 7 se montre confortable, la réponse évidemment s’avère positive et même au-delà. Dans la sellerie, qui à l’avant comme à l’arrière donne plutôt envie de dormir dans le garage, on se sent en fait plus à l’aise que dans un siège d’avion de Business Class. On vous passe les réglages divers et notamment les programmes de massage qui renvoient les meilleurs du genre à leurs chères études. Le passager, installé à l’opposé de son chauffeur, se retrouve dans un véritable cocon de luxe. Depuis une tablette tactile intégrée dans l’habitable et amovible, on peut commander toutes les fonctions de l’assise et des tas d’autres choses. On peut également jouer sur l’ambiance lumineuse du sol au plafond, recharger son téléphone par induction, parfumer l’habitacle. La salle de bains, ce sera peut-être pour la 7ème génération…

Globalement, on peut travailler ou s’amuser dans cette Série 7 comme à la maison. Une connexion internet permanente permet de tout faire online, sans compter une installation audio vidéo au top. L’habitacle apparaît donc comme une véritable extension du bureau, pour le PDG qui voudrait ne pas perdre de vue un dossier sur le chemin vers l’aéroport avant de prendre son jet privé. Mais n’oublions pas la place derrière le volant. La vie ne manque pas de piquant dans ce siège également, avec des équipements dernier cri. On ne se lasse pas de monter ou baisser le son en décrivant des gestes devant la console centrale. L’effet est garanti…

Sur la route

La berline allemande fait un pas de plus vers la conduite semi-autonome. Dans les embouteillages, à moins de 60 km/h, elle régule son allure seule, et avance sans intervention en se calant sur la voiture devant elle. On se voit très bien sur une file du périphérique avec ce système, qui très franchement minimise largement l’épuisement dû à la conduite sur un axe surchargé. Et il n’est pas question non plus de se compliquer la vie sur l’autoroute, puisque le régulateur de vitesse, couplé au maintien de file plutôt progressif, facilite grandement la tâche. Evidemment tout cela se passe dans un silence de cathédrale, et sans regarder les compteurs cela relève du défi de deviner la nature du moteur, Diesel ou essence. Ce dernier se laisse mener dans une douceur qui participe beaucoup au confort, avec le passage des 8 rapports de façon parfaitement lissée. L’amortissement piloté avale la route, à la façon d’une Rolls, sans subir l’asphalte mais en en anticipant sa topographie autant que possible. Des caméras scrutent la route pour deviner les bosses et adapter les suspensions, alors que le GPS connaît les chaussées a priori dégradées. Ce système commet parfois des fautes, mais cela fonctionne plutôt pas mal.

BMW_7-13

La Série 7 surprend son monde et surpasse ses deux principales concurrentes quand il s’agit de s’amuser après avoir déposé son prestigieux passager. Tout d’abord les 265 ch du bloc dynamisent la conduite, avec une réactivité dans le mode adapté (Eco Pro, Confort, Dynamic, Adaptive) assez impressionnante pour un véhicule de cette taille et ce niveau de puissance. Son poids de 1830 kg, plutôt contenu, fait d’ailleurs d’elle la moins lourde et cela se ressent dans son agilité et sa capacité à freiner sans se sentir emporté par les kilos. En fait, on peut considérer qu’elle singe le comportement d’une berline familiale des segments inférieurs, sans le revers pachydermique que pouvait avoir ce type de voiture par le passé. Elle en surprendra plus d’un qui voudrait la distancer dans une montée de col. Elle affiche donc tous les visages, et se distingue par son côté couteau suisse que la Mercedes Classe S ne peut lui opposer, cette dernière misant tout sur le confort. Et il faut bien admettre aussi que l’Audi A8 ne va pas si loin en terme de douceur à bord.

Conclusion

La BMW Série 7 devient ainsi avec la 6ème génération, la nouvelle référence à (a)battre, par ses qualités dynamiques et technologiques. Pour enfoncer le clou, l’excellent moteur de cette version 730d se dispense de malus, histoire de pouvoir répondre à ceux qui voudraient lui reprocher d’encrasser excessivement les poumons des passants (119 grammes de CO2 / km). Il faut dire qu’en étant la plus nouvelle, elle a évidemment peaufiné sa technique. Si en plus on vous dit qu’elle coûte moins chère que ses concurrentes (dès 86 500 €) et propose en série déjà beaucoup d’équipements du siècle prochain… Clairement, elle a aujourd’hui les meilleures armes pour convaincre dans ce combat d’avant-garde. Mais dans un monde où s’écoulent 3 à 4 fois plus d’exemplaires de la Classe S, la marche apparaît encore un peu élevée, mais les moyens  de la BMW pour la gravir sont largement à la hauteur.

Crédit images : BMW

+Technologies embarquées
Compromis confort/dynamisme
Rendement moteur
Apprentissage…

 

BMW Série 7 730d
Moteur
Type et implantation6 cylindres en ligne Diesel turbo
Cylindrée (cm3)2993
Puissance (kW/ch) à tr/mn195/265 à 4000
Couple (Nm) à tr/mn620 Nm à 2000
Transmission
Roues motricesArrière
Boîte de vitessesAutomatique à 8 rapports
Châssis
Suspension avantSuspension pilotée à air
Suspension arrièreSuspension pilotée à air
Freins4 disques ventilés
Jantes et pneus245/45R19 AV et 275/40R19 AR
Performances
Vitesse maximale (km/h)250
0 à 100 km/h (s)6,1
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)5,8
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,4
Cycle mixte (l/100 km)4,9
CO2 (g/km)119
Dimensions
Longueur (mm)5090
Largeur (mm)1900
Hauteur (mm)1470
Empattement (mm)3070
Volume de coffre (l)515
Réservoir (l)78
Masse à vide (kg)1830

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Essai BMW Série 7 730d : La voiture du 22ème siècle"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
OLO
Invité

Le virtual cockpit d’Audi est bien meilleur que celui de BMW. Et on a pas besoin d’acheter un modèle aussi gros et chère qu’une Serie 7 pour en profiter, l’A4 fait l’affaire.

Invité

C’est sûr qu’on va trancher entre une A4 et une série 7 pour le virtual cockpit. C’est du tout vu.

Ce qu’il ne faut pas entendre… non mais sérieusement…

Lemon
Invité

« histoire de pouvoir répondre à ceux qui voudraient lui reprocher d’encrasser excessivement les poumons des passants (119 grammes de CO2 / km) »

attention, gros amalgame entre gaz à effet de serre et gaz polluant. (sans compter que les poumons produisent eux-mêmes du CO2)

Ce qui serait intéressant serait de nous donner en plus des émissions de CO2, celles de CO, NOx, HC…etc

Fastbear
Invité

Niveau style c’est plutôt « La voiture du XXème siècle » !

Invité

Je suis d’accord, j’en ai vu une la semaine dernière et seuls les phares ont attire mon attention. Je reste avec mon A8 pour l’instant :=)
Et tous les acheteurs de ce type de voitures n’ont pas un jet prive ! Elles sont confortables, statutaires pour voyager avec sa famille ou transporter des clients et (au moins aux US) ne coutent pas si cher que ca si on ne fait pas beaucoup de kilomètres (ce qui est mon cas)…

Milas
Invité

un vrai luxe! ça sera peut être la remplaçante de ma toyota yaris 😛

gigi4lm
Invité

« et propose en série déjà beaucoup d’équipements du siècle prochain… »

Le siècle prochain, c’est dans 85 ans ! Bien malin qui peut, ne serait ce qu’ imaginer ce que serons les équipements embarqués en 2100. D’ailleurs, y aura t il encore des voitures …

wpDiscuz