Accueil Conducteur du jour Le conducteur du jour : je ne l’avais pas vu

Le conducteur du jour : je ne l’avais pas vu

53
0
PARTAGER

De loin, ce gros SUV n’est qu’un banal Opel Antara. Mais en approchant, le badge « Saturn » apparait. La méprise est excusable : le Saturn Vue n’est qu’un Antara rebadgé. Un témoignage d’une énième restructuration de General Motors

Parmi les marques sacrifiées par le « New GM », Saturn fut celle que l’on regretta le moins. Contrairement à Saab, Pontiac et Hummer, Saturn n’avait pas une image forte. Qui plus est, elle était très americano-américaine. C’est pourtant une histoire intéressante.

Dans les années 80, aux USA, GM avait conscience d’être inexistant sur le marché des « compacts » et chez les jeunes. Les Japonais lui taillait des croupières. Dés 1982, le projet Saturn fut mis en place. Nouvelle usine, modèle complètement inédit, réseau dédié… Rien n’était trop beau. En 1990, la première berline sortit. Les observateurs étaient sceptiques : les plus vieux se souvenaient d’Edsel…
Saturn connu un certain succès dans les années 90. C’était un vrai coup de jeune par rapport au reste de GM, qui sentait la naphtaline. Par contre, le virage des années 2000 fut difficile. Les acheteurs était difficile à fidéliser (dés qu’ils avaient plus d’argent, ils allaient voir ailleurs.) De plus, la marque était l’objet de luttes au sein de GM. Le nouveau plan prévoyait la création d’une gamme avec une grande berline et un SUV. Le résultat fut mitigé. En 2007, GM eu une nouvelle idée : fabriquer des Opel rebadgées. Il y avait eu des précédents : les Opel vendues dans le réseau Buick, dans les années 60, la Cadillac Cimarron, dans les années 80, la Cadillac Catera, dans les années 90… Ce furent autant de bides. Mais comme disent les Shadoks : « Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir…. En d’autres termes… Plus ça rate et plus on a de chances que ça marche… »

Le Vue n’était donc qu’un Antara avec de nouveaux emblèmes. Il était construit au Mexique, aux côtés du Chevrolet Captiva Sport (destiné à l’Amérique Latine.) La différence la plus notable était sous le capot avec un 2,4l Ecotec (qui n’arriva en Europe qu’avec le facelift), des V6 3,0l, 3,5l et 3,6l (l’Opel n’a droit qu’à un V6 3,2l) et surtout, un 2,4l hybride (on y reviendra.)
Le Vue arriva en 2007. Un an plus tard, GM se déclara en faillite. L’état Américain acceptait de mettre la main à la poche, à condition que le groupe lâche du lest. Saturn avait une image floue et des ventes qui plafonnait. C’était donc un « leste » idéal. En attendant, elle fut laissé dans l’expectative. La version hybride (alias « Green line ») jouait les arlésiennes.
Penske était candidat à un rachat du constructeur. Néanmoins, GM ne semblait guère enthousiaste. A la fin du millésime 2009, Saturn baissa le rideau. Et aujourd’hui, c’est Buick qui fait dans l’Opel rebadgée

Saturn Vue 03 Saturn Vue 06 Saturn Vue 07 Saturn Vue 08

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz