Accueil Breaks Essai 508 RXH 2.0 BlueHDi : une gueule et un ensemble moteur/boîte...

Essai 508 RXH 2.0 BlueHDi : une gueule et un ensemble moteur/boîte auto attachant

549
45
PARTAGER

C’est en 2012 qu‘est apparue une offre nouvelle dans la famille 508 avec la 508 RXH H4 Hybrid. Surfant sur cette image valorisante du allroad Peugeot a ajouté une version thermique à sa gamme 508 dotée du moteur 2,0 l BlueHDI couplé à une boîte automatique à 6 rapports.

Présentation générale

C’est à l’occasion du salon de Paris 2014 que Peugeot a présenté sa nouvelle 508 bénéficiant d’une évolution tant au niveau du style que des motorisations. Dans ce segment D, la marque au Lion entend bien afficher sa montée en gamme en embarquant de nouveaux équipements et en différenciant sa famille des grandes routières en berlines tricorps  en breaks.

009

On croit savoir que la version à chaîne de traction hybride diesel que nous avions essayé lors de sa sortie ne sera plus la piste exploitée à compter de 2016 ou 2017 les travaux se concentrant sur l’hybride essence porteuse d’avenir pour le marché chinois plus spécifiquement. Pour l’heure une demande existait notamment de certains pays de l’Est pour cette auto à l’allure très typée.

Style extérieur

Peugeot à partir de son break 508 SW n’a pas eu grand mal à apporter un petit côté baroud à sa RXH avec une  surélévation de la caisse de 5 centimètres, avec un sabot avant, des entourages de passages de roues et des bas de caisse en plastique et le bouclier avant massif et griffé en bas par les triplettes LED. Les projecteurs avant constitués de 3 modules de 4 LED chacun, auxquels il convient d’ajouter 3 LED complémentaires sur l’extérieur du projecteur pour la fonction éclairage additionnel statique en virage, assurent une signature lumineuse originale, qui se révélera très efficace sur les petites routes tourmentées de campagne.

018

La ligne générale respire le clacissisme sans faute de goût. La très grande verrière supérieure rompt quelque peu l’aspect massif et s’inscrit parfaitement bien dans l’esprit d’une auto agréable à regarder, notamment latéralement avec cet arrière fluide et des jantes en alliage de 18 pouces, du meilleur effet. Il faut dire que par rapport à la berline 508, cette nouvelle Peugeot voit son porte à faux avant augmenter de 12 millimètres, alors que celui de l’arrière gagne 22 millimètres. Au niveau aspect extérieur ça change tout !

Style intérieur et équipement

A l’intérieur nous ne trouvons pas d’originalité particulière. Un style épuré, faisant appel à des matériaux de qualité et privilégiant la fonctionnalité tout en garantissant un haut niveau de finition, permet de disposer d’un ensemble intérieur tout à la fois classique, complet et rationnel.

Au centre la planche de bord et, de bas en haut nous trouvons : l’écran multifonctions, en dessous le panneau des commandes de Navigation, Media, Set Up, Web… puis, à l’étage inférieur, les commandes d’une climatisation bi-zone efficace avec en plus les interrupteurs des sièges chauffants. Au plafond nous découvrons les témoins de ceintures de sécurité, la commande d’ouverture du rideau d’occultation du toit panoramique.

A13I7974

Le siège conducteur à commandes électriques tous azimuts, couplé au réglage de la colonne de direction garantit une position de conduite toujours judicieuse. Le siège passager dispose lui aussi de ces réglages électriques. Les sièges mi-cuir aux teintes contrastées gris clair et noir égaient à peine un tableau de bord et un volant bien noirs…

Au niveau des cadrans, tous circulaires, on voit réapparaitre un compte-tours à la place de l’économètre de la version hybride initiale. Luxe technologique, le conducteur peut surveiller, tout aussi bien, la température d’huile, du liquide refroidissement et la jauge de carburant.

Bien évidemment, régulateur et limiteur de vitesse se commandent au volant comme le volume de la radio, la prise des appels téléphoniques grâce à l’appariement Bluetooth. Le système démarrage mains libres, le frein de parking électrique automatique, la surveillance d’angle mort, la caméra de recul et le Connect SOS Peugeot faisaient partie du package de notre véhicule d’essai.

Une lame escamotable placée face au conducteur permet de recevoir des informations concernant les données essentielles relatives à la conduite. Petit bémol à ce propos, le reflet sur le pare-brise, quasi permanent, du puits d’escamotage de cette lame.

A13I7963

Autre remarque négative dans un ensemble d’un très bon standing : l’étroitesse des rangements que ce soit la boîte à gants ou encore les petits espaces devant et en arrière de la commande de boîte auto. On se rattrape avec les porte-bouteilles placés judicieusement devant les ouïes de climatisation, implantation bien utile quand la température extérieure dépasse les 35 degrés.

Modularité/Habitabilité

L’espace intérieur n’est pas compté mais monter à bord n’est pas évident pour les personnes de grande taille. Descendre pas plus, quelle que soit la taille, il s’avère en effet difficile de ne pas récupérer sur son pantalon la boue accumulée sur les bas de caisse proéminents. Les places arrière sont également généreuses et confortables, y compris en  position du milieu avec pour toutes, un espace généreux pour les jambes.

A13I7981

Le coffre peut voir sa contenance passer de 512 litres à 1596 (banquette arrière rabattue), avec un fond bien plat, un filet d’arrimage et un volet supérieur motorisé de protection (de série), il se montre très intéressant quant au volume mais tellement profond que certains bagages seront difficilement accessibles à l’arrivée s’ils n’ont pas été empêchés de se nicher tout au fond, semblant même vous narguer. Son ouverture et fermeture électrique sont appréciables.

Moteur et transmission

Comme nous l’avons indiqué, Peugeot a changé de politique en matière d’hybride pour la 508 en délaissant ce couplage diesel-hybride mais, a poussé les feux pour concevoir un moteur diesel de dernière génération, le 2,0l BlueHDI, que l’on a vu apparaitre sur la berline et que l’on retrouve sur notre 508 RXH d’essai accouplé à une boîte de vitesses automatique à 6 rapports. Ce moteur, conforme aux normes Euro 6. offre une consommation mixte de 4,6 l/100 km avec des émissions contenues à niveau très bas de 119 g/km de CO2.

A13I7980

Sur cette version RXH diesel, la transmission automatique ne sert que les roues avant et non une transmission intégrale comme sur l’hybride. Trois modes électroniques de roulage sont sélectionnables : normal, sport et terrain glissant.

Châssis, confort et comportement

Avec une suspension très élaborée dotée d’un train avant à double triangle et pivot découplé et d’un train arrière multibras, notre 508 RXH diesel 180 chevaux disposait de jantes alliage de 18 pouces chaussées de pneus Michelin en 245/45 R.

Malgré un encombrement non négligeable (4,83 m de long pour 1,86 m de large) et un poids respectable (1650 kilos), l’auto  se montre d’emblée agréable, silencieuse et facile à conduire, même si la vision vers l’arrière avec le rétroviseur central se révèle très médiocre.

La boîte auto à convertisseur monte les rapports en douceur et reprendre la main aux palettes est un jeu d’enfant fort pratique pour bénéficier rapidement de frein moteur, par exemple. Le recours au mode Sport décale quelque peu la loi des passages de rapports et semble imperceptiblement affermir la direction. En tout cas, la différence est nettement moins marquée que sur certaines grosses berlines allemandes.

024

Au plan de la tenue de route, les qualités intrinsèques de la suspension se retrouvent volant en main. Toutefois, le poids important sur l’avant, conjugué avec la hauteur de caisse, entraîne un peu de roulis en courbe et un  léger tangage en accélération et au freinage.

La précision de la direction constitue un bel atout, comme le freinage, tout à la fois très puissant et progressif. La suspension, impeccable sur autoroute, n’aime pas trop aborder à basse vitesse des chaussées inégales ou des nids de poule sur les chemins, surtout que dans ces conditions avec les jantes de 18 pouces. Une sécheresse certaine est répercutée.

Le moteur que l’on a pu apprécier sur la 308 GT HDI n’a pas tout à fait la même vigueur dans notre 508 RXH mais les 180 chevaux sont bien présents et se montrent particulièrement dociles, discrets et efficaces en toute circonstance, surtout si l’on utilise d’un simple coup de doigt la palette pour rétrograder plus rapidement que la boîte ne pourrait le faire.

Les performances que nous n’avons pas toutes mesurées demeurent très intéressantes pour cette «grosse auto». La vitesse maxi s’annonce à 220 km/heure alors que le 0 à 100 est couvert en 9 secondes.

Sur un parcours d’essai totalement mixte de 1896 kilomètres, nous avons réalisé une consommation moyenne de 6,7 litres /100 km, ce qui constitue une belle performance. Il faut noter à ce propos le fonctionnement rapide et efficace du Stop&Start, qui doit être pour quelque chose dans la modicité de de cette consommation.

Le confort général pour les passagers mérite d’être loué. Une belle luminosité, une climatisation efficace, une assise et un maintien de premier choix pour le passager, une sonorisation de très bonne qualité, sont autant d’éléments constitutifs d’un bien être à bord fort appréciable.

Parlons argent

En date de 1er septembre, notre voiture, la 2,0L BlueHDi S&S EAT6 figure au catalogue du constructeur au prix de base de 43 250 euros. Il convient d’indiquer que nous disposions des options suivantes : accès et démarrage mains libres (500 €), de la peinture métallisée (700 €), du système Hi-Fi JLB (700 €) et des services connectés Peugeot (379 €). Le prix total s’élève donc à 45 529 euros. Précisons qu’avec un rejet CO2 maitrisé à 119 g/km, aucun malus ne frappe le véhicule, alors que le modèle identique en version hybride, bénéficie d’un bonus de 2 000 euros.

A titre comparatif il est sans doute bon de préciser que la 508 SW GT, avec le même ensemble moteur-boîte est facturée au prix de base de 42 800 euros.

En conclusion

En abandonnant l’hybride pour le diesel de 180 chevaux, la 5008 RXH perd sa transmission intégrale pour devenir une traction avant, assurant un excellent comportement routier mais ne permettant plus d’envisager une utilisation tout chemin.

Avec un équipement complet, un coffre au volume intéressant et un confort général de grand standing, cette 508 2.0 BlueHDi offre des performances de premier plan, grâce à un moteur puissant et souple, très bien servi par une boîte automatique douce et progressive. En termes financiers, la sobriété de ce moteur constitue un atout non négligeable pour les grands rouleurs.

Reste posée la question du choix entre cette version et la SW GT dotée du même moteur. La surélévation de la caisse de notre 508 d’essai assortie des quelques appendices de carrosserie demeure un choix à raisonner en fonction de ses propres goûts.

+

Boîte auto douce et efficace
Volume du coffre intéressant
Comportement et confort agréables

Manque de rangements
Fermeté suspension à basse vitesse

 

Peugeot 508 RXH 2.0 BlueHDi
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne
Diesel
Cylindrée (cm3)1998
Puissance (kW/ch) à tr/mn180 à 3750
Couple (Nm) à tr/mn400 Nm à 2000 t/mi
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesAutomatique à convertisseur 6 rapports
Châssis
Suspension avantà double triangle
Suspension arrièremultibras
FreinsAV : disques ventilés 340 mm; AR: disques 290 mm
Jantes et pneus245/45 R18
Performances
Vitesse maximale (km/h)220
0 à 100 km/h (s)9
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)5,2
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,2
Cycle mixte (l/100 km)4,6
CO2 (g/km)119
Dimensions
Longueur (mm)4828
Largeur (mm)1864
Hauteur (mm)1525
Empattement (mm)2820
Volume de coffre (l)512/1598
Réservoir (l)70
Masse à vide (kg)1650

Photos : Gilles Vitry

Poster un Commentaire

45 Commentaires sur "Essai 508 RXH 2.0 BlueHDi : une gueule et un ensemble moteur/boîte auto attachant"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Grand dommage qui n’y a pas eu une évolution de l’hybride vers une formule qui ressemble à la BMW 225xe Active Tourer (batterie lithium ion de 7,7 kWh rechargeable en 3h15 sur une prise domestique)

wizz
Membre

Paramètre habituel: quel est le prix acceptable par le client? (pour une voiture ayant un lion, puis une similaire avec une hélice sur le capot)

Olivier
Invité

43000€ non hybride, l’hybride (architecture complexe psa) serait à des prix stratosphériques !

wizz
Membre
Quelle complexité? La partie thermique, c’est pareil que sur n’importe quelle autre voiture thermique conventionnelle, adoptée par des millions de voitures en circulation depuis la nuit des temps. Moteur, embrayage, boite de vitesse. Même la boite BMP est simple: une simple boite de vitesse classique tout juste motorisée La partie électrique, c’est semblable à n’importe quelle voiture électrique. Lorsque les gens parlent d’une voiture électrique, ils évoquent l’absence de vibration, d’embrayage, de boite de vitesse. Et c’est le cas de la partie électrique de la voiture de PSA. Alors, comment avec 2 parties de ce qu’il y a de plus… Lire la suite >>
Vince
Invité

erratum dans le 2 eme paragraphe: les familiales sont le segment D, pas B comme indiqué dans l’article …
le segment B est celui des clio, 208, etc

Admin

Oui, vous avez entièrement raison. C’est corrigé, merci de votre vigilance.

hotil
Invité

« Pour l’heure une demande existait notamment de certains pays de l’Est pour cette auto à l’allure très typée. »
ah bon lesquels?

4plat
Invité

A ce que je sache, la version Hybrid 4 est toujours au catalogue …

anto7076
Invité

A priori c’est fini

Rom
Invité

Une gueule attachante à deux exceptions prêtes:
1- Les six bandes de leds à l’avant (Une fois que la marque au lion a découvert ça, elle a récupéré son retard),
2- Le rouge (noir) à lèvres qui déborde du bas de sa calandre.

Mis à part ces deux détails (qui sont malheureusement majeurs et très visuels), le reste de l’auto est franchement réussi: ligne soignée, qualité du détail, personnalité (c’est tellement rare pour une française)…

wpDiscuz