Accueil Toyota Essai Toyota Avensis 2015

Essai Toyota Avensis 2015

264
13
PARTAGER

Stars européennes du marché exceptées, le segment des berlines familiales s’avère difficile compte tenu de la multiplication des carrosseries ces dernières années. Toyota continue dans nos contrées de proposer l’Avensis, malgré une performance commerciale qui en aurait dissuadé plus d’un. Le constructeur japonais lance ainsi une copie revue de son modèle actuel à moindre frais, et prolonge ainsi sa durée de vie jusqu’à l’arrivée de la prochaine génération. Et si finalement elle trouvait son public ?

Style extérieur

Avant son important restylage de printemps l’Avensis ne se faisait guère remarquer en terme de style avec un design plutôt classique, sans réelle faute de goût, tout en ne retournant pas les têtes pour autant sur son passage. Sur ce point, en adoptant le regard façon Yaris / Auris, elle ne recueille pas tous les suffrages, mais suscite tout de même certaines attentions. On vous laisse choisir votre camp. Le profil demeure inchangé, alors que l’arrière plus classique se modernise avec des feux plus dans l’air du temps.

 

Style intérieur et équipement

L’aménagement intérieur s’avère dans la moyenne, notamment le coffre avec une capacité de chargement de 543 litres. A titre de comparaison la Passat dispose d’un coffre immense avec 680 litres, et la Ford Mondeo SW 525. La planche de bord de l’Avensis remaniée se montre plus moderne, avec des lignes plus harmonieuses. Au jeu de l’habitacle le plus austère sur son segment, la japonaise ne gagne pas, mais on la voit bien sur le podium. Elle hausse également le niveau de ses équipements embarqués, avec par exemple un écran de GPS plus lisible et plus grand, des aides diverses, feux à leds, freinage autonome en cas de danger non détecté par le conducteur etc. Toutefois, on reste loin du compte vis-à-vis de la dotation de la concurrence, qui propose souvent au moins le régulateur de vitesse à radar ou le détecteur d’angle mort entre autres. Le confort à bord s’apprécie aussi bien à l’avant qu’à l’arrière, et de ce point de vue la nippone n’a rien à envier à personne.

Toyota_Avensis_3

Motorisation

En attendant une toute nouvelle génération, l’Avensis 2015 récupère sous son capot deux moteurs d’origine BMW en Diesel, et notamment le 2.0 D-4D de 143 chevaux dont nous disposions. La première qualité que gagne Toyota avec ce bloc, c’est sa dépollution et aussi une technologie plus moderne qui réduit sensiblement la consommation par rapport à celui qu’il remplace (4,6 litres annoncés en mixte, 7 litres dans notre réalité de routes alpines et autoroutes sans forcer). Il fallait ça pour rester dans la course aux CO2, et séduire quelques professionnels qui trouvent les allemandes trop chères. La gamme impose la boîte manuelle, ce qu’on peut regretter, mais celle-ci douce et agréable à manipuler fait assez vite oublier ce grief.

Sur la route

Le silence de fonctionnement participe grandement au confort en roulage, et même lors des reprises pour récupérer du couple lors d’un dépassement par exemple, les oreilles ne se plaignent pas outre mesure. Ce break se révèle ainsi un agréable compagnon de route pour aligner les kilomètres. Son châssis plutôt bien équilibré ne fait pas subir la conduite sur les petites routes. Sa direction consistante donne le sentiment agréable de savoir où on met les roues, sans flottement exagéré. L’amortissement, clairement réussi, a cette capacité à bien absorber les irrégularités qui se présentent. Pour avaler les bosses, on a vu moins agile dans l’exercice chez des concurrents du segment, même plus huppés. Evidemment, on ne peut pas demander la dynamique d’une berline de sport au moins deux fois plus chère au moment de sortir la cravache. Néanmoins, si Toyota décidait un jour d’en produire une à partir de cette base pour fêter sa sortie en beauté, le châssis a largement de quoi l’encaisser. On peut rêver…

Toyota_Avensis_2

Conclusion

Dans le bureau du commercial, on vous présentera un bon de commande sans options cochées de 31 500 euros pour un modèle identique au notre motorisé par le Diesel de 143 ch. Compte tenu de la dotation de série, on tient là déjà un véhicule hyper équipé. Pour 1000 petits euros, on ajoute la navigation en couleur et des feux full leds. Quelque soit la version, un équipement indispensable pour un break, à savoir le radar de recul demeure en option à 350 euros. Malgré cela, Toyota reste particulièrement compétitif face aux européennes à équipements équivalents, à la différence notable que l’Avensis manque terriblement de petites choses technologiques. Certes, elle a le mérite de se maintenir au catalogue, mais la nouvelle génération doit maintenant vite arriver.

+Agreement de conduite
Moteur/boîte manuelle
Manque d’équipements technologiques
Design quelconque

 

Essai Toyota Avensis break 2.0 D-4D
Moteur
Type et implantation4 cylindres Diesel
Turbo
Cylindrée (cm3)1995
Puissance (kW/ch) à tr/mn143 à 4000
Couple (Nm) à tr/mn320 à 1750
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesManuelle à 6 rapports
Châssis
Suspension avantMcPherson
Suspension arrièreMultiliens
FreinsDisques AV / AR
Jantes et pneus215/55R17
Performances
Vitesse maximale (km/h)200
0 à 100 km/h (s)9,8
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)5,7
Cycle extra-urbain (l/100 km)4
Cycle mixte (l/100 km)4,6
CO2 (g/km)120
Dimensions
Longueur (mm)4820
Largeur (mm)1810
Hauteur (mm)1480
Empattement (mm)2700
Volume de coffre (l)543 → 1609
Réservoir (l)60
Masse à vide (kg)1560

Crédit images : Toyota

Poster un Commentaire

13 Commentaires sur "Essai Toyota Avensis 2015"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
beniot9888
Invité

Je trouve qu’un style car allait mieux à cette voiture que ce style « forcé ».

L’absence de certaines aides à la conduite me parait personnellement un bonne chose ! C’est pénible, à l’usage. Par contre, pas de caméra de recul ?

beniot9888
Invité

Qu’un style fade allait mieux…

Toph92
Invité

Pouar ! Une Toyota avec un diesel bmw… Cherchez les erreurs (diesel et bmw).
Ils ne peuvent pas mettre un truc hybride ?
Oui, y a déjà la prius sur le même créneau.

neutre
Invité

Oui, échange diesel contre hybrid en gros.
Normalement, la caméra de recul est de série?!? surtout sur le modèle de l’essai, non??

Lo
Invité

J’ai déjà vu une caméra de recul sur une avensis !?

panama
Invité

Pas de BVA sur ce type de modèle ? Il n’y en a qu’en voiture de société qu’on peut accepter ça !
Quant au style, j’ai toujours trouvé que le capot avant trop court déséquilibrait le profil.
De toute façon sans BVA sur un mastodonte comme ça, c’est no way pour moi.

Juuhuu
Invité

Faut pas pousser, c’est pas ta BVA qui le fait avancer ton mastodonte !!

wpDiscuz