Accueil Honda Essai Honda Jazz : qui va piano va sano

Essai Honda Jazz : qui va piano va sano

252
24
PARTAGER

Man Maxi, Meca Mini. La troisième génération de ce modèle est fidèle aux préceptes édictés depuis ses origines en 2001, tout en faisant sienne ceux du Kaizen,  l’amélioration continue. Toujours aussi sérieuse, même lorsque elle arbore une livrée pimpante, la Jazz s’adresse plus que jamais aux pragmatiques à la recherche d’arguments concrets.

Présentation générale

Plancher plat, sièges arrières magiques, grand coffre, moteurs économiques et prise en main immédiate, la Jazz se veut modulaire, facile, et sans souci. Un cahier des charges d’autant plus complexe que la petite Honda est vendue sur les cinq continents avec le même physique. Pour cela Honda a développé une nouvelle plateforme qui fait évoluer, plus qu’il ne révolutionne un modèle dont seule la motorisation est différente d’un continent à l’autre. Les modèles européens sont produits dans la nouvelle usine de Yorii au Japon.

Essai Jazz 2016

Style extérieur

Le dessin, s’il s’éloigne de celui des deux générations précédentes, se rapproche du reste de la gamme. La calandre et les optiques de phares forment ainsi une aile double, résurgence graphique du lointain logo « Honda Benly », alors que les feux arrières sont une allusion à ceux du CR-V. La Honda reste sous la barre des quatre mètres de long et ses dimensions sont proches de celles de la génération précédente. Seul l’empattement évolue sensiblement pour donner plus de place encore aux passagers arrière qui sont les grands gagnants de cette nouvelle itération.

Style intérieur

L’espace intérieur est particulièrement généreux, à l’opposé de bien des petits SUV, gros dehors et petit dedans. La largeur aux coudes progresse également, sans qu’à l’extérieur on ne dépasse pas le mètre soixante dix. Un atout majeur dans des villes où les parkings et la voirie sont figés depuis des décennies. Quand au coffre de 354 litres, c’est toujours ce qui se fait de mieux dans la catégorie, même si on ne retrouve pas les astuces de la génération précédente. Bagages en surnombre, colis Ikea intransportables, instruments de musique ou longboard, la Jazz est du genre à tout accepter.

Hondz Jazz 2016 arrière
Les portes -qui se referment avec un bruit mat- s’ouvrent sur un habitacle, toujours plus vaste, où l’on remarque de prime abord un tableau de bord orienté vers le conducteur. Une satisfaction potentielle pour ce dernier, mais une perte pour son passager qui voit disparaitre la double boîte à gants. L’ensemble est bien pensé, les commandes sont agencées avec évidence. L’interface tactile est une réussite, sa prise en main un jeu d’enfant. Si l’assemblage est impossible à prendre en défaut, certains interrupteurs ou commandes génèrent un bruit creux. La finition Exclusive à la sellerie plus avenante, et la présence de cuir sur la volant et le pommeau de vitesse corrigent cependant le tir côté matériaux.

Enfin ceux qui se soucient de l’entretien ou s’inquiètent de la sophistication grandissante des véhicules seront rassurés par une bonne accessibilité mécanique. Changer une batterie, un filtre à air, une ampoule ou des bougies se fait en un tournemain.

Châssis et motorisation

Alors que la Jazz offrait sur le marché français un éventail de motorisations allant du 1,2 litre de 90cv au 1,4 litre de 100cv, en passant par une alternative hybride, la nouvelle venue se contente d’un seul, mais entièrement nouveau 1300 cm3 de 102cv, accouplé à une boîte manuelle à 6 rapports ou automatique à variation continue CVT. Au Japon, c’est avant tout en hybride que le modèle se vend, en Amérique du Nord comme du Sud avec un 1500 à essence et en Inde avec un 1.5…Diesel ! Et dans la majorité des cas, le modèle est plus généreusement motorisé.

Moteur Honda Jazz 2016
Sur le papier, la petite Honda se veut au moins aussi performante et plus économique. Le système VTEC, cher à Honda, associe ici les cycles thermodynamiques d’Atkinson et d’Otto. On sait cependant que les moteurs Atkinson sont aussi peu coupleux qu’avares en sensations, et trouvent généralement leur salut en s’associant avec un moteur électrique à la disponibilité immédiate.

La boîte à 6 rapports est celle de la version RS japonaise, sur laquelle les rapports de 3ème, 4ème et 5ème ont été raccourcis et le 6ème très allongé. La boîte CVT a elle été retravaillée pour améliorer le frein moteur et les temps de réaction en phase dépassement. Des modifications de transmission en accord avec de nouveaux réglages du châssis, comme nous l’a confirmé Hideyuki Shimizu, assistant Project Leader Dynamic Performances, qui tiennent compte du réseau routier du vieux continent et des habitudes de conduite des européens.

Equipement

S’agissant des finitions, les appellations sont similaires à ce que l’on trouve sur le reste de la gamme Honda. La Jazz est bien équipée, avec la Climatisation, les quatre vitres électriques, les phares et essuie-glaces automatiques, le régulateur limiteur de vitesse, le Bluetooth ou le téléphone mains libres dès la version Elégance. Le package sécurité est complet avec notamment comme le système actif de freinage d’urgence en ville dès l’entrée de gamme. La Jazz offre nettement plus que sa devancière à un tarif équivalent qui démarre à 16 100€. C’est vrai plus encore s’agissant des finitions Executive et Exclusive, qui disposent d’un grand écran tactile de 7 pouces et des aides à la conduite comme la lecture des panneaux ou un limiteur de vitesse intelligent. Seul le toit vitré, dorénavant indisponible, manque à l’appel.

Sur la route

Avec ou sans clé, on est vite à son aise au volant de la Jazz. A l’avant et plus encore à l’arrière, ou il ne manque plus qu’un accoudoir. A se demander pourquoi la Jazz n’est pas une référence dans le monde du Taxi ou chez leurs concurrents, d’autant que la modularité et le coffre à bagages font figure de référence. Dans ces conditions, seule la rencontre de la tête avec une tablette arrière placée dans l’axe du crâne peut venir altérer l’expérience.

Honda Jazz Intérieur
Côté mécanique, le silence au ralenti est absolu, mais les premiers mètres laissent sur leur faim. Même si la mécanique sait se montrer tonique, avec une sonorité sympathique aux alentours des 4000 tr/min, elle manque de rondeurs et de tonus dans les premiers tours. Passe encore avec la boîte CVT, qui favorise une conduite coulée, mais il faut combattre avec la boîte manuelle une forme d’apathie. A minima, les premier et second rapports auraient dû être raccourcis. Voilà qui est fort dommage compte tenue des progrès très sensible fait dans le domaine routier. Les freins souvent spongieux chez Honda ont du mordant, sur une Jazz qui vire à plat et dont la direction communique avec le conducteur. Le châssis est enjoué et qui plus est, le confort est en progrès, sans coup de raquette. Le confort auditif est amélioré par une maîtrise du bruit dans les passages de roues, un défaut récurrent sur bien des modèles de la marque. Avec la boîte CVT, la petite japonaise profite mieux de ces évolutions, si tenté que l’on veuille intégrer son fonctionnement. En évolution urbaine, et péri-urbaine, comme sur voie rapide, elle est dans son élément. Le Start and stop est d’ailleurs discret, avec un supplément d’intelligence qui manque à nombre d’entre eux. Enfin le limiteur de vitesse/lecteur de panneaux est efficace. Dans les zones ou l’on passe de 50 à 70 km/h, voire 90 ou 110 km/h sans raison apparente, c’est un vrai confort.

Jazz coté

Conclusion

Arrivant 2 ans après sa commercialisation au Japon, la Jazz s’est fait attendre. Plus spacieuse, mieux équipée, elle se singularise par un comportement routier en net progrès. Les versions à boîte mécanique, qui promettaient plus encore avec six rapports, laissent sur leur faim. La version CVT nous a semblé plus réussie que l’ancienne mouture, tout en affichant des consommations en baisse. Cela fait de cette Jazz une proposition intéressante sur le marché des véhicules compacts et polyvalents à boîte automatique, que les adeptes de conduite coulée apprécieront.

Crédit photos: le Blogauto/Bernard Fournol

+

Equipement et espace intérieur
Comportement routier et confort
CVT plus aboutie

Moteur apathique sous les 1500 tours
Détails de finition peu flatteurs ou génants

 

Honda Jazz 1.3
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne
Essence
Cylindrée (cm3)1318
Puissance (kW/ch) à tr/mn75/102 à 6000
Couple (Nm) à tr/mn123 à 5000
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesMécanique à 6 rapportsAutomatique CVT
Châssis
Suspension avantMcPherson
Suspension arrièreEssieu de torsion
FreinsDisques AV / AR
Jantes et pneus185/60/15 ou 185/55/16
Performances
Vitesse maximale (km/h)190182
0 à 100 km/h (s)11,212,1
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)6,15,4
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,34,4
Cycle mixte (l/100 km)54,8
CO2 (g/km)116111
Dimensions
Longueur (mm)3995
Largeur (mm)1694
Hauteur (mm)1550
Empattement (mm)2530
Volume de coffre (l)354 → 1314
Réservoir (l)40
Masse à vide (kg)10661098

Poster un Commentaire

24 Commentaires sur "Essai Honda Jazz : qui va piano va sano"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
polo
Invité

super la Jazz : trop méconnue en France et boudée par la presse automobile pro allemande 🙂 . L’essayer c’est l adopter !

Neokoplexe
Invité

Pas besoin de la mechante presse francaise pro allemande. Il n’y a qu’a voir la strategie pourri menée par honda en europe et plus particulierement en france. Pas de jazz hybrid, pas de hrv hybride. Une civic type qui met 10 ans a venir et meme chose pour la nsx. Et pour finir un reseau de concession en france plus qu’eparse.

wizz
Membre
Personnellement, on n’a jamais vu un industriel cracher sur ses sources de profits. Par exemple, verrait on Mc Donald un jour dire « on ne vendra plus de hamburger ». Ou de voir le PDG Ford USA dire « stop, fini les pick up chez nous ». Ou encore le PDG de VW à la fin des années 90 dire « on ne fera plus de TDI » http://www.dailymotion.com/video/xik1iq_publicite-vokswagen-golf-tdi-on-n-a-pas-toujours-eu-la-chance-de-rouler-en-diesel-2002_auto Alors, quelqu’un a t il des chiffres de ventes des voitures hybrides chez Honda? Tellement florissant que Honda aurait mis fin à ces véhicules en Europe???? Aussi, lorsque le premier supermarché vient s’implanter dans une petite ville,… Lire la suite >>
Dav77
Invité
Honda a tout fait pour maintenir ses hybrides dans l’anonymat. Honda ne s’y serait pas pris autrement pour organiser un échec commercial. Aucune communication, aucune promotion à grande échelle. Tout l’inverse de Toyota qui mène depuis plus de 10 ans des campagnes de communication massives sur sa Prius et sur ses autres hybrides. Alors que Honda déclare aujourd’hui qu’il n’y a pas de marché pour ses hybrides en Europe est une aberration totale après avoir prêché dans le désert pendant 15 ans sans s’être donné les moyens de réussir sur notre marché. C’est encore plus une aberration à l’heure actuelle… Lire la suite >>
Prodriver
Invité
Tout à fait d’accord avec ton analyse. De plus, je roule en Cr-Z aussi et j’attendais avec impatience le HRV Hybride. Mais Honda me déçoit de plus en plus en négligeant le marché français et Européen en se concentrant sur le le jdm et le marché US. Du coup, la Jazz v3 arrive avec 1an 1/2 de retard sur le japon, avec un design inchangé, donc daté et sans hybride (version la plus vendue en France). Le HRV arrive avec presque 2 ans de retard / jdm avec un design inchangé, également daté. ET la type R??? elle devait être… Lire la suite >>
Gilles
Invité

Je ne comprends pas non plus la politique de Honda qui retire son offre hybride au moment où les Français commencent à comprendre que l’avenir n’est plus au sacro-saint diesel. Pourquoi ne pas importer le HRV hybrid qui existe au Japon;
En plus j’ai plus confiance en un véhicule construit au Japon qu’au Mexique, ce qui est le cas du nouveau HRV. Quant à la Jazz, c’est une voiture tellement recherchée qu’il est difficile d’en trouver une d’occasion à un prix acceptable.

Neokoplex
Invité
Pour commencer, on a pas elever les cochons ensemble, donc tu vas te détendre mon petit pere. De deux si tu avais lu un peu plus loin tu aurais vu que je roule en jazz (essence car l’hybride n’existait pas a l’epoque). De trois, une voiture hybride n’en vaut pas une autre. Et en l’occurence, la premiere jazz hybride etait une bouse d’un point de vue technologique par rapport au systeme toyota, la où le nouveau systeme est clairement superieur avec une boite double embrayage et beaucoup plus de puissance que dans une yaris pour comparer. Donc oui honda a… Lire la suite >>
garcia
Invité

L’année prochaine jazz prévue en hybride avec une boîte à double embrayage👍

Neokoplex
Invité

Pour info je roule en jazz et malgre un vehicule de qualité, rien ne garantie que je renouvelle chez Honda.

topla
Invité

Dire qu’il y a des personnes qui ont été payés pour dessiner cette voiture, on collerait un logo lada ou tata dessus que cela ne dépareillerait pas (dure à dire) la caisse. L’esprit mochitude dans toute sa splendeur.

Dav77
Invité

Jugement totalement subjectif et excessif qui est complètement inutile.

Certes cette Jazz n’est pas un prix de design mais elle n’est pas disgracieuse non plus. Elle a même une certaine élégance. Et puis sa vocation est d’être avant tout fonctionnelle.

Cites nous un monospace citadin qui a un design à tomber par terre…

J’attends.

topla
Invité
Un jugement, un avis ou un commentaire est toujours subjectif et le fait que tu touves mon post excessif est à mon sens exagèré à mes yeux donc subjectif par contre là ou cela ne passe pas c’est « le complètement inutile ». Un forum a pour principe les échanges de commentaires dans le respect de la charte mais de là à juger que tel commentaire n’a pas lieu d’etre, c’est soit avoir la folie des grandeurs, jouer au petit dictacteur ou au final cumuler ces deux tares. Tu peux critiquer le fond et la forme de mon post, c’est le but… Lire la suite >>
dav77
Invité

Désolé d’avoir froissé ta suceptibilité mais ton post n’avait rien d’un échange.

C’était une déclaration fermée et excessive, imposée à tous comme si il s’agissait d’une vérité universelle : « L’esprit mochitude dans toute sa splendeur ».

Ce genre de commentaire qui n’engage que toi, est effectivement totalement dénué d’intérêt.et par conséquent totalement inutile.

Et j’ai aussi le droit de le penser et de l’écrire.

Bien à toi.

topla
Invité
@dav77 Je n’impose aucun de mes avis au contraire de toi, j’écris mon avis et c’est tout, tu peux ne pas apprecier sa forme, son style « L’esprit mochitude dans toute sa splendeur » mais tu n’as pas dire que cette phrase n’a pas lieu d’etre et qu’elle est inutile. Qui d’entre nous par les déclarations qui ont été posées par nous deux est plus apte à calibrer les esprits et les commentaires sur ce forum? Certainement pas moi. Comme tu le dis si bien, « j’ai aussi le droit de le penser et de l’écrire » Dis toi, que ce qui… Lire la suite >>
dav77
Invité

Très bien !
Je te laisse à tes déclarations de café du commerce.

Bye !

garcia
Invité

Tout à fait d’accord ceci dit avec le temps je l’a trouve de mieux en mieux la mienne à 7 ans elle vieillie mieux que les autres avec son style manga….et question habitabilité elle est tout bonnement incroyable.

CDA
Membre

Quelle personnalité cette auto… Proche de 0.

Dav77
Invité

Comme tous les monospaces citadins.

MilesPerHour
Invité
Dessiner un monospace citadin n’est pas une sinécure, et les Ford B-Max ou Renault Grand Modus le prouvent, mais certains constructeurs s’en tirent mieux que d’autres : l’Opel Meriva a un design équilibré, le Citroën C3 Picasso assume un look de frigo américain des années 50 cohérent et le Kia Venga conserve un style classique mais pas déplaisant. Sans oublier l’ancien Lancia Musa restylé plutôt réussi. Il n’y a aucune honte à avouer qu’après une phase 1 esthétiquement réussie et une phase 2 pas vraiment excitante, cette Jazz phase 3 a un truc qui cloche dans les proportions, et est… Lire la suite >>
dav77
Invité
Le HRV n’a pas un rapport encombrement/espace intérieur aussi favorable que la Jazz et il n’est pas non plus dans le même segment. Pour en revenir au design de la nouvelle Jazz, je pense que le parechoc arrière dénote par rapport au reste de la voiture. L’avant et le profil sont plutôt réussis et même un plus agressifs que la génération précédente. A l’arrière en revanche le parechoc me parait un peu trop torturé ce qui fait qu’il s’intègre mal au reste de la voiture. Après ces considérations esthétiques, c’est quand même le seul monospace citadin qui fait moins de… Lire la suite >>
garcia
Invité

Oui certainement les roues beaucoup trop petites…..ça joues énormément sur le design….

wpDiscuz