Accueil Endurance Le Mans 2016 : L’ACO présente les futurs réglements LMP2 et LMGTE

Le Mans 2016 : L’ACO présente les futurs réglements LMP2 et LMGTE

98
8
PARTAGER

Le jeudi précédent les 24 heures est traditionnellement le moment de la conférence de presse de l’ACO. Cette année, à côté des commémorations et de l’annonce du prochain projet Garage 56, il y avait un gros morceau, ou plutôt deux : les futurs règlements GT et LMP2 pour les séries assujetties à l’ACO, c’est-à-dire les principaux championnats d’endurance dans le monde.

LM GTE

On se souvient que de longues et finalement infructueuses discussions ont eu lieu pour tenter d’unifier les catégories GTE et GT3. L’échec de ce projet a ouvert la porte à la redéfinition de la catégorie GTE à travers un nouveau règlement qui entrera en vigueur dès 2016 pour les LMGTE Pro. Une transition graduelle permettra aux écuries et aux constructeurs d’assurer une migration en douceur puisque les nouvelles LMGTE cohabiteront et le remplacement en Pro et Am dans toutes les compétitions ACO sera terminé en 2018.

Comme c’est le cas à l’heure actuelle, l’ACO veut faire des futures LM GTE les GT les plus prestigieuses et les plus rapides, rétablissant une différence de performance avec les GT3 qui s’est amoindrie au fil du temps. Le réglement technique change un peu de philosophie : plus permissif dans sa définition, mais avec moins de dérogations possibles : les BMW Z4 GTE et les Viper par exemple, entrées au chausse-pied dans la catégorie à coup de dérogations, ne seront plus de mise. Les nouvelles GTE devraient être plus puissantes et plus rapides, tout en offrant des coûts de fonctionnement limités et une durée d’amortissement plus longue, de trois ans. Le profil de base qui définira une LM GTE tient en deux chiffres : 490 chevaux pour 1225 kg, contre 470 pour 1245 pour les actuels. La balance de performance sera réalisée par l’ACO via des essais sur le circuit Michelin de Ladoux autour de ces valeurs de base.

LM P2

Le nouveau règlement LM P2, qui a donné lieu à de nombreuses discussions avant son annonce officielle, est nettement plus polémique que celui des GT. Alors que la catégorie ne s’est jamais aussi bien portée, avec nouveaux concurrents et surtout nouveaux constructeurs à foison comme on peut le voir avec la variété des autos sur la grille des 24 heures, l’ACO, qui pressent une escalade des coûts intenables sur le moyen terme, a décidé d’assurer la pérennité de la catégorie en mettant en place un règlement qui assure que les coûts resteront sous contrôle. Cela passe par une limitation du nombre de constructeurs de châssis et un ensemble moteur/électronique unique. Il y aura donc forcément des déçus parmi les acteurs actuels dont la majorité ont présenté une candidature pour faire partie des quatre constructeurs retenus au final. La liste n’a pas été annoncée, pas plus que le fournisseur du moteur et de l’électronique.

La nouvelle réglementation vise, dans ce contexte de coûts maitrisés, à augmenter les performances et se rapprocher des LMP1. La puissance moteur autorisée va passer de 500 à 600 chevaux, pour le même poids réglementaire qu’actuellement, soit 900 kg, alors que les monocoques se verront appliquer des normes de sécurité proches de celles des LMP1 avec des renforcements contre les chocs latéraux et une nouvelle crash box arrière. Un châssis sans moteur ni électronique ne devra pas dépasser les 480 000 euros, alors que l’ensemble moteur/électronique ne pourra pas dépasser 39 000 euros pour un package de 30 heures de fonctionnement, révisions comprises.

Comme pour les GT, la période de transition est prévue pour que les investissements actuels des équipes soient préservés. Les LMP2 actuelles seront ainsi autorisées en WEC en LMP2 jusqu’à la fin 2017, et jusqu’à la fin 2018 en ELMS et en ALMS.

Le nouveau règlement technique devrait également servir de base à la nouvelle réglementation  de la classe prototype unifiée qui remplacera l’actuelle dualité Daytona Prototypes et LMP2 aux Etats-Unis, mais à la différence des championnats de l’ACO les concurrents auront le choix entre plusieurs fournisseurs de moteurs et des latitudes pour l’apparence de la carrosserie.

Le détail de la présentation par l’ACO est visible ici.

Source et crédit image : ACO

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Le Mans 2016 : L’ACO présente les futurs réglements LMP2 et LMGTE"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
juuhuu
Invité

Enfin des perfs qui évoluent au Mans.. !

Sinon, du côté de Spa aussi, ça tourne fort.. : http://www.topgear.com/uk/car-news/koenigsegg-one-1-spa-lap-video-2015-06-11

Rowhider
Invité
Il est vraiment dommage de devoir « castrer » le LMP2, cela dit je comprends aussi le problème de l’ACO: il y a de plus en plus de constructeurs qui se lance sur le LMP2 avec du coup moins de vente potentiel par constructeur, les grilles n’étant pas extensibles à l’infini. Le fait de limiter le nombre de constructeur va d’une part assurer la pérennité des entreprises retenus et inévitablement limiter les coûts par des économies de « petites » échelles. Par contre je suis très surpris concernant les moteurs. J’avais lu à plusieurs endroit qu’il s’agissait de passer de 450ch à 500ch avec… Lire la suite >>
Salva
Invité

Pour les GT, une production obligatoire de 200 exemplaires minimum pour la route me semble plus pertinente qu’une usine à gaz pour lisser les perfs, ce qui est le comble en compétition . Pour les protos, pas d’exigence de production, et c’est tout! Les meilleures règles sont les plus simples.

ST2L
Invité

Les meilleurs intentions sont semées d’embuche. Ce que vous dites sont des principes qui ne datent d’il y a encore 15 ans, aujourd’hui, cela ne peut plus avoir cours et je pense que vous manquez de recul et de connaissance historique du sujet.
Donc non, la BOP est une très bonne règle qui permet à chaque constructeur de trouver sa place

rowhider
Invité

D’accord avec toi, la limitation aux nombres de voitures rend quasi inaccessible l’endurance aux petits artisans.
Il y a quelques années, Venturi avaient tenté un retour en GT3 avec l’Héritage équipée d’un V8 Audi: la voiture, basée sur la 300GTR était très performante lors des essais libres mais ils se sont fait finalement refoulés à cause du nombre de voiture vendues obligatoires pour l’engagement… Dommage de manquer la diversification du plateau pour raison comme celle-là

Akouel
Invité
J’aurais encore donné une petite cinquantaine de ch sur les gt! Elles se veulent le fleuron du grand tourisme, avec des chassis certes affutés, mais des moteurs pas vraiment en phase avec les puissances actuelles des versions stradale. Enfin bref, c’est deja pas si mal, avec une aero qui va être davantage developpée! Plus de derogations, ça veut dire qu’on arrete d’abuser de la bop pour rendre l’aston competitive ? ^^ Concernant le p2, c’est aussi enterrer d’autres chassis que de n’en choisir que 4! Et le moteur unique, je trouve ça dommage aussi! Le p2 a un niveau tres… Lire la suite >>
wpDiscuz