Accueil Constructeurs Essai Nissan Juke Nismo RS : Petit, mais costaud

Essai Nissan Juke Nismo RS : Petit, mais costaud

432
3
PARTAGER

Premier SUV citadin disponible en version sportive, Le Juke vient de profiter de son restylage pour se réviser assez profondément. Logiquement affublé du logo Nismo, abréviation de Nissan Motorsport, le plus déluré des Juke y accole en plus les lettres RS. Le ton est donné, cette petite bombe a fait une cure de vitamine et a bien l’intention d’en remontrer à des GTI renommées. Mais en a t-elle réellement les capacités ?

Présentation générale

Restylé l’année dernière, le Juke a conservé la ligne atypique qui séduit tant depuis son arrivée sur le marché, en 2010. Un succès que l’on aurait pu, de prime abord, mettre sur le compte de l’absence quasi-totale de concurrence mais qui se confirme malgré l’arrivée des Ford EcoSport, Peugeot 2008, Renault Captur… Par rapport à ses derniers, il profite d’une gamme plus large. Les motorisations sont ainsi au nombre de six, délivrant de 94 ch à 218 ch. En Europe, le Juke est même l’un des rares, avec l’Opel Mokka, à proposer la transmission intégrale en option. Autre point désormais incontournable pour toute voiture qui se veut « à la mode », les possibilités de personnalisation sont très nombreuses. C’est d’ailleurs l’une des principales évolutions de l’auto, à côté de l’arrivée systématique du Stop&Start. A l’occasion de ce restylage, le Juke a également reçu le 1.2 DIG-T de 115 ch en remplacement du 1.6 117 ch, qui reste toutefois présent au catalogue mais uniquement en variante à boîte automatique, et vu le 1.6 DIG-T de la version Nismo qui nous intéresse aujourd’hui passer de 200 à 218 ch. Une façon de prendre un peu de distance avec la version 190 ch, voulue plus sage, bien que la valeur de couple des ces deux déclinaisons (respectivement 250 Nm et 240 Nm) restent proches. Après l’avoir rapidement pris en main au Japon au côtés de ses collègues badgés Nismo , nous avons pu l’essayer plus longuement dans sa version européenne.

Essai Nissan Juke Nismo RS (49)

Style extérieur

Si elles peuvent, au premier abord, sembler subtiles, les évolutions esthétiques apportées par le restylage sont, en fait, assez profondes. C’est principalement le cas sur la face avant qui reçoit un nouveau bouclier, une nouvelle calandre et un bloc optique supérieur redessiné. A l’arrière, on notera principalement les nouveaux feux, à l’apparence bien plus sophistiquée que précédemment, et un bouclier intégrant un faux extracteur d’air. Le Juke Nismo RS se distingue toutefois de ses frères les plus sages par ses boucliers et bas de caisse spécifiques, soulignés d’un filet rouge, ses jantes noires de 18″ et ses barrettes de led jouant le rôle de feux de jour. De quoi lui donner un style encore plus agressif que certains jugeront toutefois un peu tapageur.Essai Nissan Juke Nismo RS (80)

Style intérieur

A l’intérieur, aussi, les points de différence entre le Juke Nismo RS et les versions les plus sages sont assez discrets. C’est surtout la marque en cuir rouge sur le volant et les sièges sport spécifiques qui permettent au premier de se distinguer. Dans cette configuration de série, les sièges sont habillés de Suédine. Contre 1 500 €, il est toutefois possible d’opter pour les magnifiques sièges Recaro qui équipaient notre voiture d’essai. Habillés de cuir et d’Alcantara, mêlant le noir et le rouge, ils donnent une sacrée touche de caractère à l’habitacle et contrastent avec la planche de bord presqu’intégralement noire. Celle-ci arbore toujours des plastiques de qualité un peu moyenne mais dont l’assemblage ne souffre guère la critique. Le pédalier en aluminium et des seuils de porte griffés Nismo achève la transformation du Juke Nismo RS.

Essai Nissan Juke Nismo RS (92)

Equipement

Le Juke Nismo RS profite d’une définition d’équipement qui lui est propre, proche de la version Connect Edition mais privée, contrairement à cette dernière, de l’AVM (aide au stationnement à 360° composée de quatre caméras) et du Safety Shield (alerte de franchissement de ligne, détection des objets en mouvement et surveillance des angles morts). Ces deux équipements sont disponibles en option, au sein du pack Techno (1 200 €), qui comprend, en prime, les phares au xénon. La liste des équipements de série comprend donc l’ensemble des fonctions automatisées indispensables (climatisation, essuie-glaces…), un look spécifique et, surtout, des éléments techniques adaptés à ses performances (différentiel à glissement limités, châssis et freins spécifiques…). En dehors, du pack Techno, la liste des options se limite au pack Recaro (sièges avant baquets Recaro habillés de cuir et d’Alcantara). Notre voiture d’essai était ainsi, sans que la formule soit pour une fois galvaudée, toutes options.

Principaux équipements et options
Nissan Juke 1,6 DIG-T 218 chNismo RS
Six airbagsS
Feux de jour à ledS
Vitres arrière surteintéesS
Régulateur/limiteur de vitesseS
BluetoothS
Climatisation automatiqueS
Différentiel à glissement limité mécaniqueS
Châssis, freins et échappement sportS
Peinture métaliséeS
Jantes alliage 18″S
Kit carrosserieS
Pédalier aluminiumS
Volant cuir/AlcantaraS
Essuie-glaces et phares automatiqueS
GPS à écran tactileS
Caméra de reculS
Ouverture/démarrage sans cléS
Pack Techno (1)1,200 €
Pack Recaro (2)1,500 €
(1) Projecteurs au xénon, Nissan AVM – Vision 360° et Nissan Safety Shield
(2) Sièges baquets Recaro cuir/Alcantara

Modularité/habitabilité

Bien sûr, on n’acquiert pas ce genre de bombinette dans l’espoir d’y caser la famille, le labrador et une montagne de bagages. N’empêche que le Juke n’a jamais été, même au sein de sa catégorie, un modèle d’habitabilité. Avec les sièges Recaro optionnels, c’est encore pire. Impossible pour les passagers arrière de caser leurs pieds au dessous et leur largeur imposante masque quasiment tout de la route. Claustrophobes s’abstenir. A contrario, les valises se trouveront plus à l’aise que jamais, le restylage du Juke lui ayant permis d’agrandir notablement son volume de chargement (de 251 à 354 litres), du moins en ce qui concerne les versions à deux roues motrices. En version 4×4, il faudra toujours se satisfaire de 207 litres.

Crédit photos : Cédric Morançais / le blog auto

LIRE LA SUITE >>>
Châssis, confort et comportement
Moteur et transmission
Parlons argent
Conclusion

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Essai Nissan Juke Nismo RS : Petit, mais costaud"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Rom
Invité

L’interface multimédia en faux carbone est une horreur! Même si la version en plastique noir brillant ne fait pas très qualitatif, il reste bien moins cheap et vilain que ce faux placage! C’est encore plus moche autour de l’autoradio et de l’écran inférieur ou le finition noire donne une unité à l’ensemble!

MINI_Stig
Invité

Un peu surpris par le passage sur le style extérieur.
Le Juke Nismo, avant restylage donc, avait déjà exactement les mêmes parechocs et calandre (à part le chrome qui s’épaissit un peu), seuls la forme des blocs supérieurs à l’avant et l’intérieur des feux arrières changent !
A moins donc de « compter » le fait qu’il ait fallu couper un poil les ailes et le parechoc avant pour intégrer les nouveaux blocs, rien ne change au niveau du style ! 😉

Bon dans tous les cas, faut assumer pouvoir rouler dans un « SUV sportif », chose qu’il ne sera jamais…. :-/

DAKAR
Invité

ils ont vraiment réussi leur voiture

wpDiscuz