Accueil Constructeurs Essai Nissan Juke Nismo RS : Juste une histoire de chevaux ?

Essai Nissan Juke Nismo RS : Juste une histoire de chevaux ?

373
15
PARTAGER

En l’absence de Peugeot 2008 GTi ou de Renault Captur RS, le Juke Nismo RS se retrouve seul à défendre les couleurs du SUV urbain sportif. Mais face à des berlines qui ne se contentent plus de cumuler les chevaux mais revendiquent désormais une efficacité digne d’une GT, cette Nissan a affaire à forte partie. Ce défi, que le Juke Nismo « tout court » n’était pas parvenu à relever, le Nismo RS en vient-il à bout ?

<<< LIRE LE DEBUT
Présentation générale
Style extérieur
Style intérieur
Equipement
Modularité/habitabilité

Châssis, confort et comportement

Parler de confort lorsque l’on évoque un SUV chaussé de grandes roues et pneus taille basse, doté de suspensions raffermies et équipé de baquets Recaro, c’est un peu considérer le hard-rock comme étant une douce berceuse. A bord du Juke Nismo RS, la moindre déformation de la route se fait douloureusement sentir. A contrario, lorsque l’asphalte est parfaitement lisse, le parfait maintien des sièges optionnels permet d’enchaîner les kilomètres sans fatigue,  ni affaissement. Elaboré sur la même base que la Renault Clio, le Juke est bien né. Son comportement routier ne souffre guère la critique, y compris lorsque les conditions climatiques sont mauvaises. Seul le train avant se montre parfois dépassé par l’imposante cavalerie qu’il doit transmettre au sol. Lorsque la route n’est pas parfaitement sèche et/ou que les roues ne sont pas parfaitement droites, la moindre pression un peu appuyée sur la pédale de droite se traduit immanquablement par un patinage. Pour tous ceux qui considèrent que l’efficacité quasi-absolue des petites sportives actuelles s’apparente à un manque de caractère, le Juke Nismo RS peut s’avérer être le jouet idéal.

Essai Nissan Juke Nismo RS (72)

Moteur et transmission

Le 1.6 DIG-T est désormais largement répandu au sein de l’Alliance. Si sa déclinaison la plus courante développe 190 ch (Nissan Juke et Pulsar…), on le trouve également en 200 ch (Renault Clio RS). En attendant l’imminente Clio RS Trophy de 220 ch, c’est le Juke Nismo RS qui en tire la cavalerie la plus importante, avec 218 ch. C’est presque 10 % de plus que le premier opus de Juke Nismo dont les 200 ch ne lui permettaient guère de se distinguer de la version 190 ch. Plus que le gain de puissance, c’est l’augmentation du couple, qui passe de 250 à 280 Nm, qui change le caractère du Juke. Cerise sur le gâteau, il faut désormais atteindre les 3 600 tr/mn pour obtenir du 1.6 de 218 ch sa force maximale, contre 2 400 tr/mn pour le 200 ch et 1 600 tr/mn pour le 190 ch. Le ton est donné : il ne faut pas hésiter à jouer de la boîte de vitesses, ferme juste ce qu’il faut, pour tirer le meilleur de ce Juke. Bien sûr, les amateurs de souplesse à bas régime resteront sur leur faim mais, franchement, ce trait de caractère s’avère jouissif pour qui veut s’amuser un peu. Attention tout de même à la consommation : lorsqu’on le malmène un peu, le quatre cylindres avale rapidement plus de 12l/100 km. Mais si l’on se fait raisonnable, il n’est pas difficile de rester sous la barre des 9 l/100 km.

Essai Nissan Juke Nismo RS (21)

Parlons argent

Pour s’afficher au volant de cet ORNI, il faudra se délester de 27 450 €. Une somme plutôt conséquente pour un petit SUV. Même en comparant le Juke Nismo RS à ses rivales les plus proches -Peugeot 208 GTi (25 200 €), Opel Corsa OPC (23 800 €), Renault Clio RS (25 850 €), Seat Ibiza SC Cupra (22 485 €), VW Polo GTI 5p. (27 050 €)-, on ne peut s’empêcher de trouver la pilule un peu difficile à avaler, même si la dotation de série se montre plutôt complète. Sans doute Nissan considère t-il que c’est le prix à payer pour rouler dans une voiture sans véritable concurrente. Les heureux acquéreurs seront également rassurés de savoir que la valeur de leur Juke Nismo RS chutera assez peu avec les années. Un état de fait qui devrait peu évoluer tant que les autres SUV citadins ne se décideront pas à enfiler une tenue de sport.

Gamme et prix
Nismo RS
Nissan Juke 1,6 DIG-T 218 ch27,450 €

Conclusion

En mélangeant outrageusement les genres, le Juke Nismo RS en vient à ne remplir aucune mission à la perfection. Et c’est bien ce qui fait tout son charme. Bien sûr, il est un peu cher. Mais son look et son mauvais caractère lorsqu’on le chatouille en font une proposition unique dans un monde automobile où même les petites sportives sont aseptisées.

+

Voiture jouissive et sans réelle concurrence
Couple moteur/boite
Sièges Recaro optionnels

Prix un peu ambitieux
Motricité

 

Nissan Juke Nismo RS
Moteur
Type et implantation4 cylindres turbocompressé 1,6 DG-T
Essence
Cylindrée (cm3)1618
Puissance (kW/ch) à tr/mn157/218 à 6000
Couple (Nm) à tr/mn280 à 3600
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesManuelle à 6 rapports
Châssis
Suspension avantMcPherson
Suspension arrièreEssieu de torsion
FreinsDisques ventilés AV/AR
Jantes et pneus225/45R18
Performances
Vitesse maxi (km/h)220
0 à 100 km/h (s)7
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)9,6
Cycle extra-urbain (l/100 km)5,7
Cycle mixte (l/100 km)7,2
CO2 (g/km)165
Dimensions
Longueur (mm)4165
Largeur (mm)1770
Hauteur (mm)1565
Empattement (mm)2530
Volume de coffre (l)354 -> 1189
Réservoir (l)46
Masse à vide (kg)1342

Crédit photos : Cédric Morançais / le blog auto

Poster un Commentaire

15 Commentaires sur "Essai Nissan Juke Nismo RS : Juste une histoire de chevaux ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
greg
Invité

« Elaboré sur la même base que la Renault Clio, le Juke est bien né. »
Désolé Cédric, mais c’est une plateforme Nissan 😉
La plateforme de la Clio, sur laquelle est aussi base le Captur, ne peut pas recevoir techniquement la transmission intégrale 😉

Thibaut Emme
Admin

En fait sauf erreur, l’Alliance utilise la « CMF » modulaire qui permet d’avoir des « bouts » de plateforme utilisés sur des modèles très différents.
Mais c’est la même PF qui est utilisée pour Clio et pour Juke, celle du segment B, mais avec des modifications, notamment à l’arrière pour accepter les doubles triangles de la versions 4×4.

wizz
Membre
C’est une base Nissan, développée en commun (en tenant compte aussi des besoins de chacun des partenaires), utilisée pour la première fois sur la March au Japon, avant d’être adoptée par la Clio III. Cette plateforme a encore évolué et réutilisée pour la Clio IV ainsi que les véhicules chez Nissan. Est ce qu’une plateforme traction peut être utilisée pour un véhicule 4×4? Oui, tout à fait Qu’est ce qu’un véhicule 4×4 « conventionnel »? C’est un véhicule dont les roues à l’arrière sont mues par le moteur à l’avant, via l’arbre de transmission. Et c’est là que réside la différence entre… Lire la suite >>
greg
Invité
Désolé les gars, mais vous vous gourrez tous les deux 😉 La March utilize une plateforme différente. Et la Juke n’est pas basé sur ce que vous appelez la CMF. La Juke a sa propre plateforme qui n’est pas partagée par Renault, de meme que la Micra actuelle. La plateforme de la Clio III et IV ne sont pas utilisées sur des Nissan, aussi abherrant que cela puisse paraître du point de vue industriel. La Juke partage sa plateforme avec la Pulsar et ses derives tricorps (oui contrairement à ce que la presse raconte, la Pulsar ne partage pas sa… Lire la suite >>
wizz
Membre

Non, la CMF ne concerne pas encore les petites voitures. Les dernières Qashqai, ou prochaine Megane le sont

Non, la March utilise bien la même platefrme que les Juke, ou Clio. C’est la plateforme B.
D’une plateforme, les constructeurs l’adaptent, l’optimisent pour telle ou telle application: cela devient un chassis. Alors non, le chassis d’une Clio n’est pas le même que la Micra, ni le même que la Juke. Mais tous utilisent la même plateforme

http://media.renault.com/global/fr-fr/alliance/media/pressrelease.aspx?mediaid=49441

https://helloreverb.com/share/interest/reverb/Nissan%20B%20platform

http://www.nissan-global.com/EN/DOCUMENT/PDF/ALLIANCE/HANDBOOK/2014/BookletAlliance2014_GB.pdf

greg
Invité

Wizz, je travaille dans l’Alliance, je peux te garantir que c’est faux 😉
Les trois véhicules que tu cites utilisent trois plateformes différentes. Ce n’est pas parce que on lâche une information à la presse qu’elle est forcément vraie 😉

wizz
Membre

et le fils de la femme de ménage de mon voisin, il travaille dans l’Alliance des chocolatiers. Il m’a garanti que c’est bien la marmotte qui met le chocolat dans le papier alu…

greg
Invité

Pourquoi les simleys ils sont devenus tout moche sinon 🙁

Panama
Invité

Pourquoi ne pas avoir essayé la version 4wd / bva ?

wizz
Membre

….parce que la majorité des ventes se feront avec la version 2 roues motrices.

BABA
Invité

C’est pas le seul suv urbain sportif.

Il y a aussi les coutryman cooper S john works.

wpDiscuz