Accueil 4x4 Essai Audi Q3 2015 : Même recette, pour même succès ?

Essai Audi Q3 2015 : Même recette, pour même succès ?

403
14
PARTAGER

Dans le segment des SUV compacts premiums, Audi dépoussière son Q3. Ce modèle sorti il y a tout juste trois ans, après plus 400 000 unités écoulés sur la planète, nous revient avec un style évolué. C’est surtout sous le capot qu’il changera le plus en profondeur pour se conformer aux normes Euro 6. Audi n’a ainsi pas d’autre objectif que de continuer à dominer ses rivaux sur ce marché.

Comme à l’accoutumée, chez Audi on ne voit pas pourquoi il faudrait bousculer ses codes d’un modèle à l’autre, encore moins à l’occasion d’un restylage. Cela étant, les changements mineurs apparaissent tout de même plus visibles que d’habitude, à commencer par la calandre single frame moins plate, entourée d’un jonc chromé qui la relie aux phares. Il faut y voir là, la nouvelle signature de tous les SUV du constructeur aux anneaux. Au passage, les deux boucliers s’élargissent en plus d’un nouveau dessin plus dynamique, sans oublier évidemment les feux à LEDs revus, aux clignotants à défilement à l’arrière du plus bel effet.

Audi_Q3-14

On pourrait faire encore plus court pour l’habitacle, car on se situe à la limite du complet statu quo. Et sans vouloir rentrer dans le cliché de la finition de haut niveau qu’offre le constructeur allemand… il semble difficile de dire qu’il en est autrement. Le rigoureux assemblage associé au choix des matériaux de la planche de bord et de la sellerie restent des références à ce niveau de gamme, même si la concurrence sous certains aspects apparaît au niveau pour quelques-uns. A croire que pour avoir l’air premium, il faut un intérieur strict pour être pris au sérieux et éviter les fantaisies. On appréciera surtout les équipements technologiques, une multitude de caméras, les automatismes en pagaille pour tranquilliser la conduite notamment sur autoroute. Des tas de « gadgets » inutiles pour certains, et jugés comme de véritables atout pour d’autres.

Audi_Q3-3

On se sent plutôt à l’aise dans ce petit SUV, grâce aussi au toit ouvrant panoramique qui nous permet de mieux profiter du peu de lumière que nous offrait le soleil d’hiver il y a quelques semaines encore. La position de conduite n’a rien de la camionnette, du moins si l’on choisit de baisser le siège et le volant. Ceux qui aiment la hauteur peuvent évidemment toujours se surélever pour mieux dominer la route des yeux, et c’est bien là l’un des intérêts de ce type de véhicule. La banquette arrière accueille gentiment deux personnes. Trois peuvent être admises évidemment, en espérant que vous ne tirerez pas la courte paille pour finir au milieu. Concernant le seuil de coffre assez haut, il y a toujours deux écoles : ceux qui se plaignent de devoir trop soulever les courses au moment de les charger, et les autres qui estiment cela comme un avantage au moment de les décharger.

Audi_Q3-2

Sous notre capot, le 2.0 TDi revisité de 184 ch. Celui-ci ne manque pas de souffle, ni de couple. Servi par l’excellente et réactive boite à double embrayage S-Tronic qui lisse littéralement les passages de rapports, le Q3 dévore la route. Les 380 Nm de couple disponible en dessous des 2000 tr/min invitent à bousculer ce Q3, même s’il s’adresse aux gros rouleurs. L’amortissement piloté à trois modes, auto, sport et confort permet ainsi de s’adapter plus ou moins à l’humeur du cavalier qui le cravache. En optant pour le plus dynamique d’entre eux, on se retrouve au volant d’une voiture au comportement plus rigoureux bien entendu, sans virer planche de bois. Nul besoin dès lors d’exagérément ralentir pour limiter le tangage et le roulis en virage. La direction ainsi endurcie permet de mieux avoir la main sur ce qui se passe sous les roues, pour mieux apprécier la conduite et gérer les réactions du chassis. La transmission intégrale Quattro aide clairement à mieux dynamiser les relances en sorties de virages, avec une auto qui s’en extirpe plus aisément et efface le patinage que voudraient imposer les plus nerveux, au bénéfice de la motricité, et ce en toutes circonstances.

Audi_Q3-5

Une fois redescendu de la montagne, heureusement le mode confort permet lui d’oublier la route, même s’il trouve ses limites sur routes dégradées. Là aussi sans tomber dans le chewing gum, ce sont les efforts au volant et les contraintes pour les occupants qui diminuent. Toutefois dans ces circonstances, on a tout de même connu plus confortable, même si le Q3 ne fait pas du tout figure de mauvaise élève sur cette question. C’est d’ailleurs ce qui fait aussi la différence avec la plupart des SUV compactes généralistes qui gèrent autrement le compromis confort/dynamisme, car ceux-ci se voient rarement équipés de suspensions pilotées aussi performantes. Avec ce bloc, on touche à un intéressant rapport entre la puissance qui renforce inévitablement l’agrément de conduite, et la consommation qui dans la vraie vie s’établissait entre 8 et 9 litres aux 100 km (5,4 litres en mixte d’après la fiche technique).

Audi_Q3-9

Les tarifs démarrent à 31 000 euros en essence 150 ch, et comptez plus de 46 000 pour notre modèle de 184 ch. Qu’on ne s’y trompe pas, malgré une grille de prix qui semble élevée, le Q3 se montre globalement toujours moins cher que le BMW X1 et le Mercedes GLA. Surtout, le gros des ventes se fait sur le moyen et le haut de gamme, qui s’avèrent très éloignés du prix d’appel. Pourtant certains équipements intéressants comme les feux xénon et la téléphonie blutooth se montrent disponibles en série dès le premier niveau. Sur ce segment des SUV compacts premium, on ne voit guère comment Audi pourrait se voir inquiétés.

+Moteur + boite S-tronic
Finition intérieure
Equipements
Différentiation de millésime difficile
Statu quo du design de la planche de bord
Un peu ferme

 

Audi Q3 2.0 TDI S-Tronic
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne turbocompressé
Diesel
Cylindrée (cm3)1968
Puissance (kW/ch) à tr/mn184 à 3500
Couple (Nm) à tr/mn380 à 1800
Transmission
Roues motricesQuatre roues motrices
Boîte de vitessesDouble embrayage S-Tronic à 7 rapports
Châssis
Suspension avantDouble triangulation
Suspension arrièreMulti-lien
Freins4 freins à disques dont 2 ventilés
Jantes et pneus235/50R18
Vitesse maximale (km/h)219
0 à 100 km/h (s)7,9
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)6,5
Cycle extra-urbain (l/100 km)4,7
Cycle mixte (l/100 km)5,4
CO2 (g/km)141
Dimensions
Longueur (mm)4388
Largeur (mm)1831
Hauteur (mm)1590
Empattement (mm)2603
Volume de coffre (l)460 → 1365
Réservoir (l)64
Masse à vide (kg)1385

Crédit photos : Audi

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Essai Audi Q3 2015 : Même recette, pour même succès ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
beniot9888
Invité

La finition est peut-être sérieuse, mais je trouve que l’intérieur fait vieillot.

Il me semblait que l’habitabilité, comparé à la concurrence était faible à l’arrière, non ?

LEFEBVRE
Invité

Avez-vous des modèles équivalent à proposer ?

beniot9888
Invité

Équivalent ? Un SUV aussi compact, avec un moteur gazole de 180 CV ? Oui et non. Aussi petit, non. 4m38, c’est court. Mais si on regarde des SUV dans la même zone tarifaire et de même niveau de puissance et équipement, oui.

Volvo XC60, BMW X1, Mercedes GLK, Mazda CX5, Hyundai Tucson, Ford Kuga, Kia Sportage, Range Rover Evoque, Peugeot 3008 hybride, et même (tiens toi bien) Renault Koleos.

Ils sont tous disponibles à des tarifs équivalents ou inférieurs, sont tous au moins aussi grand et sont tous disponibles dans des puissances équivalentes.

Puzo
Invité

Non mais attends, le rapport qualité / prestations / prix ce n’est rien face à l’immense privilège d’arborer les 4 anneaux ! rends toi compte, d’avoir ça ça double le volume de ton membre, et triple tes chances auprès des dames !

panama
Invité

Très bonne auto, qui a la réputation d’être le meilleur investissement du marché automobile, tant sa décote est basse.
La qualité se paye, c’est certain. Je le trouve un brin ennuyeux, – et un peu trop VAG, mais c’est comme pour toutes les Audi.

wizz
Membre

la qualité se paye

le soucis, c’est qu’on paye aussi l’image, parfois/souvent plus que la qualité…

Panama
Invité

La seule solution c’est de monter la voiture sur un pont, et là on voit la qualité de construction.
Audi A1 : passable
A3 : bon
A6 : du vrai Premium
Dérivé de l’A 3, je ne pense pas que le Q3 soit exceptionnel sur ce point. Mais nettement supérieur à une voitur française ca c’est certain.

SGL
Invité

La question est : le prix est-il justifié par rapport à la prestation et les qualités ?
Les automobiles allemandes sont souvent de remarquables autos, certes, mais leurs moyennes tournent très souvent au-dessus des 40 000 €, après la concurrence est quasi inexistantes pour le Q3, un 3008 manque d’image malgré ses qualités, les Japonais sont très bons mais trop peu diffusés pour s’imposer, seul Volvo s’impose doucement et sûrement.

plop
Invité

Banal et très cher, comme la quasi totalité de ce que propose Audi ou VW.
Enfin bon c’est de la bonne voiture, ça flatte l’ego, et ça semble suffire à son succès.

LEFEBVRE
Invité

Quelles autres voitures proposeriez-vous alors ?

Puzo
Invité

Le 3008 (que perso je trouve esthétiquement immonde) semble pourtant reconnu pour ses qualités.

juuhuu
Invité

« tranquilliser la conduite sur autoroute », c’est déjà d’un ennui profond avec le placement des radars et faut encore des assistances à la con pour « tranquiliser » la conduite… ah ouais…

J’allais dire enfin des photos potable mais ça vient d’Audi..

Pour le style, autant Audi, c’est pas mal sur de l’A6 ou des véhicules un peu plus grand, autant là, ça a tendance au rabougri…

Lean management
Invité

« Statu quo du design » : ça fait une bonne décennie que ça dur chez Audi. Cette marque semble avoir une incapacité chronique à se renouveler aussi vite que BMW et MB.

wpDiscuz