Accueil 4x4 Essai Mazda CX-5 2.0 SkyActiv-G 160 ch AWD : Restylage invisible

Essai Mazda CX-5 2.0 SkyActiv-G 160 ch AWD : Restylage invisible

439
6
PARTAGER

Vendu à plus de 800 000 exemplaires depuis son lancement, dont 140 000 pour le seul continent européen, le CX-5 est le modèle qui a relancé Mazda sur la voie du succès. Mais la concurrence est loin d’être inactive sur ce segment. Aussi, afin de faire face aux nouveaux arrivants, il s’offre le traditionnel restylage de mi-carrière. Voyons quelles recettes ont utilisé les ingénieurs et designers de Mazda pour lui permettre de rester dans la course.

Présentation générale

Même s’il est trop gros pour prendre place sur le segment-roi des SUV compacts, le CX-5 est le modèle le plus vendu en Europe de la firme d’Hiroshima. Son principal tour de force ? Avoir étrenné les technologies SkyActiv. Sous ce nom, Mazda regroupe l’ensemble des éléments permettant d’abaisser les consommations de ses modèles, tant sur le plan de la perte de poids que sur celui des consommations des moteurs. A ce titre, la conception du CX-5 partait d’une feuille totalement vierge : nouvelle plateforme, nouveaux moteurs, nouvelles boîtes de vitesses. Ce sont les mêmes que l’on retrouve aujourd’hui sur cette version restylée. Les mêmes, mais améliorés selon les dires des dirigeants de la marque. Le CX-5 accueille tout de même un nouveau venu, le 2.5 SkyActiv-G de 192 ch. Un moteur qui ne nous est pas inconnu puisqu’il prend déjà place à bord de la familiale 6. Mais cette variante de CX-5 est refusée au marché français, encore presqu’intégralement diesélisé dans cette catégorie. Nous reste donc trois motorisations : le 2.0 Sky-Activ, qui développe 160 ch lorsqu’il est couplé à la transmission intégrale -c’est lui qui fait l’objet de notre essai- mais 165 ch en variante deux roues motrices, et la paire de 2.2 SkyActiv-D de 150 ch et 175 ch.

Essai Mazda CX-5 2.0 SkyActiv-G 160 ch AWD (2)

Style extérieur

Si vous aimez le premier opus du CX-5, aucune chance que celui-ci vous déplaise… et inversement. Il faut en effet un œil d’expert pour repérer les nouvelles barrettes de calandre ou les nouvelles jantes de 19″. Paradoxalement, c’est de nuit que l’on reconnaitra le plus facilement le modèle restylé. Les optiques avant et arrière affichent une nouvelle signature composée de LEDs et reprenant les motifs étrennés par l’actuelle 3. A noter que ces fameuses LEDs assurent, sur les versions haut de gamme, l’intégralité de l’éclairage, depuis les phares jusqu’aux antibrouillards. Au final, la ligne prend un léger coup de jeune, mais pas sûr que ces évolutions suffisent à donner envie aux propriétaires de l’actuel CX-5 de changer pour le nouveau.

Essai Mazda CX-5 2.0 SkyActiv-G 160 ch AWD (3)

Style intérieur

Dans l’habitacle, les modifications sont tout aussi discrètes. La console centrale, plus large et désormais dotée de repose-genoux souples, accueille de nouvelles commandes de climatisation. L’accoudoir a également été modifié. Mais ce qui saute le plus aux yeux, c’est la disparition du levier de frein à main. Le CX-5 passe, en effet, au frein de stationnement électrique. L’insert de planche de bord délaisse le noir laqué au profit d’une teinte aluminium fumé. Une baguette en véritable alu vient prendre place au dessus du couvercle de la boîte à gants. Bien qu’il ne le dispose pas « en suspension » comme le font toutes les autres Mazda, le CX-5 s’enrichit du nouveau système multimédia MZD Connect. On note donc également l’arrivée de la commande rotative HMI. Si le design intérieur ne change pas, l’impression de qualité générale est toutefois améliorée grâce à l’ensemble de ces détails. Une impression renforcée, sur notre voiture d’essai, par la sellerie en cuir blanc « Pure White », uniquement disponible sur la version Sélection.

Essai Mazda CX-5 2.0 SkyActiv-G 160 ch AWD (4)

Equipement

Avec l’éviction de la finition de base Harmonie, la gamme du CX-5 ne comprend plus que trois variantes : Elégance, Dynamique et Sélection. Seules les deux dernières sont disponibles conjointement avec le moteur 2.0 essence et la transmission intégrale. Si le prix de base peut, au premier abord, paraître élevé (32 900 €), il résulte d’une dotation complète. Le GPS, le système d’alerte de véhicule en approche, les projecteurs full led directionnels et adaptatifs ou encore la radio numérique DAB sont de série. Des équipements tous refusés à ses concurrents, pourtant tous largement plus chers. L’Audi Q5 2.0 TFSI 180 ch Ambiente Quattro s’affiche ainsi à 41 420 €, le BMW X3 sDrive20i Lounge Auto. à 41 000 € et le Mercedes GLK 200 à 38 400 €.

Principaux équipements et options
Mazda CX-5 2,0 SkyActiv-G 160 ch AWDDynamiqueSélection
Jantes alliage 17″Snd
Vitres arrière surteintéesSS
BluetoothSS
Système multimédia MZD Connect avec GPSSS
Climatisation automatique bi-zoneSS
Régulateur/limiteur de vitesseSS
Détecteur de pluie et allumage automatique des feuxSS
Rétroviseurs extérieurs rabattables électriquementSS
Frein à main électriqueSS
Alerte de véhicule en approcheSS
Reconnaissance active d’obstacle en marche arrièreSS
Phares à ledSS
Phares directionnels adaptatifsSS
Feux arrière à ledSS
Antiboruillards avant à ledSS
Radio numérique DABSS
Sièges avant chauffantsSS
Radars de stationnement avant et arrièreSS
Phares à led adaptatifsndS
Aide au maintien en lignendS
Jantes alliage 19″ndS
Systèma audio BosendS
Toit ouvrant électriquendS
Sellerie cuir noirndS
Sièges avant électriquesndS
Caméra de reculndS
Peinture métallisée ou Mica500 €500 €
Boite de vitesses automatique2,000 €2,000 €
Sellerie cuir Pure Whitend150 €

Modularité/habitabilité

Salué dès sa présentation pour la place qu’il accorde à ses occupants, le CX-5 demeure l’un des modèles les plus généreux de sa catégorie. Mais si l’espace n’est guère compté, y compris aux places arrière, le passager central arrière ne pourra tout de même pas s’empêcher de se sentir moins bien traité. La découpe de la banquette fait effectivement qu’il se trouve sur une place plus étroite et dont la longueur d’assise est moins importante que celle de ses voisins de gauche et de droite. Un pullman donc, mais à condition de voyager à quatre seulement. L’avantage toutefois de cette configuration, c’est qu’elle permet d’avoir un dossier de banquette rabattable en trois parties, indépendamment les unes des autres. Une fois les trois éléments mis à plat, le prolongement avec le plancher de coffre est presque parfait.

Crédit photos : Cédric Morançais / le blog auto

LIRE LA SUITE >>>
Châssis, confort et comportement
Moteur et transmission
Parlons argent
Conclusion

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Essai Mazda CX-5 2.0 SkyActiv-G 160 ch AWD : Restylage invisible"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Hospitalisation à domicile
Invité

Mazda a toujours été « dans le coup » et le prouve encore avec ce produit. Pour l’intérieur : pas la peine de chercher bien loin la marque qui inspire le japonais. Mais c’est de bon goût, sobre et efficace.

daniel breon
Invité

J’ai une 6 année 2015 avec 192 ch ( Elle vient juste de sortir) c’est parfait, je pense que pour le CX 5; un 2L de 160 ch est un peut « juste » pour un véhicule dont le volume est plus important.

Un ami a Quebec, vient d’avoir ce véhicule avec le 2.5L pourquoi ne pas avoir ce moteur en France???

turbo v8
Invité

il est très réussi j’adore l’intérieure qui a l’air bien soigné comme l’extérieure mais le prix ouf… d’ailleur on en voit pratiquement pas sur nos route c’est sans doute a cause du prix car il ne lui manque que ca face a la concurence par contre on voit beaucoup de qashqai qui est déja un beau véhicule mais celui si est encore plus beau a mes yeux

SGL
Invité

« c’est sans doute a cause du prix »
Non ! certainement à cause du nombre des points de vente, car pour le prix et les prestations (qualité du tableau excepté) c’est une affaire par rapport à une Q5 et qui n’est pas forcément meilleure !

Bilou
Invité

Tient, il me semble que ce n’est plus du TomTom pour la navigation. J’adore mon CX-5 et surtout le TomTom intégré (et le Bose, et la place, et le style, … 😀 )

Lean management
Invité

Mazda monte encore en gamme, bien qu’elle n’ait jamais été une marque ni trop généraliste ni trop « populaire ». Le style est vraiment sympa. On préfèrera peut-être une 6, parce que c’est une berline et que sa ligne est donc plus classe.

wpDiscuz