Accueil Audi Audi fait du diesel à partir de l’eau et de l’air :...

Audi fait du diesel à partir de l’eau et de l’air : mais pourquoi ?

163
8
PARTAGER

C’est un projet que Audi appelle e-diesel. La marque aux anneaux vient d’inaugurer une usine pilote à Dresde en coopération avec Climeworks et Sunfire pour produire du diesel à partir, promettent-ils, d’eau et d’air. Un diesel super écolo ? De quoi en faire manger leur chapeaux à certains verts si tant est que ce miracle soit vrai.

Par quel miracle ?

Faire du « diesel » à partir d’eau et d’air cela parait un peu magique non ? Et pourtant ce n’est finalement qu’un peu de chimie. A partir d’électricité verte, l’usine réalise l’électrolyse de l’eau pour obtenir de l’oxygène et du di-hydrogène. D’un autre coté, une unité de l’usine piège le CO2 de l’air ambiant grâce à un procédé développé par Climeworks.

Ensuite avec ces deux éléments, H2 et CO2, l’usine réalise deux processus chimiques à 220°C et à une pression de 25 bar. Au final on obtient un liquide, nommé Blue Crude, qui est capable de remplacer le diesel dans les moteurs thermiques classiques. L’usine produit actuellement 160 litres de Blue Crude qui peut être converti à 80% en e-diesel. Sans souffre ni benzène, ce e-diesel possède un indice de cétane élevé lui permettant d’être mélanger dans n’importe quelle quantité à du diesel classique. Du coté des émissions de CO2, comme il vient de l’air ambiant, les émissions sont neutres du puits à la roue.

Plus beau en théorie qu’en réalité

Tout cela s’est bien beau sur le papier, mais…Audi et ses partenaires ne fournissent que quelques chiffres sans trop s’appesantir sur les rendements globaux de la réaction, et pour cause. Tout au plus parlent-ils d’un rendement « jusqu’à 70% » pour la transformation du H2 et du CO2 en Blue Crude.

L »électrolyse en elle-même peut avoi un bon rendement, mais si on prend en compte la génération de l’électricité (surtout verte), alors le rendement chute beaucoup. En outre, piéger le CO2 de l’air ambiant est une gabegie ! La concentration du CO2 dans l’air est de 0,04% et 1 litre de CO2 représente 2 grammes. Si on suppose que l’on retire entièrement le CO2 de l’air par un procédé « magique », il faut donc 2 500 litres d’air pour obtenir 2 grammes de CO2. Sachant qu’en prenant du diesel il y a 2,6 kg de CO2 par litre on peut estimer à 3,25 millions de litres d’air (en supposant donc que l’on extrait tout le CO2) pour obtenir 1 litre de ce e-diesel.

Autant dire qu’il va falloir brasser (ou aspirer) de l’air, et que cela coûte de l’énergie. Ensuite, il faudra de nouveau dépenser beaucoup d’énergie pour monter à 220°C et 25 bars de pression pour procéder à la fameuse réactions produisant le Blue Crude (et aussi probablement de l’eau à plus de 30%). Bref, cette fameuse usine ne doit pas avoir un rendement énorme. Tout cela pour quoi ? Pour produire un e-diesel qui en prime aura un rendement lors de son utilisation dans un moteur thermique.

Il vaudrait mieux capter le CO2 en sortie d’usine, la concentration y est bien plus élevée que dans l’air. Et quand bien même, le rendement global ne serait pas génial. Ok tout est produit à partir d’électricité verte, mais quel gaspillage d’énergie. En s’arrêtant à la première étape qui correspond à l’électrolyse grâce à l’électricité verte, on obtient du H2 utilisable tel que dans une pile à combustible. Largement suffisant et avec un rendement plus intéressant.

Source : Audi

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Audi fait du diesel à partir de l’eau et de l’air : mais pourquoi ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Alex
Invité

« ce e-diesel possède un indice d’octane élevé »
On ne parle pas d’indice d’octane pour les carburants Diesel mais d’indice de Cétane qui quantifie la capacité du carburant à s’auto-inflammer (l’indice d’octane quantifiant l’opposer mais sur une échelle différente).
Erreur de traduction de l’article ou erreur dans la source ?

Louis
Invité

Tout cela pour quoi ? Pour produire un article dans la presse (dont le blogauto) sur le coté écolo de VW et des autres constructeurs teutons de voitures energivores.

William
Invité

Ça va surtout permettre de continuer à rouler avec leurs TDI quand il n’y aura moins de pétrole !!!!

De toute façon, on s’en fout du côté écolo.
Une Prius est peut-être écolo à l’utilisation, son fabrication et son recyclage sont eux plutôt polluant (Lithium).

Bizaro
Invité

Tout l’article n’est pas dans le titre…

On ne peut pas leur reprocher de ne pas chercher… cela permettra de faire rouler nos voiture de collection plus tard… quoique diesel

wizz
Membre
Avant, on avait des incinérateurs sans aucun dispositif spécial: toute la fumée (et les polluants) partait dans la nature. On avait des taux extraordinaires de dioxine autour de ces incinérateurs. Puis on a instauré des normes, obligeant les industriels à investir pour filtrer ces rejets. Comme cela a un certain cout, et ça coute cher, alors ces couts se sont répercutés chez…le consommateur, le particulier. C’est pareil pour des usines, des ateliers, des garages. On faisait n’importe quoi, jusqu’à ce qu’on interdise ces procédés néfastes pour notre cadre de vie. Alors aujourd’hui, ça concerne le lithium, mais c’est toujours le… Lire la suite >>
SGL
Invité
Intéressant ! Le problème est que le pétrole est relativement donné en ce moment sur le marché international, mais pour plus tard… Sur la motivation, et non sur la méthode, cela me fait penser au procédé Fischer-Tropsch largement exploité par l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale pour pallier au manque de pétrole en Europe. Le troisième Reich produisait plus de 90 % de ses besoins en essence d’aviation et plus de 50 % du besoin total du pays en combustibles (le Japon aussi mais dans une moindre mesure). Bon maintenant le bilan CO2 du procédé e-diesel semble être bon (à… Lire la suite >>
wpDiscuz