Accueil Ecologie Galop d’essai Toyota i-Road : Un OVNI dans les rues de Grenoble

Galop d’essai Toyota i-Road : Un OVNI dans les rues de Grenoble

132
7
PARTAGER

Ne le cherchez pas dans les concessions, vous ne le trouverez pas. On ne peut de toute façon pas l’acheter.  Vous n’en croiserez théoriquement nulle part, sauf dans la capitale iséroise. Cette drôle de bête nippone sera à disposition du public sur un modèle proche de celui d’Autolib. Avant sa mise à disposition de la population grenobloise, nous en avons pris le volant.

Rose, vert, ou encore bleu, les couleurs volontairement « flashy » mettent encore plus en valeur dans les rues les i-Road. Pourtant, le design à lui seul permet à ce coléoptère de se faire remarquer. A côté, un Twizy paraît sobre. On ne sait d’ailleurs pas trop dans quelle catégorie le ranger. Officiellement dans celui des tricycles à moteurs, mais son architecture particulière le place entre le scooter couvert et la microcar. En tout cas il détonne, et possède même une certaine cote de sympathie auprès du public.

Toyota_i_road_3_

À l’abri des intempéries

L’habitacle n’a rien de premium, on n’en attendait pas moins pour un véhicule qui sera partagé par toute une ville et appelé à passer sa vie dehors. Du coup, le plastique dur et étonnamment robuste règne en maitre. En guise de direction, non pas un guidon comme on aurait pu le croire, mais un volant de citadine. La boîte se compose de trois boutons pour la marche avant, arrière et le point mort. Un accélérateur et un frein pour contrôler tout ça. Deux places en tandem à disposition, avec un placement se rapprochant de celui d’un passager de moto pour la personne à l’arrière. L’accès n’apparaît pas vraiment aisé, suivant le gabarit de chacun. Point fort, ses fenêtres coulissantes gardant tout le monde à l’abri des intempéries.

Toyota_i_road_4_

Pour faire avancer cet insecte urbain, deux moteurs électriques de 2kW alimentés par une batterie Lithium-ion. L’i-Road s’avère être une traction, avec ses deux roues à l’avant. A l’arrière celle servant à la direction. Mais au-delà de sa configuration de chariot élévateur d’entrepôt, la petite japonaise se penche allègrement dans les virages via un système assez complexe baptisé Active Lean. C’est pourquoi avant d’en prendre le volant, nous avons eu droit à un rapide briefing ainsi qu’à un parcours d’initiation loin de tout trafic. En effet, il faut apprendre à se faire à cette conduite étrange.

45 km/h maxi

Ces machines bridées à 45 km/h ont ce qu’il faut de nervosité pour décoller des feux sans être ridicule et passer pour une chicane roulante. Mais le plus fun reste la prise des virages comme une moto, sauf qu’on tient un volant entre les mains. On se prend rapidement au jeu et la conduite s’avère très franchement ludique. Seulement, et surtout à petite vitesse, il faut faire attention à l’arrière de la voiture qui fait des écarts vers l’extérieur du tournant. Dès lors il faut se méfier de ne pas toucher le véhicule voisin et malgré tout faire attention dans les manœuvres et les évitements à faible allure, malgré son petit encombrement. Grenoblois, si vous voulez passer un bon moment en ville sans risquer de perdre votre permis de conduire, vous adorerez l’i-Road. Son autonomie donnée pour 50 km (à 30 km/h) au moins assurera parfaitement le parcours du point A au point B dans une agglomération de la taille de celle de Grenoble.

Toyota_i_road_2_

La voiture se révèle donc fun à mener en milieu urbain, qu’elle ne quittera de toute façon pas. On a toutefois hâte de faire un bilan à la fin de l’hiver, et ainsi constater comment les Grenoblois se sont accoutumés à ce véhicule si particulier. En outre, on s’inquiète un peu de sa conduite sur route glissante, dans cette ville au pied des Alpes. En revanche, elle se limite au transport d’une ou deux personnes, sans sac, sans courses ou alors de petite taille. Toutes les infos sur son lancement ici !

Toyota i-Road
Motorisation et transmission
Moteur – TypeMoteur électrique 2kW x2
BatteriesLithium-ion
Roues motricesAvant
Performances
0 à 100 km/h (sec.)NC
Vitesse maximale (km/h)60
Consommations
Autonomie (km)50
Dimensions
Longueur (mm)2345
Largeur (mm)870
Hauteur (mm)1455
Empattement (mm)1695
Poids (kg)300
Nombre de places2

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Galop d’essai Toyota i-Road : Un OVNI dans les rues de Grenoble"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nicolas
Invité

J’irai tester la semaine prochaine 🙂

au fait, vos qui avez aussi surement testé le Twizy, quels remarques comparatives pourriez-vous faire?

N’est-ce pas quand même dommage que Grenoble n’ait pas choisi Renault pour cette expérience? (surtout que le CEA de Grenoble a un contrat de recherche avec Renault sur les batteries…)

Vincent
Invité

Bonjour,
Est-ce que le véhicule doit être ramené à sa base de départ à chaque utilisation (aller-retour obligatoire) ou peut-on « l’abandonner » à une station de destination?

Thibaut Emme
Admin

Vincent, je vous renvoie à cet article détaillé sur le service :
http://www.leblogauto.com/2014/09/toyota-lance-son-autopartage-a-grenoble.html

Pour répondre directement à votre question : « on pourra prendre un véhicule dans une station et le rendre dans une autre ».

greg
Invité

Une Twizzy en plus intelligent au final non?Surtout niveau intempéries.

Auto Reverse
Invité

C’est génial! Toyota comme Renault, avec la pression croissante sur l’automobile sale et polluante remettent au gout du jour les passionnantes microcar des 70’s qui voulaient solutionner la crise pétrolière:
http://www.auto-reverse.com/les-voitures-de-bond/

Georges
Invité

Elles auront peut être une sacrés concurrente d’ici 6 mois.

wpDiscuz