Accueil Champ Car Indycar 2014 : Fontana

Indycar 2014 : Fontana

71
0
PARTAGER

Pour garder le suspens sur le nom du champion 2014, on vous montre uniquement le vainqueur de la course. Ainsi, Tony Kanaan (Ganassi) remporte la dernière manche d’Indycar 2014. C’est son premier (et seul) succès de l’année, ce qui porte à 11 le nombre de vainqueurs différents (un record.)

F1600

Les disciplines de la « Road to Indy » ont terminé leur saison à Sonoma. Rendez-vous en fin d’année pour le traditionnel test collectif.

La F1600 poursuit encore sa route, avec une manche sur le Thompson Speedway, en attendant la finale à Watkins Glen. Créé en 1938, le tracé vient de rouvrir ses portes. Ce sera également sa première course de monoplace depuis les années 60. C’est un « routier » à l’ancienne : relativement court (2,5km dans son développement le plus long), avec une unique tribune et deux maisons (qui servent respectivement de garage et de tour de contrôle.) Une ambiance rurale et familiale, bien en phase avec la philosophie de la F1600.

Thompson Speedway

Côté championnat, les commissaires avaient eu la main lourde à Pittsburgh, accusant Evan Mehan (Chastain) et Jack Mitchell Jr (Exclusive) d’avoir bloqué Ayla Agren (Pelfrey.) Comment est-ce qu’un pilote peut bouchonner un autre pilote, s’il est lui-même bouchonné ? Mitchell Jr est blanchi et est déclaré victorieux de la course 2.

Quant à Mehan, il veut prendre sa revanche. Plus rapide le vendredi (devant le fils du patron, Sam Chastain), il s’offre la pole (toujours devant Chastain.)

F1600 1

Pour une fois, la course du samedi est assez morne. Chastain Jr ne résiste pas au pressing d’Agren et de Garth Rickards (Pelfrey.) Le voilà 4e, devant Augie Lerch (Pelfrey.) En tête, la Norvégienne a Mehan dans la mire. Néanmoins, sur l’étroite piste de Thompson, elle préfère assurer, dans l’optique du championnat. Rickards est trop loin pour se mêler à la lutte.

Mehan remporte donc sa première victoire en automobile, devant Agren et Rickards.

F1600 2

Le dimanche, Mehan veut s’offrir un doublé. Il mène longuement devant Steve Bamford (Rice Race) et Chastain. Bamford tente une manœuvre sur le leader et les deux FF sont au tapis. Chastain est donc le nouveau leader, devant Agren et Mitchell Jr. Dans l’ultime virage, ce dernier tente un dépassement et comme Bamford, il accroche la Mygale devant lui. Rickards, qui suivait le duo, est promu 2e. Mitchell Jr se traine jusqu’au damier et termine 3e. Agren est 6e.

En résumé, Chastain gagne la course 2, devant Rickards et Mitchell Jr. Rien n’est donc joué avant la finale de Watkins Glen, en octobre.

F1600 3

Indycar

5 pilotes arrivent le vendredi matin et son mathématiquement « titrables ». Dés que Will Power (Penske) effectue son 1er tour d’essai libre, il marque des points de présence. Cela élimine d’emblée Scott Dixon (Ganassi, champion 2013) et Ryan Hunter-Reay (Andretti, champion 2012.) L’Indycar aura un champion inédit, samedi soir, quoi qu’il arrive.
Power est le plus rapides des essais libres. Simon Pagenaud (Sam Schmidt) et Helio Castroneves (Penske) ne veulent pas baisser les bras. Le Brésilien décroche la pole, devant le 3e homme de Penske, Juan Pablo Montoya. Sa fille l’aide à coller le macaron « P1 ». Power est avant-dernier !

Indycar 1

Fontana est un anneau très rapide, donc très dangereux. C’est pour cela que le CART l’avait boudé, à la fin des années 90 (alors qu’il courrait après les « speedway ».) Lors du warm-up, Mikhail Aleshin (Sam Schmidt) perd le contrôle. Charlie Kimball (Ganassi) ne peut éviter la voiture en perdition. Le choc est si terrible que la monoplace du Russe rebondit dans les airs. Aleshin a une cote et une clavicule cassée et une épaule froissée.

Au drapeau vert, Montoya brûle la politesse à son équipier. Castroneves se dédouble 1 tour plus loin. Mais le Brésilien n’a pas l’air au mieux de sa forme. L’ex-pilote de F1 le repasse, puis Dixon s’en occupe lui aussi. A l’issue des ravitaillements, il cède la dernière marche du podium à James Hinchcliffe (Andretti.) Power, lui, roule le couteau entre les dents et remonte le peloton. Carlos Huertas (Dale Coyne) s’arrête mystérieusement. Il n’y a plus que 20 voitures en piste et Pagenaud est alors mathématiquement exclu de la course au titre (il fait qu’il gagne et Power ne soit même pas 20e.) La course est plutôt monotone. Dixon prend les commandes, qu’il refile à Hunter-Reay lorsqu’il s’arrête aux stands. Castroneves reprend brièvement la tête, devant Tony Kanaan (Ganassi.) Hinchcliffe est accusé d’avoir roulé trop vite dans les stands et il est puni d’un drive-through. Peu après, Hunter-Reay effectue un tête-à-queue. Le pace-car sort… Et se fait doubler par Sébastien Bourdais (KV) ! Le Manceau écope d’un arrêt de 30 secondes aux stands.
Lorsque le pace-car se range, Power est en tête devant Castroneves ! L’Australien s’offre aussi un meilleur tour, ses pneus n’apprécient pas et il doit ralentir (et perdre des places.) Quant au Brésilien, il est sanctionné pour avoir franchi la ligne blanche à la sortie des stands. Il effectue un drive-through qui le met à un tour. C’est alors quasiment fichu pour le titre. Hunter-Reay, décidément à la peine, est lui aussi puni pour un franchissement de ligne des stands. Avec tout ça, Kanaan se retrouve en tête, devant Dixon, Ed Carpenter (Carpenter, vainqueur 2012) et Hinchcliffe. L’ultime action, c’est le dépassement de Montoya sur le Canadien.

C’est un doublé Ganassi, Kanaan devant Dixon. Le Brésilien dédie son succès à Dario Franchitti. Carpenter, toujours là sur les ovales, est 3e.

Indycar 2

Power termine à une modeste 9e place. De toutes façons, Castroneves fait encore pire, avec le 14e rang. L’Australien est donc champion 2014.

C’est une délivrance. A 33 ans, Power a connu un parcours agité. Il a d’abord été un expert de la FF. En 2001, à 20 ans, il était vice-champion du championnat australien. L’année suivante, il fit de même en F3 australienne (ci-dessous.) Il s’exila en Europe où il effectue 2 saisons moyennes de British F3. Fin 2004, il s’offrit un tour de manège chez Minardi. En 2005, il « monta » en WSR (2 victoires.) Sponsorisé par les vins australiens (!), il débuta en Champ Car, toujours en 2005. Il resta aux Etats-Unis et progressa dans le peloton : meilleur débutant en 2006, il remporta 2 victoires en 2007 et s’affirma comme un « client ».
KV, intéressé par le sponsoring des vins australiens, KV l’emmena en Indycar et d’emblée, Power retrouva le chemin des podiums. En 2009, Castroneves était englué dans une affaire de fraude fiscale et Roger Penske recruta Power comme doublure. Lorsque le Brésilien sortit de prison (!), Power du rendre son baquet. Mais comme entre temps, il a décroché une victoire, Penske décida d’investir dans une 3e voiture. En 2010, Power fit un festival. L’apprenti du team Penske s’affirma en leader. Mais il trébucha en fin de saison et termina 2e du classement. Bis repetita en 2011 et 2012. L’Australien est affecté de pannes de cerveau chroniques. En fin de course, au lieu d’assurer, il faut TOUJOURS qu’il tente un dépassement impossible sur le pilote devant lui. S’il est en tête, il se croit obligé de terminer par un meilleur tour. Et une fois sur deux, ça se termine dans les pneus. En 2013, il loupa complètement son début de saison. Cette fois, c’est Castroneves qui joua le titre… Et termina lui aussi 2e. Et donc, cette année, le titre se jouait entre Power et Castroneves. Deux pilotes qui ont été 3 fois vice-champion. Castroneves hérite d’une 4e médaille d’argent et Power, de l’or.

F3 Aus

Curieusement, cette année, Power n’a remporté « que » 3 victoires (contre 5 les années où il était vice-champion.) Mais il a progressé en terme de finition et marque 671 points. Castroneves est loin derrière à 609 unités (sachant que les points de Fontana comptent double.) Le vétéran brésilien prouve néanmoins qu’il est toujours « là ». Grâce à sa 2e place à Fontana, Dixon termine 3e, avec 604 points. Une maigre consolation pour le champion en titre. Notez la 4e place de Montoya. Dire qu’au printemps, après un mauvais début de saison, le Colombien songeait à un retour en Nascar… A ce train-là, il pourrait jouer le titre en 2015… Pagenaud est la grande victime de Fontana. 20e à l’arrivée, le Français perd 2 crans dans la hiérarchie finale. Cela reste une belle performance face à des pilotes ayants davantage de moyens à leur disposition. Il est également le meilleur pilote du clan Honda. Bourdais est 10e à 461 points (ex-æquo avec Ryan Briscoe -Ganassi-.) Il a fait mieux -à tout point de vue- qu’en 2013. Mais il est d’une inconstance indigne du quadruple champion de Champ Car qu’il est.

8e à 483 points, Carlos Muñoz est le meilleur débutant. Après son podium des 500 miles d’Indianapolis 2013, c’est presque décevant. Mais il n’a pas été aidé par une équipe Andretti qui découvrait le Honda. D’ailleurs, il est le 2e des 4 pilotes de l’équipe, derrière Hunter-Reay, mais très loin devant Hinchcliffe (transparent) et Marco Andretti (fils à papa.)

Indycar 3

Crédits photos : GM (photos 1, 6, 7 et 9), Thompson Speedway (photo 2), F1600 (photos 3 à 5) et Australian F3 (photo 9)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz