Accueil 4x4 Essai Skoda Octavia Scout 2.0 TDI 184 ch DSG : On ne...

Essai Skoda Octavia Scout 2.0 TDI 184 ch DSG : On ne change pas une équipe qui gagne

159
10
PARTAGER

Initiée avec le Combi de précédente génération, la formule Scout réussit à l’Octavia. La preuve, près d’un acheteur français d’Octavia Combi sur dix a opté pour elle jusqu’à maintenant. Du coup, ce second opus se veut plus ambitieux. Voyons cela en détail.

La gamme de la troisième génération de Skoda Octavia poursuit son déploiement. Après la berline, le break Combi et la sportive RS, c’est donc la baroudeuse Scout qui intègre le catalogue. Sorte de break surélevé et pourvu d’éléments esthétiques suggestifs, ce concept remporte un succès notable en Europe et en Amérique du nord. Si c’est Volvo qui en fut l’instigateur, il y a plus de dix ans déjà, le groupe Volkswagen a senti le filon et le décline dans la plupart de ses marques : Allroad chez Audi, Cross et Alltrack chez VW, X-Perience chez Seat et donc, Outdoor et Scout chez Skoda.

Présentation générale

Des protections en plastique brut, des sabots en plastique peint couleur aluminium, quelques centimètres de garde au sol supplémentaires (3,1 précisément)… il faut finalement assez peu pour transformer le sage break Octavia. Mais la Scout n’entend pas seulement jouer les aventurières de salon. Afin d’annoncer clairement ses intentions, elle est systématiquement dotée de la transmission intégrale. Voilà une différence de taille avec certaines de ses rivales qui ne la proposent que contre supplément (Opel Insignia Country Tourer), voire pas du tout (Citroën C5 CrossTourer). Attention, il n’est pas ici question de quatre roues motrices permanentes comme l’on peut en trouver sur une Audi A4 Allroad.

Skoda_Octavia_Scout-19_

 

Non, puisque l’Octavia utilise la plateforme MQB de la VW Golf. On retrouve donc la transmission intégrale semi-permanente à coupleur Haldex. Elle n’omet pas non plus de s’équiper, en série, du pack Mauvaises Routes, un ensemble de protections en plastique pour le châssis, les conduites du circuit de freinage et celle d’alimentation en carburant. En France, l’Octavia Scout sera commercialisée en novembre, avec les 2.0 TDI de 150 ch et 184 ch. Notre pays fera donc l’impasse, pour des raisons que tout le monde comprendra, sur le 1.8 TSI 180 ch disponibles chez nos voisins.

Style extérieur

Le nouveau design Skoda met en avant les lignes acérées. Déjà largement visible sur les versions de l’Octavia commercialisées, ce trait apparait encore plus sur la Scout qui dispose de boucliers avant et arrière spécifiques, boucliers dont la partie qui se trouve juste sous les optiques révèlent des formes particulièrement complexes. Ces boucliers arborent également une partie inférieure en plastique brut sur les côtés et en plastique peint façon alu au centre, le but étant de donner l’illusion de skis de protections. Inutile de préciser que le moindre frottement sur un coin de trottoir suffira à en venir à bout. Autres spécificités esthétiques, les passages de roues et les bas de caisse sont, eux aussi, habillés de plastique brut. Au final, cette seconde génération d’Octavia Scout revendique plus fortement sa vocation baroudeuse.

Skoda_Octavia_Scout-12_

Style intérieur

L’habitacle ne se distingue pas beaucoup de celui des Octavia « normales », la plus grosse nouveauté étant l’apparition d’une nouveau coloris marron. Ce dernier n’est disponible qu’en option, puisque forcément couplée à la sellerie cuir/Alcantara, la sellerie livrée d’origine étant en tissu noir. Que ceux qui apprécient modérément les teintes d’habitacle originales se rassurent, la sellerie cuir/Alcantara est, elle aussi, disponible en noir. Seules autres marques distinctives de l’habitacle, des logos « Scout » ornent le volant et le pommeau de levier de vitesse.

Equipement

Placée au sommet de la gamme Octavia Combi, la version Scout reprendra la dotation de l’Elegance, agrémentée principalement des éléments esthétiques spécifiques et de la transmission intégrale. La liste des équipements de série inclut le Bluetooth, les radars de staionnement arrière ou encore les jantes alliage 17″. Au chapitre des options, on retrouvera toute la panoplie high-tech de l’Octavia : assistance au freinage d’urgence, aide au maintien en ligne, projecteurs bi-xénon…

Principaux équipements et options
Skoda Octavia Scout 2,0 TDI 184 ch DSG
7 airbagsS
Accoudoir central avantS
Trappe à skiS
Aide au démarrage en côte HHCS
Climatisation automatique bi-zone ClimatronicS
Jantes alliage 17″S
Pack VisibilitéS
Antibrouillards avantS
BluetoothS
Radar de reculS
Barres de toitS
Régulateur de vitesseS
Rétroviseurs extérieurs couleur aluminium, électriques et dégivrantsS

Modularité / habitabilité

Là encore, la Scout ne distingue pas de l’Octavia Combi standard. Et c’est tant mieux, cette dernière se faisant déjà remarquer par la générosité de l’espace qu’elle réserve à ses occupants et à leurs bagages. Rappellons que ceux-ci profitent d’un volume allant de 610 à 1 740 litres suivant la position de la banquette… et que celle-ci ne se rabat pas dans le prolongement parfait du plancher de coffre.

LIRE LA SUITE >>>
Châssis, confort et comportement
Moteur et transmission
Parlons argent
Conclusion

Skoda_Octavia_Scout-20_

Crédit photos : Cédric Morançais/le blog auto

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Essai Skoda Octavia Scout 2.0 TDI 184 ch DSG : On ne change pas une équipe qui gagne"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Dr_Briefs
Invité

Les breaks surélevés à transmission integrale le précurseur c’est surtout subaru et non volvo le outback à 20 ans de carriere dans les pattes.

pedro
Invité

C’est quoi le rapport?

Houari
Invité

la transmission intégrale symétrique sur la sub est plus evoluée.

miké
Invité

C’est une a6 allroad premiere generation ?

Louis
Invité

« On ne change pas une équipe qui gagne »

On parle du vieux couple Groupe VW/LeBlogAuto bien sur !

beniot9888
Invité

J’étais inquiet, personne n’était venu se plaindre de la corruption du blog auto qui a ENCORE publié un essai du véhicule du groupe VW.

Merci. Un essai d’une voiture du groupe VW sans théorie du complot, c’est comme des toilettes sans rouleau de PQ. Il y a un manque emmerdant.

jifa
Invité

Roooo le placard à l’arriere o.Ô

Sébastien
Invité

Et forcément Skoda France décide de pas proposer le moteur essence…

Heureusement VW semble pas faire la meme boulette avec sa Golf Alltrack, qui aura le TSI de 180cv.

wpDiscuz