Accueil Nouveaux modèles Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch : Du sang neuf

Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch : Du sang neuf

640
22
PARTAGER

Après plus de 820 000 exemplaires vendus en presque dix années de présence sur le marché, la 107 cède enfin sa place. En toute logique, celle qui lui succède porte le nom de 108, s’intégrant ainsi parfaitement avec la nouvelle nomenclature de la marque qui veut que tous les modèles de la gamme « régulière » voit le matricule se terminer en 8. Elle boucle également le renouvellement de la gamme de la marque au lion en étant la dernière à arborer ce fameux 8.

2014 sera marqué d’une pierre blanche pour les mini-citadines françaises. Avant l’arrivée de la Renault Twingo de troisième génération, prévue au début de l’automne, ce sont les deux cousines PSA, les Citroën C1 et Peugeot 107, qui cèdent leurs places aux… C1 et 108. C’est aujourd’hui la plus petite les lionnes qui nous intéresse. Malgré la concurrence de la C1 donc, quasi-unanimement jugée plus réussie sur le plan esthétique, et de la Toyota Aygo, seconde du nom, toujours élaborée et produite en collaboration avec PSA, et toujours la seule à proposer trois années de garantie en série, la 108 devrait être celle qui s’écoulera le mieux dans l’hexagone. Même si l’arrêt des diverses primes à la casse à largement fait baisser le niveau des ventes de la catégorie. Nous avons essayé la japonaise il y a peu, voici le tour de la sochalienne.

Présentation générale

Cela ne se voit pas au premier abord, mais la 108 cache des dessous très proches de ceux de la 107. Une décision dictée par la volonté de faire des économies, mais aussi par le fait que la 107 tenait encore la dragée haute, sur ce point en tout cas, à nombre de rivales bien plus récentes. Du coup, l’empreinte au sol évolue peu : l’empattement ne change pas, à 2,34 m, tandis que longueur et largeur s’établissent désormais à, respectivement, 3,48 m et 1,62 m, contre 3,43 m et 1,63 m précédemment. Voilà l’assurance, pour les propriétaires de l’ancien opus, que la nouvelle venue entrera sans problème dans leur garage. La double offre, 3 et 5 portes, est maintenue alors que de plus en plus de ses concurrentes, Renault Twingo en tête, ne s’en remette désormais qu’à la seconde solution. Enfin, notons l’apparation de la variante Top !, en fait une 108 dotée d’un large toit ouvrant en toile. La petite lionne veut boxer parmi les premiums et se donne les moyens de séduire une clientèle attachée au look bien plus qu’à un prix serré.

Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch (7)

Style extérieur

Calandre flottante chromée reprenant le nom de la marque, optiques effilées avec un décrochement en partie basse, des crosses, elles aussi chromées sur les versions Allure et Féline, des feux arrière dont les guides de lumière représentent trois griffes… aucun doute, la 108 reprend les gênes esthétiques des dernières créations de la marque au lion. Fait rare à ce niveau de gamme, toutes les versions sont équipées de LEDs pour les feux de jour. Soucieux de donner un air haut de gamme à sa mini-citadine, Peugeot va jusqu’à livrer de série des feux de position à LEDs et à guide de lumière, placés comme le seraient des sourcils au sommet des optiques avant. La 108 se distingue ainsi clairement des ses fausses jumelles : à elle le chic discret, presque bourgeois.

Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch (20)

Style intérieur

Dans l’habitacle par contre, il est beaucoup plus difficile de distinguer la 108 de ses clones. Hormis le logo sur le volant, ces trois-là ne se distinguent que par le choix des inserts et des tissus. La planche de bord se veut très épurée. Une impression encore accentuée sur les modèles dotés du système multimédia à écran tactile. A moins de choisir, contre 110 €, des éléments de décor couleur porcelaine ou aïkinite, l’ambiance sera très sombre. Même la sellerie cuir, optionnelle (1 200 €) sur Allure mais en série sur Féline, n’est disponible qu’en noir. Heureusement, les partie de carrosseries apparentes, pour peu que l’auto soit peinte d’une couleur claire et/ou vive, apportent un peu de gaité. Suivant le principe repris de la 107, les dossiers des sièges avant sont monoblocs. L’appuie-tête n’offre donc aucune possibilité de réglages. Petits comme grands y trouveront leur compte, même si cette solution se révèle pénalisante en ce qui concerne la rétrovision.

Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch (50)

Equipement

Motorisation chapeautant la gamme 108, le trois cylindres 1.2 PureTech ne se combine logiquement qu’avec les niveaux de finitions les plus élevés, Allure et Féline. Si son prix d’accès peut sembler élevé dans la catégorie (11 900 €), c’est surtout qu’il impose la climatisation, les jantes alliage, le système multimédia à écran tactile avec technologie Mirror Screen, les rétroviseurs électriques et dégivrants, le limiteur de vitesse, la caméra de recul… Peu de ses rivales parviennent à suivre. La Féline enfonce le clou avec une dotation, et un prix de vente (16 050 € en version 5 portes), digne de la catégorie supérieure.

La gamme 108 se dédouble dans une nouvelle variante, baptisée Top!. Celle-ci se distingue de la 108 « normale » uniquement par son large toit en toile rétractable électriquement. Une petite « folie » facturée 1 200 €, mais qui ajoute très largement au charme de la puce. Mais attention, ainsi découpée, la 108 n’est plus disponible qu’en finitions Active et Allure. Il faudra donc passer par la case options poiur obtenir certains raffinements tels que la sellerie cuir ou la climatisation automatique.

Principaux équipements et options
108 1,2 PureTech 82 chActiveActive Top !AllureAllure Top !Féline
Airbags frontaux latéraux et rideauxSSSSS
Caméra de reculndndSSS
ESPSSSSS
Cotrôle de pression des pneusSSSSS
Feux de jour à ledSSSSS
Kit de dépannage pneumatiqueSSSSnd
Limiteur de vitesse80 €80 €SSS
Antibrouillards avants160 €160 €SSS
Roue de secours galette120 €nd120 €ndS
Verrouillage centralisé à télécommandeSSSSS
Accès et démarrage mains libresndnd360 €310 €S
Climatisation910 €910 €SSnd
Climatisation automatiquendndndndS
Allumage automatique des feuxndndndndS
Boîte à gants ferméeSSSSS
Banquette rabattable 50/50SSSSS
Cache-bagagesSSSSS
Direction à assistance variableSSSSS
Ordinateur de bordSSSSS
Rétroviseurs extérieurs électriques et chauffantsndndSSS
Siège conducteur réglable en hauteurSSSSS
Toit ouvrant électrique en toilendSndSnd
Vitres arrière surteintéesndnd110 €SS
Volant cuirndndSSS
Rétroviseurs extérieurs couleur carrosserieSSSndnd
Rétroviseurs extérieurs chroméesndndndSS
Jantes alliage 15″ndndSSS
Pack Cuir (1)ndnd1,200 €1,200 €S
Seuils de portes avant aluminiumndndndndS
Toit en toile noirendSndSnd
Toit en toile grise ou Red Purplend160 €nd160 €nd
Radio MP3, commandes au volant, Bluetooth, prises jack et USBSSSSS
Ecran tactile 7″ avec fonction Mirror ScreenndndSSS
Pack Auto (2)ndnd340 €340 €S
Pack City (3)ndnd650 €ndS
Peinture Rouge Scarlet230 €230 €230 €230 €230 €
Peinture métallisée500 €500 €500 €500 €500 €
(1) Sellerie cuir et sièges avant chauffants
(2) Climatisation automatique et allumage automatique des phares
(3) Pack Auto + Accès démarrage mains libres

Modularité/habitabilité

Même si l’espace intérieur s’avère généreux vu le gabarit de l’auto, la 108 n’a aucune vocation à être une familiale. Parmi ses points forts, on note toutefois une garde au toit qui permet même aux plus de 1m80 de se sentir à l’aise, y compris lorsque l’auto est équipée du toit en toile. A l’arrière, bien sûr, c’est la place pour les jambes qui manquera aux adultes. Mais pour déposer les bambins à l’école, la 108 s’avère redoutable. En série, le dossier de la banquette arrière est rabattable. En une seule partie sur la version de base Access, il est partagé en deux parties égales dès l’Active. L’assise, elle, est fixe : pas question d’une banquette coulissante. Bien sûr, avec 196 l. de volume de chargement, il faudra voyager léger. Mais un petit meuble peut trouver sa place une fois les dossiers de banquette rabattus, le volume atteignant alors 780 l.

Crédit photos : CM/le blog auto

LIRE LA SUITE >>>
Châssis, confort et comportement
Moteur et transmission

Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch (17)

Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch (25)Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch (46)

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Essai Peugeot 108 1.2 PureTech 82 ch : Du sang neuf"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
r.burns
Invité

Dans la lignée des dernières productions françaises (cactus, captur, clio…) derrière la personnalisation et les écrans tactiles basiques on a affaire a juste de la qualité lowcost
La Up! Ici peut dormir sur ses deux oreilles

beniot9888
Invité

Merci de ce commentaire aux arguments imparables : « elle est mieux pasque c’est une Volkswagen »

****
Invité

les beaux plastiques moussés c est juste de l esbroufe…

Nithael1970
Invité

C’est marrant, mais dans l’essai, il est marqué que la up est out. Elle ne tient pas la comparaison.

SGL
Invité

La Up! !?
Une auto en baisse sensible après seulement moins de 13 mois de commercialisation contre 9 belles années de succès de la 107 !

SGL
Invité

@r.burns doit avoir un souvenir impérissable et ému des Fox et Lupo qui comme le sait tout le monde sont tous restés des autos de légendes qui ont marqué leur époque par leur succès énoooooooooooorme !!!!

greg
Invité

La UP! !?
Une auto qui s´est hissée sur la troisième marche du podium dans le segment et qui a réussi à augmenter ses ventes après 24 mois de commercialisation?
Oui pour ton info elle est en vente depuis septembre 2011 (cela fait un peu plus que 13 mois) et ses ventes continuent à augmenter 😀 (+1% de Janvier à Juin par rapport à 2013)

SGL
Membre
Effectivement je parle des 13 premiers mois de commercialisation en France qui d’une 1ère année pleine 2012 à sa deuxième année (2013) en France, la Up! Fait -9% sans aucune (nouvelle) concurrence en face ! (sauf à la rigueur la Kia Picanto II). Sur les chiffres européens des cinq premiers le +1% de la Up! font ‘gentil’ par rapport aux +14% de la Fiat 500 de sept ans d’âge ! Je ne connais pas les chiffres les plus récents mais j’imagine qu’avec l’arrivée de la triplette PSA/Toyota plus, surtout la nouvelle Twingo et les nouvelles Smart, la Up! (et ses… Lire la suite >>
GREG
Invité

Disons que j´ai une approche plus globale et que la France seule je m´en fiche un peu 😉
Quant à la 500, compare plutôt avec la Panda qui perd 6% en volume sur la même période. La 500 a un positionnement complètement à part et doit une grande partie de sa bonne forme à ses séries spéciales basées sur le co-branding 🙂
Bref, faut comparer ce qui est comparable. La UP se porte très bien, que cela te plaise ou non.
Je ne crois pas que les nouvelles triplettes vont casser la baraque, mais pour la Twingo cela se pourrait.

SGL
Membre
OK soit ! pour moi j’ai une approche plutôt bisness. La France n’est, certes, qu’un marché mais c’est le 3eme (au pire) en Europe donc un indicateur non négligeable. Pour la Fiat qui n’est qu’une auto lambda techniquement avec sa robe très réussite néo-rétro qui n’est qu’un outil commercial permettant d’être un phénomène commercial (une Fiat sur deux vendus !). Ils sont donc très forts mais aussi très vulnérables. La Panda est plus« démodable » esthétiquement mais beaucoup plus fonctionnelle techniquement, mais plus fragile aux assauts de la concurrence. Historiquement les triplettes PSA/ Toyota ont bien fonctionné historiquement depuis 2005… Lire la suite >>
GREG
Invité
Si avoir une approche plutôt business c’est considérer que la France est le centre du monde, alors soit. La France est le 4ème marché du segment A (et pas le troisième). Mais au final cela ne fait que 12,5% du segment. Donc que la performance de la UP en France ne soit pas exceptionnelle c’est un détail plus que secondaire si elle performe bien ailleurs. Cela dit, tu compares un peu ce qui n’est pas comparable. Tu parles tantôt de véhicules seuls, tantôt des triplettes. Il se vend plus de UP! que de 107 et C1 réunies. En volume, les… Lire la suite >>
SGL
Invité
Est-ce masquer un des principaux pays et acteur du secteur automobile du marché européen est sérieux pour des analyses économiques ? Normal qui se vend plus du Up ! puisqu’il y a 7 ans d’âges qui les séparent (le cycle d’une vie une auto, une paille !) En 2005 il avait les twingo1 le BdG C2 (à 10 800 €) Fox (dés 8990€) les Seicento/Panda / Suzuki Alto/Wagon R/ Swift Kia Picanto / Atos – Smart (malgré tous) Opel Agila Chevrolet Matiz – Ford KA Rien que la Peugeot 107 s’est vendu plus que la Lupo sur touts leur carrière… Lire la suite >>
wizz
Membre

au lieu d’enfiler des commentaires à dire ceci fait plus que ça, entrainant la réponse cela fait plus que ceci, alors affichez vos sources, afin qu’on voit tous les même infos, et stopper ce jeu de ping pong

sinon, en 2005, il y avait les Twingo, Ka, Seicento, Panda, Agila/WagonR, Matiz, Picanto….

quentin18
Invité

Classe ces feux de position à LEDs. Pourquoi ne pas les avoir mis en feux de jour?? Ils sont bien moins cheap que la bande dans le pare chocs… Dommage.
Elle reste plutôt réussie, ma préférée du trio.

Paradise
Invité

Dommage de pas mettre en série sur tous les modèles la clim et le limiteur de vitesse.
Elle a le mérite de pas faire « Low Cost » de l’extérieur.
Mais sur les photos de l’intérieur c’est vraiment pas très vendeur non ?

greg
Invité

Je ne suis pas sûr de comprendre:
« Une décision dictée par la volonté de faire des économies, mais aussi par le fait que la 107 tenait encore la dragée haute, sur ce point en tout cas, à nombre de rivales bien plus récentes. »
Dragée haute niveau rentabilité?

GREG
Invité
Heu…C’est une blague non pour le coup?J’ai été chef de produit C1, elle se faisait largement enfoncer par les anciennes Picanto, Panda et Twingo (2) en matière de comportement routier justement….. Les nouvelles UP, Picanto, i10 et Panda n’ont fait que creuser l’écart. Là pour le coup je vous trouve d’assez mauvaise foi. Les triplettes étaient fun, assez maniables en ville et surtout pas chères. Mais le comportement routier était assez pourri comparativement parlant…C’était l’une des grosse critiques adressées avec les sièges, la finition et le coffre (sans oublier quelques petits détails comme les LVE de chaque côté, l’essuie glace… Lire la suite >>
SGL
Invité

Le comportement routier de la 107 était commenté comme largement suffisant dans sa catégorie par les essais de l’époque, voire en cran au-dessus de la moyenne.
Pourtant elle est plus proche techniquement d’une Toyota qu’une Peugeot 100% maison.
Depuis combien de temps que l’on a parlé d’un mauvais comportement routier d’une Peugeot ?
Peut-être sur la présérie des 607 en 1999 avec son train arrière trop vif !? Ou la 203 de 1948, non plus elle très bonne pour l’époque. Enfin la 402 de 1935 était considéré comme mauvaise pour l’époque, mais elle n’est plus produite depuis 1942 !

Bizaro
Invité
Comme elle est basé sur la 107 elle en hérite du coffre : pas du tout pratique d’accès (trop haut) , même si la baquette ne coulisse pas comme sur l’ancienne twingo elle reste plus pratique que celle du cactus 😉 Elle hérite aussi de l’absence de ventilation au centre… Malheureusement elle régresse si l’ancienne G faisait le job : petite voiture de voiture pratique en ville. Ici on gagne en superflu mais on perd les fondamentaux : -moins de petits endroits pour poser des trucs, au détriment de l’esthétisme) -pas de poignée au dessus des vitres ( d’ailleurs elle… Lire la suite >>
wpDiscuz