Accueil Champ Car Indycar 2014 : Toronto 1 & 2

Indycar 2014 : Toronto 1 & 2

57
2
PARTAGER

Allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé ! L’air de Toronto réussit bien aux Français. Florian Latorre (Cape Motorsport) s’impose en US F2000, Alex Baron (Belardi) en Indy Lights et Sébastien Bourdais (KV) en Indycar ! Et avec la pole à chaque fois !

US F2000

Un peu de nouveauté dans le peloton. Garth Rickards (leader de la F1600) vient grossir les rangs de JDC. Le courageux du week-end, c’est James Dayson (ArmsUp.) Il s’est blessé au dos cet hiver. Bien que n’étant pas à 100%, le Canadien a tenu à revenir pour l’épreuve à domicile.

C’est LE week-end des Français. Cela commence en US F2000, avec la pole de Florian Latorre (Cape Motorsport.)

US F2000 3

Suite aux pluies du samedi, les deux courses ont lieu le dimanche. Dans la course 1, un accrochage au départ entraine un drapeau jaune. Dommage pour le Frenchie, qui a bien contrôlé Jake Eidson (Cape Motorsport.)
Au restart, le champion de F1600 2013 effectue un dépassement osé. Latorre tente un freinage à « trotar » et frôle le rail. Henrik Furuseth (JAY) dépasse RC Enerson (Team E) pour le gain de la 3e place. Le Norvégien attaque, frotte un rail et doit renoncer.

Eidson s’offre son premier succès en US F2000, devant Latorre et Enerson.

US F2000 2

L’après-midi, la piste est plus sèche. De nouveau, Latorre est en pole. De nouveau, il y a un carton au départ… Et de nouveau, le Français se fait dépasser dans la foulée du restart (cette fois, par Enerson.) Le leader du championnat semble irrésistible. Mais au 13e tour, sa Van Diemen/Mazda tombe en panne. L’Américain ne peut même pas se ranger et c’est un drapeau jaune.

Les « verts » reviennent le temps d’un sprint. Latorre, promu 1er, conserve l’avantage et obtient à son tour sa première victoire en US F2000. Eidson et Aaron Telitz (ArmsUp) complètent le podium.

US F2000 1

Au classement, Latorre est le nouveau leader, avec 200 points. Eidson, très régulier, passe 2e à 184 points. Quant à l’infortuné Enerson, il dégringole au 3e rang, à 177 points.

US F2000 4

Indy Lights

Après un unique départ en Indy Lights, en 2011, Ryan Phinny avait disparu du radar. Habitant Hollywood, il travaillait dans l’industrie cinématographique. Ca lui a permi de rencontrer George Clooney, qui possède une marque de téquila. Grâce à « maison des amis », la marque en question, Phinny va revenir en Indy Lights, avec Bryan Herta. Il doit finir la saison. L’objectif est de monter en Indycar en 2015 (avec Bryan Herta ?)
Notez également le retour du privé Matthew di Leo (MDL), qui s’était offert quelques sorties en 2013.

L’air du Canada semble réussir à Alex Baron (Belardi.) Meilleur temps du vendredi, le Français décroche la pole le lendemain.

Indy Lights 1

Baron tue le suspens ! Le Français est d’emblée sur orbite. Gabby Chaves (Belardi) tente plusieurs attaques, mais le leader réagit à chaque fois. Derrière, Jack Harvey (Sam Schmidt) est solidement ancré au 3e rang. Matthew Brabham (Andretti) le met sous pression, au point où il revient sur Chaves.

Malgré tout cela, le tiercé ne bouge pas. Baron s’offre ainsi un premier succès en Indy Lights, devant Chaves et Harvey.

Indy Lights 2

Au classement, Chaves se donne de l’air, à 356 points. Zack Veach (Andretti) reste 2e, à 335 unités. Harvey, très régulier, passe 3e à 308 points.

Indy Lights 3

Indycar

Comme après Indianapolis, Ryan Hunter-Reay (Andretti) a de nouveau droit à une tournée nationale express, avec maman et fiston. L’air de rien, il est l’un des rares Américain sur la grille et surtout, le seul à s’imposer

Indycar 2

On avait presque oublié que Simon Pagenaud (Sam Schmidt) n’est pas le seul Français présent. Sébastien Bourdais (KV) décroche la pole de Toronto.

Indycar 1

Toronto est un « double-header ». Le samedi, la course démarre sous la pluie. Il y a un carton général. Lorsque le pace-car entre en piste, il manque lui-même de partir à la faute ! Finalement, la direction de course sort le drapeau rouge.

Le dimanche, c’est parti pour 65 tours (contre 90 initialement.) Il y a un autre carton collectif et le drapeau rouge est de nouveau agité.
Ca repart, avec Bourdais toujours en tête. Pagenaud, l’un des accidentés du dimanche, se retrouve au fond, avec son « copain » Will Power (Penske -accidenté du samedi-.) Carlos Huertas est dans les pneus et c’est un drapeau jaune.
Au restart, Bourdais mène devant Hunter-Reay et Helio Castroneves (Penske.) Pagenaud est sur une stratégie décalé. Avec un arrêt en moins, il est brièvement devant Bourdais ! Hunter-Reay perd le contrôle et termine dans un rail. Drapeau jaune ; Tony Kanaan (Ganassi) passe 3e.Pas de soucis lors de l’ultime run. Josef Newgarden (Sarah Fisher) sort de la piste dans le dernier tour, n’influant pas sur le haut du classement.

Bourdais remporte sa 1ère victoire depuis son retour en Indycar. Avec 32 succès (Champ Car + Indycar), il dépasse Paul Tracy et Dario Franchitti. C’est aussi la 2e victoire de KV (la 1ère étant celle de Kanaan à Indy, en 2013.) Castroneves et Kanaan sont avec lui sur le podium. Pagenaud, toujours bon stratège, termine 4e.

Indycar 3

Quelques heures plus tard, la course 2 démarre, également réduite à 65 tours. Faute de temps pour une séance d’essai, l’ordre de départ est basé sur le championnat. Castroneves part donc en pole devant Power.

Kanaan cale et provoque d’emblée des « jaunes ». Puis il y a un premier carton collectif. Pagenaud figure parmi les victimes. Certains pilotes rentrent avant l’ouverture des stands, provoquant une épidémie de drapeaux noirs. Tous les pilotes Andretti sont concernés par l’un ou l’autre incident.
Au drapeau vert, Castroneves mène devant Power et Kanaan… Mais juste après, Luca Filippi (Rahal) sort de la piste. Nouvelle neutralisation.
Au restart, Power passe Castroneves. Puis c’est au tour de Sebastian Saavedra de partir à la faute. Drapeaux jaunes. Il est alors décidé que la course sera limitée à 80 minutes.
Alors que l’instant approche, il y a un nouveau crash. Drapeaux rouges.

L’épreuve se termine par un unique tour lancé. La piste s’est asséchée. Plusieurs pilotes ont fait le choix des slicks, dont Mike Conway (Carpenter) et Kanaan. Mais lors des « rouges », les stands sont fermés et les leaders, comme Power, doivent rester en « pluie ».
Au drapeau vert, l’Anglais et le Brésilien possèdent un sacré avantage. Power ne peut rien faire. Quant à Castroneves, il est passé au stand juste avant les « rouges », à cause d’un aileron cassé et il se retrouve dans le peloton.

Comme Hunter-Reay la semaine dernière, Conway s’impose après un unique tour en tête. Kanaan est 2e et Power, 3e.
Bourdais est 9e.

Indycar 4

Circuit inadapté à une course sous la pluie, cafouillage permanent de la direction de course, qui réécrit en direct le règlement… L’amateurisme est incroyable à ce niveau.

Quoi qu’il en soit, Castroneves reste en tête du classement, avec 533 points. Power reste au contact, à 520 points. Hunter-Reay, de nouveau invisible, perd beaucoup de terrain, à 464 points. Pagenaud, 4e, est à 2 petits points du podium provisoire.
Bourdais fait le plein de points, faisant passer son total 358 unités… Mais il avait tellement de retard qu’il reste 10e.

11BourdaisWinsIndyCarToronto01.jpg

Crédits photos : GM (photos 1, 11 et 12), US F2000 (photos 2 à 5), Indy Lights (photos 6 à 8), Indycar (photo 9) et KV (photo 10.)

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Indycar 2014 : Toronto 1 & 2"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
seb
Invité

« Allons enfants de la partie, le jour de gloire est arrivé ! »

Jeu de mot ou faute de frappe?

pedro
Invité

Non.

wpDiscuz