Accueil Breaks Essai Peugeot 308 SW 2.0 BlueHDi 150 EAT6 : Du coffre à...

Essai Peugeot 308 SW 2.0 BlueHDi 150 EAT6 : Du coffre à tous les étages

672
44
PARTAGER

Les breaks ont encore leur mot à dire, et Peugeot compte le faire savoir avec la déclinaison SW de sa 308. Certes, les crossovers ont pas mal perturbé ce marché, mais les fabricants de breaks renforcent la qualité de leurs produits pour semer le doute parmi les camarades surélevés. En outre, la marque au lion en profite pour apporter une mise à jour mécanique sur la gamme de sa compacte, avec de nouveaux moteurs et une inédite boîte automatique.


Au chapitre de l’esthétique, globalement rien ne change jusqu’au montant B. L’agressivité contenue dans les traits qui a séduit sur la cinq portes demeure donc, au bénéfice d’une allure plus statutaire en ne versant pas dans la caricature. Les feux légèrement effilés et la calandre chromée donnent le ton sur la montée en gamme visuelle de la dernière génération de la 308. Pour un break, on le sait, le plus difficile demeure l’intégration du coffre logiquement plus généreux. Pour cela les designers de Peugeot ont cassé l’effet souvent cubique de ce genre de véhicule, en donnant l’illusion d’un profil en pente vers l’arrière grâce à un dessin de vitre plus dynamique et un hayon qui n’a rien de vertical. En termes de cotes, la 308 s’allonge de quelques 33 cm au bénéfice bien entendu en premier lieu du coffre, dont la capacité passe à 660 litres (+240 l par rapport à la berline) voire 1 775 banquette rabattue. Dans le genre, la lionne fait mieux que la VW Golf par exemple.

Peugeot 308 SW  13

En ce qui concerne la place à bord, les passagers voyageant sur la banquette arrière gagnent de l’espace aux jambes, avec du coup un habitacle plus en rapport avec le segment supérieur. Le conducteur et le passager avant héritent du cockpit et de la planche de bord de la 308. Strictement rien ne change, donc les allergiques aux compteurs surélevés continuent de pester, et ceux qui louent l’innovation apprécient toujours autant. Sans pencher dans un sens ou dans l’autre, en se cantonnant au cas personnel de votre serviteur, la lecture des compteurs n’apparait pas gênée par le volant. En revanche, aucune amélioration concernant la lenteur de l’écran tactile multifonctions ni au sujet de l’arborescence de menus pour l’accès de certaines fonctions essentielles, élaborée en dépit du bon sens. En somme, on commande les fonctions de confort comme une tablette, mais en moins pratique et moins réactif, sans la possibilité de créer des raccourcis. Un temps d’adaptation s’avère donc nécessaire.

Peugeot 308 SW  21

Une fois la position de conduite idéale réglée, nous démarrons le moteur. En l’occurrence un 2.0 diesel baptisé Blue HDi de norme Euro 6. Ce bloc de nouvelle génération amène Peugeot dans une nouvelle ère, avec toujours plus d’efficience pour une consommation et des émissions toujours plus réduites. En termes de chiffres, celui-ci développe 150 chevaux et un couple maxi de 370 Nm à 2000 tr/min. Ses performances, un 0 à 100 km/h parcouru en 8,9 secondes, une vitesse maxi de 210 km/h et une consommation en cycle mixte de 4,1 l aux 100 km. A titre de comparaison, le 2.0 TDi du groupe VW (Euro 5) offre des performances équivalentes avec, logiquement, une dépollution inférieure. A la conduite, ce moteur fait oublier les précédents HDi, avec un couple plus présent et des reprises toniques à la clé.

 

Peugeot profite en outre de la commercialisation de la 308 SW pour lancer sur son catalogue une nouvelle boite automatique EAT6 (Efficient Automatic Transmission 6). Pour ceux qui ont goûté à la BMP6 (boite manuelle piloté 6 rapports), on change de siècle avec cette nouvelle transmission… Malgré son principe de fonctionnement à convertisseur, on se rapproche très clairement en termes de sensations d’une boite à double embrayage de type DSG. En fait, si nous ne le savions pas avant de se mettre au volant, on ne détecterait pas à l’usage la différence de fonctionnement entre les deux. Et c’est du coup tout l’agrément de conduite qui s’en trouve transformé. En outre le train arrière adapté pour supporter des chargements lourds profite au dynamisme, voire la sportivité de cette 308 SW. La direction plutôt bien calibrée et à l’assistance pas trop artificielle donne le sourire derrière le volant. Sans aucun doute, dans cette configuration de moteur et de transmission, on tient avec cette 308 un des modèles les plus agréables à mener de sa catégorie, premiums incluses.

 

Peugeot 308 SW  6

Au moment de signer le chèque, surtout dans notre version haut de gamme, le monsieur de chez Peugeot vous présentera un tarif catalogue à 31 800 €, avec le HDi 150 et les équipements de série qui vont bien. La Golf SW à quelques euros près ne coûte pas plus cher, mais il faudra se passer de quelques petits gadgets. Il faut regarder par exemple du côté de Seat et de la Leon SW pour trouver des tarifs plus attractifs avec une puissance et des équipements équivalents. En outre, selon les projections de l’Argus, la surcote en occasion dont jouissent les Golf classiques ne s’applique pas sur les SW, un point à mettre au bénéfice de la française et une information intéressante à noter pour qui pense à la revente.

+Moteur Hdi 150 ch
Boite automatique douce et réactive
Nouvelle référence pour le chargement
Tablette tactile lente
Ergonomie des commandes
Absence (pour l’instant ?) de pack sport esthétique (type Audi S-line, pack AMG Mercedes etc)

 

Peugeot 308 SW 2.0 BlueHDi 150 EAT6
Motorisation et transmission
Moteur – Type4 cylindres en ligne 16 soupapes turbo
CarburantDiesel
Cylindrée (cm3)1997
Puissance (kW / ch @ tr/min)110/150
Couple (Nm @ tr/min)370@2000
Boîte de vitesse – TypeAutomatique EAT6
Nombre de rapports6
Roues motricesAvant
Performances
0 à 100 km/h (sec.)8,9
Vitesse maximale (km/h)210
Consommations
Cycle mixte (l/100 km)4,1
Emissions de CO2 (g/km)99
Dimensions
Longueur (mm)4585
Largeur (mm)
Hauteur (mm)1471
Empattement (mm)2730
Poids (kg)1315
Volume de coffre (l)660 → 1775
Réservoir (l)53

 

Poster un Commentaire

44 Commentaires sur "Essai Peugeot 308 SW 2.0 BlueHDi 150 EAT6 : Du coffre à tous les étages"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
wizz
Membre

270Nm pour un moteur diesel moderne 2L 150ch, c’est très peu
370Nm serait plus réaliste

r.burns
Invité

Ah là là préparez vous à en bouffer à tous les coins de rue, de cette voiture proclamée la meilleure par les journalistes, achetée à -20 puis -30% chez un mandataire, donc qui sera bradée 3-4 ans après (et qu’aucun garage ne reprendra)
On connait la musique depuis les premières 307 et SW, déjà meilleure que la Golf de l’époque, enfin soit-disant

Jurassix
Invité

Nianiania, n connait la rengaine, elle est francaise, c’est une voiture qu’elle est toute pourrie donc les constructeurs payent des journalistes chauvins pour en dire du bien.

Allez jeter un coup d’oeil cote presse etrangere, genre Allemande, Anglaise. Et si l’allemand vous pose soucis, comme l’anglais, la presse helvetique est a votre service. Presse qui place la 308 au niveau de la Golf.

Rien n’est trop pour pour le pere Burns, notamment quand s’est construit dans son propre pays.

SGL
Invité

Qui se rappelle des Golf Break de 10 ans et plus ?
par contre les 307 SW sont encore parfaitement d’actualité malgré l’âge.

Uberalles
Invité

Elle faisait doublon avec la Bora break qu’on croise plus souvent !! Seul la partie avant permettait de les différencier, d’ailleurs certains ce sont amusé à transformer leurs Bora en Gora et leurs Golf en Bolf

max
Invité

Enfin une bonne boîte auto!

Par contre pour le couple de 270 Nm vous êtes sûr? C’est carrément faible pour un diesel de 150ch! Une essence de puissance équivalente à les mêmes valeurs…

Sakir
Invité

Erreur uniquement dans la vidéo, le couple est de 370 Nm et pas 270 Nm. ?

Rico
Invité

Sehr schönes Auto, groß Kompakt und günstig in der Anschaffung.

Carlos Ghost
Invité

Gueule sympa, qui fait oublier l’horrible 307 SW avec son arrière au dessin frétillant.

Verslefutur
Invité

La 307 break de première génération reste encore une réussite face à la concurrence de l’époque, mais également face à la 308 SW 1ère et 2ème génération

Cette nouvelle 308 manque d’harmonie

SGL
Invité

la 307 SW avait marqué sont temps, mi-break mi-monospace avec ses sièges séparés, elle fut un succès mémorable.
La golf break de la mêmes époque, il y a une avait une ?

wpDiscuz