Accueil 20 ans déjà F1 Imola 1994: Qualifications mortelles pour Roland Ratzenberger

F1 Imola 1994: Qualifications mortelles pour Roland Ratzenberger

381
16
PARTAGER

A peine remis de ses émotions après le spectaculaire accident de Rubens Barrichello la veille, le paddock d’Imola va plonger dans la consternation avec l’accident mortel de Roland Ratzenberger lors de la séance de qualification.

Le prix du rêve

Peu doué dans la recherche de sponsors, Roland Ratzenberger s’était exilé en 1989 au Japon pour piloter en Groupe C et en F3000. Son but était de mettre de l’argent de côté afin de s’offrir un volant en F1.

Après cinq années passées au pays du soleil levant en compagnie d’autres pilotes européens désargentés, l’Autrichien accédait enfin à son rêve en s’associant avec la toute nouvelle écurie Simtek qui débutait elle aussi dans la catégorie reine en ce début de saison 94.

Non qualifié à Interlagos, il avait pris le départ et terminé en onzième position de son premier Grand Prix à Aïda, dans le pays qui lui avait permis de décrocher une place parmi l’élite.

Séance de qualification – samedi 30 avril 1994 – 13 h 18

A l’heure des qualifications, le pugnace pilote autrichien avait bien l’intention de renouveler l’expérience en signant un temps suffisamment rapide pour obtenir sa place sur la grille de départ de la course.

A 13 h 18, soit à deux minutes près l’heure à laquelle la Jordan de Barrichello s’était désintégrée la veille contre le grillage, la Simtek de Ratzenberger sort à pleine vitesse de la très rapide courbe de Tamburello et aborde la courbe à droite appelée « Villeneuve ». Quelques instants auparavant, une petite touchette sur un vibreur lui avait fait perdre un élément aérodynamique sur sa monoplace. Ne s’en était-il pas aperçu ou bien avait-il estimé l’incident suffisamment mineur pour poursuivre son effort? Nul ne le saura jamais. Toujours est-il qu’au moment de virer à droite, sa machine ne répond pas à ses sollicitations et fonce droit dans le mur situé en face de lui. L’impact a lieu à 316 km/h.

La Simtek-Ford est déchiquetée sur son flanc droit et termine sa course au milieu de l’épingle de Tosa. Dans le cockpit, le pauvre Roland Ratzenberger n’est plus qu’un pantin désarticulé. Son casque ballant ne laisse planer aucun doute quant à la gravité de l’accident.

Ces craintes sont très vite confirmées par les images des secours qui montrent un médecin en train de prodiguer un massage cardiaque à l’infortuné pilote. Dans le stand Williams, Ayrton Senna est lui aussi témoin de ses instants dramatiques. Il est incapable de dissimuler son émotion. Un peu plus tard il se rendra sur les lieux du crash pour essayer de comprendre. Il sera réprimandé pour cela.

A 13 h 43, l’hélicoptère médicalisé décolle avec Ratzenberger à bord en direction de l’hôpital de Bologne où il arrive à 14 h 08. A peine sept minutes plus tard l’Autrichien est déclaré cliniquement mort. Sans doute l’était-il déjà au moment de l’impact mais pour d’obscures raisons juridiques il ne fallait pas qu’il en soit ainsi. S’il avait été déclaré mort à Imola, cela aurait déclenché une procédure judiciaire qui aurait inévitablement conduit à l’annulation du Grand Prix. Avec le recul on ne peut que regretter que cela ne se soit pas produit.

Bien que doté d’une constitution physique exceptionnelle qui lui faisait caresser le rêve impossible de disputer les 24 heures du Mans en solitaire, le corps de Roland Ratzenberger n’a pas résisté à l’énorme énergie cinétique dégagée dans la collision.

Il s’agissait du premier pilote mort au volant d’une F1 depuis Elio De Angelis en 1986 et du premier pilote décédé lors d’une compétition officielle depuis Riccardo Paletti au Canada en 1982.

On apprendra plus tard qu’il n’avait pas 31 mais 33 ans, soit le même âge que Senna. Comme d’autres pilotes entrés sur le tard en F1 (Damon Hill avait fait de même), il s’était volontairement rajeuni dans l’espoir de durer dans la catégorie. Le destin ne lui en aura pas laissé le temps.

A lire également:

Partie 1: F1 Imola 1994: Les prémices du drame

Partie 3: F1 Imola 1994: La planète en état de choc

Crédit image : sgozzi under CC 3.0 share-alike

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "F1 Imola 1994: Qualifications mortelles pour Roland Ratzenberger"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
pikoidonk
Invité

Est il vraiment indispensable de diffuser la photo de la Simtek désintégrée ? Quel intérêt ?

Invité

Bah montré l’état de la voiture, y en a pas beaucoup des photos de son crash

juuhuu
Invité

L’intérêt que le choc était juste méga violent… Franchement les questions teubées parfois…

Chantal. P
Invité

tu vis dans une grotte ? sur google tu toruve 500.000 photos de la caisse.

On repassera sur la coup foireux de la déclarer mort sur le tracé. Coup d’Eclestone, des ritales ? de Mosley ?

Thibaut Emme
Admin

C’est à peu près la même chose sur tous les circuits du monde.

L’an dernier aux 24 heures du Mans, Simonsen probablement décédé sur le coup au début du 3ème tour a été transporté à l’hôpital pour être déclaré officiellement mort là-bas. Sinon ouverture d’une enquête de gendarmerie et arrêt de la course après 3 tours…

Screu
Invité

Sauf erreur de ma part, les ambulanciers n’ont pas vocation à déclarer la mort de quelqu’un (en course ou pas). Et de toute façon, la plupart du temps, et surtout dans le cas où c’est brutal (surtout en public et en direct à la télé), on évacue ce qu’il reste au centre médical ou à l’hopital au plus vite sans attendre les photographes, ce qui me parait plutôt sage.

Thibaut Emme
Admin

Il n’y a pas que des ambulanciers. Il y a une équipe de médecins dirigée (à l’époque) par Sid Watkins. On « n’évacue pas » comme cela 😉

juuhuu
Invité

A revoir les F1 de cette époque, elles me semblent plus petite, soit c’est un effet d’optique car les F1 actuelles ont les voies plus étroites, soit l’empattement d’aujourd’hui a enflé un truc de malade…

zak
Invité

Dans la plupart des pays, si la mort est déclarée sur les lieux d’un accident, un juge d’instruction doit se déplacer pour la levée du corps. C’est pour cette raison que, même pour les accidents de la route, le plus souvent les victimes décèdent officiellement lors de leur arrivée à l’hôpital.

pousky
Invité
Bah voyons 😀 Cher Zak, j’en suis à 6 morts constatés en mon métier de bleu sur la route : je n’ai jamais entendu de pareilles conneries, quand on ne sait pas on se tait. Pour information, en général, sur un accident grave, le SMUR se transportera sur place, le médecin du SMUR constate le décès sur place ( pas les pompiers qui ne sont pas médecins ) , délivre un certificat de décès avec obstacle médico légal ou non, le Procureur de la République avisé par téléphone s’il ne vient pas sur place ( ce qui arrive ) lèvera… Lire la suite >>
Anton Lecouplet
Invité

En France, le transport de cadavre est exclusivement réalisé par les pompes funèbres. Donc les morts sont déclarées « à leur arrivée à l’hôpital ». Sinon c’est les pires ennuis : l’ambulance doit s’arrêter immédiatement (sur l’autoroute par exemple) puis il faut contacter les P.F. pour prendre le relais. C’est trop lol ptdr comme dirait ma nièce.

greg
Invité

Désolant.
10 commentaires, pas UN SEUL pour regretter/commenter la mort de Roland Ratzenberger ou exprimer une quelconque tristesse/condoléance.
Par contre sur le billet Senna, 3 commentaires déjà, et tous dans ce sens.
Ratzenberger fait figure de grand oublié car tout le monde ne retient que la mort de Senna. C’est comme si il n’avait jamais existé. 🙁
Donc merci au blog auto de rappeler ce triste évènement, en tous les cas imola 1994 fut vraiment une terrible course.
Senna a mis un drapeau autrichien dans sa cabine pour l’honorer avant de le rejoindre 🙁

Invité

J’ai fais a peu près la même remarque sur le premier article, la mort de ratzenberger est toujours oublier au profit de celle de senna ce qui est désolant

leelabradaauto
Invité

non, on oublie personne. Chacun a mémoire de connaissances disparues en course. Pour n’oublier personne, on y songe et n’en parle pas. C’est de la décence.
Demain encore, mettre un casque restera dangereux . ça on peut le dire aujourd’hui. La nouvelle génération en haut des podiums contient bcp de gars talentueux, certes, mais qui « débranchent » aussi…

greg
Invité

leela…ton pseudo est trop complique^^.
Regarde les commentaires ici, et sur le sujet Senna. Ils en sont à se battre sur l’heure de la déclaration de décès, dans le genre je trouve que c’est à vomir. Deux hommes sont morts au final.

wpDiscuz