Accueil Alfa Romeo Galop d’essai : Alfa Romeo Giulietta 2.0 JTDm

Galop d’essai : Alfa Romeo Giulietta 2.0 JTDm

847
29
PARTAGER

En attendant une série de nouveautés pour relancer la marque, la Gulietta reçoit une petite cure de jouvence et une nouvelle motorisation diesel pour attaquer l’année 2014 en beauté. Petit tour du propriétaire.

2014_Alfa-Giulietta_09Sempre Giulietta

La Giulietta peut toujours compter sur sa plastique et n’a guère besoin de lifting malgré les années qui passent. Ce n’est pas donné à tout le monde.

Pour son entrée dans l’année 2014, elle se contente donc de subtils détails. Outre de nouvelles teintes ou de nouvelles jantes, la modification la plus importante (!) concerne la calandre et l’entourage des antibrouillards.

Des modifications subtiles qui ne sont pas de nature à changer son allure, qui continuera à séduire les uns, et à subir les quelques critiques de ceux qui la trouvent peut-être trop caricaturale.

Envies de premio

2014_Alfa-Giulietta_11Depuis plusieurs années, Alfa Romeo ambitionne de se positionner face aux références allemandes du haut de gamme. La marque en a sans doute le potentiel vu son image et son passé, mais la Giulietta montrait néanmoins quelques lacunes quant au sérieux de la présentation intérieure. La version 2014 entend corriger ces défauts.

Planche de bord, panneaux de portes, sièges, volant… une bonne partie de l’environnement du conducteur a été revu pour améliorer sa perception avec des matériaux, un aspect plus flatteur et un assemblage de bonne facture qui était déjà en vigueur auparavant. L’effet est réussi. Mais on pourra regretter un manque d’animation sur l’imposant bandeau en plastique noir qui est au final la partie la moins réussie… et la plus visible.

De série, la Giulietta est désormais livrée avec la version d’entrée de la gamme Uconnect, avec son écran tactile de 5 pouces avec connectivité Aux, USB et Bluetooth et des fonctionnalités comme la lecture vocale des SMS. La finition Exclusive profite d’une version plus avancée avec écran de 6,5 pouces et navigation intégrée, également proposée en option sur la version milieu de gamme Distinctive.

2014_Alfa-Giulietta_06

Nouveau cuore diesel

Derrière la calandre revue de la Giulietta se cachent plusieurs mécaniques. La gamme essence est inchangée : 1,4l T-Jet de 105 ou 120 ch, 1,4l MultiAir de 170 ch (avec ou sans boîte double-embrayage TCT) et 1750 TBI de 235 ch pour la Quadrifoglio Verde. Les évolutions sont à souligner dans la gamme diesel. L’entrée en matière 1,6l JTDm de 105 ch est inchangée, tandis que le haut de gamme voit sa puissance portée de 170 à 175 ch lorsqu’il est associé à la boîte TCT.

Entre les deux le 2,0l JTDm dans sa dernière exécution de 150 ch et 380 Nm fait son apparition. Un nouveau moteur dont la principale modification concerne l’adoption d’une rampe d’injection de troisième génération dont les injecteurs sont capables de gérer jusqu’à 8 injections par cycle afin d’optimiser la combustion. Résultat, avec ses 150 ch la Giulietta est ici homologuée à 110 g/km d’émissions de CO2. Tout en proposant le couple le plus important à ce niveau de puissance : 380 Nm disponible dès 1.750 tr/min. La précédente version affichait 140 ch, 350 Nm et 119 g/km de CO2.

2014_Alfa-Giulietta_03

Et sur la strada?

Autant le dire d’entrée, la Giulietta était et reste une des berlines les plus plaisantes à conduire de sa catégorie. Précision et retour de la direction, guidage des trains, mordant du freinage, on sent que tout a été fait pour procurer du plaisir au conducteur. Et plus encore avec cette nouvelle version 2014, puisque l’on sent rapidement l’amélioration principale apportée à ce chapitre : l’insonorisation. Du moteur, mais aussi et surtout des bruits de roulement.

Nous avons essayé la version dotée du moteur 2.0 JTDm de 150 ch, cœur de la gamme, qui tient des promesses. D’une part son couple de 380 Nm très disponible autorise une souplesse hors pair, et d’autre part il s’avère bien filtré au chapitre des vibrations, mais un peu moins du bruit. La performance est exacerbée si l’on positionne le sélecteur DNA sur la position Dynamic, mais l’on préfèrera sans doute le mode normal la plupart du temps. C’est d’ailleurs aussi ce mode qui permet d’atteindre les niveaux de consommation les plus bas. Bien entendu, les 4,2 l/100 km de l’homologation relèvent comme bien souvent de la fiction dans une conduite courante. On naviguera en général un peu au-dessus des 5 litres. Ou de 6 si vous avez une conduite un peu plus dynamique que la moyenne…

2014_Alfa-Giulietta_07

Le DNA permet de faire varier la réponse de la pédale d’accélérateur, la cartographie de l’injection et l’assistance de la direction. On regrette surtout que la Giulietta ne se soit pas encore convertie, au moins dans ses exécutions supérieures, à un amortissement piloté, car le réglage de base s’avère particulièrement sec et plus adapté à une conduite plaisir qu’au confort quotidien.

La Giulietta fait aussi l’impasse sur quelques équipements qui font aujourd’hui partie intégrante du marché dans le segment : les aides à la conduite, surveillance d’angle mort, alerte de franchissement de file ou alerte de risque de collision.

2014_Alfa-Giulietta_01

Conclusion(e)

Objectif atteint. Tel pourrait être le résumé de cet essai avec une Giulietta qui améliore sensiblement ses défauts de finition ou d’insonorisation, tout en gardant l’essentiel de ses valeurs : style et plaisir de conduite. Le moteur 2,0l JTDm s’avère particulièrement plaisant et polyvalent avec son couple imposant tout en proposant des consommations raisonnables. Les qualités sont là, reste à les vendre. Pour cela, l’arrivée de nouveaux modèles dans la gamme reste un cap essentiel qui ne pourra que renforcer la crédibilité de la marque. D’autant qu’Alfa Romeo a fait le choix de tarifs élevés, cohérents avec le positionnement voulu, mais ambitieux par rapport à l’image de la marque.

2014_Alfa-Giulietta_08

+ Précision du châssis
 Amélioration de la finition
 Souplesse et polyvalence du moteur
 Insonorisation en progrès
 Prix ambitieux (image de marque et gamme à reconstruire)
 Confort des suspensions
 Absence d’aides à la conduite

 

Caractéristiques
Modèle essayé : Giulietta 2,0l JTDm 150 ch Exclusive – 31.050€
Moteur et transmissions
Type et cylindrée4 cylindres en ligne – Transversal
Injection directe avec rampe commune et turbo
Puissance110 kW / 150 ch à 3750 tr/min
Couple380 m à 1750 tr/min
Type de boîte de vitesseManuelle à 6 rapports
Roues motricesAvant
Performances
0 à 100km/h 8″8
Vitesse max 210
Consommation
Rejet de CO2 110
Cycle mixte 4.2 /100 km
Cycle urbain 5.0 l/100 km
Cycle extra-urbain 3.7 l/100 km
Réservoir 60
Dimensions
Longueur 4354 mm
Largeur 1798 mm
Hauteur 1465 mm
Empattement 2634 mm
Volume mini / maxi du coffre 350 / 1045 dm3
Poids à vide 1320 kg

2014_Alfa-Giulietta_122014_Alfa-Giulietta_04 2014_Alfa-Giulietta_05 2014_Alfa-Giulietta_10

Crédit photos : Le Blog Auto

Poster un Commentaire

29 Commentaires sur "Galop d’essai : Alfa Romeo Giulietta 2.0 JTDm"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Bruce
Invité

Merci pour cette essaie 😉

Cette alfa Romeo est une merveille !

le nouveau moteur jtd 150 est remarquable ..un couple puissant ..une souplesse sans équivalent et biensure le plaisir de conduite incomparable 🙂 en mode dynamique

Cette couleur bleu nuvola avec l’intérieure marron lui va bien..mais les sièges en cuir rouge auraient été un sans faute (selon Bruce )

SGL
Membre

Bien !
Elle est encore dans le coup, certes mais pour combien de temps encore ?
Dans 3 ou 4 ans et après ?
Nouvelle plateforme en gestation ? ou sur base Mazda 3
Elle a beaucoup de charisme et une assez bonne image de marque, mais tout cela s’entretient pour qu’elle ne soit pas distancée par la concurrence.

greg
Invité

Elle n’est plus trop dans le coup niveaux ventes hélas. 🙁

Géro
Invité

Te fais pas de soucis SGL ils sauront revenir comme ils l’ont toujours fait dans 2/3/4 ans. Exemple 147/156. Alfa Romeo est probablement une des marques au plus fort potentiel de croissance. Souvent critiqué mais en réalité assez largement apprécié. C’est une marque que beaucoup de monde regarde et suis de près.

aluminium
Invité

et l’aluminium de la planche de bord pourquoi il a disparu ?
le cuir autour du tableau est aussi rouge si la sellerie est rouge ? peut pas différencier ?
toujours ce volant avec ses boutons low cost…
gps trop bas
merde cette caisse est superbe et alfa ne fignole pas les détails, qui sont essentiels (comme les aides à la conduite inexistantes…)

greg
Invité

C’est pas du cuir autour du tableau de bord, mais du plastoc légèrement moussé peint.

greg
Invité

Mais pour te répondre, oui, avec le cuir rouge, le plastoc devient rouge aussi.

juuhuu
Invité

Les aides à la conduite qui sont listées, c’est franchement du bullshit, à moins d’attraper le gogo et lui faire croire à un peu de valeur ajouté, ou qu’il en a une plus grosse que le voisin… sachant que tu ne peux plus rouler aujourd’hui…

r
Invité

Le GPS, c’est une question de goût, le mien, je le place devant le levier de vitesse. Pas besoin d’un GPS au quotidien, je préfère une autre option qu’un GPS.

Moi qui ne suis pas fan de double casquette, écran ‘ipad », je ne peux que féliciter Alfa.

leelabradaauto
Invité

« la lecture à haute voix des sms » !!!!….
on peut d’ores et déjà ponctuer, Certains en 2014 achètent des autos pour l’univers multimédia.
près de 40 mkg, même avec plus de 1,3 tonne, ça doit être intéressant, agréable.
L’auto n’a pas le volume extérieur de la concurrence allemande, c’est positif pour elle, encore jolie et pas surdimentionnée.
nouvelle injection ! de la gestion ! je souhaite de la fiabilité avec les différents modes d’utilisations, contraintes

wpDiscuz