Accueil Constructeurs Essai Volkswagen e-up! : l’offensive électrique de VW

Essai Volkswagen e-up! : l’offensive électrique de VW

258
25
PARTAGER

Si le marché des voitures électriques reste embryonnaire par son volume (moins de 700 immatriculations en novembre), il est incontournable en termes d’image. Premier constructeur européen, Volkswagen lance enfin son offensive avec une up! électrifiée.

Renault ZOE, Nissan Leaf, Bolloré Bluecar, Mia Electric, Peugeot iOn, Citroën C-Zéro, BMW i3, Mitsubishi i-MiEV… Dans le top 10 des immatriculations électriques depuis le début de l’année, huit modèles sont spécifiques. Seules deux marques ont choisi d’adapter leur gamme à cette « nouvelle » technologie : Smart avec sa ForTwo Electric Drive et Volkswagen avec sa e-up! (dont les 24 immatriculations réalisées pour permettre les essais presse lui permette d’entrer directement au dixième rang des voitures électriques sur les 11 premiers mois de l’année !).

Volkswagen-eup-exterieur4

Les raisons de cette option : un moindre investissement et des délais raccourcis pour sortir un premier modèle électrique. Arnaud Barral, Président de Volkswagen France, l’avoue volontiers. Sa marque n’est pas précurseur sur ce marché. Mais l’objectif est bien d’en devenir leader. C’est aussi la raison pour laquelle les moteur et batterie viennent des usines Volkswagen de Kassel et Hanovre en Allemagne avant d’être assemblés dans les up! à Bratislava en Slovaquie.

Après les premières hybrides avec les Jetta et Touareg, Volkswagen lance donc cette offensive électrique avec la e-up! en décembre puis la e-Golf en avril prochain… Le plan produit prévoit que 3 % des nouvelles Volkswagen auront une motorisation électrique en 2018 pour être leader du marché de l’électromobilité.

Visuellement, la e-up! s’avère donc très proche d’une up! essence. Même ligne avec ses cinq portes et 3,54 mètres de long. La différence se niche dans les détails : feux diurnes à LED dessinant un arc de cercle dans un pare-chocs avant modifié pour gagner en aérodynamique grâce à de nouvelles entrées d’air plus étroites, réflecteurs arrière avec ce même arc de cercle, nouvelles jantes et logo VW entouré de bleu.

Volkswagen-eup-exterieur1

A l’intérieur, et c’est une performance, l’habitabilité est conservée avec un coffre dont le volume reste à 250 litres (et jusqu’à 923 litres). Les lourdes batteries sont sous le plancher et ne viennent pas réduire l’espace alloué aux occupants.

Toujours à l’intérieur, on retrouve les équipements proposés sur la high up! avec l’ajout de pages spécifiques à l’électromobilité sur l’écran tactile. A l’image de la up! déjà connue, l’ensemble manque sérieusement de fun. La console centrale n’a pas profité du génie de Walter de Silva et Klaus Bischoff qui ont supervisé le design. Ce manque de fun se voit aussi dans le choix des coloris de la carrosserie : bleu uni, blanc pur, reflet d’argent, gris nuit, bleu nuit ou noir intense. Dieu n’a pas passé des heures à mettre au point l’arc-en-ciel juste pour Instagram ! Les voitures peuvent aussi en profiter.

Jusqu’ici, rien d’extraordinaire par rapport à la up! déjà commercialisée. Mettons la clé de contact. Quart de tour, READY apparaît sur le tableau de bord avec un bip. Le moteur est en marche. La boîte à une vitesse se manie comme une boîte automatique. Position D, pédale d’accélérateur. La up! devient e-up!. Pas de bruit, pas de vibration.

Volkswagen-eup-interieur2

Et c’est bien là que l’on atteint l’excellence du modèle up!. Un client d’une up! essence parcourt rarement plus de trente kilomètres par jour et ne s’éloigne pas de son point de stationnement principal. La cible est identifiée et le produit répond parfaitement à la problématique.

Sur les trente premiers mètres, la e-up! accélère plus fort que n’importe qu’elle autre citadine avec un couple de 210 Nm. Le 0 à 60 km/h est bouclé en 5 secondes. Ce dynamisme se marie parfaitement avec le faible encombrement de cette mini Volkswagen. L’embonpoint de près de 300 kilogrammes n’est pas perceptible.

Le moteur de 60 kW (82 chevaux) répond à toutes les sollicitations en ville. Il peut aussi fonctionner en mode dégradé avec les profils eco (50 kW) et eco+ (40 kW sans climatisation) et plusieurs degrés de récupération d’énergie qui permettent de ne (presque) jamais toucher aux freins et d’alimenter la batterie.

Volkswagen-eup-exterieur5

Doit-on parler d’autonomie ?
La batterie profite largement de la récupération d’énergie et encore davantage d’un style de conduite spécifique. Anticipation et pied léger autorisent de plus longs trajets. Mais avoir une voiture électrique ne diffère pas de l’utilisation d’un téléphone portable. On en connait les limites et on les branche tous les soirs.

L’autonomie officielle est de 160 kilomètres… Qui fait 160 kilomètres dans une ville en une journée ? L’hiver, la distance pourra descendre légèrement et un « pied lourd » pourrait voir son voyage  réduit à une centaine de kilomètres. Mais, encore une fois, la Volkswagen e-up! n’est pas pensée pour affronter les autoroutes (avec une vitesse de pointe limitée à 130 km/h). Ce modèle est citadin et doit être utilisé comme tel. Il remplace avantageusement une up! ou tout autre modèle similaire. Pas une Jetta ou un Tiguan pour rester dans l’univers VW.

Volkswagen-eup-garmin

Et les méthodes de charge sont connues : cordon pour une prise normale à 230 V, Wallbox ou système CCS de charge rapide. On passe de 0 à 100 % en neuf heures sur une prise domestique ou six heures avec une Wallbox. En charge rapide,  on atteint 80 % en « seulement » trente minutes.

En cas de stress avec une batterie proche du vide, le système de navigation affiche les stations de recharge et calcule, en fonction du trajet renseigné dans le système de navigation, si le parcours est réalisable. Plusieurs petites applications sont aussi disponibles pour surveiller les flux d’énergie et être noté sur sa conduite.

Volkswagen-eup-exterieur7

(Note pour les concepteurs des applis : quand on a une ‘petite’ passion pour l’éco-conduite, il est beaucoup trop facile d’atteindre les 100 %. On veut de vrais défis !)

Autre détail capital, il est possible de piloter les réglages de sa voiture depuis son smartphone par l’application Car-Net e-Remote : mise à température de l’habitacle, marche/arrêt de la charge et les données du véhicule.

Cette Volkswagen e-up! est, sans conteste, la meilleure up! disponible sur le marché et même la meilleure citadine électrique… Mais le prix d’appel, à 25 950 euros, s’avère bien trop important pour une « simple » citadine. Tant que le modèle économique du véhicule électrique ne parviendra pas à faire baisser le prix du produit fini, rouler en électrique sera un luxe.

Volkswagen-eup-interieur3

Et si vous cherchez à être convaincu, l’Etat français propose un bonus de 6 300 euros… Le prix d’achat est ramené à 19 650 euros. Et contrairement à Smart ou Renault, la batterie est incluse dans le prix. Il n’y a aucune location supplémentaire. Le surcoût n’est plus alors que de 30 % par rapport au haut-de-gamme up! essence avec un plein d’électricité tarifé à 1,47 euro / 100 km contre 6,60 euros / 100 km pour une high up! consommant 4,5 litres / 100 km de E10 payés 1,467 euro le litre.

(Pour ceux qui veulent comparer l’incomparable, dites-vous que ça fait 80 000 kilomètres sans bruit ni vibration.)

+Aisance en ville
Confort de conduite en électrique
Ligne passe-partout
Véhicule électrique : réseau de charge insuffisamment développé, autonomie spécifique
Prix élevé par rapport à d’autres citadines
Sa technologie la rend exclusivement citadine

 

Caractéristiques
Moteur
Technologiemoteur électrique machine synchrone à aimants permanents
Puissance maximum82 ch de 2 800 à 12 000 tr/mn
Puissance continue55 ch de 2 800 à 12 000 tr/mn
Couple maximum210 Nm à 2 800 tr/mn
Boîte de vitesses1 rapport
Batterie
TypeLithium Ion
Poids230 kg
LocalisationIntégrée au plancher du véhicule entre les essieux
Capacité nominale18,7 kWh / 50 Ah
Nombre de cellules / modules204 / 17
Tension totale (AC/DC)374
Temps de charge AC 2,3 kW avec câble de recharge (80%/100%)7h / 9h
Temps de charge AC 3,6 kW avec wallbox (80%/100%)4h / 6h
Temps de charge DC 40 kW dans station de recharge rapide CCS (80%)0,5 h
Performances
Vitesse maximale130 km/h
0 à 100 km/h12,4 s
Consommation
Autonomie NDEC160 km
Autonomie en saison froide80 à 120 km
Autonomie en saison tempérée120 à 165 km
Cycle mixte11,7 kWh
CO20 g/km
Dimensions
Longueur3 540 mm
Largeur1 645 mm
Hauteur1 489 mm
Empattement2 421 mm
Volume de coffre220 à 923 dm3
Masse à vide1 139 kg

Poster un Commentaire

25 Commentaires sur "Essai Volkswagen e-up! : l’offensive électrique de VW"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
hero7
Invité

J’ignore qu’est ce que les constructeur ont à vouloir tous faire de l’ectrique quand les chiffre vous montre les limite technique de la technologie
c’est du réemballage à tort et travers .

SGL
Membre

Comme tous les technologies il faut essuyer les plâtres sur des prototypes comme sur les modèles de série !
Les frères Wright ne sont pas passés du flyer au 747 en claquant des doigts !

beniot9888
Invité

Et en prestations, qu’est-ce qu’elle vaut comparé à une Zoe ? En prix, pour le coté « plein tarif mais avec batteries ou moins cher, mais avec les batteries en loc », chacun fera ses calculs…

Tomasito
Invité

Est ce vraiment une bonne chose que les batteries soient inclus dans le prix?

Que se passe t-il quand elles ont perdues une grosse partie de leur capacité? Il faut repasser à la caisse?

Si c’est ça tout l’avantage financier de l’électrique va vite s’envoler…

SGL
Membre

Surtout quelle est plus cher et avec une autonomie vérifiée inférieure à la Zoe, interdisant même les voies rapides urbaines, en ¼ h l’autonomie est divisée par quatre !

Louis
Invité

Quand les batteries sont fatigués, ta VW ne roulant plus, tu prend ton vélo et tu files chez Renault pour acheter une Zoe.

juuhuu
Invité

C’est déjà devenu chiant de rouler avec les contraintes et matraquage actuellement alors en plus sans bruit ni vibration, la misère totale !!

fred
Invité

Pas bruit, pas de vibrations, boite auto parfaite, pas d’odeurs ….

C’est vrai c’est chiant. Surtout en ville !!!

Vive le mazout qui tue et pue.

sls
Invité

quand on essaie une e-up!, l’autonomie n’est pas un problème….
Quand on essaie une Zoé, l’autonomie (supérieure à la up!) est un problème…

ET je vois la location de batterie plutôt comme un avantage, la perte de capacité pourrait coûter cher!

greg
Invité

La UP est clairement une citadine, la Zoe joue dans le segment supérieur où tu attends une certaine polyvalence.Sans mentionner la Leaf et la Fluence, encore plus grosses.

Louis
Invité

sls +1

je me rappele du titre de l’essai de la Zoe : « Attachante mais attachée ». Ici, comme c’est une vw on a un titre plus … positif : « l’offensive électrique  » Ah, c’est sur ca présente mieux !!
C’est sur que ce n’est pas simple de faire la pub d’une titinne vendu 6000 € trop cher (une Zoe coute 13700 € prime déduite) et qui au final durera moins longtemps.

il est evident que les deux voitures chasse sur le même segment.

greg
Invité
Pitié, pas ENCORE la théorie du complot pro-VW que l’on voit à chaque essai. Bah oui, pardon, mais cette voiture est la première voiture électrique chez VW depuis 1992, et la première d’une gamme. Donc c’est bien une offensive. Et encore une fois. La UP, tout comme la Miev sont des citadines. Tu n’en attend pas une grande polyvalence, tu vas pas faire 500 bornes avec. Par contre un véhicule de la taille d’une Zoe, Leaf ou Fluence si! On ajoute à cela que le titre faisait davantage référence au fait que la Zoe était très handicapée par le fait… Lire la suite >>
wpDiscuz