Accueil Audi Essai Audi A3 Berline : malle dominante ?

Essai Audi A3 Berline : malle dominante ?

359
22
PARTAGER

Après les déclinaisons trois portes et Sportback, l’Audi A3 gagne un volume pour conquérir l’Amérique et la Chine. Est-elle capable de marcher aussi en Europe de l’Ouest alors même que les berlines compactes tricorps ne s’y vendent plus depuis fort longtemps ? Essayons d’y répondre avec un premier essai sur les routes de la Corse.

Se faire la malle en Europe, est-ce possible  ?

La marque aux anneaux vient de renouveler son A3 et continue de décliner sa gamme. Apparue d’abord en version trois portes, elle a ensuite gagné sa déclinaison Sportback et sa version S plus sportive. Pour 2013, elle s’offre encore deux autres versions avec l’arrivée du cabriolet –vu à Francfort– et, donc, cette nouvelle déclinaison quatre portes que nous attendions depuis la présentation d’un concept-car très proche de la série au salon de Genève 2011. Pas besoin d’être devin pour comprendre que l’objectif de cette version est prioritairement de partir à l’attaque du marché américain, où les berlines compactes à hayon relèvent de l’exception et où les autos à coffre -même compactes- marchent très bien commercialement. Pareil pour le marché chinois qui semble très compatible avec sa physionomie, sur un terrain très friand des berlines à coffre surtout lorsqu’elles ont beaucoup d’espace aux jambes à offrir aux passagers arrière.

Mais en Europe de l’ouest, la berline compacte de segment C à malle séparée est un créneau en veille depuis les Peugeot 306 berline et autres Renault Megane tricorps. Ce genre automobile ne s’y vend visiblement pas et ce ne sont pas les résultats de vente de la très anecdotique Renault Fluence ou des dernières Seat Toledo et Skoda Rapid quatre portes qui vont prouver le contraire. Mais dans le monde merveilleux du constructeur premium allemand, on semble à nouveau y croire : Mercedes a déjà lancé sa très agressive CLA et Audi présente à son tour une berline compacte tricorps de segment C sur notre marché. D’après la marque aux anneaux, l’offre doit pouvoir créer la demande à condition que les produits proposés soient suffisamment crédibles.

La malle est-elle l’ennemi du bien ?

Sûr que si Audi et Mercedes s’étaient contentés de greffer simplement une malle à leurs A3 et autres Classe A, le résultat esthétique et commercial aurait envoyé à coup sûr la berline tricorps compacte aux oubliettes sur notre marché. Mais cette fois, les marques ont semble-t-il bien préparé leur coup. Vous trouvez que cette A3 berline ressemble à l’A3 Sportback ? Oui bon d’accord, de toute façon toutes les Audi se ressemblent toutes entre elles depuis des années. Mais comme entre la CLA et la Classe A (qui restent elles aussi très proches d’un point de vue esthétique), les deux autos se différencient assez nettement si on les observent dans le détail.

La nouvelle A3 berline repose évidemment sur la sacro-sainte base MQB et son empattement est identique à celui de l’A3 Sportback. Mais esthétiquement, seul les optiques avant, la calandre et les rétroviseurs sont repris tels quels. Tout le reste a été retravaillé pour intégrer correctement la malle à l’auto et lui offrir une allure en phase avec ses prétentions premium. Du dessin de la face avant jusqu’à celui de la poupe et des lignes de profil, tout a été repris pour offrir un peu plus qu’une dégaine de sac à dos sur une A3. Et il faut bien admettre en l’observant que le travail n’a pas été vain : d’apparence plus trapue qu’une A4, elle ne montre pas moins équilibrée dans les proportions. Plus fraîche, elle s’autorise une petite dose d’agressivité munie de ses appendices S-Line mais reste plus sobre que la Mercedes CLA, qui en fait volontairement des tonnes sur certaines finitions. Entre ces deux-là, ce sera comme d’habitude une question de goût et même si la CLA fera certainement tourner beaucoup plus de têtes, je me demande personnellement si le profil de l’A3 n’est pas plus équilibré que celui de la CLA, trop « tombant » au niveau du capot et du coffre à mon goût. L’appréciation n’est certes pas évidente sans pouvoir mettre les deux autos côte à côte.

Si vous rentrez à l’intérieur, vous aurez le plaisir de retrouver la planche de bord de l’A3. Toujours aussi épurée et pauvre en boutons, elle tranche radicalement avec celle d’une A4. Évidemment, il n’y a pas autant d’espace à bord puisqu’on retrouve un habitacle à peu près identique à celui de l’A3 Sportback avec pour seule différence une garde au toit relativement limitée aux places arrières. Sur ce plan, l’A3 berline est tout de même nettement plus habitable que la CLA qui sacrifie beaucoup d’espace arrière sur l’autel de l’extravagance stylistique. Et comme l’A3 berline est plus longue que la Sportback, elle gagne en coffre avec 45 litres en plus par rapport à la Sportback.

Franchement dynamique

Nous avons essayé cette nouvelle A3 berline en traction, avec le 2,0 litres TDI de 150 chevaux accouplé à une boite manuelle six vitesses et le TFSI de 180 chevaux accouplé à sa boite double embrayage. Dans les deux cas, l’amortissement offre un compromis intéressant, ferme mais pas inconfortable sur les chaussées parfois abîmées de l’Ile de beauté. Mais plus que l’amortissement, c’est le comportement dynamique de l’auto qui étonne franchement : en version traction, impossible de mettre à mal la motricité du train avant sur les petites routes du nord de la Corse, même en brutalisant l’auto exagérément. La monte pneumatique de nos versions à grosses jantes (chaussées de ContiSport Contact 5) aide sans doute : le niveau de grip de cette auto est sincèrement impressionnant et vous vous retrouvez vite à adopter un rythme de spéciale de rallye même avec le TDI. Entre la direction et les mouvements très maîtrisés du châssis, le ressenti est tellement direct que vous arrivez à prendre un plaisir fou sur une berline familiale pas si fortement motorisée. Curieusement, j’ai eu l’impression que le comportement -toujours aussi neutre- était encore meilleur que sur la Sportback. Une S3 berline étant également au programme à l’avenir, la formule sportive devrait parfaitement lui convenir. En attendant une version RS ?

Chère, mais mieux qu’une A4 ?

Avec 550 euros de plus à version égale par rapport à l’A3 Sportback, l’A3 berline ne se montre pas particulièrement bon marché. Comme d’habitude, les équipements sont pour la plupart facturés assez cher et l’A3 berline inaugure quelques options de pointe comme la 4G à bord, comme sur la grande A8 restylée. Comptez sur un prix d’appel de 28 450 euros pour le petit bloc essence de 122 chevaux et 31 000 au minimum sur le TDI 150. Mais si vous êtes prêt à vous contenter d’un espace à bord un peu moins important que dans une berline du segment D, cette A3 berline se montre finalement plus attractive que la vieillissante A4 surtout si vous prenez parfois un peu de temps pour vous régaler à conduire sur une belle route plus ou moins sinueuse. Vous y gagnerez aussi un peu en consommation grâce au poids assez contenu de l’auto (+15 kilos par rapport à la Sportback) et ses blocs qui bénéficient des derniers niveaux d’évolution de la marque.

Dans tous les cas, il sera intéressant d’observer les chiffres de vente de cette A3 berline en France, comme ceux de la Mercedes CLA. Le marché est-il à nouveau prêt pour les berlines compactes à coffre ? Peut-il s’en vendre autant que des berlines du segment supérieur ?

Lire également:
Essai Audi A3 2012 : 3ème (ré)génération

+Comportement dynamique vraiment étonnant
Compromis d’amortissement
Consommation raisonnable
Espace à bord inévitablement en retrait face à une berline du segment D

 

Caractéristiques (TDI 150)
Moteur
Type et implantation4 cylindres
Injection directe
Common rail
Transversal avant
Cylindrée1968 cm3
Puissance150 ch (110 kW) à 3500 tr/mn
Couple320 Nm a 1750 tr/mn
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesManuelle à 6 rapports
Châssis
Suspension avantRoues indépendantes type MacPherson
Suspension arrièreMultibras
DirectionAssistée électrique à crémaillère
FreinsDisques ventilés (AV) pleins (AR)
Jantes et pneusAlliage – 225/45 R17
Performances
Vitesse maximale220 km/h
0 à 100 km/h8,7 s.
Consommation
Cycle urbain5,2 l/100 km
Cycle extra-urbain3,5 l/100 km
Cycle mixte4,1 l/100 km
CO2107 g/km
Dimensions
Longueur4 456 mm
Largeur1 796 mm
Hauteur1 416 mm
Empattement2 637 mm
Volume de coffre425 l.
Réservoir50 l.
Masse à vide1 390 kg
Franchissement
Angle d’attaque et de sortie24,2° et 26,9°
Angle de dévers maximum45°
Garde au sol170 mm
Pente gravie44,19°

[zenphotopress album=15488 sort=random number=15]

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Essai Audi A3 Berline : malle dominante ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Tom
Invité

Tiens une Mondéo? Ah non pardon c’est une golf déguisée.

Pat
Invité

Tiens un essai d’un modèle du groupe VAG sur le blogauto !
Quelle surprise !

Raph
Invité

Tiens deux trolls de base sur le blogauto !
Quelle surprise !

seb92
Invité

Maria de villota est morte ce matin et pas un article sur lba!!

beniot9888
Invité

Je trouve cette A3 berline plus belle que les 3 et 5 portes. Et plus belle que la CLA, qui manque de sobriété à mon goût.

Par contre, intérieurement, c’est toujours la planche de bord playmobil (en style, pas en finition je suppose) et je n’aime pas.

Membre

c’est sur qu’elle est élégante, mais aussi terriblement sans surprise ! Un problème que la cla n’a pas, au moins

Panama
Invité

Une bien belle auto. Le coffre est plus grand que dans une sportback. Et on ne va pas chez Ikea tous les WE

greg
Invité

Moi c´est l´inverse, c´est l´intérieur que j´adore.
Epuré et classe.
A l´inverse d´une 308 qui en fait trop dans la simplification.

Raph
Invité

J’espère sincèrement que celui qui ce paie une Audi neuve ne se meuble pas en Ikea, ou alors faudrait qu’Il revoit ses priorités dans la vie.

panama
Invité

@Raph : toutes mes salles de bain et cuisine sont en Ikea. Mais j’ai des meubles XVIIIème (du vrai du bon) dans mon salon

leelabradaauto
Invité

Rien n’est parfait sur la terre, mais cette auto est plus agréable de la sorte qu’en version break qu’on voit partout ici.
Elle ressemble bien à une audi actuelle. C’est moi qui suis « kitch » parce que je préfère une auto tri-corps que les petits break comme les golf ou autres

CK
Invité

J’ai beaucoup de mal avec le dessin de l’arrière. Ca sent la droiture, la rigueur et l’austérité allemande.

wpDiscuz