Accueil Actualités Entreprise Gumpert : cette fois, ça sent vraiment la fin

Gumpert : cette fois, ça sent vraiment la fin

38
7
PARTAGER

Le business model des petits artisans automobiles s’effrite… Et les passionnés ne pouvant plus tirer leur épingle du jeu sur un plan économique mettent tout à tour la clef sous la porte. Alors que Wiesmann vient de déposer son bilan, être placé en redressement judiciaire et s’échine à nouer des partenariats, un autre artisan allemand semble très proche de la fin.

En novembre de l’an dernier, la société allemande reprenait son activité et se relançait après que l’administrateur judiciaire en charge du dossier eût donné son accord. Gumpert Sportwagenmanufaktur GmbH, Gumpert plus simplement, se fendait alors d’un petit communiqué de presse se félicitant de l’arrivée d’un investisseur. Et en promettait même déjà bien plus (souvenez-vous).

Finalement l’accalmie fut de très courte durée. Cet investisseur mystérieux n’aurait finalement pas injecté les deniers promis comme l’aurait souligné l’administrateur suivant le dossier, Görge Scheid. Conséquence : Gumpert entre en processus de faillite.

Un dépôt de bilan se traduisant par une vingtaine de salariés sur le carreau et une ardoise proche des deux millions d’euros. On voit désormais très mal comment Roland Gumpert réussirait à éviter l’inévitable et la disparition du jeune constructeur. De quoi malheureusement déjà acter un épilogue à la Melkus ou Artega.

A lire également. Genève 2013 live : Gumpert Apollo S.

Source : T-Online via Worldcarfans.

Crédit illustration : le blog auto.

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Gumpert : cette fois, ça sent vraiment la fin"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
DarkKane
Invité

Quand on voit les personnalisations et l’implication de groupes colossaux dans certaines petites structures, il est fort logique que les indépendants seront de plus en plus soumis à des soucis.
J’espère seulement que certaines marques aux ressources actuelles limitées ne vont pas disparaître. Je pense notamment à ASTON MARTIN. La marque serait tellement bien chez BMW…

Frederic.E
Invité

Aston vient de signer avec Mercedes Benz /AMG 😉

Dam'
Invité

Faut arrêter de dire que ca va mal pour les petits artisans!
Ce n’est pas un problème de marché, la demande pour ce genre de véhicule existe, mais des constructeurs comme Pagani et Koenigsegg ont placé la barre très très haute, et quand on voit la qualité de finition d’une Gumpert et les choix techniques…

DiZeL
Membre

Je dis plutôt que ça a toujours été mal pour les petits artisans. TVR, Marcos, PGO… ils ont tous eu une histoire chaotique avec multiples rachats et dépôts de bilan.

Le seul (à ma connaissance) a avoir eu une histoire limpide et une production ininterrompue c’est Morgan.

PL
Invité

+ 1
je pense comme toi au crach de TVR. Il faut avoir en ce moment les reins solides en matière de trésorerie pour tenir le coup en attendant que la crise passe. Car pour toutes ces petites strcutures, la première erreur ou malchance et ça casse.
Pour ce qui est de Morgan, ils ont su occuper avec réussiteune niche dont personne ne voulait .

Dam'
Invité

Oui pour ces petits artisans, qui s’attaquent plus ou moins frontalement à des grands constructeurs, mais je parlais de Gumpert qui s’attaque aux « supercars » sans en avoir les moyens, d’ailleurs beaucoup s’y sont cassé les dents, mais ceux qui y arrivent n’ont pas de problème de trésorerie…

CaptainBigleux
Invité

pour réussir dans l’automobile même à petite échelle, il faut au minimum :
1- produit attractif pour sa cible
2- Une homologation européenne (voire mondiale)
3- Un réseau qui permet de couvrir convenablement le territoire ciblé.

Le point 1 est souvent le point fort des artisans, car ils proposent quelque chose d’exotique, qui se différencie de la production de masse. Même si le prix et la qualité ne sont pas des plus compétitifs

Par contre le 2- et 3- demande un gros investissement financier, que très peu ont réussi à mettre en place.

wpDiscuz