Accueil Essais Galop d’essai : Mansory Siracusa Monaco Edition

Galop d’essai : Mansory Siracusa Monaco Edition

117
19
PARTAGER

Monaco, capitale de tous les luxes, synonyme de richesse, de raffinement et de rêve. Un autre monde où l’argent coule à flot à travers les ancres des plus gros yacht, les aiguilles de montres hors de prix ou celles des compte tours des supercars les plus exclusives. Chaque année, cette effervescence retrouve son heure de gloire au sein du Grimaldi Forum durant le Top Marques Monaco, un véritable salon de jouet pour milliardaires où les artisans, constructeurs et préparateurs de renom exposent leurs dernières créations. Mansory, un habitué du rendez-vous monégasque, a même poussé l’hommage jusqu’au bout avec la Siracusa Monaco Edition. Grâce à la société AAA Luxury, spécialisée dans la location de voitures de prestige, nous avons eu le privilège de prendre les commandes d’un des trois exemplaires au monde. Gentlemen, start your engine !

Style et équipement :
Version décapsulée du coupé, la Siracusa Monaco Edition reprend élément pour élément le même kit carrosserie. La Ferrari 458 Spider accueille ainsi un nouveau bouclier rappelant vaguement celui de la Ferrari Enzo : le nez plongeant vient former trois entrées d’air distinctes, encadrées par des écopes en carbone et soutenues par une lame moulée dans le même matériau. La fibre se retrouve également sur les ailettes situées au dessus des roues avant, sur les rétroviseurs, sur les montants ou sur les bas de caisse nervurés. A l’arrière, même combat. Les trois sorties d’échappement centrales en hommage à la F40 disparaissent au profit de deux embouts carrés et d’un diffuseurs proéminent. Pour finir, l’ensemble repose sur une caisse abaissée de 20 mm et des jantes de 20 pouces à l’avant et de 21 pouces à l’arrière. Ce cocktail détonnant permet de faire baisser le poids de l’engin à 1 475 kg, soit 60 kg de moins qu’une version de série, et permettrait d’augmenter l’appui aérodynamiques à haute vitesse. La démarche est louable mais mérite-elle pour autant une chirurgie esthétique aussi poussée ? Une affaire de goût, mais force est de constater que Mansory a fait de grands progrès dans le tissage de la fibre magique.

A l’intérieur on retrouve les habituels ingrédients qui font l’essence de ces préparations : le cuir cousu en diamant pousse aux quatre coins de l’habitacle et la fibre de carbone habille les contre-portes, le volant, la planche de bord ou la console centrale basse. Hommage à Monaco oblige, cette série limitée affiche fièrement les couleurs de la principauté avec des touches de blanc et de rouge. Passé outre ces aspects stylistiques, la finition répond aux exigences de l’artisanat et on se sent bien à bord de la 458 Spider : les passagers sont à l’aise dans les sièges Daytona, la position de conduite frise la perfection et les grandes palettes tombent directement sous les mains. Seul ce volant à l’ergonomie détestable vient entacher le tableau. Toutes les commandes liées aux clignotants, aux feux de route, à la suspension, aux réglages de boite ou aux essuie-glace se retrouvent au centre du cerceau. Cela fait beaucoup pour nos deux pouces et forcément, ces touches ont la mauvaise idée de tourner avec le volant !

Au volant :
Avoir une Ferrari entre les mains dans un écrin comme celui de la principauté monégasque met tout de suite dans l’ambiance. Hélas, le ciel grisâtre, la circulation et le peu de temps que nous avions pour cette prise en main n’ont pas laissé d’échappatoire à notre conscience professionnelle : ni une ni deux, la main droite se dirige automatiquement sur le manettino pour sélectionner le mode Race. Nous aurions pu laisser la Siracusa travailler toute seule à travers les rues, il paraît qu’elle fait très bien son boulot, mais… on n’a qu’une vie, non ? Passé les encombrements, la première portion vide s’ouvre à nous et, ironie du sort, c’est un tunnel. Nous lançons la voiture lentement jusqu’au régime du couple maximal puis on appuie en essayant d’aller chercher la zone rouge. Ce qui se passe à bord de cette voiture de 6 000 à 9 000 tr/min est tout simplement indescriptible. Le moteur, dénué d’inertie, pousse continuellement et la sonorité devient explosive dès que les clapets actifs s’ouvrent. Quel son ! Mener la Siracusa au son nous ferait passer les rapports à 5 000 ou 6 000 tr/min. Et le plaisir auditif est encore plus prononcé au rétrogradage, quand l’aiguille remonte vers la zone rouge, dans un confort assez remarquable. Malgré la hausse de puissance, la boîte garde son tempérament d’origine et monte ou descend les rapports sans à-coup. Le principe de la boite à double embrayage n’est plus un mystère, mais le fonctionnement de l’unité F1 de chez Ferrari a toujours un arrière gout de magique, de surnaturel. Cet ensemble situé derrière notre dos nous pousse à répéter l’opération encore et encore, juste pour le plaisir. Sans rupture de couple, la voiture ne bouge pas, même lorsque l’on s’amuse avec la boite en virage.

Avec son régime à base de fibre de carbone et sa puissance relevée à 590 ch pour 560 Nm (ajout d’un nouveau filtre à air et d’une ligne d’échappement revue), la Ferrari 458 Spider gagne quelques dixième sur les exercices d’accélération. Ainsi, le 0-100 km/h est expédié en 3,2 secondes, soit le temps d’une Lamborghini Murcielago LP670 SV ou d’une Koenigsegg CCX-R. La vitesse maximale, donnée pour 330 km/h, permet de venir se ventouser au bouclier arrière de son ennemie première, la McLaren MP4-12C.

Après un court essai comme celui-ci, on se demande encore pourquoi certains propriétaires (spéculateurs ?) abandonnent leur(s) supercar(s) devant la porte de grands palaces. Certaines d’entres elles, comme la 458 Spider, méritent plutôt d’étaler leur potentiel sur les routes de l’arrière pays. Chose que nous aurions fait volontiers avec un peu de temps pour prendre toute la mesure de l’engin. C’est certain, nous n’avons aucun doute sur le travail des suspensions. Cependant, la garde au sol abaissée de 20 mm risque d’être un vrai problème pour le bouclier avant sur route dégradée.

Conclusion :
Par définition, l’essai d’une telle sportive est toujours trop rapide. Toutefois l’occasion a été suffisamment exceptionnelle pour appréhender la technologie de la Ferrari 458 Spider et l’originalité d’un engin mijoté à la sauce Mansory. Les quelques chevaux délivrés par le V8 4,5 l offrent un subtil supplément d’âme à un auto déjà extrême : nous avons contenu notre enthousiasme sur la pédale de droite lors de cette prise en main mais même à un rythme urbain, la 458 Spider dispose d’un scalpel en lieu et place d’une simple direction assistée et d’un ensemble moteur/boite au caractère particulièrement jouissif. Même le style discutable parvient à remplir sa mission, en dévissant la tête des badauds. A moins de s’appeler Brad Pitt, il n’y a sans doute rien de mieux pour se faire remarquer sur le Rocher.

Soit, la Mansory Siracusa Monaco Edition perpétue le rêve créé par la Ferrari 458 Spider et rehausse son niveau d’exclusivité. Mener un des trois exemplaires dans le monde, qui plus est à travers les rues de Monaco, n’a pas de prix. Ou presque, puisque la facture totale approche celle d’une Lamborghini Aventador, quand bien même il y en aurait un exemplaire sur le marché de l’occasion ! Pour les bourses légèrement plus modestes, AAA Luxury propose cet exemplaire à la location à partir de 3 000 € par jour. Définitivement un autre monde…

Mansory Siracusa Spider Monaco Edition
Moteur
Type et implantationV8 32 soupapes central arriËre
Cylindrée (cm3)4499
Puissance (ch) à tr/min590 à 9 000
Couple (Nm) à tr/min560 à 6 000
Puissance fiscale (cv)49
Transmission
Roues motricesRoues arrière
Boîte de vitesseRobotisée à double embrayage, 7 rapports
Châssis
Freins398x223x36 mm (av) et 360x233x32 mm (ar)
Jantes et pneus235/35 ZR 20 (av) et 305/30 ZR 21 (ar)
Performances
Vitesse maximale330 km/h
0 à 100 km/h3,2 s
Consommation
Cycle mixte11,8 l/100km
CO2275 g/km
Dimensions
Longueur4527 mm
Largeur1 937 mm
Hauteur1 211 mm
Empattement2 650 mm
Voies AV / AR1 672 mm
Volume de coffre1 606 mm
Réservoir86 l
Poids en ordre de marche1 535 kg

La galerie de cet essai (Crédit photo : Joris Clerc et Soufyane Benhammouda/Leblogauto) :
[zenphotopress album=15078 sort=random number=4]

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "Galop d’essai : Mansory Siracusa Monaco Edition"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Manchu
Invité

Même remarque qu’à chaque fois: qu’on les pende haut et court.

Edonis V12
Invité

ça se vend Mansory?

Chelmi
Invité

Shame on u !

nicolas
Invité

Quand je vois le massacre de certains tuner, je suis sur que la revente doit faire tres mal au portefeuille si deja il existe des acheteus pour ce genre d horreur

pedro
Invité

« Monaco, capitale de tous les luxes, synonyme de richesse, de raffinement. »
Un mot est un intrut dans cette phrase, sauras-tu le retrouver?

Monaco si on est milliardaire russe OK c’est raffine, voire un symbole d’elegance et de finesse. Pour le reste c’est du bling bling avec de l’argent jete, que dis-je, vomi dans tous les sens… Si pisser dans un sac Vuitton entre deux Bentley Tunnees c’est classe alors evidemment je comprends le synonyme.

John
Invité

+1

« Tu peux pas comprendre parce que t’es pas un nouveau riche, un parvenu ou un riche héritier… » (fin du pseudo trollage mal imité)

wpDiscuz