8 réponses
  1. Ezy
    Ezy à |

    Le commençement de la fin….

    Répondre
  2. Xav
    Xav à |

    Tesla survit grâce aux fonds gouvernementaux,
    L’état a injecté en masse et pas qu’une fois !

    Répondre
    1. tator
      tator à |

      aucun rapport

    2. François
      François à |

      Tesla a reçu des fonds gouvernementaux mais a surtout le soutien de Toyota, Daimler et panasonic, pas de petites entreprises à deux balles.
      Il faut aussi ajouter une expertise que n’ont pas les Fisker, Coda et autres, Tesla en est à sa deuxième génération de VE, les autres en sont à peine à la première et encore, ça rame le plus souvent.

  3. tator
    tator à |

    C’était courru d’avance. C’était tellement drôle d’entendre que l’essort des véhicules électriques passe par les stations d’échanges de batteries. Que d’inepties lues sur les blogs, que d’inepties relayées par la presse…
    Le cas d’école du business case voué à l’échec.

    Répondre
  4. andbou29
    andbou29 à |

    La stratégie de Tesla est claire : devenir le premier constructeur mondial de voitures électriques et il est en passe de le devenir : son carnet de réservation est plein.
    De plus il installe aux états unis des superchargeurs et doit en installer partout en Europe à partir de 2014.Au départ bien sur Tesla a eu besoin de subventions mais va commencer à faire des bénéfices dès cette année : alors parions d’un avenir prometteur pour cette toute nouvelle marque.

    Répondre
  5. pedro
    pedro à |

    Combine classique…
    A combien les indemnites de depart? Decrocher un jack pot en 3 mois de cafe en reunion pipeau devant de jolis power point, pas mal….

    Répondre
  6. Roger PlanetWatcher
    Roger PlanetWatcher à |

    LA-MEN-TA-BLE…

    Je rejoins totalement le commentaire de Pedro… Tout cela n’est qu’une boîte de « copains-coquins » dont l’ultime but était de faire une IPO (intro en bourse) à New York, et tondre le maximum de petits porteurs afin de rembourser rapidos les usual suspects, HSBC & co., qui encouragent ce genre de montage, puis de s’acheter quelques Yachts et autres babioles avant de déposer le bilan bien nantis et recommencer quelques années plus tard…

    Ce modèle a fait ses preuves depuis les années 90, mais d’une part, les « tondus » finissent par s’en souvenir, et d’autre part, la crise est là… Donc, là, le partage des dépouilles se fait plutôt sur l’argent des banques « mezzanines », sans oublier de se partager bien sûr les quelques dizaines de millions d’euros que la Banque Centrale Européenne a bien voulu donner aux dits copains…

    Si Ghosn n’avait pas commis l’incroyable erreur de jugement de tomber dans le panneau, il y a longtemps que ce « gag » serait terminé… Mais Carlos ne doit pas se plaindre : sous couvert du développement de la Fluence – un VE de facto mort-né – et de l’accord Better Place, il a quand même décroché quelques centaines de millions d’euros entre Bercy, le FSI…

    Le scandale des avions renifleurs à coté ferait presque pitié…

    Répondre
Poster un commentaire