Accueil 4x4 Essai Fiat Panda 4×4 : Chérie, j’ai rétréci la Jeep

Essai Fiat Panda 4×4 : Chérie, j’ai rétréci la Jeep

696
36
PARTAGER

Un matin de juin 1983, Fiat lève le voile sur un tout nouveau modèle : la Fiat Panda 4×4, pionnière du mélange improbable de citadine et d’engin de franchissement. Trente ans après, la firme italienne réédite son icône, indissociable de la gamme Panda. Stylistiquement plus moderne, elle annonce également de nouvelles solutions mécaniques. Alors véritable tout-terrain digne de son aïeul ou simple citadine surélevée à la mode ? Le blog auto est allé arpenter les routes enneigées des Vosges pour répondre à la question.

Le style :
La recette stylistique utilisée sur la Fiat Panda 4×4 est sans surprise. L’intérieur ne bouge pas et les habitués de cette nouvelle génération retrouverons donc le thème « carrond », les rangements disposés ici et là et les plastiques extrêmement sensibles aux salissures et rayures. Au rayon équipement, le 4×4 reprend la finition Lounge de la Panda classique, avec entre autre la direction Dualdrive, la climatisation ou l’autoradio CD MP3 avec 6 haut-parleurs. Notre version d’essai était équipée en plus du pack modularité (500 €), du volant et du pommeau gaînés de cuir (200 €), de la climatisation automatique (400 €) et du système Blue&Me (300 €), entre autres.

La citadine récupère également les traits rondouillards inaugurés par la troisième génération mais s’agrémente d’un kit carrosserie qui annonce la couleur : de la proue jusqu’à la poupe, elle reçoit des éléments en plastique noir et des protections métalliques sous la caisse. Surélevée de 4,7 cm (pour une garde au sol de 16 cm), elle inaugure deux teintes inédites, l’Orange Sicile et le Vert Toscane très militaire qui n’aurait rien à envier à la robe d’un Hummer.

Le comportement routier :
La comparaison prête à sourire mais il n’en demeure pas moins que la Fiat Panda 4×4 n’a pas à rougir face à des tout-terrains bien plus gros. On n’imagine pas forcément la transalpine sur les terrains les plus hostiles du globe, mais on aurait tort de la sous-estimer. Sur des pistes comme celles du Geoparc près de Nancy, son petit gabarit et ses capacités l’emmènent à se sortir de toutes les situations, ce que savent bien les montagnards et les professionnels hors du bitume fidèles clients de la Panda Quat’quat’. Loin du simple système à crabot de sa devancière vieille de 30 ans, la nouvelle Panda 4×4 s’équipe de l’ELD : activable sous 50 km/h, cette variant de l’ESP désactive l’antipatinage et simule l’action d’un autobloquant mécanique en freinant la roue arrière en perte d’adhérence. Associée au bloc diesel de 190 Nm de couple à 1 500 tr/min (moins vif que l’essence), et à son angle d’attaque et de fuite de 21° et 36° respectivement, la citadine absorbe sans sourciller des pentes jusqu’à 70 % et des devers de 55 %. Notons juste que malgré sa boite 5 conventionnelle, la version diesel se montre plus à l’aise hors des sentiers battus que la déclinaison essence dotée d’une boite 6 avec la première vitesse courte.

Sur les routes enneigées, le tout-terrain fait appel à un nouveau visco-coupleur hydraulique placé sur l’arbre de transmission et géré par une centrale électronique : dès que la vitesse de rotation des roues diffère entre essieux avant et arrière, la pompe à huile actionne les disques d’embrayage pour passer à la transmission intégrale. En terme de confort, l’opération est imperceptible. En revanche, il ne faudra que quelques secondes pour sentir la voiture se remettre sur l’axe en cas de sous-virage ou sur-virage. Avec les pneus M+S de série (des Continental Crosscontact Winter), même les moins à l’aise en conduite sur neige se sentiront en sécurité à son volant.

Lorsque la chaussée est déneigée, la Fiat Panda 4×4 va jusqu’à améliorer légèrement le comportement de la version classique : si la fée électronique veille constamment au grain, le centre de gravité plus bas et la suspension spécifique un peu plus ferme permettent d’enfiler les virages comme des perles sur un collier. Ce n’est pas un kart, mais avouons que cela pourrait être pire avec ce genre de véhicule. C’est alors que nous regretterons une motorisation plus vigoureuse, même si le 1,3 l Multijet 2 diesel de 75 ch et 190 Nm ne manque pas de pêche pour entreprendre des dépassements, dans un concert de claquements caractéristiques à 130 km/h. En revanche, la version 0,9 l TwinAir essence de 85 ch et 145 Nm est encore plus bruyante sur autoroute. Avec sa fâcheuse tendance à vibrer sur ses silent blocs en bas du compte-tours et son bruit de crécelle, cette version donne l’impression de conduire une antique Fiat refroidie par air. Avis aux nostalgiques.

Conclusion :
Avec le travail effectué sur la gestion électronique et mécanique de la transmission intégrale, la Fiat Panda 4×4 affiche des prestations de premier ordre en tout-terrain, sans détériorer le comportement et le confort d’une version classique sur le bitume. Nous pourrions juste regretter l’absence de mécaniques plus puissantes et surtout moins bruyantes, mais qui, pour des raisons de coût, ne verrons sans doute jamais le jour sous son capot : disponible à partir de 15 990 € avec le 0,9 l TwinAir essence et 16 840 € avec le 1,3 l Multijet diesel, la Fiat Panda 4×4 vient se frotter dangereusement au Dacia Duster, plus puissant et plus habitable. Toutefois, Fiat proposera à partir du mois prochain une déclinaison Pop sans climatisation et radio-CD à un tarif qui débutera à partir de 14 690 €.

En attendant, la Panda se décline également en version Trekking à deux roues motrices : reprenant tous les gimmicks stylistiques du 4×4, la Trekking se passe de la transmission intégrale mais hérite de la fonction Traction+ qui, jusqu’à 30 km/h, simule le comportement d’un différentiel autobloquant et améliore sensiblement la motricité. Mais pour 1 500 € d’économie, il serait dommage de se passer des quatre roues motrices tant la Fiat Panda 4×4 se montre à l’aise en ville comme à la montagne, d’autant plus qu’elle n’est soumise à aucun malus écologique. Cette troisième génération est bien la digne héritière de l’initiatrice du nom et annonce un nouveau succès commercial !

+Véritables capacités de franchissement
Look de baroudeur
Comportement routier
Motorisation diesel plus à l’aise en tout-terrain
Manque de moteurs plus puissants
Motorisations bruyantes
Près de 2 500 € plus chère qu’une Panda Lounge

Gamme et prix
Trekking4×4
0,9l TwinAir essence14 490€15 990€
1,3l Multijet diesel15 340€16 840€

Caractéristiques
0,9l TwinAir essence1,3l Multijet diesel
Moteur
Type et implantation2 cylindres en ligne4 cylindres en ligne
Cylindrée (cm3)8751248
Puissance (ch) à tr/min85 à 550075 à 4000
Puissance fiscale54
Couple (Nm) à tr/min145 à 1900190 à 1500
Distributionchaîne
Transmission
Roues motricesIntégrale automatique,
coupleur hydraulique et deux différentiels
Boîte de vitessemanuelle
Châssis
Suspension AVRoues indépendantes de type McPherson
Suspension ARInterconnectée via pont de torsion
DirectionA pignon et crémaillère, assistée électrique
FreinsDisque 257×22 (avant) et 240×11 (arrière)
Jantes et pneus175/65 R 15 84 T
Performances
Vitesse maximale166 km/h159 km/h
0 à 100 km/h12,1 s14,5 s
Consommation
Cycle urbain5,9 l/100km5,1 l/100km
Cycle extra-urbain4,3 l/100km4,6 l/100km
Cycle mixte4,9 l/100km4,7 l/100km
CO2114 g CO2/km125 g CO2/km
Angles admissibles
Attaque / sortie / ventral21° / 36° / 20°
Dimensions
Longueur3686 mm
Largeur1882 mm (avec rétroviseurs)
Hauteur1605 mm
Empattement2300 mm
Voies AV / AR1411 mm / 1408 mm
Volume de coffre225 dm3
Réservoir35 l
Poids en ordre de marche1050 kg1150 kg

La galerie complète de cet essai (Crédit photo : Soufyane Benhammouda/Leblogauto) :
[zenphotopress album=14376 sort=random number=5]

Poster un Commentaire

36 Commentaires sur "Essai Fiat Panda 4×4 : Chérie, j’ai rétréci la Jeep"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Bruce
Invité
Super panda est de retour 😉 Un véritable petit mais costaud 4*4 .. Un petit bijoux de technologie ..la panda passe la ou d autre trépasse .. Propulsée par un moteur diesel sobre et efficaces ..le meilleur choix s avèrerait le nouveaux bycilindre twinair air de 85 ch !! Eh oui ce petit bout de moteur qui fait école dans les bureaux d étude ..donne un comportent plus vif est plus écologique à la super panda ..:-) En résumé ..cette panda de l extrême offre une adhérence sur neige ..boue et pluie …crapahute comme un jeep ..consomme comme un moineau… Lire la suite >>
wizz
Membre

http://www.automobile-sportive.com/guide/peugeot/106rallye.php

La Peugeot 106 rallye met 9.3 secondes pour faire le 0-100km/h, pas en 12.1 sec comme ici…

En revanche, tu aurais pu dire que cette Panda accélère comme une….Fiat Multipla, en 12.9 secondes, la plus « belle voiture du monde »

pousky
Invité

Bravo à Fiat pour perpétuer cette icone ! Qui a une vraie clientèle

bcbg
Invité

Aucun intérêt, limite ridicule

pousky
Invité

Autant que ton commentaire.

ok
Invité

Non non commentaire bien plus nulle que la voiture.
En passant j’aime beaucoup l’article qui cherche a dire du mal d’une bonne voiture parce que c’est une Fiat…

pousky
Invité

Dans le Jura, j’en vois quelques unes de ces Panda 4×4.
Au lieu d’acheter une petite classique, les gens achètent ça, agriculteurs, éleveurs, promeneurs des fôrets, gens de tous les jours pour l’hiver.
Moi j’aime aller aux champignons, me poser par ci et là pour partir en raquette à neige, à VTT en bordure de forêt loin de chez moi, alors oui je pense qu’elle serait plus utile pour vadrouiller que ma 207.

grez
Invité

Dire que l’intérieur ne bouge pas alors que le tableau de bord est inédit, je comprends pas…

greg
Invité

Cela dépend ce que tu appelle inédit…Ce sont juste les couleurs qui changent.

Moyen
Invité

Oui je suis de ton avis. Il n’y aucun rapport avec l’ancienne. Sauf peut-être le levier de vitesse qui est resté en haut. Pour le reste l’intégralité de la console a été revue. Dire que « l’intérieur ne bouge pas »…. Moyen

greg
Invité

Toutafé, j’avoue que je ne comprend pas les commentaires…L’article fait bien une comparaison avec l’actuelle Panda!

wpDiscuz