Accueil F3 F2 et F3 Italia baissent le rideau

F2 et F3 Italia baissent le rideau

12
1
PARTAGER

La crise économique européenne déteint sur le sport auto. Il y a moins de sponsor, moins de constructeurs, donc moins de pilote. Les championnats les plus fragiles sont menacés. Quasi-simultanément, les championnats de F2 et de F3 Italienne ont annoncé leur arrêt. Notez que la Star Mazda est également en suspens; l’Indycar est censé nous annoncer des bonnes nouvelles pour « bientôt ».

F2

En 1998, Jonathan Palmer s’associe avec Audi et crée la Formula Palmer. Les pilotes courent sur des pseudos-F3 Van Diemen toutes identiques et toutes gérées par l’organisateur MSV (la société de Palmer.)
Audi se retire et Palmer lance la F2, en 2009. Il s’agit peu ou proue d’une extension européenne de la FP (qui continuera jusqu’en 2010.) Le but est d’attirer les pilotes n’ayant pas les moyens d’aller en GP2 et les gentlemen-drivers. Là encore, toutes les voitures sont gérées par MSV.

Le nom de « F2 » est censé être évocateur. Force est de constater que la F2 n’a jamais « mordu ». La FR3.5 (plus pro) et l’Auto GP (au concept identique) marchent sur ses plates-bandes.
En 2012, un nouveau châssis, le JPH1B entre en piste, sans relancer l’intérêt. L’arrivée du Chinois « David » Zhu et du Zimbabwéen Axcil Jefferies ne mobilisent pas davantage. En fait, seuls Luciano Bachetta (futur champion) et les Suisses Mathéo Tuscher et Christopher Zanella jouent réellement le titre. Les autres font plus ou moins de la figuration.

Palmer reconnait que c’est un échec. De toute façon, il a déjà un nouveau projet: la F4.

F3 Italia

Né en 1964, le championnat Italien est l’un des premiers a adopter le nom de « F3 ». Ensuite, il vit des hauts et des bas.

Le « haut », ce sont les années 75-90. L’Italie est alors au centre du sport automobile. De nombreux champions de F3 transalpins iront ensuite en F1 (cf. Riccardo Patrese, Elio de Angelis, Ivan Capelli, Nicola Larini, Gianni Morbidelli…) On y voit même des espoirs étrangers, comme Eddie Cheever ou Luis Perez-Sala…

Ensuite, c’est un passage à vide. Dommage collatéral de l’opération « main propre », les budgets se raréfient. Le niveau tombe et les recruteurs s’en désintéressent. Giancarlo Fisichella accède à la F1 grâce aux forceps de Giancarlo Minardi et Flavio Briatore. Les autres resteront à quai.

Dans les années 2000, l’Euro F3 l’achève. La F3 italienne n’est plus qu’un championnat « B », comme la F3 allemande.
En 2008, le championnat renait, sous l’impulsion de Fiat. Désormais, le motoriste italien est fournisseur unique du plateau. Pour autant, le niveau ne remonte toujours pas. Au point où Raffaele Marciello préfère rouler en Europe.

Fin 2012, l’ACI (fédération italienne) jette l’éponge. Elle préfère se concentrer sur la Formula Abarth. La F3 ATS fait les yeux doux aux ex-concurrents, notamment en acceptant les châssis Mygale et en organisant une épreuve en Italie. EuroInternational et Ghinzani ont déjà sauté le pas.
En filigrane, on devine aussi que Fiat réduit la voilure.

Crédits photos: F2 (photos 1 et 2) et ACI (photo 3)

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "F2 et F3 Italia baissent le rideau"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
STL
Invité
Le problème de tout ces championnats est leur coût prohibitif. Il m’a été rapporté que la formula palmer/F2 coûtait plus chère que la formule renault 2.0 sans pour autant en apporter plus. Il est à noter d’ailleurs que la formule renault 2.0 n’existe elle qu’au niveau européen, il n’existe plus de championnat par pays pour ces formules dont le coûts est devenu trop élevé. Personnellement, je suis avec interêt ce qui se fait en ce moment. Palmer fait la F4 en BRDC (UK): http://www.formula4.com/ . Il semble qu’en France, il y a ait une initiative proche dans l’esprit : la… Lire la suite >>
wpDiscuz