Accueil Essais Essai Seat Leon : le renouveau, suite

Essai Seat Leon : le renouveau, suite

94
32
PARTAGER

La condition du renouveau de Seat passe avant tout par le succès de sa nouvelle Ibiza récemment présentée mais l’autre vedette de la marque, la Leon, se doit également d’être performante. C’est à son tour de se relancer dans la bataille avec de nouveaux atouts. Marque souffrant le plus au sein du groupe Volkswagen en terme de chiffres, Seat espère bien replacer avantageusement sa compacte sur un segment C dominé par l’indélogeable Golf.

Vendue à plus de 1,2 millions d’exemplaires depuis 1999, la Leon se doit de bien faire, très bien même. La marque germano-espagnole entend lancer un nouveau modèle chaque trimestre et doubler les ventes de Leon d’ici à 2015. La troisième génération est une carte majeure dans la stratégie de rajeunissement de la marque.

Seat a investi plus 800 millions d’euros dans la production de sa nouvelle compacte, c’est dire la croyance que la marque a envers ce cru 2013 et pour l’instant les faits semblent lui donner raison à la vue du bon accueil obtenu lors du dernier Mondial de l’Automobile. La cible est claire, viser principalement les familles de 35 à 45 ans attirées par une voiture à l’allure sportive. Modèle entièrement nouveau, la Leon troisième génération est basée sur la plateforme MQB communes aux compactes du groupe Volkswagen mais se distingue de ses cousines d’Europe du Nord-Est par un traitement esthétique indéniablement Seat.

Comparée avec un athlète par ses géniteurs, la nouvelle Leon séduit par des lignes très cohérentes. Son regard souligné d’un LED est actuellement unique parmi les compactes du groupe. La Leon est la première à bénéficier de cette technologie, il s’agit là d’un petit cadeau de VW de laisser cet atout commercial à l’ibère.  La calandre trapézoïdale accueille le nouveau logo de la marque qui veut être symbole d’une nouvelle ère selon Marc de Laître, directeur de Seat France.

Le bas de ses flancs, légèrement creusé est surplombé par deux courbes viennent lui donner un côté dynamique indiscutable, même à l’arrêt. Les rétroviseurs, bien finis et également anguleux, respectent les codes stylistiques. A l’arrière, l’esprit sportif perdure avec des épaules fortes et des optiques tranchants. Notre modèle d’essai était équipé de la finition la plus dynamique, c’est à dire FR, qui s’installe au sommet de la gamme devant la première finition Leon, Référence et Style. Il faut avouer que dans ces premières finitions la Leon n’est pas vraiment la même, enlevez-lui ses pare-chocs avant/arrière spécifiques, la double sortie d’échappements chromée, les feux arrières à LED ou encore des jantes alliage 17 pouces et l’espagnole devient bien moins jolie à l’oeil…

Cette troisième génération perd 5 centimètres par rapport à la précédente itération, soit une longueur de 4,24 mètres, mais gagne 6 centimètres en empattement ce qui se ressent directement dans son comportement. Le coffre, quant à lui, est très convenable puisqu’il affiche la même capacité que la Golf, 380litres, soit un gain de 40 litres par rapport à la Leon deuxième génération.

Une fois installé à bord, l’intérieur plutôt austère de l’ancienne Leon est remplacé par une exécution plus à la page où l’on sent l’influence du savoir faire allemand. Légèrement et logiquement un cran en dessous de celui de la Golf, l’habitacle et plus précisément la console centrale, est orientée vers le conducteur, toute l’attention est centrée sur lui. « Le conducteur doit sentir qu’il fait corps avec la Leon » selon les termes d’Alejandro Mesonero-Romanos, responsable du design Seat. La présence de lignes horizontales domine l’atmosphère, les insertions des poignées de portes sont soignées et les plastiques moussés sont présents sur la plupart des éléments qui entourent le conducteur. Le niveau est clairement à la hausse. Reste que tout cela est très sérieux, trop peut-être, en contraste avec l’extérieur plus flamboyant.

Le mètre 84 de votre serviteur n’a aucune difficulté à se ranger à l’arrière. La position des passagers est bonne et il n’y a aucun souci pour s’imaginer à bord durant un long trajet, surtout avec cette sellerie cuir ou alcantara optionnelle facturée 500euros sur les sièges sport.

Sous le capot, quatre diesels, 1,6 TDI de 90 et 105ch, 2,0l de 150ch qui consomme en moyenne 4,1l/100km pour des émissions de CO2 établies à 106g/km et un puissant 1,8l TDI développant 184ch pour 380Nm de couple qui apparaitra quant à lui au cours de l’année 2013. L’offre de boîtes de vitesses est composée de la DSG automatique disponible avec les TDI 105 et 150 et TSI 105 et d’une boîte manuelle à 5 ou 6 rapports.

Côté essence TSI, cinq moteurs seront au catalogue, allant d’un 1,2l de 86 et 105ch à un 1,8l de 180ch et un 1,4l TSI de 122ch et 140ch. C’est ce dernier que nous avons pu essayer dans sa version 122ch sur les routes parfois sinueuses de Malaga. Il s’agit d’un bloc turbo à injection directe équipé du Start/Stop. Généreux dans ses premiers rapports grâce à ses 200Nm de couple, ses 122ch n’étaient cependant pas vraiment suffisants une fois arrivé haut dans les tours. Sa consommation calculée par le constructeur à 5,2l/100km demande une discipline de fer puisque nous avons obtenu une moyenne de 8l/100km sur plus de 150km parcourus sans attention particulière à ce point dans la conduite.

La Leon perd 90kg et gagne 15% en rigidité et ça se sent. Cette perte de poids est liée en partie à une structure, un moteur et des composants secondaires allégés. Son châssis plutôt léger lui octroie un bon comportement et la compacte ne sous-vire presque pas. L’assise est confortable sans être trop molle et les suspensions encaissent bien les aspérités de la route. La Leon ne se lasse pas de plonger dans les virages au contraire, sa direction bien calibrée en réclame encore et encore.

Les mots d’ordre de Seat sont Design et Technologie. L’espagnole se pare en conséquence d’un large écran de 5,8pouces (optionnel à 250euros dans les deux premiers niveaux de finition dans le pack Media System Plus) équipé d’un capteur de proximité, du Seat Sound System de dix haut-parleurs facturé 250euros, d’un détecteur de fatigue, de feux de routes intelligents ou d’un détecteur de marquage au sol.

A l’avenir, cette nouvelle Leon sera la première des deux autres générations à profiter de trois carrosseries différentes à savoir la version SC (3portes), ST (break) et celle d’aujourd’hui. Cette dernière est vendue 22 555euros et se positionne au milieu de la gamme moteur et équipements confondus. L’entrée de gamme sera le 1,2l TSI 86ch à 15 290euros quand la version la plus chère table, elle, à 26 990euros pour la motorisation 2,0l TDI 184ch en finition FR.

En quelques mots la nouvelle Leon est, plus que jamais, à prendre au sérieux. Plus originale et séduisante qu’une Golf, elle se positionne comme une allemande moins chère et au sang chaud. Seat entend bien être reconsidérée dans le groupe et cela passe par un succès des deux modèles phares qui sont l’Ibiza et la Leon. La Leon a tout compris, profitant à la fois de l’expérience germanique, de la nouvelle plateforme MQB et d’une identité espagnole affirmée, elle devient un compromis pas loin d’être idéal.

IMG_9457IMG_9452IMG_9453IMG_9459IMG_9455IMG_9464IMG_9451IMG_9428IMG_9429IMG_9431IMG_9433IMG_9445IMG_9444IMG_9437IMG_9434IMG_9512IMG_9514IMG_9515IMG_9516IMG_9527IMG_9525IMG_9522IMG_9531IMG_9532IMG_9533IMG_9537IMG_9547IMG_9542IMG_9541IMG_9539

Poster un Commentaire

32 Commentaires sur "Essai Seat Leon : le renouveau, suite"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
axsport92
Invité

Sympa la Mazda 3 !!!!

Verslefutur
Invité

C’est une insulte pour Mazda qui a tout de même plus d’originalité que ce rejeton Volkswagen.

Les anciennes Leon attiraient l’oeil, alors que celle-ci semble réservée aux retraités.

Daftintin76
Invité

Une grosse Ibiza en somme… Le style entre les deux modèles n’est pas assez distinct à mon goût… Mais ça va marcher c’est sur…

Ibiza
Invité
Très belle voiture meme si celle qu’elle remplace va me manquer ! J’adorerai l’avoir avec un TSI 140 ! Sinon pour la ressemblance avec l’Ibiza moi je préfère une gamme cohérente avec une identité, chaque un trouve ce qu’il veut selon la catégorie, tu prends une Ibiza c’est une citadine plus petite et moins confortable qu’une leon mais le style de la marque est là ! Sinon j’ai vu la dernière octavia, le blog auto est un peu a la traîne, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle est très réussi avec une finition intérieur au top d’ailleurs meilleur… Lire la suite >>
SAM
Invité
Audi et VW peuvent rester conservateurs dans leurs styles, ils sont emprisonnés par leurs images de solidité qui a force va les immobiliser. Les autos de Hyundaï et Kia ont renouvelé leur gamme avec des design assez sympas supervisé par un ancien de VAG. Hyundaï et Kia vendent deux compacts en Europe avec des chiffres de vente impressionnants…. VAG avec Skoda et Seat a la possibilité de concurrencer ces deux labels coréens. L’image de marque de Skoda, Seat, les prix sont comparables aux offensives de Kia et Hyundaï, ils ne leur manque que du style. VAG a la possibilité avec… Lire la suite >>
Seb
Invité

« Hyundaï et Kia » c’est quoi ces chinoiseries ? Je préfère encore acheter une Toyota !
Plastique de merde, entretien chère, voiture horrible sans notoriété quelconque, garde pas la cote, presque invendable omis quelques exceptions etc. Brrrr rien que de penser à rouler la dedans me donne froid dans le dos…

Fun
Invité

@ Seb :
As-tu seulement déjà posé tes fesses dans une coréenne avant de parler?
Je suis quasi certain que non.
Donc ton commentaire, c’est du vent.

Seb
Invité

@FUN : Ayant été vendeur chez Hyundai Ford Peugeot Vw Skoda et bm je pense connaitre mon sujet après comme on dit ya un c.. qui se lève chaque matin…
A bonne entendeur

SAM
Invité

Un François se cache-t-il derrière Seb, si non c’est le second concessionnaire BMW sur ce blog….

Au sinon, vous avez été concessionnaire Kia, il y a 5, 10 ou 15 ans car Kia maintenant c’est une gamme plus large que Seat, des autos fiables, des prix canons et des garanties importantes. Seat, Fiat, Chevrolet, Skoda (sauf en Allemagne et dans quelques pays de l’Est) souffrent fortement de cette concurrence coréenne, c’est une réalité pas un fantasme. Alors il y a le concessionnaire et les clients….

greg
Invité

@Seb:je pense que tu parles de toi. Les véhicules sortis dernièrement( nouvelle i30, i40) constituent un bon qualitatif de 2 générations.
Donc oui, tu dis une énorme connerie et tu ne sais pas de quoi tu parles…J´ajoute que j´ai souvent eu affaire à des vendeurs qui n´y connaissaient rien.

Seb
Invité
Non ni concessionnaire BMW ni ancien KIA 5/10/15/20 et encore moins François… Vous devriez consulter un spécialiste car vous devez avoir des problèmes de lecture ou de compréhension mon cher Sam. Cela dit je donnai juste mon point de vue en tant que pro de l’auto (j’ai quitté Hyundai il y’a 1an 1/2). Je comprends votre réaction bien française de critiquer tout ceux qui ne sont pas de votre avis (oui je suis Français aussi même si maintenant je vie dans un autre pays.) mais sachez que si la France va si mal ce n’est pas la faute à Nico… Lire la suite >>
SAM
Invité

On parle d’auto sur ce blog pas de politique…. Comme je dis il y a le professionnel et le consommateur et partout en Europe, les croissances à deux chiffres c’est Hyundaï et Kia pas Seat…. En espérant n’avoir pas à pousser la porte de l’une de vos concession!

patd'pau
Invité

@ seb
Je te crois quand tu dis que tu étais commercial car j’ai jamais vu un commercial auto qui sait de quoi il parle.
Le moment ou le commercial sait de quoi il parle c’est quand on lui demande -20% ou bien on va à la concurrence et qu’il est en fin d’année.
En gros le commercial français est agressif et nul en technique, nul en négo.

Bubbzy
Invité

Ah qu’est ce qu’on peut lire….

Je suis vendeur et personnellement certes ce SEB m’a tou l’air d’être une quiche…pour faire autant de marques c’est que tu n’es pas tres stable…autrement dit pas tres bon!!! si tu n’as pas trouvé ta place dans toutes ces marques c’est que…t’es pas un vendeur.

Mais par contre arretez de dire que tous les vendeurs sont des nazes, n’y connaissent rien en mecanique en automobilies et sont nuls en négo la généralisation c’est pas très bon…!!!

leelabradaauto
Invité

Elle a la dégaine d’une traction break ! – je n’aime pas ces bagnoles, donc R.A.S.

wpDiscuz