Accueil Constructeurs Essai Hyundai Genesis Coupé : le son et l’image

Essai Hyundai Genesis Coupé : le son et l’image

162
4
PARTAGER

Bouton Start pressé, le nouveau moteur de la Hyundai Genesis Coupé procure un premier plaisir. Un son brut, un son plein alors que l’aiguille du compte-tours vient à peine effleurer les 2 000 tours/minute, avant de se stabiliser au régime de ralenti. La suite est aussi envoûtante pour un véhicule qui montre la capacité de Hyundai de produire un tel coupé. La marque coréenne travaille son image et la travaille bien.

Un peu plus d’un an après sa commercialisation en France, le coupé Genesis change de forme. De légères retouches stylistiques accompagnent l’adoption de l’injection directe qui permet au moteur Lambda GDi V6 de 3,8l de passer de 303 à 347 chevaux…

La face avant, déjà réussie, gagne en agressivité. L’arrière, plus calme malgré ses deux grosses sorties d’échappement, aurait mérité le même traitement. L’allure générale est particulièrement réussie. Basse et large, bien posée sur des jantes de 19 pouces, la ligne attire les regards. Et le son, toujours ce son, interpelle.

Loin de la mode de la personnalisation à outrance, ce Coupé n’est disponible qu’avec un unique moteur et une unique finition « Pack Premium » très bien équipée. Le nuage d’airbags, la climatisation automatique, le régulateur de vitesse, l’allumage automatique des feux de croisement et le radar de stationnement forment la base. L’accès mains libres et démarrage sans clé, les sièges chauffants, une sellerie cuir du plus bel effet et un toit-ouvrant électrique sont un plus indéniable. L’aspect général de la planche de bord est flatteur avec un bel éclairage bleu des compteurs. Les trois manomètres indiquant la position du papillon d’admission, le couple et la température d’huile forment le clin d’œil sportif. Seul le GPS manque à l’appel. Et c’est l’un des points les plus décevants de ce coupé 2+2.

Malgré ses 4,63 mètres de long et 1,86 mètre de large, cette Genesis se meut bien dans la circulation. La direction s’avère très légère et la boîte automatique à huit rapports permet d’utiliser le moteur sans à coup. Au ralenti, car rouler à 50 km/h avec une telle puissance sous le capot moteur s’apparente à rouler au ralenti, le V6 parvient à garder un ronronnement discret.

Mais lorsque l’ouverture du papillon d’admission dépasse les 30%, le moteur 3800 cm3 ne ronronne plus… Il gronde.

Au moment d’attaquer les premiers lacets alpins, les suspensions très fermes sont appréciables. La caisse ne prend que peu de roulis. La direction directe permet de bien inscrire la voiture dans les virages même si le châssis – affaire de compromis – peut sembler paresseux lorsqu’il est maltraité dans les épingles. La longueur du coupé n’y est pas étrangère. La boîte automatique à huit rapports peut également réclamer une patience très passagère à la réaccélération, qu’il est possible d’atténuer en utilisant les palettes au volant. Les 347 chevaux répondent présents lorsqu’il s’agit de sauter d’une épingle à l’autre, en pleine ascension. Cette puissance n’a rien d’artificielle et se montre très disponible. Pour le plaisir, le couple atteint son pic de 400 Nm à 5 300 tours/minute, toujours avec mélodie. Atmosphérique, le Lambda GDi réclame des tours pour donner sa pleine mesure mais il affiche déjà 350 Nm à 2000 tours/minute. La consommation ne s’avère pas scandaleuse compte-tenu des performances avec une moyenne de 15,3 litres / 100 kilomètres engloutis en montagne.

Malgré ses amortisseurs fermes, la Hyundai Genesis Coupé est capable d’avaler les kilomètres d’autoroute sans fatigue. En bonne GT, elle fait défiler les péages calée en 8e à 130 km/h pour une consommation de 9 litres / 100 kilomètres. Seul le réservoir de 65 litres est un peu court pour les longs trajets.

En plaçant ce modèle unique au sommet de sa gamme, Hyundai montre sa capacité à réaliser un coupé de référence. Si le marché français n’est certainement pas celui qui fera le plus briller ce Genesis Coupé en termes de ventes, il va permettre au dragon coréen de montrer son savoir-faire.

A moins de 40 000 euros, ce Genesis Coupé de 347 chevaux devient plus qu’une alternative aux Nissan 370Z, Chevrolet Camaro, et surtout Infiniti G37 Coupé… La référence visée par Hyundai au moment de la conception de ce modèle.

Principales caractéristiques
Hyundai Genesis Coupé 3.8 V6 GDI 350 Pack Premium A : 37 900 euros (option peinture métallisée + 600 euros)
Moteur atmosphérique 3 778 cm3 6 cylindres en V, injection directe essence
347 chevaux (255 kW) / 400 Nm à 5 300 tours/minute
Vitesse maximale : 260 km/h
0 à 100 km/h : 5,9 secondes
Roues motrices arrière avec différentiel à glissement limité
Boite automatique à huit rapports
Poids à vide : 1 522 kg
Longueur / largeur / hauteur (m) : 4,630 / 1,865 / 1,385
Consommation cycle urbain / extra-urbain / mixte (l./100 km) : 15,1 / 7,0 / 10,0
Émissions de CO2 : 235 g/km

Hyundai Genesis Coupé ou ?
Chevrolet Camaro (6,2 L. 405 chevaux) 41 000 euros
Infiniti G37 Coupé AT (3,7 L. 320 chevaux) 48 744,55 euros
Nissan 370Z Pack 2011 (3,7 L. 328 chevaux) 40 950 euros
Renault Laguna Coupé Initiale 3.5 V6 240 BVA6 (3,5L. 240 chevaux) 47 000 euros

[zenphotopress album=13824 sort=random number=15]

Et aussi : Essai Hyundai i30: Made in Europe

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Essai Hyundai Genesis Coupé : le son et l’image"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Lex'
Invité

Le problème de cette voiture, face à ses concurrentes, c’est vraiment cet intérieur digne des années 80. A près de 40 000e (malus inclus), on est en droit d’attendre beaucoup mieux.
Pas dit que la faible différence de prix avec une 370z soit suffisante pour combler ce point et pousser l’acheteur à opter pour la coréenne.

Gliale
Invité

Aucune chance de voir cette voiture dans les rue: la Camaro, summum de l’exotisme, du style et de la testostérone et qui possède un V8, est à peine plus chère! A ce niveau de prix il n’y a pas à hésiter.

Imagine walking up to this ( CAMARO ) every morning! YEHHHH.

VeeTouine
Invité

La camaro me fait réver, mais pas le budget essence pour ça…
La 370z est trop sportive pour un usage quotidien et elle n’a que deux places… ça m’irait comme deuxieme voiture

Perso pour mes besoins / envies il n’y a que la genesis qui convienne parfaitement, elle a donc un public même si ça reste une voiture de niche. (et je trouve l’intérieur très correct, surtout sur ce millésime 2013 (un peu moins bien les précédents m’enfin je m’en satisferais aussi)

Sam
Invité

Il manque un aperçu de l’arrière… 🙁
Sinon elle a le mérite d’être original intérieur/extérieur!!

wpDiscuz