Accueil Essais Essai Kia Cee’d 2012 : 7 bonnes raisons de craquer… ou pas.

Essai Kia Cee’d 2012 : 7 bonnes raisons de craquer… ou pas.

258
12
PARTAGER

La Kia Cee’d de nouvelle génération arrive plus mure, prête à attaquer frontalement les épouvantails du marché ultra concurrentiel des compactes en Europe de l’Ouest. C’est ainsi sans complexe que la Coréenne vient marcher sur les plates bandes des Golf, Astra, Megane, 308 et consort. Nous avons trouvé 7 bonnes raisons qui pourraient vous faire craquer… ou pas! 

Essai Kia Ceed 2012 par leblogauto

Raison n°1 : La Kia Cee’d, c’est faire le choix de l’originalité.

Dans ce coin du monde où les Européennes dominent outrageusement sur leurs terres, rouler au volant de la Cee’d s’assimile presqu’à un achat militant. D’une certaine façon, il s’agit de faire un pied de nez à des constructeurs qui semblent parfois se reposer sur leurs acquis. Surtout que l’arrivée de Peter Schreyer au design, fait de cette voiture non pas un canon de beauté, mais un véhicule qui ne se fait plus remarquer par un dessin approximatif. En effet, les formes et le dynamisme affichés par cette nouvelle Cee’d peuvent largement suffire à mettre le doute chez les habitués des Astra ou autres Golf, à défaut de faire chavirer.

Raison n°2 : L’habitacle de la Kia Cee’d à l’européenne.

Définitivement les Coréens ont compris que pour se faire une place sur le vieux continent, il semble logique de proposer des produits à l’image de la concurrence visée. Les concepteurs de l’intérieur ont repris des formes déjà vues, sans vulgairement les singer.  On retrouve une planche de bord aux allures de Citroën C4 notamment, et surtout une sobriété qui effraierait une Honda Civic ou pousserait une Golf à revendiquer son statut de reine de la tristesse. Les matériaux sont de bonne facture, aussi qualitatifs que certaines occupantes du podium ou pas loin. De plus, l’ergonomie de quelques commandes s’avère même plus intuitive que quelques stars du segment. On note aussi des équipements modernes qu’on ne retrouve pas beaucoup ailleurs, à l’image du large écran couleurs entre les cadrans qui retranscrit toutes les informations de l’ordinateur de bord.

Raison n°3 : Un comportement routier dans la moyenne du segment

Disons le tout de suite, la nouvelle Kia Cee’d ne peut revendiquer un comportement aussi rigoureux par exemple que ses concurrentes françaises. Si une C4 ou une Mégane peuvent se révéler sensiblement plus dynamiques et mieux campées sur leurs roues, la nouvelle Cee’d fait mieux que se défendre. Il faudra la repousser dans ses retranchements et sur des routes dégradées pour détecter un effet de pompage en détente notamment à l’arrière, qui peut alors en certaines circonstances faire danser le postérieur. Heureusement, l’électronique veille pour minimiser les risques d’une embardée incontrôlée. La direction dispose d’un mode « sport » qui durcit sa consistance, et nous recommandons de le garder constamment pour gommer le léger flottement en son point milieu. Autant dire qu’à une allure de bon père de famille, la Cee’d remplira parfaitement son office, notamment grâce à un confort de bon aloi du à une fermeté de suspensions assez bien maitrisée, qui dans ses conditions n’a rien à envier à ses concurrentes.

Raison n°4 : Si on choisit bien son moteur…

On le sait, le marché ultra « dieselisé » en France aurait du nous contraindre à essayer une motorisation de ce type. Toutefois, pour ne pas laisser sur le bord de la route les minorités invisibles que sont les propriétaires de voitures essence, nous avons choisi le bloc de 135 ch qui n’accepte que du Super Sans Plomb dans son réservoir. Mal nous en a pris, puisque ce bloc particulièrement poussif semble peiner en toutes circonstances, alors que nous étions que deux dans le véhicule, avec des bagages légers. En bas comme à haut régime, le couple faiblard lisse toutes sensations de dynamisme et force à anticiper et peser les envies de dépassement. Les performances pourtant semblent honorables avec un 0 à 100 km/h exécuté en 10 secondes et un couple maxi de 164 Nm selon la fiche technique, mais celles-ci ne se retrouvent pas vraiment dans le ressenti derrière le volant. En outre la boite à double embrayage « DCT » pourtant très réactive dans ses passages de rapports, patine une fois la vitesse engagée à l’instar d’une transmission automatique conventionnelle. Il nous faudra alors tester plus tard le cœur de gamme, soit une version Diesel pour se rapprocher de ce que devrait être les sensations qui seront vécues par la plupart des clients.

Raison n°5 : L’argument qui tue…

La Kia Cee’d bénéficie d’un « petit quelque chose en plus », en l’occurrence sa garantie de 7 années (ou 150 000 km si atteints avant). Les conditions sont identiques à celles de la plupart des autres constructeurs, c’est à dire pièces et main-d’oeuvre comprises. Sans aucun doute, cela rassure les plus anxieux. Et pour les adeptes du marché de l’occasion, il est bon de noter que cette garantie est cessible. Typiquement, chacun pourra se tourner vers une Kia Cee’d dans 5 ans, avec une garantie d’encore 2 ans… comme une voiture neuve. Néanmoins, la plupart des études indiquent que plusieurs marques n’ont pas à envier la fiabilité des Coréennes, notamment sur le segment de la Cee’d dont l’ancien modèle selon Autoplus se classait derrière la Civic, la Logan ou la Golf 6. Un élément à prendre en compte dans la réflexion en tout cas et potentiellement décisif.

Raison n°6 : La valeur à la revente

Le modèle est neuf, avec une toute nouvelle conception qui pour sur valorise mieux la nouvelle Cee’d par rapport à l’ancien modèle. Il paraît donc difficile voire impossible de prévoir avec précision ce que pourrait couter la Cee’d 2012, sur le marché de l’occasion en 2014. Toutefois si l’on se réfère au modèle qu’elle remplace, une version 90 ch Diesel finition « active » neuve de 20 890€, cote selon l’Argus environ 14 000€, deux ans après avec 20 000 km au compteur . Chacun en tirera les enseignements qu’il voudra, toutefois nous ne nous aventurerons pas à en déduire un modèle mathématique…

Raison n°7 : Le prix

Au-delà d’un coup de cœur, le prix s’impose comme un facteur parfois déterminant. Dans ce domaine, la nouvelle Cee’d se rapproche aussi de ses concurrentes européennes, avec une grille tarifaire qui semble avoir subi une certaine inflation. Ainsi, la nouvelle Cee’d avec un moteur Diesel de 90 ch, comprenant notamment un autoradio CD MP3, un régulateur de vitesse et une climatisation que prendront la plupart des clients, s’échange contre 19 590€. A titre de comparaison, une Citroën C4 à équipements équivalents réclame 20 890€, et une Volkswagen Golf pas moins de 22 040€. L’écart se resserre donc, au point que certains pourront se demander si l’écart de prix en faveur de la généreuse (en équipements) Coréenne vaut le coup. D’autant plus que les constructeurs toute l’année rivalisent de séries spéciales suréquipées, finalement à des tarifs voisins de la Cee’d.

Définitivement, Kia fait son trou et occupe un rôle de plus en plus consistant en Europe de l’ouest, notamment ici avec une compacte au niveau dans tous les domaines. En fin de compte il ne reste de coréen que le badge, car la Cee’d conçue avec le concours d’habitués des bureaux du vieux continent, sort des chaines de la récente usine slovaque de Zilina. Il paraît donc incontournable désormais pour les clients de ce segment, de prendre en considération sérieusement la Kia Cee’d qui s’apprête à faire vaciller le podium.

A lire également:

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Essai Kia Cee’d 2012 : 7 bonnes raisons de craquer… ou pas."

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nico
Invité

Certe tous ces argument sont bien mais sa reste une KIA

François G
Invité

« Certes tous ces arguments sont bien mais ça reste une KIA » est un argument irréfutable. (C’est marqué dessus)

C’est à dire, pour moi qui possède une Cee’d, une marque qui produit des voitures fiables, bien finies, agréables à conduire, pas trop chères, pas prétentieuses et pour laquelle je suis près à re-signer sans aucune crainte et avec plaisir.

Et ce nouveau modèle, que j’ai essayé en CRDI 128 toutes options, est vraiment très réussi et beaucoup plus valorisant qu’une Megane ou même une Golf.

rou'l
Invité

Et alors ??
Une voiture de qualité !

nithael70
Invité

et on rajoutera,une chaine de transmission,ce qui au niveau de l entretien est un plus indeniable 🙂

Paul
Invité

Il faut dire aussi que la revue Argus est faite pour les concessionaires qui font une marge sur votre dos, et non pour les particuliers.

Mike
Invité

« Il faut dire aussi que la revue Argus est faite pour les concessionaires qui font une marge sur votre dos, et non pour les particuliers »

Une marge sur votre dos? quel commentaire… dans le commerce on devrait tous vendre à prix coutant, quel honte de faire vivre un atelier, des vendeurs….saloperies de capitalisme ! que fait tu dans la vie Paul pour mettre ce genre de commentaire?

Riccardo2000
Invité

Pardonnez ma critique,mais,cela ressemble bien + à un publireportage bien ficelé et bien rédigé,qu’à un article de journaliste indépendant.

wpDiscuz