Accueil 4x4 Essai Citroën C4 Aircross : mieux qu’un Mitsubishi ASX ?

Essai Citroën C4 Aircross : mieux qu’un Mitsubishi ASX ?

446
28
PARTAGER

PSA-GM, c’est l’alliance du moment. Mais le groupe français a également un lien fort avec Mitsubishi dont il reprend le véhicule électrique i-Miev via les C-Zéro et Ion mais aussi le SUV Outlander avec C-Crosser et 4007. Avec un marché en forte croissance, la collaboration continue pour les SUV compacts avec comme base l’ASX, déjà essayé dans nos colonnes : les Peugeot 4008 et Citroën C4 Aircross sont nés. C’est ce dernier que nous avons pu essayer sur les routes bourguignonnes.

Comme pour le précédent SUV, chacun des deux constructeurs du groupe a apporté son style personnel. Les designers de Citroën ont totalement remodelé l’avant et l’arrière du crossover Mitsubishi, un bon point pour ceux qui trouvent l’ASX trop sage ou trop fade. A tel point qu’il est très difficile de reconnaître qu’il s’agit d’une base japonaise. Un coup d’œil averti notera, cependant, que les portes avant et arrière sont identiques.


Essai Citroën C4 Aircross par leblogauto

Le Citroën C4 Aircross arbore ainsi un avant joliment redessiné et qui s’inscrit clairement dans la gamme du constructeur. On retrouve notamment les LED verticales, identiques à celles déjà présentes sur la DS3, ainsi que les chevrons qui s’étendent sur toute la face avant et qui englobent les clignotants.

Tout a été également revu et corrigé sur la partie arrière en particulier le dessin des feux qui font immédiatement penser à la nouvelle DS5. L’aileron de requin inversé sur la custode arrière, lui, évoque plutôt la DS3. Globalement, le C4 Aircross est plus agressif que l’ASX et donne le ton à ses concurrents tels que le VW Tiguan ou encore le Nissan Qashqai.

Quand on passe à l’intérieur par contre, l’enthousiasme se tempère très vite. Malgré un volant spécifique et quelques touches de chrome, c’est clairement le Mitsubishi ASX auquel on a affaire. Le constructeur aux chevrons prétend pourtant avoir travaillé sur les matériaux et la qualité de ceux-ci mais la transformation ne saute pas aux yeux. Ces derniers temps, Citroën nous avait habitués à mieux et on est vraiment déçu du résultat même dans cette finition Exclusive.

L’habitabilité du C4 Aircross est correcte, notamment à l’arrière pour les grands gabarits. Cependant, malgré la possibilité de nombreux réglages des sièges avant électriques, on regrettera une position de conduite un peu trop en avant. Le volume de coffre se révèle très satisfaisant avec ses 420l. L’espace intérieur est également accentué par l’option toit panoramique qui accentue la sensation d’espace.

Le C4 Aircross n’a pas à rougir face à ses concurrents en termes d’équipements. On note en particulier l’accès et le démarrage sans clé très apprécié et la caméra de recul avec bip sonore qui aide à se garer sans trop de difficulté même dans des emplacement serrés, ce que le gabarit de crossover ne favorise pas à la base. Au chapitre des déceptions, le système de navigation Navidrive à commande tactile s’est révélé difficile à manipuler à cause d’une abondance de sous-menus assez complexes…

Les motorisations proposées sont un moteur essence (le 1.6l de 115ch mais uniquement en 2 roues motrices) et deux moteurs diesels (1.6l Hdi de 115ch d’origine PSA ou le 1.8l Hdi de 150ch d’origine Mitsubishi). Un moteur 2l essence de 150ch existe également mais ne sera pas proposé pour le marché français.C’est le moteur 1.8l Hdi, qui constitue le haut de gamme du C4 Aircross, que nous avons pu tester sur route.

Malgré ses 150ch, ce moteur Mitsubishi apparaît très mollasson. A très bas régime, et jusqu’à 1700tr/min, il ne se passe quasiment rien. Au-delà, la cavalerie arrive de façon très bruyante. On a un peu la sensation de se trouver à bord d’une camionnette d’il y dix ans avec ses claquements. C’est dommage pour la version haut de gamme d’un crossover moderne.

La boîte de vitesses, très accrocheuse et dont le point de patinage laisse à désirer, ne fait rien pour agrémenter l’expérience. Et comme on est sans cesse en train de changer de vitesse pour relancer la mécanique, l’impression globale laisse à désirer.

Le châssis par contre se révèle équilibré avec une prise de roulis très contenue. Sur les routes de Bourgogne, l’Aircross s’est montré agile avec une direction précise dans les enchaînements de virages serrés. Les suspensions, qui disposent d’un tarage spécifique par rapport au Mitsubishi ASX, encaissent bien les défauts de la route malgré des jantes de 18′ (indisponibles sur son cousin ASX).

La vraie nouveauté sur le C4 Aircross, c’est la possibilité de choisir une transmission intégrale. Facturée 2000€ et activable via une molette située derrière le levier de vitesses, elle permet au paisible C4 Aircross de s’embarquer sur des sentiers plus escarpés. En mode 4WD le couple se répartit entre les essieux avant et arrière. Lorsque les conditions sont bonnes, la répartition se rapproche du mode 2WD avec 98% du couple transmis aux roues avant, mais la répartition atteint 50/50 lorsque les conditions se dégradent. Le mode LOCK permet même de transférer jusqu’à 70% sur les roues arrière. On n’est toutefois pas en présence d’un véritable franchisseur, mais cette capacité se montrera précieuse en présence de conditions climatiques (pluie ou neige) fortement dégradées.

Facturé à près de 36 000€ en finition Exclusive, Le C4 Aircross apparaît cher dans un marché déjà bien fourni (Nissan Qashqai, VW Tiguan,…) et l’écart de prix par rapport au cousin Mitsubishi ASX est trop important. Plus réussi esthétiquement et avec un niveau d’équipements plus complet, le C4 Aircross montre dans la définition essayée très vite ses faiblesse héritées de sa base, en particulier son intérieur trop fade et un moteur trop bruyant.

A lire également :
Genève 2012 live : Citroën C4 Aircross et Peugeot 4008
Essai Mitsubishi ASX : look acéré

A voir également : Galerie Citroën C4 Aircross
[zenphotopress album=13185 sort=random number=8]

Poster un Commentaire

28 Commentaires sur "Essai Citroën C4 Aircross : mieux qu’un Mitsubishi ASX ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Martin
Invité

« Un moteur 2l essence de 150ch existe également mais ne sera pas proposé pour le marché français.C’est le moteur 1.8l Hdi, qui constitue le haut de gamme du C4 Aircross, que nous avons pu tester sur route. »

Vous avez donc essayé le seul moteur non distribué en France…

Avez-vous parlé à vos collègues qui ont essayé les modèles avec moteurs destinés à la France ? Qu’en pensent-ils ?

Pat
Invité

C’est le hdi de 1800cc qui a été essayé dans l’article.

dralom
Invité

dommage pour l’essence a 150 ch ! le juke lui le propose meme si ce n’est pas la meme taille …

tamborine
Invité

je suis monté dedans et j’ai été emballé par la qualité de la présentation et l’aspect extérieur… mais j’ai été aussi vite refroidit par le prix : l’entrée de gamme est à 19 900 € certes, mais la version exposée (Exclusive) affichait plus de 38 000 € avec les options!!

panama
Invité

Design sympa mais A EVITER, tout comme son cousin Peugeot. Pourquoi ? Pace que PSA achète ces véhicule à Mitsubishi = double marge, d’où le prix de vente.

Pour l’entretien, ça sera idem : pièce Mitsubishi revendues à PSA. Ce qui veut dire factures d’entretien salées. Et bien sûr assurances salées !

En gros PSA fait payer au client le développement de modèles effectué par une autre marque. Allez donc faire un tour chez la concurrence.

wpDiscuz